Cat girl Charity - Une invitation personnelle à danser

73Report
Cat girl Charity - Une invitation personnelle à danser

Bienvenue dans la troisième histoire de Charity, une fille-chat qui cherche à trouver sa place dans la vie, ainsi qu'un amour recherché depuis longtemps. Dans cette histoire, nous voyons la relation croissante entre elle et le chancelier de l'académie, connu sous le nom de Storm Dragon, et un puissant sorcier à part entière, ainsi que des défis alors qu'un vieil ennemi se présente pour provoquer le chaos dans leur vie.

Alors venez nous rejoindre maintenant, car Charity est invitée à un bal officiel de l'Académie, alors qu'elle a d'autres idées de danse en tête. J'espère que tu apprécie cela.

S'il vous plaît laissez quelques commentaires afin que je puisse mieux améliorer l'histoire.
=======================================


On dit dans les contes anciens que les yeux sont une fenêtre sur l'âme ; tandis qu'un miroir est censé être le révélateur de tout ce qui est caché, montrant à tous ceux qui prennent la peine de regarder et de comprendre la réalité de ce qui EST, non caché de nous par des perceptions et des désirs préconçus.

C'est donc aujourd'hui que le même miroir montre une image à plusieurs dans la petite boutique de vêtements ; l'image de celle qui espère trouver une robe spéciale qui s'accroche juste à son cadre pour le bal des académies. Se déplaçant sur le petit pied haut perché devant elle, elle regarde sous autant d'angles que possible, à gauche et à droite, sur le côté et en arrière. Avoir les mains posées sur les hanches, puis le dos et la hanche arqués juste ainsi (un rapide sourire et un clin d'œil à un passant l'ont fait s'évanouir et sa petite amie le regarde avec une résignation jalouse).

Pris dans le moment de joie et de découverte, les poses deviennent une série de visages faits, de sourires narquois et de rires fantaisistes alors qu'elle tourne en cercle une fois, deux fois puis la troisième fois en donnant un coup de pied haut comme le ferait un danseur de la scène érotique . Chaque tourbillon est fait dans les mouvements de la poésie céleste manifestée sur la terre; bien qu'elle n'ait pas entendu la conversation changer dans une autre direction avec son compagnon.

Le tissu transparent de la robe glisse le long de la partie supérieure de sa cuisse, la jambe s'accrochant vers l'intérieur et ramenant les genoux près de sa poitrine; les mains jointes en forme de pyramide, elle se dresse sur l'autre pied pour s'équilibrer parfaitement sur la pointe des pieds. Nombreux sont ceux qui crient à la vue, tous dans la rue, sa jambe se déplace vers l'intérieur puis se courbe sur le côté, puis vers l'avant.

Les yeux suivent chaque courbe parfaite de sa forme, recouverts d'ombres qui cachent juste assez, attirent et taquinent en un; même les dames qui la regardent sont stupéfaites – beaucoup d'entre elles sont des danseuses à part entière – devant la grâce fluide d'elle, la sexualité brute et la sauvagerie maîtrisée par celui qui a choisi de se montrer.

« La charité reviendra sur terre, veux-tu, j'ai demandé comment ça se sent... serré, pince n'importe où, trop lâche ? »

Elle s'est inclinée en avant dans un demi-arc à la taille, sur les bras croisés dans l'imitation d'un arc de cour formel avant de rendre visite aux dignitaires. Des halètements amenèrent ses yeux vers la vitrine des magasins où accouraient des hommes, les visages plantés contre la vitre tandis que les sourires s'élargissaient comme ceux d'un grand loup heureux et bien nourri.

"Ça se chiffre."

Sa robe – sans bretelles aux épaules, est en effet trop ample car les hauts se sont également éloignés, se dirigeant vers le sud sur le corps d'une ravissante fille-chat.

En se redressant, elle voit clairement dans le miroir le haut de sa poitrine maintenant dénudé d'où s'est produit le "déplacement de la robe". Des cheveux longs et soyeux pendaient librement (ils sont aujourd'hui aussi blancs que les neiges vierges des hautes montagnes); coulant juste pour englober plutôt que dissimuler les deux seins mis en évidence de manière séduisante entre le motif de pinceau à encre (en forme de «W») et ses mamelons picotant d'excitation à cause de l'air vif.

Elle regarde les hommes et agite simplement un doigt dans un mouvement latéral "non-non-non" avec son sourire - espiègle et promettant de capturer les cœurs avec des plaisirs inouïs ou de les condamner dans un torrent de désespoir éternel.

Un instant plus tard, les gars ont hurlé de plaisir pendant que le spectacle continuait, car son corps a commencé à répondre visiblement à l'ensemble de mains douces et invisibles qui caressaient le haut de sa cuisse, provoquant d'abord un frisson si léger qu'ils lui trouvaient un endroit de plus grand plaisir avec un une douce caresse de plumes… puis d'autres suivent alors que leurs mouvements s'enchaînent dans un motif de l'alphabet de A, B, D, X, H et ainsi de suite, changeant de vitesse et de débit.

Ses jambes s'écartent légèrement et ses genoux se plient tellement, alors qu'elle oppose sa volonté à cette attention irrésistible qui s'affiche devant tous. La respiration devient difficile pour elle à un rythme régulier alors que les feux du désir commencent à nouveau à se développer; des signaux provenant des profondeurs de son corps criant à l'esprit comme des éclairs et un tonnerre de sensations que l'on pourrait comparer aux parfums enivrants des fleurs des prés, un ravissement d'aigle alors qu'il monte pour l'air, et l'expérience amoureuse d'un premier baiser bienheureux de jeunes mariés sur leur lit lune de miel.

Ceux qui regardent voient ses mains passer derrière son cou, la tête se détendre en arrière et sur le côté, les yeux voletant rapidement tandis que ses lèvres (d'un magenta irisé aujourd'hui) se plissent et se contractent aux coins au rythme de la danse naturelle de son corps. Ses dents mordillent par réflexe la lèvre inférieure, puis s'écartent de temps en temps pour chercher de l'air de manière audible dans un bonheur ravi alors qu'elle se dirige vers le Nirvana.

Tous ceux qui observent voient une série de frissons clairs et stellaires secouer son corps, la béatitude apparaissant sur sa peau brillante alors que le moment de son corps est venu. Respirant fort, elle enveloppe ses bras sous ses seins, les oreilles baissées en un signe clair de plaisir, redescendant lentement vers la terre.

La fin des spectacles est bien sûr accompagnée des hurlements, des huées, des cris de loup et des applaudissements appropriés. Cinq des danseuses appellent des offres d'emploi si elle est intéressée, et une a même demandé des cours privés - dans son propre lit.

Maintenant, son blush est corsé et l'embarras pour son moment de voyeurisme est absolu. Pourtant, elle ne bouge pas pour couvrir sa poitrine avec des bras ou une robe, s'exhibant toujours dans une innocence de jeune fille.

« PATCHES Je vais tellement vous avoir pour cette farce. »

======
Patches lui dit un peu « vous avez eu ». C'est un ami de longue date et un compagnon de route avec elle, un petit dragon de la longueur du bras d'une personne, capable de commander la magie comme elle le fait et dont l'humeur est affichée par un motif et une coloration changeants de son corps.

Et maintenant, face à son regard noir « tu es dans la niche », si innocent qu'elle prétende l'être, son corps tourbillonne de verts doux, de stries de nacre et de bleu saphir – révèle le contentement intense d'une farce bien joué.

