Problème d'arrière-cour

375Report
Problème d'arrière-cour

Aujourd'hui, nous sommes samedi 13 mai et c'est le week-end de Rachel loin de l'école.
Rachel est une jeune fille de 18 ans, aux longs cheveux noirs et aux yeux bleus doux. Alors que la fin de l'année scolaire approche à grands pas, et surtout l'été, elle aimerait bien bronzer avant de partir en vacances avec sa famille. Bien sûr, elle n'a pas l'air mal, avec son corps en bonne forme et tout, mais... il y a toujours un mais. Alors que sa famille rend visite à ses proches pour le week-end, elle a la maison et, plus important encore, le jardin pour elle seule, alors elle a décidé de se détendre pour la journée et de profiter du soleil.

Avec le jardin face aux bois, elle n'a rien à craindre, personne ne peut la voir, donc son haut est rapidement enlevé avant même qu'elle ne s'assoie sur la chaise longue. Alors qu'elle commence à profiter de l'air frais et du soleil, elle regarde autour d'elle, mais tout ce qu'elle peut voir et entendre, ce sont le bruissement des arbres dans les bois, pendant qu'elle applique la lotion solaire sur ses seins en bonnet 34C, son ventre et ses jambes. "Mmm." » marmonne-t-elle doucement à travers ses lèvres charnues et brillantes, tout en frottant la lotion sur son cou. "J'aurais vraiment besoin d'un massage..." pense-t-elle en appliquant les derniers morceaux de lotion sur son visage, avant de s'allonger sur la chaise.

Alors qu'elle est allongée là et que le temps passe, elle ne peut s'empêcher de se souvenir de toutes ces fois où son ex-petit-ami lui a fait tous ces merveilleux massages, et à quel point elle s'est sentie bien à ce moment-là... "Dommage qu'il soit un salaud infidèle. " pense-t-elle, toujours en colère contre lui. "J'aurais dû le voir venir..." Et c'est vrai. Avec toutes les rumeurs qui circulaient à propos de lui et de son ancienne petite amie… mais… hein. Le passé appartient au passé, et... elle ne peut plus rien y faire.

"J'ai vraiment besoin de ne plus penser à cet idiot." elle pense. "Mmm, je sais exactement ce qu'il faut.." Alors que Rachel ferme les yeux, elle glisse sa main droite le long de son corps, ses seins doux et fermes, son ventre plat, et... "Ah !" haleta-t-elle doucement en glissant sa main dans son string. Elle place deux doigts sur ses lèvres gonflées et commence à les frotter. "Ahh..." elle gémit et pose son ventre sur son clitoris, puis commence à le tripoter. "Qui a besoin de lui ?" se demande-t-elle en passant deux de ses doigts sur ses lèvres gonflées et dans son vagin humide, se faisant fondre.

Alors qu'elle résiste à l'envie d'enfoncer ses doigts jusqu'au bout, elle utilise sa main gauche pour tirer son string sur le côté, avant de retirer ses deux doigts. Lentement, elle commence à masser son clitoris engorgeg, en frottant son jus partout alors qu'elle se sent de plus en plus mouillée.

Soudain et sortie de nulle part, elle sent une langue rugueuse sur sa chatte. Ses yeux s'ouvrent brusquement et s'écarquillent sous le choc lorsqu'elle voit le chien d'un voisin entre ses jambes, le nez dans son entrejambe. « Rex ! » elle halète d'horreur alors qu'il lui lèche à nouveau la chatte, la queue du Mastiff remuant joyeusement.

Se sentant complètement mortifiée, Rachel se tourne anxieusement sur sa chaise et laisse échapper un gémissement aigu tandis que l'énorme chien lèche ses lèvres gonflées. Le souffle coupé dans la gorge, elle le fixe une seconde, avant de laisser échapper un doux gémissement malgré elle, puis relâche l'emprise de sa culotte, agrippe les bras de la chaise et se lève rapidement. Alors qu'elle recule lentement, le gros chien à l'air plutôt effrayant est assis là, la regardant avec sa langue baveuse hors de sa bouche. Elle a presque des haut-le-cœur à l'idée qu'une langue de chien a été sur sa chatte il y a à peine quelques secondes !

