Souvenirs brisés ch4

414Report
Souvenirs brisés ch4

Je restais assis là, en silence, à regarder mes cent neuf rayures sur le mur. J'ai pris une profonde inspiration, essayant de stabiliser ma volonté, de continuer. Hier... Hier, ça avait fait mal. Une douleur que je n'avais pas ressentie depuis des mois. Pas depuis que je l'ai vue pour la dernière fois. Pas depuis mon arrivée. Je soupirai en me levant lorsqu'un bruit sur la porte me sortit de ma rêverie. En regardant à travers le plexiglas, je pouvais voir un homme flanqué de deux aides-soignants de « East End Asylum for the Criminally Insane ». Je soupirai, me concentrant sur l'homme. Il était un peu petit, plus petit que moi et que les aides-soignants (qui étaient énormes). Il portait des lunettes circulaires et un stéthoscope était enroulé autour de ses épaules. Tout en lui criait « rétrécir ». J'ai encore soupiré.
"Éloignez-vous de la porte et placez vos mains sur le mur opposé, les pieds écartés de deux longueurs d'épaules."
La voix monotone provenait d’un message préenregistré diffusé via un haut-parleur. J'ai suivi les instructions, ne voulant pas provoquer la colère des infirmiers. Je pourrais en battre quelques-uns, mais ils me submergeraient de chiffres. Et puis, à quoi ça sert ? Ils faisaient juste leur travail.

La porte claqua bruyamment tandis que la lourde serrure électronique acceptait les données biométriques et les cartes-clés de l'infirmier de gauche. J'ai combattu l'envie de jeter un œil à mes... soignants.
"Placez lentement vos mains au-dessus de votre tête, jointes ensemble."
Bon Dieu, je déteste les camisoles de force. Ils l'ont glissé sur moi, avant de le fermer hermétiquement. Satisfaits d'être désormais confinés, ils m'ont conduit jusqu'à la porte, où l'attendait le psy.
« Ravi de vous revoir, M. Hill. Comment vous sentez-vous ? »
"Aussi bien qu'une personne coincée dans une cellule peut l'être, je suppose."
"L'isolement cellulaire ne sera plus nécessaire très longtemps si vous maintenez votre bonne conduite."
"Quoi, c'est censé être une sorte d'incitation ? Merci, mais non merci. J'aime bien ma cellule. C'est mieux que de me mêler aux fous qui habitent cet endroit."

Le psy avait l'air un peu vexé de mon rejet. Il n'était probablement pas habitué à ce genre de... Une réponse peu enthousiaste.

