Cuming to a end - Jour 5 (La zone Cum-Fort)

407Report
Cuming to a end - Jour 5 (La zone Cum-Fort)

Ses yeux s'ouvrirent et la lumière du petit matin s'infiltra brièvement avant qu'elle ne les referme rapidement. Les doux sons de son réveil commencèrent à remplir la pièce alors qu'elle s'étirait, courbait et tordait son corps comme un serpent. Elle n'avait pas bien dormi. L'arrivée imminente de son Maître avait provoqué de longues crises d'anxiété et surtout de désir.

Alors qu'elle se tortillait, le drap de flanelle s'est accroché entre ses jambes. Les plis ont juste attrapé le bout de son clitoris qui palpite constamment, la faisant hurler. Elle se mordit fort la lèvre. Les plis de sa chatte chaude et humide tremblaient, presque par anticipation. C'était tout ce qu'elle pouvait faire pour ne pas enfoncer immédiatement ses propres doigts fins au plus profond d'elle-même.

"Oh!" Elle grogna de frustration en retirant les couvertures. «Cher cœur, Il rentre à la maison aujourd'hui. Vous tiendrez jusqu'à ce soir, quand Il reviendra. Je DOIS être bon. NOUS devons être bons ! Elle sourit de sa propre bêtise et de cette promesse qu'elle s'était faite ; elle s'est glissée du lit et a commencé à se préparer pour la journée.

La matinée s'écoula malgré la douleur constante dans son cœur. Elle avait tenu sa promesse et n'avait pas été touchée ni taquinée. Mais elle palpitait quand même. Il semblait que littéralement tout mouvement provoquerait un mouvement contre son clitoris gonflé, la faisant trembler.
et tremble. Elle riait parfois, en pensant à ce que cela pourrait paraître à un étranger, en la regardant, parfois en ayant des spasmes et en posant sa main sur le bas de son ventre.

Ses yeux bleus dérivaient constamment vers l'horloge. Les mains bougeaient lentement mais elle savait qu'il serait bientôt à la maison. Son corps a réagi de plusieurs manières. Ses plis palpitaient, ses yeux se baissaient et s'assombrissaient, ses doigts se contractaient pour se caresser une fois de plus, et elle sentait chaque nerf picoter dans un désir accru.

Sa respiration devint lourde alors qu'elle commençait à l'imaginer revenir vers elle. Des images commencèrent à se former dans sa tête. Des images de Lui, des images d'elle, des deux. Il l'allongeait sur les oreillers, en veillant à garder son visage enfoui dans les doux draps de flanelle. Son joli cul rond était poussé en l'air alors qu'il s'approchait de derrière elle, ses cuisses gardant ses jambes écartées tout en touchant à peine les siennes. Ses doigts jouaient paresseusement sur ses joues fermes, la faisant haleter et balancer ses hanches. Il lui dirait à quel point il est fier
Il était d'elle pour lui avoir obéi. Et puis, enfin, après toute cette attente, lui retirer son plaisir.

Elle se promenait nerveusement dans la maison, impatiente d'entendre le bruit des clés dans la serrure. Elle avait tellement besoin de lui à la maison. Elle avait besoin de le sentir en elle. Elle voulait se sentir à nouveau apaisée. Agenouillée sur sa chaise, elle posa sa tête sur le siège. Elle soupira doucement et passa lentement ses doigts sur ses cuisses. Ses jambes s'écartèrent instinctivement alors qu'elle poussait ses fesses. Elle ne pouvait pas s’en empêcher. Chaque fois qu'elle était près de son coin, elle devait se toucher.

Ses yeux brillants, pleins de promesses, se fermèrent brièvement alors qu'elle gémissait avec la délectation intense qui envahissait tout son corps. De longs doigts étroits commencèrent à écarter ses lèvres et à taquiner son arcade lisse et lisse. Elle était tellement passionnée par ce qu'elle faisait qu'elle avait
Je n'ai pas entendu la porte d'entrée s'ouvrir. L'image qui accueillit le maître de maison alors qu'il entrait fit immédiatement durcir sa queue. Tranquillement, il posa sa mallette sur le sol à côté de la porte et entra tranquillement dans la pièce. Le tapis étouffait ses mouvements. Il était juste derrière elle et il pencha la tête vers la gauche pour regarder ses doigts baiser sa chatte.

