Le nouveau jouet du fantôme

358Report
Le nouveau jouet du fantôme

Le bâtiment en pierre grise se dressait devant Cassandra de manière assez intéressante, la fausse façade Tudor grisée dans une certaine mesure par des années de pollution. La peinture noire de la porte s'écaillait légèrement. L'ironie avait pris son tour en le plaçant au 23 Acacia Avenue, à côté de la pute mythique de la renommée d'Iron Maiden. Les chiffres n’étaient légèrement pas alignés, s’éloignant les uns des autres en haut. Des roses rouge sang grimpaient sur le devant parmi le lierre. Un gros heurtoir en laiton se trouvait à gauche de la porte.

Cassandra espérait qu'elle était convenablement habillée, avec une veste courte violette, un jean trois-quarts et un chemisier fleuri. Ses cheveux blonds jusqu'aux épaules pendaient légèrement devant ses lunettes à monture métallique. Elle avait également enfilé ses chaussettes à rayures préférées et ses ballerines noires, pensant que le confort passait avant l'apparence. Dans sa main gauche, elle tenait un morceau de papier en lambeaux et entre son pouce et son index une bague en argent ornée de trois crânes. Avec précaution, elle souleva le heurtoir et le laissa tomber, l'écho résonnant dans la rue vide.

La porte s'ouvrit, comme si elle était actionnée mécaniquement, bourdonnant et bourdonnant légèrement. À l’intérieur, il y avait une petite pièce d’entrée, faiblement éclairée et décorée de rouges foncés et d’ébène. Une chaise longue en velours rouge se trouvait à gauche de la pièce. Le sol était en planches d'acajou foncé avec un tapis rouge au centre de la pièce. Un portemanteau vide se trouvait à droite de la porte. Au centre se tenait une jeune femme d’environ vingt-cinq ans. Elle portait un chemisier victorien blanc à col haut, une jupe noire jusqu'aux genoux et des bottes à talons hauts jusqu'aux mollets, augmentant encore son apparence de taille. Ses mains étaient derrière son dos et elle se tourna vers Cassandra.

Précipitamment et nerveusement, Cassandra a laissé échapper : "Un homme m'a donné ça." Elle tendit la bague et le papier vers la femme.

Le regard de la femme s'est déplacé vers le ring, puis d'une voix douce et sensuelle, elle a dit : "Je m'appelle Jill, j'informerai les autres que notre invitée est là." Alors qu'elle se tournait et se dirigeait vers une porte, Cassandra remarqua que ses mains étaient attachées ensemble avec une fine corde nouée en nœud derrière son dos. "Attends ici," dit Jill en laissant Cassandra seule.

Une minute s'était écoulée, mais pour Cassandra, c'était comme cinq heures. Son esprit revint à la soirée précédente. Elle était assise seule au bar du Raven, buvant une vodka et des canneberges et écoutant tranquillement le Cure, lorsqu'un motard se dirigea vers le bar. Ses cheveux longs et flamboyants pendaient de telle sorte qu'ils cachaient partiellement son visage dans l'obscurité du bar. Il fouilla dans sa veste en cuir noir et sortit une note croustillante avec laquelle il commanda une coupe de champagne et un shot d'absinthe. Il versa l'absinthe dans le champagne, ôta sa bague en argent, celle que Cassandra tenait maintenant, et la mit dans le verre. De son jean, il sortit un morceau de papier, griffonna dessus puis passa le verre et le papier à Cassandra avant de partir en silence. Le papier contenait l'adresse de ce bâtiment et les mots "Le Fantôme". Intriguée, elle avait décidé d'enquêter le lendemain matin.

La réapparition de Jill la réveilla de sa rêverie. Même si cette fois elle était sans bottes, ses mains restaient liées. Ses ongles de pieds étaient peints du même pourpre que le papier peint. Les pieds nus de Jill produisaient un bruit de tapotement doux et humide sur le parquet dur. D'un coup d'œil, elle désigna le portemanteau puis une petite table de bout à côté. De la même voix sensuelle, elle dit : "Ils vont vous voir maintenant, vous pouvez laisser votre manteau et ceux là-bas."