Oh combien d'histoires il pourrait raconter sur leurs aventures ensemble, et sur les nombreuses farces qu'il a faites…

Dérivant sur des souvenirs d'une vie, il se recroqueville sur un paquet de chiffons à proximité et s'endort; son corps se déplace pour correspondre aux motifs du tissu et de l'arrière-plan - un motif de camouflage parfait.

======
Le rire léger d'Hanna brisa l'ambiance qui se développait en elle, suffisamment contagieux pour qu'il n'y ait pas moyen d'éviter que son propre rire clair et bouillonnant se fonde également.

« Chère fille… Je sais que le bal à venir est important, mais vous vous comportez comme une écolière qui a son premier grand rendez-vous ; cela s'ajoute au spectacle au sol fourni… », indiqua la main de la foule maintenant dispersée des observateurs.

Elle continue tout en couvrant à nouveau Charity avec la robe : « Je ne t'ai jamais vu agir de cette façon, une robe formelle, des laçages à froufrous et des bas faits juste comme ça – des petits cœurs et des baisers alors aussi ? Oh et cette jarretière que tu souhaites avoir – tout ça ne te ressemble pas du tout.

En réponse au regard rougissant et penaud sur son visage, Hannah continue. « Oh ho, ça y est alors, les bonnes vieilles chemises et culottes ne sont pas assez bonnes maintenant ? On dirait que quelqu'un a attrapé votre envie après tout, ou plutôt que vous avez attrapé son… hmm… pourrait-il être le vieux Storm Dragon lui-même ? Les gens disent que vous et lui avez passé du temps ensemble ces derniers temps… »

Elle était réticente à dire quoi que ce soit, car le fait est que oui, quelqu'un a attiré son cœur ; complètement par surprise et pour son plus grand plaisir, elle doit à nouveau oser espérer et rêver pour l'avenir, un avenir où elle n'est pas à la merci du destin ou d'événements indépendants de sa volonté. Pour la première fois depuis des lustres, elle se permet de tenter sa chance en amour.

Pour en couvrir certains et s'amuser un peu, elle se met à filer un conte tissé de rêves, d'espoirs et de rumeurs du chancelier ; faisant savoir à Hanna avec ses petits rires ricanants qu'il est dit d'amuser, de ne pas couvrir une vérité. Ainsi va-t-il, d'une lettre mystérieuse livrée par une armée de soldats gardant une boîte livrée par un serviteur d'un prince d'un château volant dans le ciel ; le coffret contenant une invitation au bal de l'Académie signée par "Il est trop mignon pour donner un nom".

Leur rire commun du ridicule total de l'histoire – bien qu'Hannah se demande brièvement étant donné la chance folle qui entoure Charity – attire les curieux de la rue, secouant la tête d'incrédulité envers Hannah et de dégoût envers Charity pour être juste une fille-chat.

"Tout ce que je sais en vérité Hannah", a-t-elle déclaré, "c'est que le chancelier m'a proposé de le rencontrer ici, car j'ai besoin d'une robe de toute façon, et qu'il "livra l'invitation d'une manière très spéciale". "

"Oh mon Dieu," Charity regarde Hannah, qui ajuste l'ourlet de la robe, "la dernière fois qu'il a livré quelque chose de cette façon, tout le domaine de Crown Hill a disparu… et oui ma chère, c'est là que nous avons maintenant le lac de Crown Hill à seulement un mile ou alors en dehors de la ville. Son sort s'est retourné contre lui comme il l'a déclaré et a incinéré le domaine, la colline et un quart de mile de la zone autour.

========
Les yeux jumeaux rougeoyant comme les braises d'un feu endormi écoutent via un miroir comme le magicien fait une boule de cristal ; une fois de plus il se demande à quel point le destin peut être capricieux par moments, une vengeance trop longtemps retardée contre Charity lui a été remise. De plus, il peut utiliser son intérêt pour le chancelier pour faire de réels dommages à l'Académie.

« Venez le bal de l'Académie, beaucoup tomberont ; et je contrôlerai tout.

========
Pendant les deux heures suivantes, elle essaie chaque combinaison de chapeaux, gants, gilets, écharpes et étoles sur sa forme. À chaque fois, elle a également utilisé une petite quantité de magie qu'elle sait pour changer la coloration de ses cheveux du blanc neige à différentes nuances de noir, d'ambre et de rouge, tout en portant la même robe sélectionnée en premier.

Hannah remarque également l'afflux progressif de clients que son personnel assiste ; malgré le fait que la plupart sont des hommes jeunes et célibataires de la région qui sont venus contempler Charity. Bien que beaucoup espèrent également un deuxième spectacle comme cela s'est produit plus tôt; et l'histoire de cet événement s'est propagée comme une traînée de poudre sur les groupes de potins, des détails scandaleux ajoutés à chaque récit jusqu'à ce que la simple vérité se transforme en une orgie hédoniste d'elle avec des centaines d'hommes et de femmes en une seule rencontre jusqu'à ce que tous périssent d'épuisement.

Malgré la fermeture des fenêtres et des portes, une douce brise a commencé à souffler à l'intérieur du magasin, ce qui a amené beaucoup de personnes à regarder autour de elles et à se demander curieusement ce qui se passait.

La charité cependant – longtemps un vétéran de nombreuses batailles de sorts – prend un tact différent; saisissant Hannah et plongeant vers le sol. Avec un cri d'un mot de pouvoir magique, un champ scintillant de force magique apparaît comme une sphère autour des deux.

Avec la brise qui se transforme en coup de vent, les gens crient et courent vers n'importe quelle sortie, sachant une fois de plus que les problèmes sont arrivés là où se trouve Charity.

======
« Parfait, déclare le guetteur, maintenant je suis débarrassé de cette jeune fille. Ensuite, j'aurai aussi ma chance pour le gros lot" il lève un verre de vin rouge en guise de salut "... à la fin du chancelier."


======
Les vents hurlent maintenant plus fort que le plus violent des ouragans et hurlent plus fort qu'une banshee qui jette des meubles et des vêtements - intacts et déchiquetés - à propos d'ecchymoses et de coups sur les quelques personnes qui ont refusé de fuir. Ils essaient de trouver n'importe quelle couverture qu'ils peuvent, jetés impuissants à chaque mouvement. Des nuages ​​sombres comme la nuit et illuminés par les linceuls d'éclairs à l'intérieur de la construction, la fureur étant ressentie par tous, alors que les forces de dévastation primordiale se rassemblent en attendant d'être déclenchées.
L'un des avantages de Charity par rapport à d'autres qui maîtrisent les voies de la magie, c'est qu'elle pratique une deuxième forme de capacités bien plus rare, tirée de la force et de l'énergie vivante de l'esprit, appelées Psionic par leurs utilisateurs. Cette capacité, dont une partie est l'utilisation de la télépathie pour détecter une autre vie intelligente à proximité, indique que dans la tempête qui se rassemble EST une intelligence, une vie affamée et inhumaine se préparant à se déchaîner avec sauvagerie et désireuse de tuer.

Une douzaine de paires d'yeux prennent forme, d'un bleu éclatant comme l'éclair, ils sont faits de miroitements chauffés à blanc par la puissance et le feu. Se manifestant finalement sous la forme de dragons, ils déchaînent un rugissement combiné d'une douzaine de coups de foudre secouant la zone pour des blocs dans toutes les directions; telle est la force des éléments en céramique et des vitres en verre qui vibrent et se brisent complètement. Le chaos survient alors que la panique balaie la rue – vous vous demandez si un tremblement de terre ou une grande tempête est survenu ou un autre problème encore indéterminé ?