Ses yeux sombres se plissèrent puis, levant une main, il la posa durement sur ses fesses. Le fort CRACK retentit dans la pièce. Elle a crié avec une confusion surprise et a essayé de se relever. Son autre main redescendit sur son côté droit avec un autre CRACK fort, laissant une empreinte de main rouge. Il lui agrippa la hanche pour la maintenir en place.

"Ne bouge pas ma salope." Grogna-t-il dans son oreille alors qu'il se penchait sur son dos. "C'était pour utiliser ma chaise. J'ai dit de rester près de toi, mais rien sur l'utilisation
Ce qui m'appartient." Sa voix était basse et sombre alors qu'il lui murmurait. Prenant son long doigt, il le pressa le long de ses doux plis, les ouvrant, son jus glissant mouillant déjà le bout de ses doigts.

Son essence sensuelle remplit ses narines dilatées et il commença à tracer chaque pli. Il les tira et les sépara. Il la taquina en faisant entrer et sortir le bout de son doigt. Il sourit en l'entendant gémir.

« Oh mon Dieu Maître ! S'il vous plaît, ne me torturez pas ainsi. J'ai besoin de jouir maintenant. Cela a été très très long 5 jours. Et même si je ne peux pas te dire à quel point je suis heureuse de te voir, j'ai été une bonne fille, honnêtement, pour toi. " Les mots sortirent en châtain, et elle le regarda avec amour,
mais il pouvait voir le besoin incroyablement puissant dans ces yeux bleus qui le captivaient.

"ARRÊT!!" Il a hurlé fort et a enfoncé deux doigts dans sa chatte gonflée. "Toi, mon animal ne me dira pas quand tu as besoin de jouir. Je te dirai quand tu auras besoin de jouir. COMPRIS?"

"Oui Monsieur. Je comprends Monsieur. Je suis désolé Maître, c'est juste… »Ses mots furent perdus dans le cri alors que sa main descendait sur ses fesses plusieurs fois. Chaque gifle faisait remonter ses doigts en elle fort et rapidement. Ses hanches se tordirent et se tortillèrent de manière inégale alors qu'elle
laisser son propre corps prendre le dessus.

Son dos se cambrait et se courbait alors qu'il la faisait bouger au rythme de sa musique. "C'est ça salope. Tu m'appartiens. Vous ressentirez ce que je vous permets de ressentir. Ne jouis pas, ma fille. C’est un plaisir pour moi de vous faire attendre beaucoup, beaucoup plus longtemps. Ses poignets se tordirent et tournèrent dans toutes les directions alors qu'il enfonçait ses doigts dans ses murs étroits. Il plongea ses doigts PROFONDEMENT et resta immobile. Lentement, il commença à remuer deux de ses doigts, jouant à chat avec sa tache. Il pouvait la sentir trembler et trembler. "Oh oui, ma chienne. J'emmerde ton Master
des doigts. Faites-moi savoir à quel point je vous ai manqué à ce point.

« Maître, tu m'as manqué. J'ai eu envie de Toi, j'ai eu besoin de Toi. Oh Maître, ne peux-Tu pas le dire ? Elle appuya ses hanches contre sa paume alors qu'elle sentait ses doigts la caresser à l'intérieur. La vague s’est formée une fois de plus. Elle pouvait le sentir mijoter là, au bord du gouffre.
Elle inspira profondément alors que son corps montait en extase. Il grogna en sentant ses parois lisses saisir ses doigts.

"SALOPE! C'est ça, ma pute. BAISE MES DOIGTS !! BAISEZ-LES PLUS FORT ! » Il commença à plonger ses doigts profondément puis les retira. De longs mouvements profonds de ses doigts la rapprochant. Il pouvait l'entendre dans ses gémissements et ses soupirs. « MMHMM, c'est ça, mon animal de compagnie. Se rapprocher. Je peux te sentir si humide et si chaud. FUCK chérie, je vais bien te baiser ce soir. As-tu joui sans mon consentement ?

Elle ne pouvait pas parler. Elle pouvait à peine suivre ce qu'Il lui disait, mais Ses paroles pénétrèrent dans son esprit maintenant presque complètement épuisé. Elle haleta et cria. "Non monsieur. On n’a pas joui comme vous l’avez demandé. J'ai bien écouté Maître. Tu as dit de rester
bord et moi. MAÎTRE!?!? S'il te plaît!!" Elle gémit bruyamment en sentant une autre vague commencer à monter et à atteindre son apogée.