Cassandra posa soigneusement le billet et la bague sur la table, puis ôta lentement sa veste et l'accrocha au porte-manteau, remarquant une canne en ébène avec une poignée en forme de tête de mort en argent dans le porte-manteau. Puis, croisant les bras sur sa poitrine, elle se tourna et suivit Jill à travers une porte latérale et dans un escalier en fer forgé. L'escalier s'enroulait autour d'un pilier en pierre grise dans un puits bordé de grès, se poursuivant sur environ trois étages sous terre.

L'escalier se terminait par un couloir en pierre éclairé par des torches, qui s'étendait au loin. De temps en temps, il y avait une grande porte en chêne ferrée dans une niche voûtée le long des murs. Les seuls bruits pendant que Jill conduisait Cassandra dans le couloir étaient le crépitement des torches et le doux écho de leurs pieds sur le sol en pierre dure, formant un rythme primitif qui amène l'esprit de Cassandra à vagabonder vers des images tribales.

Ils s'arrêtèrent devant l'une des portes. Le motard de la nuit précédente est arrivé de l'autre côté avec une autre femme. Ses vêtements de cuir et ses jeans avaient disparu, à leur place se trouvaient une chemise blanche Renaissance et des culottes serrées en cuir. Les talons métalliques de ses bottes claquèrent au rythme du cliquetis des boucles latérales sous les dessus pliés. Les cheveux enflammés ne couvraient plus son visage, mais étaient plutôt attachés en queue de cheval et un masque blanc masquait les parties gauche et supérieure de son visage à la place. La femme portait un corset complet en cuir noir, avec un string et une jarretière noirs. Ses bottes noires jusqu'aux genoux produisirent un bruit aigu lorsque le talon aiguille toucha le sol. Un collier en cuir clouté ornait son cou blanc laiteux et de longs gants en dentelle noire sur ses bras. La légère brise des torches faisait onduler doucement ses cheveux noirs corbeau.

Il parla d'un ton grave qui résonna dans le couloir vide : " J'ai des affaires à régler ; je vais vous laisser ici avec Maîtresse Elizabeth. Elle devrait en effet très bien s'occuper de vous. " Il y avait un léger sourire sur son visage lorsqu'il prononça la dernière phrase, faisant allusion à un contexte plus sombre. Cassandra le regarda marcher dans le couloir, ses lèvres humides à la pensée de lui.

Maîtresse Elizabeth désigna une porte avec sa main gauche, puis ordonna avec un fort accent anglais : « Enlevez-les et passez par là. Elle fit un geste vers Cassandra.

Cassandra se retourna nerveusement. "Enlever quoi ? Mademoiselle ?"

Elizabeth a attrapé la jambe droite de Cassandra, puis a retiré ses ballerines, puis sa chaussette, passant à la jambe gauche, elle a dit : " Ce sera Madame ou Maîtresse à partir de maintenant, ma fille. " Le sol en pierre était froid sous ses pieds et elle frissonna lorsque son pied droit descendit. Elizabeth jeta les chaussures et les chaussettes dans une petite alcôve et poussa Cassandra, désormais pieds nus, à travers la porte, puis commença à retirer ses propres bottes, les fermant lentement. Autour de ses chevilles, serrées contre la peau, se trouvaient deux bracelets de cheville en argent.

Un mince rembourrage en PVC rouge brillant recouvrait les murs à l'intérieur de la pièce, ce qui produisit un léger bruit de succion lorsque Cassandra trébucha sur le sol. Jill s'était tenue contre le mur du fond, debout, face à la porte. Au centre de la pièce se trouvait un banc rembourré, à peu près à hauteur de taille, avec des crosses à la base et recouvert du même tissu rouge. À quelques mètres de là se trouvait une petite table avec une sélection d'objets, recouverte d'un tissu de soie rouge, et une petite boîte en dessous.

Elizabeth entra dans la pièce alors que Cassandra se levait. Elle s'est déplacée vers Jill et lui a détaché les mains. Elle posa le cordon sur la table et en sortit la boîte. Se tournant vers Cassandra, elle poussa la boîte en avant.

"Déshabillez-vous tous les deux, maintenant ! Mettez les vêtements dans la boîte lorsque vous avez terminé." » Elle a commandé.