La foudre ratisse le bouclier anti-sorts – sa lueur intense se construit pour arrêter et dissiper chaque éclair, puis se calme à nouveau un peu plus faible. Elle sait qu'il ne tiendra pas longtemps et joue l'un de ses coups les plus puissants dans son sac à malices ; si cela ne fonctionne pas, son amie Hannah sera tuée.

Elle atteint d'abord la sensibilité de l'éclair en forme de dragon ; contact télépathique établi, sa volonté pousse à les retenir et à les contrôler, à plier leur volonté à ses propres désirs. En même temps, elle utilise un sort rapide pour établir un lien entre eux et le sol nu – cherchant à ancrer leurs formes électriques à la terre elle-même.

Lentement, un par un, ils cessent d'envoyer leurs éclairs sur son bouclier magique ; une confusion silencieuse se dessine sur leurs visages tandis que leur volonté devient à son tour dominée par la sienne. Chacun sent la magie l'appeler, à entrer en terre et à se dissiper, à se reposer et à rentrer chez lui, à se libérer de celui qui l'a envoyé après la Charité.

Avant que la terreur ne remplisse les yeux de tous ceux qui restent dans le magasin, ils voient d'abord un, puis deux, trois et jusqu'à douze du dragon en forme de vol stationnaire, abaissant leur nez vers sa main dans une soumission claire et totale. À leur tour, ils se dissipent en éclats de lumière arc-en-ciel, tandis que des bancs de libellules et des étincelles de flammes se dispersent, se déversant dans la terre et les profondeurs en dessous.

======
"Impossible. C'est tout à fait impossible.

Son choc ressortait abondamment de son visage, ses yeux écarquillés et sa bouche bouche bée à cause de l'expérience. Vient ensuite la colère – une colère froide et calculée, les poings serrés et la mâchoire serrée à nouveau, tandis que les yeux dansent avec les flammes du monde souterrain lui-même. Jamais ce sort n'a été vaincu, jamais.

Défait - aucun à l'exception de l'expéditeur et peut-être d'un autre membre de l'Académie, le chancelier aurait pu le faire, aurait dû pouvoir le faire ! Pourtant la preuve se dissipe devant la vision envoyée sur les vents de la magie pour observer. Des plans clairement définis doivent maintenant être révisés ; elle s'est avérée être beaucoup plus forte qu'il ne l'avait imaginé, une autre erreur qu'il ne répétera pas.

======
« Oh, explosez et soyez déjà dérangé », a déclaré une voix irritée à l'intérieur des nuages ​​​​dissipants autour du magasin, « ne puis-je pas trouver un seul bon moyen de transmettre un message en personne sans que quelque chose ne tourne mal ? »

La plupart à portée de voix reconnaissent la voix et frissonnent de peur que le chaos soit sur le point de dégénérer en un nouveau niveau de dévastation. Se tenant là maintenant dans le clair, aidant les deux femmes protégées par le bouclier magique maintenant dissipé, n'est autre que le Chancelier Storm Dragon. Ils le voient en train de regarder la dévastation de la boutique d'Hannah et lui disent qu'il réparera tous les dommages car son sort de téléportation semble avoir foiré.

« Envoyez-moi toutes les factures et elles seront prises en charge, chère dame. »

Se retournant pour faire face à Charity et s'attendant à ce que tout Hadès se déchaîne maintenant, il fait signe avec une main gantée d'assurer la tempête de feu jusqu'à ce qu'il ait fini de parler.
« Mlle Charity, je suis venu vous apporter une invitation formelle au prochain bal de l'Académie, en supposant que nous parvenions à terminer les plans à temps ; alors si vous me le permettez -" il fouille d'abord une poche, puis une autre dans sa veste, puis plusieurs dans sa cape et une poche à sa ceinture - "Je souhaite vous la remettre en personne..."

Passant à son chapeau à plumes, il atteint une zone conçue pour contenir plusieurs fois son volume de marchandises dans un espace de mesure extra-dimensionnelle. « Hmm… ça doit être ici quelque part… » il en tire plusieurs sacs qui tintent avec des pièces de monnaie, des parures de bijoux, cinq bouteilles de vin et un tonneau de rhum, plus de vêtements que dix hommes porteraient en un an, et plus encore trucs qui rejoignent le tas croissant jusqu'à ce qu'il soit plus grand que lui.

« Je semble l'avoir égaré Charity, puis-je l'apporter à l'endroit où vous restez et vous inviter à dîner ce soir après une affaire que je dois terminer. » La dernière partie qu'il mentionne avec une expression claire de dégoût sur le visage, dirigée contre quiconque avec qui il a affaire.

"S'il vous plaît, dites oui ou non avant de déclencher la tempête contre moi pour avoir détruit ce magasin, ce qui n'était pas mon intention" à Hannah, il parle "Mlle Hannah, tout cela est à vous de vendre ou d'utiliser comme vous le souhaitez, envoyez toujours toutes les factures à moi comme je l'ai dit plus tôt.

« Alors Charity, quelle sera la réponse ? »

"Pour ce qui est du dîner, bien, vous savez où j'habite", elle lui ébouriffe les cheveux d'une main taquine, faisant battre son cœur de désir. Il entend les vendeurs ambulants commencer à donner des chances sur sa survie, ce qu'elle va lui faire ou lui dire, et d'autres combinaisons diverses d'événements ; bien des fortunes seront bientôt gagnées ou perdues. Tel est le mode de vie en communauté.

« Hannah, les fonds que j'ai donnés seront-ils suffisants pour couvrir l'achat ? » Il entend Charity parler au propriétaire du magasin.

« Oui… oui ma chérie. Plus qu'assez, mais qu'en est-il… »

Elle se calma alors que Charity se tournait pour faire face à Storm Dragon, la jupe de la robe coulant comme de la soie vivante et s'enroulant autour de sa silhouette. Ces yeux verts et bleus se fixent sur les siens, le danger et la fureur se mélangeant dans une égale mesure. Il a cependant résisté, prêt à faire face à la musique et à accepter la responsabilité – sans parler du fait qu'il aime dans une certaine mesure voir ses passions ardentes se déchaîner, se demandant ce que ce serait de la caresser là, et là aussi. comme LÀ… hein ?

Il sentit son corps se presser contre le sien, une jambe entrelaçant la sienne entre les cuisses. Ses bras entouraient son cou et ses joues chaudes pressées contre les siennes. Tous pouvaient voir la position qu'il faisait, le corps aussi immobile et inflexible que s'il était fait de granit et sculpté en statue. Pourtant, s'ils savaient comment son esprit tournait dans la pièce alors qu'un chien poursuit sa propre queue, de la fumée menaçait de sortir de ses yeux et les sensations électriques accumulées près de ses jambes n'avaient rien à voir avec les tempêtes qu'il commande si facilement.

Quand ses lèvres picorent très doucement et doucement sur son lobe d'oreille, sur le chemin du Nirvana, il s'envole tellement. Taquineries sont ses petits pincements avec ces dents, une paire de doigts caressant juste derrière la même oreille aussi; il sait exactement ce qu'elle fait, et pour une fois depuis si longtemps s'en moque.