"NON! Pas maintenant, mon petit. Vous devez me demander la bonne manière. Il tendit la main sous elle, pinça et fit rouler son clitoris entre ses doigts. Elle gémit bruyamment alors que sa douce chatte tremblait et tenait fermement ses doigts. Les pulsations commençaient au plus profond d'elle et se propageaient au cœur du bas de son corps, irradiant dans chaque cellule, semblait-il. Elle se sentait abandonner toute résistance. Quelle intensité elle ressentait !

Il s'agenouilla derrière elle et fit bouger ses doigts en elle. Les retirant puis les repoussant. Son autre main saisit sa queue et il commença à danser ses doigts sur sa tête. Il gémit et laissa sa tête retomber face aux sensations qui le traversaient.

"S'il vous plaît, Maître, baise votre chatte. Oh mon Dieu Maître, il a faim de Toi. Il a besoin de Toi pour la remplir. Ô MAÎTRE ! Dieu s'il vous plaît." Elle gémissait et gémissait alors que ses hanches, désormais incontrôlables, se retournaient contre lui, faisant que sa queue heurtait son trou.

"Ahhhh, ma douce petite chienne !" Il grogna bruyamment alors qu'il taquinait sa bite le long de ses lèvres. Il caressa chaque pli délicat avec le bout sensible de son sexe. Il savait qu'elle était proche. Il pouvait le sentir. "C'est ça, ma chère fille. Supplie-moi de te permettre de jouir. Tu as presque eu
il."

Elle n’en pouvait plus. Elle allait jouir. Elle peut à peine se retenir. Elle gémit bruyamment en balançant ses hanches en arrière. Sa chatte était mouillée et chaude alors qu'elle glissait sur son manche. "Oh tu veux ma bite, n'est-ce pas ma douce esclave ?" Il rit méchamment alors qu'il poussait ses hanches vers l'avant d'un ton taquin, effleurant son clitoris avec sa tête de bite, puis le fit soudainement entrer dans l'entrée maintenant trempée pendant un moment, puis se retira et fit rouler ses hanches pour que son pénis coure sur tout son sexe. Elle se cambra pour le rencontrer, ne voulant pas que cette glorieuse bite ne la touche pas un seul instant maintenant qu'il était là.

Ses yeux étaient brillants, mais presque embués de larmes alors qu'elle le regardait par-dessus son épaule. Ses lèvres remuèrent, mais aucun mot ne sortit. «Allez, petit. Demande moi maintenant." Il était assis à son entrée, attendant qu'elle lui demande d'entrer en elle. Ses doigts
dansé et joué sur son clitoris et ses lèvres incroyablement humides. Il la jouait comme un instrument de musique exquis.

Elle murmura sa voix à peine audible. «Je veux sentir que tu me remplis, monsieur. Maître, prends ta bite et baise-moi comme une pute avec. BAISEZ-MOI S'IL VOUS PLAIT !! Cria-t-elle alors qu'elle sentait le courant couler dans ses veines. Cela rendait son corps chaud et chaud. Elle a commencé à sauvagement
faire osciller ses hanches.

Ses doigts se levèrent et s'accrochèrent à son épaisse crinière. Il lui tira violemment la tête en arrière au moment même où il envoyait sa bite palpitante au fond de son ventre. Il a hurlé massivement alors que ses murs se resserraient étroitement autour de sa queue. "Putain d'esclave, tu m'as beaucoup manqué. Mon animal de compagnie,
Mon seul, tu m'as bien plu. Il a continué à pomper ses hanches sauvagement. Dans et hors de sa chatte, Sa virilité la chevauchait. Il grogna et gronda avec elle alors qu'ils commençaient tous les deux à surfer sur la vague du plaisir.

Alors qu'il lui tirait la tête en arrière, elle ouvrit les yeux pour regarder Celui qu'elle aimait. Ses yeux se remplissent de larmes retenues alors qu'Il la rapproche encore une fois. Il était tellement magistral pour l'amener à ce point de libération puis la faire arrêter. Une larme puis une autre sont tombées
du coin de l'œil et éclaboussa sa joue. Il sentit ses murs se convulser et trembler. Il savait qu'elle était proche. Très proche. Son corps tremblait et tremblait. La sueur de son corps était visible alors qu'elle bougeait ses hanches contre sa propre énergie.