Jill a immédiatement répondu: "Oui, Maîtresse." Puis elle commença à retirer son chemisier, suivi de sa jupe, sous laquelle se trouvaient un soutien-gorge et un string violets, qu'elle enleva en commençant par les bretelles et en plaçant chaque article dans la boîte.

Hésitante et frémissante, lorsque les yeux se tournèrent vers elle, Cassandra parvint à peine à sortir un son. "Oui Maîtresse." Elle a appelé doucement. Lentement, Cassandra déboutonna son chemisier, puis la braguette de son jean, les enlevant, la jambe droite d'abord, puis la gauche. Son chemisier arriva ensuite, flottant doucement dans la boîte, suivi de son soutien-gorge noir puis de sa culotte française en dentelle noire, légèrement humide de son vagin.

Une fois tous les vêtements placés dans la boîte, celle-ci était replacée sous la table. Les deux filles désormais nues se tenaient de chaque côté du banc au milieu de la pièce, Cassandra tremblant légèrement. Sans mots, Elizabeth tendit la main sous le tissu, le laissant en place pour augmenter l'anticipation. Elle retira sa main qui tenait deux colliers de cuir, l'un rouge et l'autre noir. Tous deux avaient un anneau en argent à l'avant et un petit mécanisme de verrouillage à l'arrière. Le rouge a été placé autour du cou de Jill et le verrou s'est mis en place. Puis le noir fut enroulé autour du cou de Cassandra frémissante.

Cassandra a ensuite été poussée à genoux devant le banc par Elizabeth, qui a ensuite enfermé les pieds de Cassandra dans les bâtons de chêne. Ils s'ajustaient étroitement autour de ses chevilles et ralentissaient partiellement le sang, provoquant l'apparition et la disparition d'une rougeur rose. Elizabeth la força à franchir le banc et attacha l'anneau du collier à un anneau caché de l'autre côté. Cela a amené Cassandra à se pencher complètement, exposant ses fesses nues et son vagin humidifié. En agitant son bras vers la table, Elizabeth fit signe à Jill. Sur ce, Jill retira le tissu, révélant plusieurs poignets et attaches en cuir, un bâillon-boule et une longue cravache fine. Elle a remis deux des attaches à Elizabeth, qui les a ensuite glissées sur les poignets et le haut des bras de Cassandra, et les a verrouillées en position croisée, de sorte que ses bras soient croisés derrière son dos. Elizabeth prit ensuite la cravache, joua avec, la balançant doucement dans sa main puis sur ses lèvres, maculant légèrement son rouge à lèvres violet.

Anticipant la frappe à venir, Cassandra retint son souffle et tendit les muscles de son corps. Ses cuisses se resserrèrent, écartant les lèvres rougissantes de son vagin. Elle tira sur ses accoudoirs et se poussa sur le banc pour se préparer au coup. Mais il devait y avoir plus de tension avant cela, car Elizabeth n'était pas simplement une sadique grossière, mais plutôt une perfectionniste dans son jeu.

Elizabeth posa la cravache sur la table et prit une paire de manchettes en cuir rouge, de la même couleur que le col porté par Jill. Elle a attrapé la cheville gauche de Jill et l'a tournée derrière le dos de la fille, a glissé le brassard, a serré la boucle et l'a relâchée au sol. Elle répéta cela avec l'autre jambe, saisissant la cheville, plaçant le brassard par-dessus et le relâchant au sol. Puis elle prit sur la table une paire de menottes en cuir rouge et les apposa sur les poignets de Jill. Agenouillée sur le sol, elle ouvrit deux petits rabats du rembourrage devant l'endroit où Cassandra était attachée et en sortit deux petits anneaux en acier. Elle attrapa les chevilles de Jill et verrouilla les attaches dans les anneaux, la tenant les bras écartés, le vagin droit face au visage de Cassandra. Puis elle se dirigea vers le bord de la pièce, près de la porte, ouvrit un panneau caché et actionna un interrupteur. Une chaîne descendait du plafond au-dessus de la tête de Jill. Elizabeth l'a attaché aux menottes puis a appuyé sur un autre interrupteur, ce qui a serré la chaîne, étirant les bras de Jill au-dessus de sa tête.