Chacun de ses mouvements lui rappelle le même jeu joué par Felicity il y a si longtemps… une gorgée devient deux puis trois alors qu'elle continue le mouvement sensuel autour de lui. Même les voix du désir, des commentaires et des critiques pleines de luxure sont réduites au silence lorsqu'elle murmure des mots si calmes, destinés uniquement à lui.

"Tu me dois une danse..."

Faisant comme la plupart des hommes le font par bon sens et désireux d'éviter les feux annihilants de sa colère lorsqu'elle n'est pas suivie de près, il s'est simplement rabattu sur la vieille évasion de la plupart des hommes - lorsqu'il n'est pas sûr de ce que la dame a dit, faites semblant.

Hochement de la tête en signe d'acceptation, suivi d'un salut courtois fait avec autant de plaisir que possible ; avec le sourire espiègle d'un maître coquin et amant extraordinaire qui a conquis tant de femmes - et destiné à une seule aujourd'hui.

Robe et tout ce sur quoi elle se promenait par la porte.

Patches regarda le chancelier du haut d'un mannequin toujours debout (bien que cabossé). Il a juste gazouillé un petit "hein?" Ce à quoi même le Storm Dragon n'a jamais pu trouver de réponse à une telle réaction. Alors qu'il regardait le petit dragon compagnon de Charity s'envoler à sa poursuite, il ne lui est jamais venu à l'esprit que sa magie n'avait pas causé les dégâts à la place de quelqu'un d'autre.



*******************************
*******************************
L'auberge, récemment rebaptisée « Heavenly Hearth and Home » (remarque : l'aubergiste est réputé pour être bon dans ce qu'il fait, pas pour l'originalité de ses noms) ce soir, regorge d'invités et de citadins de tous les horizons. Toutes sortes d'espèces, de l'humanité normale au bazar et de tous les genres – dont certaines que personne ne peut vraiment décrire et encore moins déterminer s'il s'agit d'un homme, d'une femme, des deux ou, dans un cas, de multiples de tout ce qui précède ?

Les commandes de boissons et le cliquetis des tasses se mêlent aux autres conversations bruyantes et vantardises ; d'histoires racontées sur des monstres, des trésors, des amours perdus et retrouvés ; une véritable corne d'abondance de bruit qui s'écoule avec le parfum de la bière éventée et de la sueur, de la fumée de pipe et des boissons fortes.

Les servantes se déplacent rapidement avec la grâce aiguisée d'une ballerine qualifiée. Esquivant les mains cherchant une croupe ici ou une poitrine nue là - à moins d'être dûment compensés pour le temps et les « services » ainsi rendus. Des videurs, chacun un demi-ogre de 8 pieds de haut, des muscles massifs promettant le chaos et des regards qui pourraient faire cailler le lait ou l'eau en un coup d'œil gardent le problème constant du chaos sous contrôle.

Si le nombre et la valeur d'intimidation de ces murs de brutalité primitive ne sont pas assez dissuasifs, alors un coup d'œil sur un trou dans le mur de la rue - par lequel un fauteur de troubles est sorti après un voyage en avion à travers la pièce - sert de rappel supplémentaire .

Ce soir surtout, ils sont nécessaires, et très attentifs, car le jeu annuel connu sous le nom de « Services des Sénats » a lieu. Dans celui-ci, chaque joueur (seul, couple ou groupe) paie pour que son nom soit tiré d'un conteneur, tandis qu'un second est retiré d'un autre. La coutume veut que quiconque est jumelé à l'union qui en résulte indépendamment du statut social, de la classe, du sexe, etc.

Oh, comme l'aubergiste est heureux ce soir, les bénéfices affluent aussi vite que les boissons, ce qui lui fait encore plus d'un an de ventes normales et de chambres louées. Les jours heureux sont bel et bien là. Plus il gagne d'argent, plus il devient heureux, et pour une nuit, rien ne peut mal tourner – certainement rien ne peut ou ne va mal tourner.

Cela a donc duré jusqu'à ce qu'il voie un trio de durs jeter leurs tasses (d'environ un demi-gallon chacune) à travers la pièce et se briser sur la porte en heurtant le crâne monté d'un grand dragon. Des acclamations s'élèvent d'eux et à travers les clients de la salle à leur succès. Jusqu'à ce qu'ils entendent et voient ce qui s'est passé avec tout le vin tombant sur le sol - et sur une femme qui se tenait là complètement trempée.

"Je suis TREMPÉ !!!"

La voix maintenant remplie de rage féminine est claire pour tous, et les yeux maintenant brillants comme les âmes des damnés se tournent pleinement vers les durs qui s'approchent pour s'amuser avec elle.

À leur grand regret bientôt réalisé, car même s'ils étaient plus nombreux qu'elle vingt ou trente contre un, le résultat ne peut pas être changé, ils perdent quand même.

=======
Le chancelier se contentait de faire les cent pas en descendant la rue – fulminant à propos de la dernière réunion avec ceux de la direction des académies… « Tant de choses encore à faire, des mystères à démêler, et ils ne peuvent même pas gérer un élément aussi simple que le grand bal à venir . Peut-être qu'une transformation rapide de quelques-uns en oiseaux ou autres améliorera leurs dispositions. À quoi vient encore cet univers ? »

« Ah, nous y sommes », déclare-t-il à personne en particulier. Un autre regard perplexe traverse son visage à la simple pensée de Charity qui habite ici. Pauvre fille – J'ai vécu à l'Académie pendant si longtemps que j'oublie que la plupart des gens n'ont pas autant de chance que moi. Les affaires que j'ai avec elle maintenant, alors allons-y.

Soudain, il entendit des cris à l'intérieur de la structure, des voix fortes et des plus torrides, surtout des paris sur une affaire commençant à l'intérieur. Avec plusieurs cris déchirants pour les oreilles indiquant que leurs utilisateurs sont confrontés à une forme de cauchemar – peut-être une femme ou une belle-mère en colère ?

Ses sens aiguisés, plus aiguisés que la plupart des mages mortels ne pourraient jamais espérer atteindre le flux subtil d'une créature invoquée à l'intérieur de l'auberge - suivi de trois rugissements forts assortis d'un rugissement massif secouant le sol et effrayant les gens au cœur de l'os avec un destin imminent.

Voler par la porte ou la fenêtre a couru un trio de durs, des hommes habitués à être le chef d'une meute d'intimidateurs et à toujours faire ce qu'ils veulent – ​​fuyant maintenant dans une terreur totale. Des hurlements remplissent la rue alors qu'ils se déplacent en vol comme un cerf recherché par une meute de loups… pas tout à fait un loup, plutôt comme un gros fagot de fourrure….

Les regardant brièvement gagner la sécurité supposée d'un virage pris d'un coup sec et d'une haute voûte au-dessus d'une clôture, il se retourna vers le chat plutôt grand, un tigre redoutable d'environ 16 pieds de long, 7 pieds de haut jusqu'à l'épaule et des pattes de la taille de la poitrine entièrement musclée d'un lutteur. Des incisives de douze pouces se révélèrent alors qu'il le regardait, les yeux brillants d'un blanc d'acier en fusion, les grognements sourds émanant de la gorge et des poumons subliminaux et terrifiants pour la plupart.

« Mlle Tiger », a-t-il déclaré avec un aplomb décontracté de diplomatie et de courtoisie, « je pense qu'ils ont franchi cette clôture et devraient être à proximité. »

Voyant la clôture qu'il a indiquée avec sa canne, le tigre a mis la tête vers le ciel et a rugi !!! En un coup de feu et en dégageant la clôture avec à peine une pensée ou un effort d'énergie. Il s'est déplacé si vite que la plupart se sont demandé s'il s'agissait en fait d'une apparition - une illusion formée par la substance de rêves donnés vie pendant une courte période par magie.