Le plaisir auquel elle s'accroche depuis plusieurs jours menace de se déchaîner. Il veut la liberté. Elle savait ce qu'elle devait faire pour obtenir ce dont elle avait le plus envie. Ses dents grinçaient alors qu'elle sifflait et gémissait ses désirs. Il poussa soudain ses hanches vers l'avant, enfonçant profondément sa queue puis la retirant complètement. Il la remplissait encore et encore. Les gémissements remplissaient la pièce, l'envoyant plus haut alors que son corps tremblait. Ses cuisses frappaient contre elle l'arrière de ses fesses et ses couilles tapaient sur son clitoris.

En ouvrant grand les yeux, quelques larmes supplémentaires coulent. Ils glissent sur ses joues. Ses hanches se débattent sauvagement contre Lui. Ses mains lui agrippent les hanches. Il continue de la baiser fort, ses yeux flamboyants d'intensité. Elle peut sentir sa queue gonfler, l'étirer, revendiquer son territoire. Ses petits pieds accrochés autour de ses mollets le plaquant contre elle, elle le presse de lui donner tout son jus sucré.

Il éclata de rire alors qu'elle s'enfermait contre lui. Le petit nœud serré de son clitoris effleurait et tapait le long de sa hampe et de ses couilles alors qu'ils se débattaient ensemble, et elle criait encore et encore. La rhapsodie qui se construit vers l'intérieur rend sa voix rauque. Elle a continué à le supplier pour sa libération, sachant qu'il l'adorerait. Ses lèvres étaient enflées et gonflées à force de mâcher et de mordre pour se maintenir au bord du gouffre. Il l'y a parfaitement gardée. Malgré ses propres mouvements sauvages, il pouvait sentir ses battements.

Levant ses yeux remplis de larmes vers les siens, la bouche ouverte, elle supplia : « S'il vous plaît, Maître ! Oh mon Dieu Maître !! J'ai été ta bonne salope. Je suis même ta sale pute. S'il te plaît! Maître!! Permettez à votre animal de jouir pour vous. Laissez son plaisir vous imprégner à mesure que vous vous rapprochez du bord. BAISE Monsieur, s'il vous plaît !!!! Laissez-moi jouir Maître. Elle se mit à sangloter de manière incontrôlable. D'autres larmes coulèrent sur son visage. Elle souleva ses hanches et les ramena fort et vite. Elle suppliait, gémissait et pleurait tandis que les parois de sa chatte se serraient et frémissaient. La tension s'accrocha à sa queue alors qu'elle attendait son oui.

« MAINTENANT, mon esclave ! Jouis maintenant ! Jouis pour ton maître ! Votre vrai Celui. SPERME!!" Il enfonça sa grosse bite au fond de son ventre. Il a fait sauter et trembler sa queue
en elle. Elle entendit son cri et poussa un grand cri. Son corps tout entier tremblait et criait tandis que le plaisir déchirait son être. La sérénité s'arracha à son âme, obligeant les muscles de sa chatte à se serrer fermement. Les spasmes continuaient de la secouer et de faire des ravages dans ses muscles alors qu'il continuait à la chevaucher. Elle poussa ses hanches d'avant en arrière, criant alors que ses plaisirs l'entourent dans un orgasme bienheureux.

Il ne pouvait plus se retenir. De longs et profonds éclairs remplissèrent son sexe. Il sentit chaque instant de son orgasme alors qu'il fouettait tout son être. Il s'est retiré d'elle, la laissant vide et a regardé sa douce chatte rose et tendre scintiller et
se plissa pour Lui.

« Viens, mon cher cœur. Saluez-moi comme vous l’auriez fait si je ne vous avais pas surpris. Il contourna son esclave et s'assit sur sa chaise. Sa queue se dressait fièrement alors qu'il la regardait se ressaisir et faire ce qu'il lui demandait.

Un léger rougissement coula sur son visage alors qu'elle savait qu'elle venait d'être une délicieuse salope pour son Maître. Elle a vu comment sa queue se tenait si fièrement en l'air. Il brillait de son nectar et elle savait ce qu'elle devait faire. En gardant les yeux baissés et la tête haute,
elle s'est rapidement mise à genoux devant Lui. Elle rampa les quelques mètres qui les séparaient, le dos cambré et les fesses relevées. Elle était fière d'être en présence de son Maître alors elle faisait tout ce qu'elle pouvait pour qu'il soit fier d'elle. De longues mèches épaisses de cheveux rouge vif ont glissé
facilement sur ses épaules et dans son dos. Les boucles serrées effleuraient sa peau sensible et chauffée. Elle était toujours très excitée et le « saluer » était un honneur dont elle était fière.