"Je suis sûr que tu parles du reste des fous," répondit-il.
Je n'ai pas raté une miette. Il insinuait que j'étais fou. Tant qu'il pourrait continuer à me diagnostiquer... Quel que soit le diagnostic, je ne pourrais pas partir. Je n'avais aucun doute sur le fait que Sarah n'allait pas simplement me laisser sortir d'ici, mais je n'étais même pas sûr qu'elle sache que j'étais là. Ces détails étaient encore flous. En jetant un coup d'œil au médecin, je me suis dit que je devrais jouer gentiment, juste pour voir où cela me menait. Si je voulais le confinement, il me suffisait de donner un coup de poing, après tout.
"Écoutez, doc... Je suis sûr que vous pouvez comprendre que cet endroit me stresse. Mes amis... Les patients me stressent. Je ne veux pas vraiment risquer de me mêler à eux, si vous voyez où je suis. " Je viens de."
"Oh, oui. Je comprends ce que tu ressens, mais il est important de socialiser dans le cadre de ton rétablissement."
"Euh... je ne sais pas vraiment quoi dire à ça. Au fait, je n'ai pas compris ton nom."
"Oh, appelez-moi Docteur Smith."
Je lui lançai un sourire sarcastique.
"Haha, Docteur Smith, hein ? Pas un seul John Smith, mari de Jane Smith ?"
Il semblait plus troublé qu’amusé, alors j’ai rapidement rectifié ma tentative d’humour.
"Désolé Docteur Smith, c'est juste un... Nom plutôt commun, c'est tout."
" Vous avez tout à fait raison de supposer qu'il s'agit d'un pseudonyme. Dans mon métier, il est impératif de dissocier les aspects personnels de mes patients. Les rechutes, notamment les rechutes de dépressions psychotiques, peuvent être préjudiciables aux praticiens associés. Dans le cas qu'un de mes patients fait une rechute, au moins je suis à l'abri d'eux."
"En parlant de dépressions psychotiques, tu ne m'as jamais dit ce que tu m'avais diagnostiqué. De plus, maintenant que j'y pense, je ne t'ai jamais rencontré, mais tu m'as accueilli avec "C'est bon de te revoir". Est-ce que j'ai raté quelque chose ?"
"Hmm. Vous êtes plutôt vif, n'est-ce pas, en réalisant l'implication d'un si petit segment de discours. Je vais devoir faire attention à vous, M. Hill."
Je gémis intérieurement, réalisant mon erreur. J'avais montré mon talent pour les détails et il l'avait compris. Je devenais rouillé.
"Votre souvenir de votre arrivée ici doit être endommagé. Quelle est la première chose dont vous vous souvenez de votre séjour ici."
"Je me réveille dans ma cellule. C'était le premier jour."
"En fait, ce n'était pas le cas. C'était ton quatrième jour. Tes trois premiers jours... Tu étais très violent. Très instable. Tu alternais entre gémir, crier et murmurer un nom. Connaissez-vous le nom ?"
« Était-ce Sarah ?
"Non... C'était Marcus Edison. Savez-vous qui c'est ?"
"... Non, je n'ai jamais entendu parler de lui. Hein. Je suppose qu'il doit être important d'une manière ou d'une autre."
"Important pour quoi ?"
"Je travaille toujours sur celui-là, Doc. Je vous ferai savoir quand j'aurai quelque chose."
Nous marchions et discutions depuis quelques minutes, et je n'avais pas vraiment remarqué que nous étions arrivés au troisième étage jusqu'à ce que les aides-soignants s'arrêtent devant une porte en bois. Elle était bien ornée et légèrement entrouverte. Je pouvais sentir la légère odeur d'un feu artificiel ; les fumées de combustion des hydrocarbures. En entrant, j’ai regardé autour de moi et j’ai senti mon cœur se serrer. Me regarder, sous forme peinte, était le visage qui m'a causé tant de tourment. Un magnifique portrait d’une adolescente Sarah me regardait.
"Oh, est-ce que tu aimes le tableau. C'est celui de ma nièce. Elle me l'a envoyé lors de sa visite à Paris. Il ressemble à un véritable classique de l'ère victorienne."
"Ouais, je ne pourrais pas le dire. Êtes-vous apparenté à la royauté, Dr Smith ?"
"Oh non. Ma nièce est juste une fille plutôt chic. En parlant de classe, vous êtes probablement mon patient le plus exotique, M. Hill."
Baise-moi... Ce type parlait comme si j'étais une sorte de spécimen.
"Oh, oui. J'ai déterré vos dossiers avant que vous ne soyez expulsé de l'armée. Il prétend que vous avez le plus grand nombre de missions de combat et de non-combat de tous ceux de votre âge, atteignant le grade très vénéré de sergent d'artillerie. Je suis en présence de la fameuse tendance psychopathe de l'armée.
J'ai été tenté de faire taire ce type sur-le-champ. La célèbre tendance psychopathe de l'armée ? Qu'est-ce que ce petit connard d'université savait ? Ensuite, je me suis rappelé que sa nièce était un assassin de haut niveau. Quelque chose appelé un agent de terrain Echelon. Pffft, pourrions-nous s'il vous plaît trouver un nom plus générique pour notre agence de fantômes ?

Pendant quelques secondes, j'ai débattu de mes réponses, tandis que le Docteur me regardait par-dessus ses lunettes. Hmm... S'il était l'oncle de Sarah, du côté de son père, je connaissais son nom de famille. J'avais besoin de plus d'informations avant de tenter de pénétrer dans sa tête.

"Alors, Doc, de quoi ai-je diagnostiqué ?"
"Un cas assez grave de schizophrénie. Dites-moi, êtes-vous au courant de... symptômes étranges ? Quelqu'un vous a parlé, en cellule d'isolement ? C'est pour ça que vous aimez tant ça."

À ce stade, le ton pointu du docteur « Smith » me touchait vraiment. J’en avais marre d’être sur la défensive.

"Oh non. Pas en guise de confiment. Les voix ne commencent à devenir bruyantes que lorsque je suis sur le point de tuer quelqu'un. Est-ce que cela correspond à vos préjugés ? Ou avez-vous besoin de preuves supplémentaires pour pouvoir enfermer quelqu'un contre qui vous êtes mal disposé." ?"

Je n'ai pas vu quelqu'un se hérisser aussi fort depuis un moment.