"Comment êtes-vous entré?!" se demande-t-elle puis regarde la maison et le chien, pour le trouver maintenant debout sur ses jambes. Elle sait que c'est le chien d'Owen, son voisin, puisqu'il aboie toujours après elle quand elle passe devant leur cour. Pire encore, elle sait que les Mastiffs peuvent être très agressifs, et particulièrement celui-ci : elle a déjà entendu dire qu'il avait tenté d'attaquer quelques personnes, même si, heureusement, il était enchaîné. Le cœur serré, elle se demande quoi faire, avant de décider de rentrer le plus vite possible dans la maison.

"Bon chien... bon chien..." marmonne-t-elle et sourit doucement, puis se retourne et court vers la porte, qui se trouve à quelques mètres derrière elle. Alors qu’elle saisit la poignée et essaie d’ouvrir la porte coulissante, celle-ci ne bougera pas. Elle jure en réessayant, mais cela ne sert à rien : la porte semble bloquée. Elle pousse un grand cri alors que le museau mouillé du chien se presse par derrière dans sa chatte recouverte d'une culotte. "Le garage!" réfléchit-elle à voix haute avant de se retourner juste avant que Rex ne la lèche à nouveau, à travers le mince tissu qui est étroitement tendu contre son arraché, le contact velouté de sa langue la faisant haleter. Elle place ses deux mains sur sa tête, ses pieds de chaque côté de son corps, puis pousse avec ses mains et essaie de s'enfuir.

Alors qu'elle court vers le garage, elle ne peut s'empêcher de remarquer que la porte menant à la cour avant est légèrement entrouverte : c'est comme ça qu'il a dû entrer ! Dès qu'elle arrive à la porte du garage, elle l'ouvre et parvient à se glisser à l'intérieur, fermant la porte derrière elle avant qu'il ne puisse l'atteindre.

Elle tire la porte vers elle, tenant fermement la poignée de porte tandis que le chien aboie et gratte la porte, essayant d'entrer. "Que veut-il?!" se demande-t-elle, tout son corps frissonnant lorsqu'elle entend ses griffes gratter la porte. "C'est bon. Je peux rester ici, m-ma mère le fera sûrement... pouahhh..." soupire-t-elle, réalisant qu'ils sont tous partis pour tout le week-end.

"Je ne peux pas rester ici aussi longtemps !" pense-t-elle en regardant autour d'elle, les griffes du chien s'enfonçant toujours dans la porte, même s'il n'aboie plus. "Je ne vois pas de... lumière ! C'est ça, lumière !" réfléchit-elle, puis prend la poignée de la porte dans sa main gauche, avant de chercher l'interrupteur sur le mur avec sa droite. Elle l'allume et... rien ne se passe.

"Bon sang. C'est incroyable !" dit-elle avec agacement. Soudain, c'est le silence complet. "Eh bien, au moins, on dirait qu'il renonce à entrer. Mais quand même, je ne peux pas tenir la porte toute la journée... et s'il essaie de rentrer à nouveau ?" Elle se demande. "En plus, j'ai besoin de trouver une issue... ou au moins quelque chose pour l'éloigner de moi, à distance, pour pouvoir arriver à... hmm, d'accord, commençons par le commencement." Voyant qu'il n'y a pas de serrure, Rachel regarde autour d'elle et voit qu'il y a 3 étagères différentes mais reliées entre elles - une de chaque côté du mur, sauf sur le devant. Il y a aussi quatre poteaux en bois, un dans chaque coin, et une petite fenêtre à côté de la porte.

"Pense Rachel, réfléchis ! Peut-être... peut-être si je... c'est vrai ! J'ai besoin de corde !" elle regarde à nouveau autour de la pièce, mais comme elle est principalement remplie d'obscurité, elle ne voit pas grand-chose. "Est-ce difficile de trouver une corde dans un garage ?" se demande-t-elle en plissant les yeux, pour tenter de localiser la corde avec peu de lumière qui traverse la fenêtre.

"Là!" » crie-t-elle presque avant de fermer la bouche, dans l'espoir que Rex ne revienne pas. Après encore quelques secondes de silence, elle se concentre à nouveau sur la pelote de corde – la lumière venant de la fenêtre brille directement sur elle, et elle n'est qu'à quelques mètres de là, sur l'étagère de l'autre côté de la pièce. "D'accord... c'est parti !" elle inspire profondément, puis relâche la poignée de la porte et se dirige en toute hâte vers la corde. Cependant, après moins de 2 pieds, elle marche sur quelque chose, juste avant qu'une poignée en métal ne lui frappe le front, la faisant gémir de douleur avant de tomber inconsciente sur le sol.