Ses petits seins se balançaient tandis que la pâleur de sa peau brillait presque sous la douce lumière. En se levant, elle embrasse doucement l'un puis l'autre sur le dessus de chaque orteil. Se redressant sur ses genoux, elle croisa ensuite ses chevilles et posa ses fesses sur elle.
chevilles. Elle se tortilla un peu, ce qui fit s'ouvrir ses lèvres rouges. La soudaine montée de sentiments enveloppa ses plis et se propagea vers le haut, rendant la pièce très chaleureuse. Elle pouvait sentir les picotements encore profondément dans tout son corps, même si la plus grande partie était centrée au cœur du bas de son ventre.

Ses petites mains reposaient sur ses cuisses, tournées vers le haut, faisant savoir à son Maître qu'elle était là pour lui pour son plaisir. Elle laissa ses longues cuisses crémeuses s'ouvrir largement et offrit un coup d'œil à sa chatte humide et palpitante. Elle gardait son dos étroit et droit tout en gardant les yeux baissés. Elle aimait quand son Maître la regardait, surtout quand elle lui plaisait. Elle a attendu dans cette position jusqu'à ce qu'Il donne Son ordre.

Il n'a donné aucun ordre mais a seulement mis sa grande main dans ses cheveux et a amené ses lèvres à sa queue et a propulsé sa queue profondément dans sa bouche, remplissant sa gorge. "Oh ma salope. Mon objectif est de te baiser toute la nuit. Ce n'est que le début. Vous avez bien fait.

Elle était fière, comme seule peut l'être une véritable grande esclave. Elle savait qu'il prendrait son plaisir pour le reste de la nuit et au-delà. Elle était à Lui, et à Lui seul.

Articles similaires

PAS DE RÉSERVATIONS

Brenda Olsen faisait la queue avec un peu d'impatience en attendant de s'inscrire et d'obtenir la clé de sa chambre. Enfin, marmonna-t-elle dans sa barbe, à mon tour ! Comment puis-je vous aider? » demanda vivement la petite blonde derrière le comptoir. Brenda était sur le point de donner un zinger à la femme mais réfléchit mieux et répondit : Olsen, Brenda Olsen, j'ai une réservation pour trois nuits. Euhhhhhh laisse-moi voir, dit la blonde en tapant son nom sur le terminal informatique des réservations. Hmmmmm, je ne le trouve pas ici, laissez-moi vérifier encore un endroit...... Brenda tapait nerveusement du...

356 Des vues

Likes 0

Salons de discussion - une méchante vengeance entre copines

Vous rentrez chez vous après une longue journée de travail ; vous enlevez votre manteau et vous dirigez vers la cuisine pour une bière. Lorsque vous ouvrez la porte du réfrigérateur, votre petite amie s'approche par derrière – en vous couvrant les yeux avec un bandeau sur les yeux. Elle le noue serré étant un peu rugueux « J'ai un os à choisir avec toi ! » vous lance-t-elle. « Qu'est-ce que… ? ! Vous questionnez, levant la main pour découvrir vos yeux. Elle donne une tape sur le dos de ta main et saisit ton poignet pour te tirer hors de la cuisine. Les yeux bandés...

1.5K Des vues

Likes 0

La vie de Jen - Chapitre six - Première partie

La vie de Jen – Chapitre 6 – Première partie Diverses choses me restent à l'esprit – et mes vacances annuelles étaient généralement mouvementées. Une année, mes parents ont décidé de louer une villa à Corfou pendant 2 semaines, et mon grand-père et mon oncle y ont été invités. Dans l'avion, je devais m'asseoir entre mon grand-père et mon oncle – et mes parents étaient assis de l'autre côté. Mon grand-père a mis mon manteau sur mes genoux - et a rapidement écarté ma jupe, tirant ma culotte sur le côté et a poussé un doigt directement en moi, j'ai haleté...

1.5K Des vues

Likes 0

Alice est attelée

[b]Alice se fait prendre 7 par Will Buster Comme on peut l'imaginer, une maîtresse enceinte et usée peut être assez difficile à saisir. Difficile, c'est-à-dire, à moins qu'une grosse dot n'accompagne la vigoureuse petite renarde. Alice ne faisait pas exception à cette règle sociale si répandue à la fin de l'Angleterre géorgienne. Le ventre d'Alice était maintenant épais avec un enfant en bonne santé grâce aux attentions amoureuses presque constantes de Lord Elton. Le baron du manoir de Kingston avait pleinement apprécié les deux trous serrés et réactifs d'Alice depuis des mois maintenant, mais fidèle à sa promesse, il était temps...