La cacophonie de bruit et de presse des corps qui a suivi était presque aussi impressionnante.

Le premier était un parieur formel, quatre durs portant sa table sur laquelle reposait la caisse en fer contenant des fonds ; un chacun sur les pieds d'angle maintenus à hauteur d'épaule. Sa chaise portait aussi, au même niveau, par deux autres. Il a pris des paris alors qu'ils disparaissaient dans la rue poursuivis par une foule de sportifs, de parieurs et de ceux qui aimaient être là lorsque le chaos éclatait.

Un quatuor d'usuriers et leurs gardes sans cervelle (le genre de voyous « tous muscles, pas de cervelle ») ont été les prochains à continuer ; hurlant pour que les personnes qui ont emprunté de l'argent pour cet événement restent sur place jusqu'à ce qu'elles rattrapent leur retard et "assurez-vous que vous pouvez payer comme prévu".

Deux autres rugissements, bien que légèrement plus faibles chacun de loin, marquèrent le temps qui passait, résonnant avec le rire fort et profond du sien. Jamais depuis si longtemps il n'a trouvé un tel amusement que ces dernières semaines à chaque fois… "D'une manière ou d'une autre, je me demande si ce petit spectacle vient d'une certaine jeune femme avec qui je vais dîner ce soir…"

Montant les escaliers dans l'auberge, il rit à haute voix, la voix résonnant et terrifiant tout autour de lui qui se demande s'il apporte plus de dévastation cette nuit; car en tant que plus grand des dragons dont il porte le nom – les légendaires dragons des tempêtes qui peuvent contrôler le vent, la foudre, la grêle et la pluie, et dont on dit qu'ils ont le pouvoir sur tout dans l'air et l'eau – il porte la réputation la plus féroce.

======
Peu de choses peuvent l'irriter et la rendre plus furieuse que d'être trempée par une pluie froide, même si le froid ne la dérange pas du tout, ni l'eau la plus chaude dans laquelle elle aime s'imprégner - un cadeau de son héritage que des patchs dont elle a partagé cette connaissance . L'une de ces choses cependant est d'être trempée par l'alcool, ce qui offense son nez plus que peu d'autres choses - comme les morts-vivants, un tas d'ordures...

En réajustant la serviette sur sa forme alors qu'elle descend jusqu'à la piscine - en fait une grande source chaude dans laquelle les clients et les invités résidents utilisent couramment pour des rendez-vous galants à toute heure - la plupart de la puanteur a disparu après s'être aspergée d'eau.

Perdre cette nouvelle robe si tôt, et pour une raison aussi stupide que des idiots qui s'amusent.

« Cette journée devient de plus en plus étrange, que va-t-il se passer d'autre ? »

Trois femmes de chambre et un videur qui les escortent dans les escaliers la regardent sous le choc après avoir entendu ces mots, sachant comment quand elle fait une déclaration comme celle-ci, le chaos va bientôt arriver.

En ce moment, pour elle, tout ce qui compte, c'est un bain chaud dans la piscine, suivi d'un peu de malice.

Les sons du tonnerre et des objets qui se cognent les uns contre les autres, ainsi que les videurs demi-ogres criant de douleur et de peur l'alertent clairement que le trempage peut ne pas se produire avant un certain temps.

======
Seize des videurs gisaient étendus sur le sol, insensés et battus tout sauf bleus et noirs par des forces que peu de gens imaginent ou commandent. Une fois de plus, les paris sont effectués dans le combat à sens unique, mais avec des chuchotements silencieux et presque sans bruit ni acclamations. Peu osent respirer le moins du monde devant eux.

À bout de souffle car il reste à quatre pieds ou plus du sol au bout de la canne de l'homme ; il regarde une paire d'yeux dansant avec une puissance et une force égales à une montagne. Même l'agacement continu (pour l'homme) de deux autres chaises qui claquent sur son corps sans effet ; le videur accroché au sol est pourtant, pour la troisième fois, interrogé.

"Que s'est-il passé" - sa main libre recule sans tenir compte du mouvement et les deux videurs se catapultent à travers la pièce alors qu'un éclair blanc et brûlant ratisse leurs formes - "à Charity, dites-moi que je perds le peu de patience qu'il me reste . "

Des échos écrasants de pierres se brisant en morceaux sont entendus par tous alors que les deux ont un impact sur le mur le plus éloigné.

Il fait signe aux restes de sa robe en lambeaux posés sur la table à proximité, recouverts de ce qu'il prend pour son sang. Au besoin, il déchirera cette structure brique par brique et travaillera vers l'extérieur le long du bloc jusqu'à ce qu'elle soit retrouvée saine et sauve.

De multiples éclairs de lumière interrompirent la réponse gargouillante qu'il fit alors que plusieurs compagnons de l'Académie et les Maîtres Aden, Sheo et Tael apparaissaient. Rapidement, un cercle défensif tourné vers l'extérieur est assumé par les plus jeunes du groupe, alertes et prêts en cas de besoin. Chacun des maîtres s'inclina formellement devant son propre chef qui se tenait devant eux.

Maître Aden s'avance, vêtu de son costume noir habituel de tailleur immaculé pour sa silhouette grande et dégingandée, les yeux dansant avec des flaques de noir irisé ; ils sont si sombres que la lumière elle-même est absorbée pour ne jamais émerger.

"Chancelier, certains de nos étudiants ici nous ont convoqués en déclarant qu'il y avait une" affaire impliquant la disparition imminente et la plus dramatique de beaucoup dans laquelle le chancelier de l'école est impliqué. ""

En les regardant tous, il grogna simplement devant la pure idiotie d'un tel message plein de mélodrame. « Comme vous pouvez le voir, je mène un interrogatoire mineur concernant la dame Charity ; qui peut avoir des ennuis et ces brutes » – main libre indique les divers demi-ogres – « ne me laisseront pas savoir si quelque chose s’est passé. »

Soudain, le poids au bout de sa canne se déplace et tous observent le demi-ogre se déplacer sur des mains invisibles dans les airs et vers le foyer de la cage d'escalier. Another of the still standing bouncers helps it to move away, anger directed at the Chancellor clear to behold.

And closer still to him stands the objective of his search – Charity.

“If you had bothered to LOOK at the gown first” – most got the idea she figured now that is well beyond his ability, rank and position – “you would see it was only wine that stained it, and it tore as I got out of it from being soaked…AGAIN!”

====
“Journeymen,” called out Master Sheo, “attend and observe in silence. Learn well the lessons about to begin for all of our edification. This will be one that falls in the events of a male’s life between the ‘angry wife who has mother and father coming over’ and ‘Hells Society of Scorned Women and Daughters.’ ”

“Learn well and remember, for each nuance and detail will be graded heavily upon the term paper for this one encounter due upon my desk first hour of the day, ten days from now. Remember not to use the flame creating inks; the devastation of the last such fiasco is still being cleaned up.”

====
Chancellor Storm Dragon just sighed in his thoughts, prepared to face the storm yet again; fully knowing that this time he will not be spared her wrath as it was at Hanna’s. It will be neither the first or last he shall suffer, as the last cat-girl he loved so much was as fiery and passionate in a rage.