"M'accusez-vous de corruption ?"
"Non, je vous accuse d'être une merde dans votre travail, Dr Laine."

J'ai pris un risque. Cela a payé. » bafouilla-t-il, avant de reprendre son calme.

"Excusez-moi ? Je m'appelle -"
"Non ce n'est pas."
"... Comment diable saviez-vous cela ?"
"Disons simplement que j'ai été attentif. Maintenant, pourquoi ne pas commencer ce qui se passe ici, afin que je puisse retourner dans ma cellule et retirer cette maudite veste."

Les aides-soignants parurent surpris de ma cohérence. J'imaginais que mes premiers jours ici devaient être quelque chose de spectaculaire.

"Donc, je suppose que tu ne crois pas que tu es mentalement malade ?"

Son ton donnait l'impression de m'attirer. Sérieusement, ce psy était le pire que j'ai rencontré.

"Si je dis que je suis fou, vous me croirez sur parole. Si je dis que je ne le suis pas, vous direz simplement que c'est quelque chose que quelqu'un délirant dirait. Alors... Et si... Va te faire foutre. ?"

L’infirmier à gauche ricana.

"Cela suffit, M. Hill. Comment puis-je vous aider si vous ne voulez pas vous aider vous-même ?"
"Question, Dr Laine. Combien de psys faut-il pour changer une ampoule ?"
"Ce n'est pas le moment de faire des blagues, M. Hill."
"Oh, au contraire, Doc, j'ai tout le temps du monde. Tu n'accepteras jamais que je vais bien, à condition que tu aies une excuse pour m'enfermer."
"J'en ai assez de tourner en rond. Vous pensez que je suis prédisposé contre vous, en utilisant les preuves que j'ai sous la main pour, comme vous le formulez, vous enfermer. Alors, comment expliquez-vous votre comportement en arrivant à ce point ? facilité?"
"Je ne m'en souviens pas, mais je suppose que j'étais en délire."
"Et la raison de l'expulsion militaire ? Ils ne licencient pas n'importe qui dans l'armée. Il faut être quelqu'un dont ils ne peuvent pas cacher les tendances psychotiques."
"Voilà encore, avec votre opinion préjugée. Combien de personnes connaissez-vous dans les forces armées ? Dans les années 70, les problèmes de santé mentale des commandants étaient en effet un gros problème. Mais les temps changent. Aujourd'hui, un commandant psychotique cause trop de pertes amicales pour qu'ils valent la peine pour leurs traits de chasseur d'hommes. L'armée les a tous expulsés dans les années 90. Les a systématiquement pourchassés, sous couvert de prendre soin de leur santé et a remplacé leur soif de sang indispensable par de vastes Rappelez-vous comment ils ont expérimenté en donnant du LSD aux troupes pour augmenter leur potentiel de destruction ? Ils ont finalement découvert que grâce à un entraînement répétitif, ils pouvaient dissocier l'ennemi du statut de personnes, de cible, ce qui fonctionnait bien mieux que d'avoir un tas de des canons lâches qui courent partout. Peut-être devriez-vous avoir un peu plus de respect pour les hommes et les femmes qui donnent leur vie pour vous permettre de maintenir votre niveau de vie.
Le Dr Laine est resté silencieux tout au long de mon explication.
"Je... J'ai entendu parler de certaines de ces choses. Mais ce n'est pas la question. L'armée vous a expulsé en raison de votre association avec l'incident d'Islamabad. Chose intéressante, vous avez été le seul à être expulsé. Ensuite, vous avez été envoyé ici. D'après ce que j'ai compris... Vous et vous seul êtes responsables des millions de victimes qui en ont résulté et des troubles qui ont suivi.
J'ai pris une profonde inspiration. C'était un coup bas, mais je savais qu'il me tenait par les couilles. Alors j'ai menti.
"Je ne faisais que suivre les ordres. Je voulais dire non. En fait, je l'ai fait. Ils m'ont menacé d'exécution pour insubordination. Je ne sais même pas qui ils étaient. Un espion."
J'ai jeté un coup d'œil au portrait de Sarah. Les meilleurs mensonges contiennent des éléments de vérité.
"Comment un sergent d'artillerie saurait-il même utiliser une arme nucléaire ? Ce n'est pas comme s'ils avaient un bouton 'cliquez ici pour armer'. Non, j'ai transmis les coordonnées de la frappe. Mais ce n'était pas autorisé et, naturellement, j'ai intercepté le message. " Le blâme. Cela me hante... Toutes ces âmes. Tous ces gens... Disparus, dans un éclair de lumière. Vous connaissez la citation d'Oppenheimer ? Chaque fois que je pense à ce moment, je me souviens de cette citation. "
Mon mensonge comportait de nombreux trous. Pourquoi quelque chose transporterait-il une arme nucléaire ? Pourquoi devrais-je obéir à un fantôme que je ne connais même pas ? Pourquoi un pilote, un opérateur de mortier ou un sous-marin tirerait-il une bombe nucléaire à la demande d'un grognement au sol ? Bon sang, pourquoi mon équipe ne m'arrêterait-elle pas ? Je comptais sur le penchant des militaires pour le secret pour protéger mon mensonge. Cela a payé.
"Compte tenu de tout ce que vous avez dit, je devrais peut-être reconsidérer ma position, en particulier ce que vous avez dit concernant ma prédisposition. Naturellement, je prendrai tout ce que vous dites avec des pincettes. Après tout, je parle à un malade mental. Mais peut-être qu'il souffre de dépression, pas de schizophrénie, et peut-être qu'il est rongé par la culpabilité, pas par de violents accès de folie.
J'ai été surpris par l'humilité de sa voix. J'ai immédiatement regretté de l'avoir jugé si durement.
"Prends tout le temps dont tu as besoin, doc. C'est une situation grave. Oh, si tu entres en contact avec Sarah, envoie-lui mon amour." J'ai hoché la tête en regardant le tableau, souriant alors que la réalisation et le choc inondaient ses traits.
"Très bien. J'espère... Eh bien, j'espère que quel que soit le malheur qui vous est arrivé, il sera bientôt révélé, M. Hill," dit-il d'une voix définitive. J'ai compris l'allusion et je me suis levé. Les infirmiers se sont approchés de moi et nous sommes partis, mais alors que nous atteignions la porte, le docteur Laine a appelé.
"Jared, Michael, la veste ne sera pas nécessaire la prochaine fois. Je suis sûr que M. Hill ne souffre plus de la violence qui lui a été infligée à son arrivée."