534 Des vues

Likes 0

Brandy enfreint le code vestimentaire du travail

Salut, je m'appelle Brandy. J'ai 28 ans Bi Sub, 54, 115 lbs, cheveux blonds, yeux marrons, seins 32C avec des tétons dressés en permanence (ça l'a été toute ma vie), et une chatte épilée… oui, j'en avais marre de me raser et de m'épiler. moi, putain, ça fait mal. J'ai été un Sub presque toute ma vie même si je ne le savais pas depuis un bon moment. Je préfère les hommes, mais je suis maintenant une soumise obéissante très bien entraînée et je ferai tout ce que me dit un Dom ou une Femdom. Si vous avez lu certains de...

406 Des vues

Likes 0

Sweet Little Lucy - Un conte de fées des temps modernes

Elle était jeune et fraîche, seulement 15 ans, mais elle avait le corps et l'assurance d'une une fille plus âgée, plutôt dix-neuf ou vingt ans. Lucy était une fille populaire et elle faisait bien à l'école. Lucy avait des yeux d'un bleu profond et des lèvres pleines et douces et elle son joli visage était bordé de longs cheveux blonds. Ses seins n'étaient pas gros à 34C mais sur sa silhouette mince, ils semblaient beaucoup plus grands. Ils étaient fermes avec de petits tétons roses délicats tandis que sa taille était ajustée et ses fesses l'étaient, eh bien, pêche était probablement...

359 Des vues

Likes 0

Rhiana devient multi orgasmique

Rhiana devient multi orgasmique Quelques mois se sont écoulés pendant lesquels Rhiana m'a téléphoné régulièrement pour me tenir au courant de la famille et de sa vie amoureuse. Elle m'a toujours dit qu'elle m'aimait mais qu'elle ne pouvait pas s'éloigner pour me voir car sa mère vérifiait toujours qu'elle avait vraiment un rendez-vous à la fois d'un point de vue de la sécurité et pour s'assurer que Rhiana ne profitait pas d'elle. Je lui avais dit qu'elle pouvait toujours venir pendant la journée mais elle a dit que bébé Harry ne dormait plus beaucoup maintenant et qu'il serait difficile pour elle...

724 Des vues

Likes 0

Aussi bon que possible III

Objectif 5 : Faire un bon jus de sperme pour moi un verre plein. C'était plutôt facile. Mais tout a une partie difficile. Voici un verre plein. Rani avait un putain de boulot à l'école. Alors elle est partie le matin vêtue d'un sari rouge tueur. J'aurais juste aimé avoir l'école. Avant de partir, elle m'a donné un verre qui servait à servir le champagne, s'est approchée de moi et a doucement tâté mon sexe. Rani :( chuchotant à mon oreille d'une voix sexy) faites-le travailler. Moi : Puis-je utiliser votre salle de peinture ??? Vous savez. Utilisez votre téléviseur. ?? Rani...

663 Des vues

Likes 0

Ma copine et ses amis : Chapitre un : Club de maths

« Riley, attends ! Je l'ai entendue venir du bout du couloir Hey Belle, quoi de neuf ? J'ai demandé Merci ma chérie, sourit Megan Je me demandais si tu voulais venir après l'école, on pourrait regarder la télé et se faire des câlins Ouais bien sûr, répondis-je, non seulement j'aimais juste faire des câlins avec elle, mais cela conduisait généralement à un long travail manuel agréable! Génial, viens juste après ! Dit-elle avec un baiser, puis se dirigea vers sa meilleure amie Tatiana ! Dieu, comme j'ai adoré sortir avec Megan, elle mesurait 5'8, 110 livres. et pratiquement D mésanges...

519 Des vues

Likes 0

Faire chanter Jenny

Faire chanter Jenny Je suis un gars moyen avec une vie normale et une bonne famille. J'ai 2 enfants et une femme merveilleuse qui est nounou. Je suis paysagiste et l'argent est correct, donc ma famille va bien. Je ne travaille pas pour n'importe qui sauf pour moi. Normalement, je travaille uniquement les jours de semaine et je passe du temps avec ma famille fins de semaine. J'ai 45 ans et très sexuelle. J'aime le sexe et parfois c'est un peu commun mais parfois Je me demande ce qui se passerait si ou je me demandais ce que ce serait d'avoir...

519 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.