Upon further consideration - as she poked him in the chest and declared to him matters of his lineage, chemistry of blood, brain size and consistency (both the one above and below), companions and consorts, particular studies of esoteric erotica best left to the imagination; in addition to a very well rounded command of insults mixed in at least ten languages recognize by him – she is quite cute in such a utter rage of feline feminine fury.

Her snow white hair dances about her body and face flush with heat from the torrent of words and motion directed at him. Even the well sculpted form of her arm securing her towel in place is perfection in beauty. No doubt to it, once again he finds a lady in his life, and is getting swept away.

“Enough of this you walking excuse for a fur bound rug,” declared Master Tael as he grabbed her arm with a firm and solid grip. “You may be some kind of self important, uppity acting whore for the Chancellor but show due respect for him…”

Master Tael the parrot, late of the Academy and the newest member of the avian world squawked wildly as he flew out the door in a cloud of clinging smoke and brimstone.

Charity looked at each of the Masters and Journeymen. “Is there anyone else among you all who wish to be belligerent, insulting, discourteous and stupid mixed into one?”

The others shook their heads and vanished in the same flashes of light that signaled their arrival shortly before.

“Now,” – she firmly commanded the Chancellor – “you will compensate each person you hurt along with the innkeeper; to disrupt the peace of a inn, you know the customs as well as I; now then, I want to hear why you sought me out in the first place – AS I TAKE MY BATH!”

This night to the growing legends of Charity is added a new title – Tamer of the dragon.


*************************************
*************************************
Weightlessness, the water holding her in its hands, massaging her body as she slowly moves around with just the faintest of moves from hands and feet. Heated by forces from deep within the earth and brought forth for her and other guests to enjoy, muscles unwind and calm become her for a time; allowing a special kind of bliss she loves so much to encompass her very being.

Eyes closed and inhaling deeply the air laden with steam and moisture; a heady blend of scented soaps, candles, minerals nearly beyond count with bathing salts, used towels and stale sweat. Her ears lower and raise, twitch and twirl left and right as new sounds come into attention – the lapping of water on the edge of the pool, a small ripple from her movement returning and echoing ever so faint against the upper arm, drops of water condensing and falling from the ceiling.

She lets her heightened senses of the mind – the Art called Psionic’s, by will alone she commands the waters to move her just so – slightly to the right on her one leg, move the forearm to here and then there. Each time it also generates a tickling sensation – the softest of natures caresses sending rapturous bliss up her body. Shudders of delight, of passion and wonder again commences as she is more and more into the moment.

Invisible hands caress along her stomach, while a set of lips give fine little kisses from the naval and gradually moving up. One builds on top of the other, done as by a master lover seeking to encompass his lady love; to join in her spirit of passion now awakening within. Then a moment’s pause between her breasts, her nipples erect and swelled from delight of the heat – inside and without; softly the kisses become two, simultaneously encompassing each one and bringing about a blissful intake of breath to her being.

Eyes are seen to flutter and shudder beneath their closed lids, and ears move down to encompass the sides of her face while lips quiver and purse in harmony to the rhythm of her body. Next is a sensation from below, of a loving embrace tenderly teasing, pleasing and blissful in one. Upon that one spot for pleasure alone shared by all women it focuses completely. Fiery bliss runs up her body and into the core of her mind – nay her very being of the soul.

Back arches along with her neck as thighs seek to encompass the giver of such eternal bliss. For a minute and then two it continues, driving her wild as few ever could in her long life. Mutterings without meaning pass those lips and into the air about; and finally gasp and squeal ever so faintly as her peak is hit and release of the spirit of bliss occurs.

Looking at the one nearby, perched on his knees and feet attached to the wall over her, she sees her smile returned twice in measure. “Thank you, that was” – electric like thrills run over her again, encompassing each point of her being from head to feet and back again many times over in a second of time – “amazing.”

A look of poignant denial crosses his face, hand pointing to him as in saying silently “do you mean me?”

Of course the wild laughter and delight in his eyes, visible to her even among the wraith like wisps of steam confirms the welcome and delight he provided. Easing herself closer to his location she suddenly disappears under the waters surface…only to return leaping most of the way bodily out of the water, planting a quick peck of a kiss on his cheek before sliding back down again.

Their eyes settle on one another with the unspoken question; each waiting for the other to broach first.

======
Watching through the servants eyes, a beast of unique abilities brought forth from a world most never hear of let alone survive, he now knows the time to strike is perfect. Plans adjusted, no witnesses as all others are up at the game commencing, and both have their guards lowered completely as lust builds to the culmination of their desired union.

He savors the emotions in the same manor as the glass of wine in one hand, refined pallet delighting in the fine and effete sensations. Chaos, sensuality, sex, desire and confusion, anticipation, and of course – mayhem mixed with murder.

“Oh how I so love it when a good plan works out well…”

======
He just gazes down from his perch upon her face. No longer is there any more doubt about it, while he has not “fallen into love from the crushing altitude of the start and sun” as most songs would have it; he is definitely into the part of wanting to know more of this most fascinating of felines.

Head and eyes moved the flowing motion of beauty below in the water. Doing a slow and graceful backstroke, she moves in a state of utter grace and control. He catches a complete view of her face, neck, arms, hour glass figure, perky breasts and abdomen shifting water about them with each sweeping movement. A quick move of her legs pulling to her chest leads to a series of twirls – tight, solid are those leg and calf muscles.

Yet such each move under HER control and dictate, that she shows fully only what she chooses; as shadows are kept tantalizing over portions of the anatomical terrain. Just enough to give a tantalizing glimmer, of what the mind says has to be there and yet not sure if it really is – wisps of a dream and shadows, light and dark, played in the ecstatic euphoria of erotica in action.

Time flows by unnoticed by the couple; observer and observed the dance continues. And it suddenly becomes clear to the Chancellor that IT IS A DANCE, or akin to one she is doing in the water.

He could feel the building flow of desire building within – cheeks flushing and blood flowing faster with each beat of his heart. A casual and quick adjustment of britches and vest cover the growing distraction from view – at least he assumed until hearing the bubbling brook like laughter of her. Not one of shame or shock, nor one of mockery; it is one of genuine delight and discovery. The acknowledgement her desires are being made known loud and clear.

Her eyes glimmer with wild passions of lust, desire, affection, laughter, and impish potential. Emerald greens mix with sapphire blues, and wisdom beyond years of count lay there – clear the signs of life long and rough, one he knows counts more than two or three centuries despite the youth she carries so well.

Looking down he sees her right below him, relatively speaking as he is held to the wall by magical forces under his control. “Charity, do you want to come up here or me to come down there…for me to…explain what I came here to see you about?”

Hands extended skyward she submerges and leaps high like a porpoise coming out of the water, so smooth and gracefully is it accomplished. Her arms wrap about his neck as he pulls her into his lap; water runs off of her like the tributaries of a river while thoroughly soaking him.

When she pressed her lips to his, no casual peck or such nonsense, a full course mouth to mouth planting to rival any of history (as far as he is concerned); he felt as if the entire universe imploded and then exploded.

“Took you long enough to get around to asking…”

In an instant sensations overwhelming crashed into his brain; of her muscles locking and jerking in pain beyond any description then his own, a assault on the very aspects of his brain that support life – a will seeking to burn up the neural paths controlling his lungs, his heart, his very fiber of muscles and bones.

Next he knows in what remains of his consciousness they are both falling to the water, seeing a mass of slick, sickly gray writhing tentacles reaching for him and her, and then the flair of illuminating light…

======
“Yes!”