"Lèche-le lentement, fais-la frémir d'excitation", ordonna-t-elle en attachant le bâillon autour de la bouche de Jill et en le fixant fermement en place. L'étirement de ses bras et le léchage de la longue langue agile de Cassandra provoquèrent une contorsion du visage de Jill, montrant un mélange exquis d'agonie nostalgique et de plaisir orgasmique. Cassandra vit du coin de l'œil Elizabeth soulever la récolte de la table, mais n'osa pas arrêter de lécher le clitoris palpitant de Jill.

Elizabeth balança la cravache vers l'arrière dans les airs, son corps pivota depuis la pointe de ses pieds, ses hanches se retournèrent. Puis elle abaissa la cravache, ses hanches se transformant en coup, augmentant encore la vitesse à mesure qu'elle coupait l'air. Le jabot atterrit sur Cassandra, mais pas sur ses fesses ou son vagin comme elle l'avait prévu mais sur la plante de son pied gauche. La douleur et la surprise font bondir Cassandra en avant, mais les stocks maintiennent ses pieds fermement en place alors qu'un deuxième coup frappe sa plante droite. Un troisième coup arriva à la joue droite de son derrière bossu. Puis un quatrième sur la joue gauche, suivi d'un cinquième puis d'un sixième, l'assaut continu alternant entre les côtés de ses fesses.

Les gémissements étouffés de Jill et les gémissements de Cassandra alors qu'elle continuait à se lécher l'aine entre les cils de la récolte. Les mamelons de Cassandra tiraient doucement sur le coussin alors qu'ils durcissaient sous la vague d'endorphines. Les coups ont cessé et les deux filles sont venues ensemble. Le fluide chaud pénétrait dans la bouche de Cassandra et descendait entre ses cuisses, les amortissant par vagues. Le goût sucré des sécrétions de Jill contre le goût amer de sa chair faisait palpiter et lécher la langue de Cassandra plus rapidement, savourant chaque seconde.

La porte de la chambre craqua sur ses gonds de fer lorsqu'elle s'ouvrit et le motard revint, nu à l'exception du masque et d'une ceinture, en bandoulière en diagonale de son épaule droite à sa cuisse gauche. Au bout de la ceinture se trouvait un fouet enroulé ; c'était une couleur beige clair inhabituelle, en raison du matériau inhabituel de sa construction. Le noyau interne était constitué d’une tresse de cuir de veau solide mais souple, mais la couche externe était en peau de requin ange, recouverte de milliers de petites dents. Dans sa main gauche, il tenait une laisse en chaîne, avec la boucle en cuir autour de son poignet.

Il fit signe à Elizabeth de s'écarter, fit signe à Jill et dit : " Détachez-la et amenez-la sous peu, je vais prendre celle-ci maintenant. " Il s'agenouilla et déverrouilla les stocks, puis décrocha l'anneau relié au collier de Cassandra et attacha la laisse au collier, laissant ses bras attachés derrière son dos. Il la tira pour se lever, elle grimaça lorsque ses pieds touchèrent le sol, mais se ressaisit brusquement et fut conduite hors de la pièce alors qu'Elizabeth détachait Jill.

Il la conduisit dans une pièce plus loin dans le couloir. Cette pièce était plus grande et revêtue de pierre, avec un plafond voûté en bois ; trois traverses en chêne enjambaient les murs, les divisant en trois quarts. Les seuls meubles de cette pièce étaient un grand placard en acajou au fond et une petite cage en fer forgé, juste assez grande pour un humain. Il plaça Cassandra dans la première moitié de la pièce, puis se dirigea vers le placard et l'ouvrit. À l’intérieur se trouvaient divers fouets, pagaies et entraves. Des cordes et des chaînes étaient enroulées à la base avec divers jouets. La place centrale de l'exposition était une rapière avec une poignée de panier en argent, en forme d'oméga.

"Venez ici." » Appela-t-il Cassandra alors qu'il prenait deux menottes aux chevilles dans le placard.