....

"Rac..l.. Ra.h.l ! Rachel !!" elle se réveille soudainement lorsqu'elle entend quelqu'un l'appeler par son nom. Lorsqu'elle ouvre les yeux, elle voit son ex-petit ami debout au-dessus d'elle.

"T-Tom ?" marmonne-t-elle de surprise, alors qu'il lui tend la main. "D'où viens-tu?!" demande-t-elle alors qu'il l'aide à se lever.

"Tu m'as manqué, Rachel." dit-il avec un doux sourire, puis il enlève un peu de saleté sur son dos et sur le côté de son soutien-gorge.

"Je... tu m'as manqué aussi." Dit Rachel alors qu'elle commence à rougir, avant de s'asseoir sur une chaise devant elle et d'essayer de se souvenir de ce qui s'est passé. "Je... je pense que j'ai mal à la tête." marmonne-t-elle, sa tête étant toujours plutôt… floue.

"Je ne serais pas surpris si c'était le cas. On dirait que tu as marché sur un râteau." dit-il en désignant le râteau avec un manche en métal posé au milieu du garage.

"Oh… je suppose que oui." elle sourit doucement.

"Laissez-moi voir." dit-il et elle rapproche sa tête, mais au lieu de regarder sa tête, il s'agenouille puis attrape sa culotte avec ses mains et commence à la tirer vers le bas. "T-Tom !" elle halète et se lève pour pouvoir s'éloigner de lui, mais il en profite pour faire glisser sa culotte le long de ses jambes et jusqu'au sol. "Que fais-tu?!" demande-t-elle, choquée.

"Je veux faire quelque chose de gentil pour toi. Juste... assieds-toi... et ferme les yeux. S'il te plaît ?" demande-t-il gentiment.

"M-mais... d'accord. N-n'essaye rien qui... euh..." balbutie-t-elle en s'asseyant, puis ferme la bouche et ferme également les yeux à contrecœur. Tom pose ses mains fermes sur ses cuisses, puis écarte lentement ses jambes. Elle résiste à l'envie d'ouvrir les yeux alors qu'elle se demande ce qu'il fait et ce qu'il compte faire... puis soudain, elle sent sa langue mouillée sur sa chatte. "Ohh, Tom !" Rachel gémit à moitié, à moitié haletant, alors qu'il commence à la lécher.

"Ahhh..." gémit-elle de plaisir tandis que sa langue glisse sur sa chatte, écartant largement ses lèvres gonflées et glissant sur son clitoris saillant comme un ruban de velours. "Ohh, Tom..." gémit-elle doucement alors qu'elle se sent devenir de plus en plus humide, répondant à sa langue. Il n'a jamais fait ça comme ça auparavant, jamais aussi… eh bien… « Je… je te pardonne ! dit-elle avec enthousiasme alors qu'elle se penche et place sa main sur sa tête pour enfoncer sa langue plus profondément en elle. C'est seulement alors qu'elle réalise que quelque chose ne va pas. "Est-ce que je n'ai pas enlevé mon soutien-gorge ?" Elle se demande. "Et ses cheveux... il est tellement..." Alors qu'elle ouvre les yeux, elle voit le chien entre ses jambes, la léchant follement.

« Rex ! » elle halète d'horreur et essaie de s'enfuir en rampant. Rex, qui en a clairement assez de jouer à ce jeu, laisse échapper un grognement de colère et les dents découvertes. Instantanément, elle se fige à sa place, ses crocs brillants à quelques centimètres de sa chatte. Terrifiée et le cœur serré, elle écarte instinctivement les jambes, comme pour lui offrir sa chatte. En une seconde, Rex baisse la tête et continue de la lécher encore plus vite qu'avant, et elle remarque sa queue qui remue de contentement alors qu'il aspire et bave sur sa chatte dégoulinante.

"Euhhh..." gémit-elle malgré elle alors qu'elle le regarde, se sentant incapable de détourner le regard de ce spectacle choquant. Au fur et à mesure que les secondes angoissantes s'écoulent, sa respiration commence à s'accélérer et ses mamelons se raidissent, alors qu'elle commence à transpirer.