His arm slaps the padded rest of the chair with relish, threatening to smash the very wood itself from the forces involved.

Through the mutual links sent forth by his own Art – one with his servant in the pool, and clairvoyance via eyes in the area as well, he sees the short and one sided battle. Emotions flow back from his servant, enjoyment most delectable for his refined pallet of pure evil.

Oh how each emotion carried forth…

Of satisfaction upon stalking and striking the intended prey.
Of superiority as these two are caught in such ease.
Of the life of the prey slowly fading, life force shifting and flowing into the ether.
Of abrupt confusion as the unexpected occurs.
Of sudden shock as the hunter perceives danger.
Of realization that is terror experienced by a being for the first time.
Flee or fight…flee or fight…what it must do…what must it…
(Pressure)
(Relentless pressure)
(Pain, savage, relentless, anger ancient beyond count)
Then night flows – eternity –

Eyes dilated and bulging in terror experienced and perceived; in manners so alien as to defy anything else the mortal world could encompass. The final sight of his servant conveyed, matching with the scene he beholds in the room observed, brings forth terror beyond anything ever experienced in his life.

Flashes of light about the room where the two are indicate others have arrived.

Severing the link to his observation of the room, he understands more than ever how badly he has erred. To assume HE of all beings of the universe could dare to stand against the Chancellor. I must leave quickly, the sight of that glowing eye, narrow slit looking back as if into his very soul chilling to the bones of his body.

Indeed this round I have lost, yet the game will continue onward; for in the end I have always won.

Now onto the next community for a time, to await others he has summoned and hired; and to add the cat-girl to his list of obstacles needing to be eliminated. Cloak and coat closed against the coming weather, hood pulled up with the harness bag over his shoulder he heads out the door.

Now first step is to find those idiotic toughs at the inn…

Reality comes crashing home at the sight of a Dire Tiger, its massive frame pulsing in power and control waiting to be unleashed. Those eyes speaking of intelligence beyond a mere animal; the eyes of a hunter who know the prey has run out of room and time.

“Charity charged me with the task of finding who led this hunt” – crouching down for the spring, ready to play and chase as one does with a mouse – “and so I have; now you may run or die where you are, either way this is the end.”

He understands now in full hopeless comprehension how bad he underestimated them BOTH – Charity and the Chancellor; for while he dealt with his creature, she sent this beast after him…having sensed his watching in the mirror upon them both…one mistake…just one…

======
Masters Aden and Sheo, along with a dozen of the most skilled Journeyman mages of the Academy stood watch in silence of the scene before them. Justin remains silently in one corner by the entryway, hoping against hope to avoid being discovered and then obliterated.

A lone female standing poised, back arched with arms upward, flexing muscles in preparation to jump into the water off of her perch.

Keenly do eyes follow the graceful leap of Charity as she goes through a 360 degree turn and double twist unto entering the water with nay a ripple to be found. The submerged figure of hers, reflection on the surface of the pool rippling and distorting as if in a unpolished mirror, flows to their edge.

Climbing out and enwrapping a towel about her body, she looks at all of the mages in turn, as if she discerns the thoughts and intentions of each.

Enrapturing as her appearance is, the sight behind her holds more menace and captive wonderment of a legend now reality. What many have longed to see, to behold and dread the wrath of turned against them is there in all the wondrous glory – and from who’s head she just leaped a moment before - a STORM DRAGON!

Small by the standards of its species – this one being only the size of ten houses laid end to end – curled up on itself twice over, eyes shifting in coloration from white unto red and then settling into amethyst hues. Shifting ever so slightly ripples of coloration – flowing and shifting sapphire blues, emerald greens, onyx black, along with many others blending – dance across its length. Teeth the size of a sword blade visible in those great jaws, along with one claw that has the talons poised to strike if anyone dares to advance on Charity.

With a grace belying its vast size, not clunky or slow, more like a ballerina in a play so natural is the flow of movement, those teeth take hold of her towel and yank it away – spinning her around while revealing her bared form for all to see. Once again her temper detonates and lashes out at the dragon…the watching mages have to wonder now about her sanity…at least until they see the smile on her face.

For then they understand, this is none other than the Chancellor who assumed the form of his namesake, the Storm Dragon.

At a nod from the Masters, all disappear in a series of flashing lights.

======
Justin manages to sneak off soon afterwards; waiting as the Chancellor (back in his usual guise) and Charity also disappear in a flash of light – teleporting to somewhere else, most likely her bedroom upstairs – confused, awestruck, and fearful about saying anything of what happened.

======
In her room upstairs indeed is where the two went; she is in his arms laughing and giggling hysterically with wonder as he whips around in circles. Sitting down on the bed, he feels briefly like a tree being climbed all over as she straddles him face to face while locking legs strong as iron about his waist. Her arms draw him unto her and the kisses to his cheeks, head and neck begin driving him wild.

Hands begin their exploration of her body, well knowing just where and how to get her purring up a storm.

Touching the shallow curve of her lower back sends visible spasms of delight and a abrupt, deep and audible intake of breath. Moving in circles on her skin, she stretches upward with her head arched back. His smile at her delight equaled the sensations experienced by her.

Eyes flickered and rolled, mouth quivering and cheeks lustrous with the flush rich and exquisite. Moving along the road of her back, each hand stopped in specific spots that are tickled or teased as they approach past those strong arms and shoulders, up the neck and to her ears.




Already knowing what to expect, he is not surprised when his stroking actions cause her to lock her legs tighter and pull closer to him. Body to body, his clothed form did little to protect him from the sensation of a woman in the flow of delight and desire, arms crushing tighter about his neck while her cheek rested upon his pushing in hard and rubbing as well. Her exhalation smelled of fine jasmine mint and must, the scents given off by her body and hair work to drive him wild, especially of the winter- mint he so loves.

Her vibrations and thrusting pelvis against his lap indicated suddenly he has brought her along too quickly and sees the climax of delight, desire, lust and the embodiment of enraptured erotica fulfilled.

Looking upon him with joy, excitement, completion and major satisfaction, her kiss covers any perceived failure on his part – to the contrary he understands, she is happy beyond measure.

“Okay Charity now that the warming up is done, would you like to go for the next round…”

Looking down at her cuddled, slumbering form upon his shoulder, he gently lowers her down and places the covers over her form. Taking a relaxing and cross legged stance next to, and trying not to awaken, her he seeks to examine the mystery of this most wonderful of creatures.

“This I have to admit is a first in a long time…normally women fall asleep from my talking, not when they are so aroused…poor girl must be exhausted. And yes Patches, I will stay and watch tonight incase someone else is irritating enough to try and strike at her.”

Content, the little dragon settles back among the papers on the desk; his coloration shifting to blend in so totally with the background he cannot be spotted by mortal eyes.

He looks about the small room she calls home – seeking anything that will tell him more of this most wonderful of ladies now in his life.

The small shelves lined with books, titles long familiar to him and some of them so esoteric in lore that few are able to comprehend; minor items of magical ability around the area; and an open locket on the stand by the bed catching his attention.

Inside is a portrait of two people – almost identical to the one he has of him in his youth and Felicity his lost love. The difference here clearly is that the cat-girl is Charity and not of his first cat-girl Felicity; the other is… of…him…!

His universe has just gotten a lot more complicated.

======
After cleaning up the remains of the game, the couples and groups long since departing for the consummations of their selected partners, Justin went to his quarters. Upon it lay a simple package of oiled skins, proof against most weather.