Elle répondit, plus confiante qu'Elizabeth : "Oui, Maître." Puis elle s'est approchée de lui et a levé sa jambe gauche pour lui permettre de placer la manchette sur son pied et de serrer la boucle, puis la droite a été relevée et sécurisée de la même manière. Elle commença à trembler légèrement et ses jambes, encore mouillées de son sperme, se tendirent, poussant son vagin ouvert et son clitoris de haut en avant. Il desserra les accoudoirs, puis prit un bâillon en forme de bride accroché à une cheville sur la porte du placard. Il restait maladroitement dans sa bouche alors qu'il positionnait les sangles, puis à mesure qu'il les resserrait, il devenait plus naturel et confortable dans sa bouche. Elle fut ensuite conduite vers l'autre moitié de la pièce.

Ses chevilles étaient à nouveau liées, mais cette fois par les liens en cuir attachés à de courtes chaînes posées au sol, les maintenant écartées. Ses attaches pour les mains étaient ensuite fixées à deux chaînes suspendues à la traverse, la maintenant en forme de croix, sur la pointe des pieds.

Un bruit sourd retentit derrière elle alors que le fouet à sa ceinture se déroulait. Il recula, son bras replié, son corps tournant, comme un boxeur sur le point de lancer un centre droit. L'air hurla avec un son aigu alors qu'il l'appuya sur son dos, puis le repoussa rapidement, permettant aux dents inversées de la peau de requin de mordre sa chair pendant seulement une fraction de seconde. Son cri étouffé fit trembler son corps et son gros pénis commença à se raidir. Il reçut un autre coup, les infimes coupures de dents provoquant une multitude de piqûres consécutives au coup initial du fouet. Leurs deux corps étaient couverts de sang tandis qu'un troisième coup touchait son dos, le faisant saigner à cause des coupures.

Maîtresse Elizabeth et Jill entrèrent dans la pièce à ce moment-là, Jill, sans ses attaches, rampant sur le sol avec Elizabeth tenant une laisse à son collier. Elizabeth, toujours dans le corset, avait remis ses bottes, mais avait retiré son string et les bonnets du corset, révélant ses seins coquins et son vagin scintillant. Elle prit la cage dans le coin et la posa devant Cassandra. Ensuite, elle a détaché la laisse de Jill, l'a forcée à entrer dans la cage et l'a verrouillée, de sorte que le corps de Jill était étroitement plié, restreignant tous ses mouvements. Il se tourna pour la regarder faire cela, frottant doucement le sang et la sueur dans le dos de Cassandra, la faisant gémir car cela piquait profondément.

Elizabeth passa sa main sur une sélection de vibromasseurs au fond du placard, le Maître hocha la tête alors que sa main se déplaçait sur un long noir et sur un large argenté, qu'elle ramassa tous deux. Ils ont ensuite été allumés, le noir a été placé dans le vagin exposé de Jill, puis le chrome dans son rectum, l'écartant. Le sphincter se referma autour d'elle, l'entraînant plus loin dans son corps. Alors que Jill en cage gémissait doucement devant les vibromasseurs, Elizabeth se déplaça à ses côtés.

Il la frappa violemment sur les flancs avec les deux mains, il emmena Elizabeth dans le placard et ramassa la rapière au centre de la pile, dégainant sa lame brillante. Il le tenait contre les seins d'Elizabeth ; l'acier froid durcit ses mamelons. Il grogna intérieurement et se dirigea vers Cassandra. Elizabeth défit les jambes de Cassandra alors qu'il la caressait doucement avec la pointe de l'épée, la faisant descendre sur sa joue, puis sur sa poitrine, s'arrêtant à chaque mamelon. Puis de son ventre jusqu'à son vagin, la lame froide la faisant mordre autour de lui, les fluides coulant le long du bord de la lame alors qu'elle arrivait au simple contact de la lame.