"Oh mon Dieu... arrête !" proteste-t-elle, se sentant impuissante alors que sa langue s'enfonce plus profondément en elle à chaque coup de langue. "C'est tellement mal..." Elle essaie de combattre ses sentiments, faisant de son mieux pour ne pas gémir ou fermer les jambes, afin de ne pas irriter le chien d'aucune façon. Elle n'aurait aucune chance contre lui s'il essayait de la mordre, ou pire. Mais quand même... "Je dois faire quelque chose." C'est alors qu'elle remarque que sa culotte à moitié déchirée est posée à côté d'elle, que Rex a réussi à lui enlever.

"Peut-être que je pourrais les utiliser pour... euh... le distraire ? Ensuite... je fermerais la porte. Mais je dois... ohh... d'accord." pense-t-elle, alors qu'elle décide quoi faire. Très lentement et avec précaution, elle commence à lever sa jambe droite en l'air. Une fois bien au-dessus de Rex, sans aucune réaction de sa part, elle se tourne lentement vers la gauche et baisse la jambe. Le chien recommence à grogner, la façon dont elle est allongée restreint son accès à sa chatte, alors elle se met à genoux rapidement mais prudemment, tout en disant : "Je-je veux juste me retourner. Tu vois ?" Avant qu'elle puisse finir la phrase, Rex colle son museau contre sa chatte et continue de la lécher, sa langue s'enfonçant plus profondément en elle qu'auparavant.

"Bon garçon, bien... ahh..." gémit-elle, essayant de le garder calme alors qu'elle lutte pour rester à quatre pattes. Son corps tout entier tremble de plaisir pendant une seconde, avant qu'elle ne parvienne à se concentrer pour s'enfuir. Avec la porte grande ouverte, elle sait que si elle parvenait à le distraire juste une seconde ou deux, il pourrait s'enfuir. "Oookay... je... j'ai besoin de... euhh..." pense-t-elle, respirant fort alors que son léchage la dégoûte... mais la rapproche de l'orgasme. "Rachel, concentre-toi ! Tu n'en as qu'un..." Avant qu'elle puisse terminer cette pensée, Rex arrête de la lécher et soudain, elle sent son poids sur son propre corps, la faisant presque tomber. Avec ses pattes avant enroulées autour de sa taille, il commence à pomper ses hanches contre ses fesses, et elle sent quelque chose d'humide lui piquer les joues, qu'elle reconnaît rapidement comme étant son pénis.

"Non, non, non, Rex !" proteste-t-elle. "Mauvais chien, mauvais !" lui crie-t-elle et essaie de ramper sous lui, paniquée. Avec son poids presque moitié inférieur à celui de Rex, elle parvient seulement à passer la tête par la porte avant qu'il ne se repositionne et commence à grogner, cette fois juste à côté de son visage. Rachel se fige instantanément, son cœur battant à tout rompre alors qu'elle ferme les yeux. "S'il te plaît mon Dieu, je ne veux pas mourir..." marmonne-t-elle doucement alors que le grognement du chien remplit ses oreilles, avec l'image de Rex se mordant la gorge dans son esprit. Soudain, ses hanches gonflées qu'elle avait oubliées trouvent la marque, et elle sent sa chatte s'écarter pour permettre à un pouce de sa bite de pénétrer en elle.

"Ohh mon Dieu !" » crie-t-elle de dégoût et d'effroi. Dès que Rex sent l'humidité et la chaleur de sa chatte, le grognement cesse et ses pattes avant serrent sa taille plus fort avant que la prochaine poussée ne force près de la moitié de sa bite en elle. Elle pousse un cri en sentant sa chatte s'étirer pour accueillir son pénis, mais avant qu'elle n'ait eu l'occasion de s'adapter à sa taille, il tire sa bite presque jusqu'au bout, puis replonge en elle. « Rex ! » » crie-t-elle alors qu'elle est obligée d'écarter plus largement les jambes, à la fois pour soulager la douleur et la pénétration indésirable.

Avec la chatte de Rachel maintenant plus ouverte, Rex force facilement sa bite jusqu'à la garde avec sa prochaine poussée, étirant sa chatte plus large que quiconque ou quoi que ce soit auparavant. Ce n'est qu'à ce moment-là qu'il commence à pomper follement, ses hanches faisant entrer et sortir frénétiquement sa bite avec de courts mouvements rapides, tout en laissant couler du pré-sperme en elle.

À chaque nouvelle poussée, le souffle de Rachel est poussé hors de sa poitrine, la laissant incapable de gémir ou même de crier pendant que le chien la baise. Le pire de tout, c'est que ses poussées l'excitent au-delà de toute explication, encore plus que la plénitude en elle ou la sensation de ses lèvres tendues entraînées le long de sa queue.