Articles similaires

Moka au caramel dans la jungle de Java

Cela faisait deux semaines depuis notre dernière rencontre. Quelque chose auquel je m'étais habitué. Il vient un lundi sur deux dans la jungle de Java pour livrer une seule boîte de biscuits aux pépites de chocolat de Josef's Vienna Bakery and Café. Les cookies n'avaient rien de spécial. Le propriétaire ne les vend que dans notre magasin car son frère est propriétaire de la boulangerie. Mais l'homme qui les a livrés ressemblait vraiment à quelque chose dont je pourrais prendre une bouchée… Il avait une vingtaine d'années et s'appelait Miguel. Brun foncé, cheveux ondulés et yeux noisette avec une teinte verte...

974 Des vues

Likes 0

Une tribu pour Téthys, partie 2, chapitre 10

Une tribu pour Téthys : 2e partie Chapitre 10 : Megan, voici Hera ! Megan est silencieuse pendant la majeure partie du chemin du retour à mon appartement après que nous ayons quitté la maison de Carl, et bien que je sois curieux de savoir ce qu'elle pense, c'est aussi l'occasion pour moi d'examiner certaines de mes propres pensées. Beaucoup de choses ont changé, pour nous tous, en très peu de temps. Nous avons laissé Sonia avec Carl, il a promis de la ramener à la maison une fois qu'ils auront terminé le dernier de leur accord commercial. Carl conclut un contrat...

721 Des vues

Likes 0

Se balancer au Pink Kitty

Je m'étais arrêté à la taverne locale pour quelques bières après un vrai vendredi de merde au travail. Il semblait que tout ce qui pouvait mal tourner avait mal tourné. J'avais besoin d'une putain de bière de la pire des manières. Peut-être que j'avais besoin de BEAUCOUP de bière. J'étais assis au bout du bar à m'occuper de mes propres affaires et à ne déranger personne quand mon pote Larry est entré. Il m'a regardé et s'est approché de moi et m'a dit : affronter. Depuis combien de temps êtes-vous ici? Pas putain assez longtemps ai-je grondé Pas assez longtemps. «...