Finalement, mettant fin à l'impatience qu'elle avait ressentie depuis qu'elle avait franchi pour la première fois la porte de l'immeuble, il l'attrapa, ses ongles s'enfonçant dans la chair de ses cuisses. Sa bite écarta les lèvres de son vagin alors qu'il commençait à pousser. Comme un marteau-piqueur, il frappait de plus en plus fort. Elizabeth caressa le dos de Cassandra avec un moulinet alors qu'il lui frappait le devant. La surstimulation et la libération du plaisir amènent Cassandra à mordre fort dans le bâillon et à essayer de crier alors que tout son corps est choqué par l'orgasme. Son corps bégayait alors qu'il retirait son phallus. Les veines sur le côté de sa tige étaient bombées. Rapidement, il se tourna et vint au-dessus de la cage de Jill, toujours en train de se tordre, couvrant son corps d'une vague de sperme. L'adrénaline quitta le corps de Cassandra, car d'une manière ou d'une autre, elle savait que ce spectacle était terminé ; elle s'est ensuite évanouie dans ses liens.

Elle s'est réveillée dans des draps de soie sur un lit moelleux, ses coupures avaient été pansées avec des bandages froids et humides et une douce brise soufflait d'une fenêtre vers l'extérieur. Elle était allongée face contre terre, avec Jill, assise à côté d'elle, à nouveau entièrement vêtue du chemisier et de la jupe victoriennes. Elle bougea sa jambe gauche et sentit une légère traction alors qu'elle tirait sur un mince anneau métallique autour de sa cheville enchaînée au lit. Jill remarqua qu'elle était réveillée et dit doucement : " Dors maintenant, le Maître était content de toi, cette nuit sera encore meilleure. " Puis elle se glissa tranquillement par la porte, tandis que Cassandra s'enfonçait dans un sommeil sans rêves, le brassard procurant un étrange sentiment de sécurité.

Articles similaires

Sur la route Camionnage chapitre 5

Jill et moi sommes arrivés à Boise ID. vers 5 heures du matin. J'ai fait le plein du camion et je l'ai garé. Nous sommes entrés et avons pris un bon petit déjeuner. Elle a dit elle voulait m'avoir pour le dessert mais dans le camion. Et c'était le jour de l'anal. Elle m'a dit qu'elle voulait que KD lui défonce les fesses et que je lui défonce la chatte. J'ai ri et j'ai dit tu vas te mettre KD dans le cul? (KD étant Kong Dong) Cette chose mesure 18 pouces de long et environ 3 pouces d'épaisseur, un peu...

497 Des vues

Likes 0

Brandy enfreint le code vestimentaire du travail

Salut, je m'appelle Brandy. J'ai 28 ans Bi Sub, 54, 115 lbs, cheveux blonds, yeux marrons, seins 32C avec des tétons dressés en permanence (ça l'a été toute ma vie), et une chatte épilée… oui, j'en avais marre de me raser et de m'épiler. moi, putain, ça fait mal. J'ai été un Sub presque toute ma vie même si je ne le savais pas depuis un bon moment. Je préfère les hommes, mais je suis maintenant une soumise obéissante très bien entraînée et je ferai tout ce que me dit un Dom ou une Femdom. Si vous avez lu certains de...

398 Des vues

Likes 0

PAS DE RÉSERVATIONS

Brenda Olsen faisait la queue avec un peu d'impatience en attendant de s'inscrire et d'obtenir la clé de sa chambre. Enfin, marmonna-t-elle dans sa barbe, à mon tour ! Comment puis-je vous aider? » demanda vivement la petite blonde derrière le comptoir. Brenda était sur le point de donner un zinger à la femme mais réfléchit mieux et répondit : Olsen, Brenda Olsen, j'ai une réservation pour trois nuits. Euhhhhhh laisse-moi voir, dit la blonde en tapant son nom sur le terminal informatique des réservations. Hmmmmm, je ne le trouve pas ici, laissez-moi vérifier encore un endroit...... Brenda tapait nerveusement du...

349 Des vues

Likes 0

Lycée Jameson

Lycée Jameson Présentation : Bonjour, je m'appelle Adilene (appelez-moi simplement Adi), je suis une brune de 5'6 de corpulence athlétique avec des fesses fermes et de gros seins de 54 bonnets E. J'assiste à la Jenna Jameson Sex Academy ici en 2035. Depuis que vous avez lu ceci, le monde a beaucoup changé. À partir de 2021, la Chine a dépassé les États-Unis en tant qu'économie dominante, les crises énergétiques ont pris fin avec l'utilisation généralisée des techniques de fusion et de fission ; les différences raciales et sexuelles ont été presque entièrement résolues dans le monde entier, et les traditions...