Elle frissonne lorsqu'elle sent la salive de Rex couler sur son cou et ses épaules, et ce n'est qu'une seconde plus tard que ses mains ne sont plus capables de supporter son poids et celui du chien. Elle s'effondre sur ses coudes, mais le chien continue sa baise furieuse, faisant agiter sauvagement ses seins pendants sous elle. Haletante alors qu'elle essaie de reprendre son souffle, elle ne peut s'empêcher d'apprécier les sensations agréables provoquées par Rex qui lui pompe encore et encore, sa bite glissante caressant son vagin ouvert et spasmieux.

"Viens ici mon garçon ! Où es-tu ?" elle entend soudain quelqu'un dire, avec une voix qui semble venir des bois ou de la rue voisine. Il ne lui faut pas longtemps pour le reconnaître : il s'agit de son voisin, Owen, le propriétaire du Rex. Son corps tout entier se fige et son cœur commence à battre à tout rompre, alors que l'idée de se faire prendre en train de se faire baiser par un chien lui traverse l'esprit. Heureusement pour elle, Rex est tellement concentré sur sa chatte qu'il ne semble même pas l'entendre.

"Hé, Owen. Qu'est-ce que tu fais ?" elle entend une deuxième voix.

"Hé mec. Je cherche mon chien."

"Oh que s'est-il passé?"

"Je ne sais pas. Il était là ce matin, mais..." Rachel laisse soudain échapper un gémissement de plaisir, avant de se couvrir rapidement la bouche pour étouffer ses gémissements, alors que le chien accélère.

"Avez-vous entendu que?" » demande Owen, tandis que Rachel frissonne de peur.

"Entendre quoi?"

"... Rien. Quoi qu'il en soit, il semble qu'il ait réussi à sortir de la cour, et maintenant... maintenant je ne peux pas le trouver. Il aime aller dans les bois, alors... je pensais qu'il aurait pu y aller. encore."

"Ahhh..." gémit-elle dans sa main, alors qu'elle sent un orgasme monter de l'intérieur de son corps.

"Tu ne devrais pas t'inquiéter." son ami le rassure. "Je suis sûr qu'il est à proximité – il cherche probablement des chiennes. Vous savez comment sont les chiens."

Owen rit doucement. "Ouais… j'espère que tu as raison."

Après une seconde de silence, l'autre voix dit : « Je vais t'aider à regarder. »

"Merci, mec… je l'apprécie."

"De rien. Allons le chercher dans les bois, d'accord ?"

"Rex, où es-tu ?" elle entend Owen crier alors qu'ils s'éloignent.

"Oh mon Dieu!" elle pousse un soupir de soulagement. "Je... je suis sa chienne." pense-t-elle, son estomac se retournant à cette pensée. "Personne ne pourra jamais le savoir !" C'est alors qu'elle sent quelque chose frapper ses lèvres dégoulinantes et gonflées… et encore une fois. Il ne lui faut pas très longtemps pour réaliser ce que c'est et ce que cela fait, mais malgré tout, de peur de se faire mordre, elle reste à quatre pattes - comme si elle pouvait faire n'importe quoi, même si elle essayait !

En quelques poussées, elle sent sa chatte essayer de s'étirer au-delà de sa limite pour accueillir son nœud, avant que tout à coup, elle ne soit forcée en elle, lui faisant pousser un cri de douleur silencieux. "Pourquoi est-ce que ça m'arrive ? Et pourquoi... est-ce que j'apprécie ça ?!" sont les deux seules choses qui lui viennent à l'esprit, à mesure que les poussées du chien deviennent plus courtes et que le nœud commence à frôler son point G. "Oh mon Dieu, non ! N..." elle est incapable de terminer la phrase, alors que la sensation de sa chatte tendue essayant de retenir le nœud en elle la fait finalement basculer.

Toute douleur qu'elle ressent est rapidement dominée par un énorme plaisir alors qu'elle commence à jouir. "Agghhhhhh!" Rachel gémit alors que tout son corps tremble et elle est amenée face contre terre, sa main droite serrant fermement la culotte maintenant que ses coudes ne la soutiennent plus. Avec son cul en l'air, Rex continue de lui baiser le cul, son nœud envoyant de petites décharges de plaisir à travers son corps à chaque poussée. Alors que le chien se rapproche lui-même de l'orgasme, ses oreilles sont remplies du bruit de son vagin qui s'écrase alors qu'il lui enfonce sa bite encore et encore.