663 Des vues

Likes 0

The Devil's Pact Slave Chronicles Chapitre 4 : Joie, première cire

Chroniques des esclaves du pacte du diable par mypenname3000 Droit d'auteur 2015 Joie : première cire Remarque : Mary a donné Joy à la mère de Mark, Sandy, et à la petite amie de Sandy, Betty, pour qu'elle soit leur esclave sexuelle. 19 juin 2013 – Joy Nguyen – South Hill, WA Ça va, murmura une voix réconfortante. J'ai lutté pour ouvrir les yeux; sommeil encore lourd sur mes paupières. Je pouvais sentir le lit trembler doucement alors que quelqu'un bougeait. Une femme sanglota doucement. La confusion m'envahit ; Je n'étais pas dans mon propre lit. Où étais-je? J'ai réussi à ouvrir...

667 Des vues

Likes 0

La fille du facteur, partie 1

Fille du facteur Je m'appelle Vincent. Je suis un facteur qui vit dans la banlieue de Richmond, en Virginie. Je suis un gars simple. Je n'ai jamais été une athlète hors pair, une excellente élève et, plus important encore, je n'ai jamais été un étalon avec les dames. Ma bite de 9 pouces aurait dû être d'une grande aide dans ce domaine, mais je n'ai jamais eu la confiance nécessaire pour arriver à ce stade avec une fille, avant ma femme bien sûr. Je menais une existence ennuyeuse et sans histoire. Le clou de ma journée a été de battre la...

560 Des vues

Likes 0

Jordan la déesse du sexe_ (1)

Je m'appelle Jacques. J'écris ceci parce que je ne peux tout simplement pas y croire moi-même. J'espère que quand j'aurai fini, ça sera un peu mieux compris. De toute façon. Ce que je vais vous raconter est un moment très spécial de ma vie. Quand j'ai baisé Jordan. Jordan a toujours été la fille la plus sexy de mon école et tout le monde convoite ses seins parfaitement formés. Elle sait que tous les mecs ne peuvent pas lui résister et se donne pour objectif personnel de porter des cols en V les plus bas possibles, histoire de nous tourmenter. Le...

622 Des vues

Likes 0

Sur la route Camionnage chapitre 5

Jill et moi sommes arrivés à Boise ID. vers 5 heures du matin. J'ai fait le plein du camion et je l'ai garé. Nous sommes entrés et avons pris un bon petit déjeuner. Elle a dit elle voulait m'avoir pour le dessert mais dans le camion. Et c'était le jour de l'anal. Elle m'a dit qu'elle voulait que KD lui défonce les fesses et que je lui défonce la chatte. J'ai ri et j'ai dit tu vas te mettre KD dans le cul? (KD étant Kong Dong) Cette chose mesure 18 pouces de long et environ 3 pouces d'épaisseur, un peu...

562 Des vues

Likes 0

Appât et interrupteur Ch. 16

Au moment où Lela avait fini d'expliquer toute la situation à ma sœur, j'étais épuisée et je pouvais à peine garder les yeux ouverts, même si Summer semblait étrangement excitée par toute cette épreuve. Pour une raison quelconque, les deux femelles semblaient très bien s'entendre, même si elles appartenaient à des espèces différentes, et encore moins à des planètes. Je ne me souviens pas d'être retourné chez ma mère, encore moins de m'être endormi. Le claquement de la porte d'entrée m'a réveillé. Je pensais que c'était juste que maman revenait enfin du nord, et j'ai essayé de me retourner, mais je...

556 Des vues

Likes 0

Brandy enfreint le code vestimentaire du travail

Salut, je m'appelle Brandy. J'ai 28 ans Bi Sub, 54, 115 lbs, cheveux blonds, yeux marrons, seins 32C avec des tétons dressés en permanence (ça l'a été toute ma vie), et une chatte épilée… oui, j'en avais marre de me raser et de m'épiler. moi, putain, ça fait mal. J'ai été un Sub presque toute ma vie même si je ne le savais pas depuis un bon moment. Je préfère les hommes, mais je suis maintenant une soumise obéissante très bien entraînée et je ferai tout ce que me dit un Dom ou une Femdom. Si vous avez lu certains de...

487 Des vues

Likes 0

Papa enlève la pression

J'étais allongé sur le lit avec ma bite dans le poing sur le point de l'arracher par les racines quand Andrea est entrée. Elle m'a regardé, a souri et s'est approchée du lit en laissant une traînée de vêtements pendant qu'elle marchait. Je suis désolée de t'avoir ignoré ces derniers temps ronronna-t-elle en remplaçant ma main par la sienne sur ma bite. Laisse-moi m'occuper de ça. Elle caressait ma bite comme elle seule pouvait tout le temps m'embrasser et me sucer la langue. Elle n'arrêtait pas de caresser ma virilité et me murmurait à l'oreille. Bébé a besoin d'une baise hard...

516 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.