Within is a pair of leather armbands, embodied with rings of mithral and gold.

A letter reads…

“Justine, these are a gift from me, the Chancellor; they protect the wearer from harm due to assault from fists or arms. Use them well and with honor, for they may save your life or another who will be dear to you in the future. The choice of telling the tale of what you seen tonight I leave to you to make, no repercussions will come from me. Peace be with you, for your journey in life will be long and exciting.“And while I am thinking on the matter – congratulations, the little gathering you had with the Manx twins will bring twins for each mother to be this spring. Best wishes and recall their mother is also a werewolf. From what Charity says she is ‘a true man-eater.’ ”

(Fin.)

Articles similaires

Le projet Zethriel (chapitres cinq à six)

---(Cinq)--- Lorsque Keria Shadoweye se réveilla, c'était le soir. La dernière lumière de la journée filtrait à travers les rideaux bleu foncé, projetant une lueur trouble sur la pièce. Ils devaient dormir depuis très longtemps, pensa-t-elle. Sous elle, Zethriel s'endormit paisiblement avec sa bite bien dure à nouveau dans la chatte de Keria. Elle leva la tête de son épaule pour le regarder dormir. À califourchon sur lui comme elle l'était, sa bite la remplissait de satisfaction et son corps était si chaud sous elle que la poitrine de Zethriel se soulevait et s'abaissait au rythme de sa respiration. Elle ne...

131 Des vues

Likes 0

Avantages sociaux liés au travail, Pt. 2

La nuit dernière a été une nuit incroyable et le début de ce que j'espérais être une série de belles rencontres avec Susan, ses filles jumelles, et à ne pas manquer, ma meilleure fille au bureau et la meneuse lubrique, Debbie. Même la serveuse du bar, Tammie, a proposé des possibilités très intéressantes, car elle a fait preuve d'une audace et d'un état d'esprit sexuel qui, selon moi, devaient contenir des secrets sexuels quelque part au plus profond de moi. Et en ce qui concerne le personnel du bureau, toutes des femmes comme je l'ai mentionné précédemment, j'avais maintenant eu une...

113 Des vues

Likes 0

LE FREAK - Partie 4 sur 5

>>>>>>Nous avons conduit dans Massachusetts Avenue et avons trouvé une place pour se garer à environ un pâté de maisons près de Harvard Yard, le nom donné au campus principal. Il était un peu plus de dix heures. Mme Atkins avait dit de venir n'importe quand, alors nous avons marché ensemble jusqu'au bureau des admissions, la trouvant à son bureau. J'ai présenté Barbara et nous avons pris nos places. La toute première chose que j'ai faite a été de passer le dossier de photographies sur le bureau. « J'avais demandé à Barbara de m'épouser le vendredi soir précédent, le vendredi...

35 Des vues

Likes 0

Moi et Sue

Moi et Sue Comme vous vous en souvenez peut-être si vous avez lu mes autres récits, ma sœur aînée est sexy et a eu une très grande influence sur mon identité sexuelle depuis que j'ai perdu ma virginité avec elle quand j'avais douze ans et qu'elle en avait vingt. Au fil des années, nous avons continué à expérimenter ensemble, mais comme elle n'avait donné naissance à mon neveu que quelques mois avant ma première fois avec elle, elle produisait toujours du lait maternel et allaitait mon neveu nouveau-né. Sue était la première personne que j'aie jamais vue qui allaitait son enfant...

77 Des vues

Likes 0

Substitut sexuel

Substitut sexuel Ch1 M'éclaboussant d'eau le visage et regardant dans un grand miroir de salle de bain, fatigué de la longue soirée que j'ai eue la nuit dernière où j'ai eu une conférence de plus d'une centaine d'invités au cours de laquelle je leur ai parlé de mon travail. Non, je n'étais pas une call-girl, je ne me suis jamais déshabillée, je n'ai jamais travaillé dans un bordel et je ne fais pas de publicité. Je suis essentiellement un psychologue qui aide les hommes, les femmes et aussi les couples handicapés à performer pendant les rapports sexuels. En tant que substitut...

52 Des vues

Likes 0

Salons de discussion - une méchante vengeance entre copines

Vous rentrez chez vous après une longue journée de travail ; vous enlevez votre manteau et vous dirigez vers la cuisine pour une bière. Lorsque vous ouvrez la porte du réfrigérateur, votre petite amie s'approche par derrière – en vous couvrant les yeux avec un bandeau sur les yeux. Elle le noue serré étant un peu rugueux « J'ai un os à choisir avec toi ! » vous lance-t-elle. « Qu'est-ce que… ? ! Vous questionnez, levant la main pour découvrir vos yeux. Elle donne une tape sur le dos de ta main et saisit ton poignet pour te tirer hors de la cuisine. Les yeux bandés...

82 Des vues

Likes 0

Ma charmante fille Leia - Partie 2 Pseudo nuit de noces

Partie 2, notre pseudo nuit de noces Leia sortit de l'hôtel, me tenant le bras pendant que je poussais la poussette. Je ne pouvais que remercier mes étoiles chanceuses, car je me sentais profondément liée à ma fille. Nous avions traversé beaucoup de choses et maintenant tout était rose. Nous avons demandé au concierge un endroit agréable où aller à pied pour le déjeuner et il nous a indiqué un petit café à quelques pâtés de maisons du Dorchester. Nous nous sommes assis et avons mangé un petit déjeuner, nourrissant les garçons de morceaux de pomme et d'orange. Nous parlions de...

99 Des vues

Likes 0

REJOINDRE LE LORD DES TÉNÈBRES PARTIE 2

Je me suis réveillé dans ma chambre avec la douleur de la nuit dernière et j'ai pris mes lunettes et je les ai mis pour découvrir que je ne peux pas voir que c'est trop flou, alors je les enlève pour découvrir que je peux mieux voir sans elles. PAPA VENEZ ICI POUR UNE SEC qu'est-ce que c'est fils je n'ai pas besoin de mes lunettes pourquoi ce qui s'est passé bien c'est depuis la nuit dernière le seigneur des ténèbres était si heureux de t'avoir refait en récompense. Allez jeter un coup d'œil dans le miroir, je trébuche hors du...

84 Des vues

Likes 0

Partager un lit avec maman partie 2

Partager un lit avec maman partie 2 Alors après avoir fait jouir ma mère, j'ai sorti ma bite de son cul et je me suis allongé juste à côté d'elle, reprenant tous les deux notre souffle, se regardant dans les yeux, se souriant, je t'aime maman Je t'aime aussi fils nous avions beaucoup transpiré, et maman a dit nous ne devrions vraiment pas aller nous coucher comme ça, je ne veux pas que mes draps soient tout en sueur, mon fils, allons prendre une douche et nettoyons-nous les uns les autres Je me suis allongé sur le lit et...

93 Des vues

Likes 0

La vengeance d'Ambre

# TCA * Entrée C'est une histoire de vengeance et de douleur. C'est une histoire d'amour et d'affection. C'est une histoire de satisfaction et les gens obtiennent leur comeuppance. Ma petite amie Amber et moi étions membres d'un sex club. Nous aimions tous les deux aller et participer à la plupart des activités du club, mais elle refusait d'avoir des relations sexuelles avec d'autres femmes. Elle aimait regarder d'autres femmes dans le club, se faire baiser et elle aimait même regarder d'autres femmes se baiser, mais elle n'était jamais capable de manger la chatte elle-même. J'étais perplexe et je lui ai...

16 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.