1.4K Des vues

Likes 0

La vie de Jen - Chapitre six - Première partie

La vie de Jen – Chapitre 6 – Première partie Diverses choses me restent à l'esprit – et mes vacances annuelles étaient généralement mouvementées. Une année, mes parents ont décidé de louer une villa à Corfou pendant 2 semaines, et mon grand-père et mon oncle y ont été invités. Dans l'avion, je devais m'asseoir entre mon grand-père et mon oncle – et mes parents étaient assis de l'autre côté. Mon grand-père a mis mon manteau sur mes genoux - et a rapidement écarté ma jupe, tirant ma culotte sur le côté et a poussé un doigt directement en moi, j'ai haleté...

1.4K Des vues

Likes 0

Travailler avec Walker Pt. 6

Le trajet en voiture était le plus souvent silencieux. Une fois que nous avons tous convenu de rentrer à la maison, personne n'a rien dit d'autre. Rien d'autre n'avait besoin d'être dit, je suppose. Nous avions tous la même chose en tête. Je me suis assis à l'arrière avec Walker pendant que Tyler conduisait et que Mike était sur le siège passager. Mike vivait à distance de marche de ce théâtre, alors il est revenu avec nous jusqu'à la maison de Tyler et Walker. Walker s'est assis au milieu pour être près de moi. Nous nous frottions les cuisses, appréciant la...

737 Des vues

Likes 0

La chienne intérieure émerge

Elle l'a rencontré au bar environ 10 minutes après l'heure dite. Elle aimait les faire attendre, aimait le sentiment de puissance que cela lui procurait de voir le regard soulagé quand elle arrivait. Elle portait une tenue simple, et elle pouvait voir le soulagement mélangé à une certaine déception sur son visage lorsqu'il remarqua qu'elle ne portait pas de bottes. Souriant intérieurement, elle garda son sourire distant et s'approcha de la table. Elle se tenait là, jetant un coup d'œil pointu à la chaise pendant qu'elle attendait. D'abord perplexe, il réalisa finalement qu'il aurait dû se lever quand elle s'approcha. Se...

722 Des vues

Likes 0

Lugia_(1)

Son nom était Catarina, une fille de seize ans qui vivait sur l'île d'Earthia. Un festival était organisé pour la bête de la mer, cette année, elle a été choisie pour jouer la chanson pour lui et elle s'est entraînée tous les jours pour pouvoir la jouer parfaitement. Elle fredonnait en marchant dans un chemin avec un sac d'épicerie pour sa mère. Les longs cheveux bleu argenté de Catarina étaient tressés en arrière et balancés d'un côté à l'autre et elle se dirigea vers sa maison. Ses yeux bleu marine étaient remplis de joie alors qu'elle saluait les habitants de la...

685 Des vues

Likes 0

Faire chanter Jenny

Faire chanter Jenny Je suis un gars moyen avec une vie normale et une bonne famille. J'ai 2 enfants et une femme merveilleuse qui est nounou. Je suis paysagiste et l'argent est correct, donc ma famille va bien. Je ne travaille pas pour n'importe qui sauf pour moi. Normalement, je travaille uniquement les jours de semaine et je passe du temps avec ma famille fins de semaine. J'ai 45 ans et très sexuelle. J'aime le sexe et parfois c'est un peu commun mais parfois Je me demande ce qui se passerait si ou je me demandais ce que ce serait d'avoir...

511 Des vues

Likes 0

Alice est attelée

[b]Alice se fait prendre 7 par Will Buster Comme on peut l'imaginer, une maîtresse enceinte et usée peut être assez difficile à saisir. Difficile, c'est-à-dire, à moins qu'une grosse dot n'accompagne la vigoureuse petite renarde. Alice ne faisait pas exception à cette règle sociale si répandue à la fin de l'Angleterre géorgienne. Le ventre d'Alice était maintenant épais avec un enfant en bonne santé grâce aux attentions amoureuses presque constantes de Lord Elton. Le baron du manoir de Kingston avait pleinement apprécié les deux trous serrés et réactifs d'Alice depuis des mois maintenant, mais fidèle à sa promesse, il était temps...

527 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.