Se sentant à la fois horrifiée et honteuse, elle rapproche ses jambes, ce qui ne fait que l'envoyer dans un autre orgasme. "Oh mon Dieu... arrête..." supplie-t-elle, ses yeux roulant dans sa tête alors qu'elle sent chaque veine du nœud du chien, tandis que ses muscles se contractent de manière incontrôlable. Puis soudain, Rex lui claque une dernière fois sa bite, forçant le bout de celle-ci contre son col alors qu'il commence à jouir. Rachel commence à sangloter alors qu'elle sent son nœud palpiter en elle et contre son point G ; pompant son sperme chaud dans son vagin et lui faisant ressentir une autre vague de plaisir.

Soudain, elle sent la langue du chien sur sa joue. Elle reste là tranquillement pendant un moment pendant que ses sanglots se transforment en gémissements, avant de tourner la tête de l'autre côté et de parvenir à se relever sur ses coudes. D'autres bave atterrissent sur sa nuque juste avant que sa langue ne la retrouve, cette fois en lui léchant les lèvres. "Arrête ça!" » crie-t-elle et tourne à nouveau la tête, l'esprit en désordre alors qu'elle essaie de comprendre ce qui vient de se passer ici. Son corps frissonne, son vagin se contracte et cela envoie un choc de plaisir à travers son corps alors qu'elle gémit.

"Ce... ce n'est pas sa faute." elle se rend compte qu'elle sent une partie de son sperme suinter de son entrée et couler librement le long de ses cuisses. "Que sait-il ? C'est juste un chien." raisonne-t-elle. Rachel serre les dents alors qu'elle est obligée d'éprouver un autre orgasme, causé par son nœud. Pendant ce temps, Rex haletait au-dessus d'elle, sa langue pendant alors que de la bave coulait sur son cou, quelque chose à quoi elle était habituée maintenant. À ce moment-là, elle entend Owen appeler à nouveau son chien alors qu'il revient.

"Rex, où es-tu mon garçon ?"

"Trame!" L'aboiement de Rex tonne, la faisant frissonner.

"Chut, reste tranquille !" marmonne-t-elle de peur en regardant le chien dont la tête est juste à côté de la sienne.

"Garçon, c'est toi ? Rex ?"

"Putain ! Il a besoin de se taire..." pense-t-elle, avant de réaliser ce qu'elle doit faire. Avant que Rex ne puisse aboyer à nouveau, elle rapproche sa tête et l'embrasse sur les lèvres, puis ouvre la bouche. Heureusement pour Rachel, il s'intéresse plus à elle qu'à son propriétaire, alors il pousse sa longue langue entre ses lèvres charnues, puis commence à la lécher.

"As-tu entendu ça ? Je pense que ça venait de cette cour." Dit Owen alors qu'elle ouvre grand la bouche, la langue se tortillant et léchant l'intérieur de sa bouche, envoyant des frissons dans son corps. "Rex, tu es là ?" il l'appelle.

Son cœur bat vite alors qu'elle craint que Rex n'aboie à nouveau, alors elle décide de le faire se concentrer sur le baiser, et quand elle sent sa langue à mi-chemin dans sa bouche, elle ferme ses lèvres autour et commence à sucer. Malheureusement, elle aspire également une grande quantité de bave dans sa bouche, avant que le chien ne retire sa langue par surprise, puis la lèche à nouveau alors qu'elle ouvre la bouche. Elle suce à nouveau sa langue, tandis que la salive du chien remplit sa bouche, la faisant frissonner. Malgré son dégoût, elle continue de le faire en entendant les deux hommes parler.

"Non, mec." dit l'autre gars, alors que Rachel est obligée d'avaler la salive… qui, heureusement, n'a pas trop mauvais goût. « Je connais la famille… il n'a aucune raison d'être là. Peut-être qu'il est allé en ville ?

"Hmm peut-être."

"Allez. Allons voir si nous pouvons le trouver."

Elle continue de lui sucer la langue pendant une minute et avale même une autre bouchée de la salive salée du chien, jusqu'à ce qu'elle soit sûre que les deux hommes sont partis. Une fois qu'elle est certaine qu'ils le sont, elle soupire de soulagement et pose sa tête sur ses mains, la salive du chien s'écoulant de sa bouche tandis que le chien continue de lui lécher le visage. Se sentant épuisée, elle le laisse faire. Ils restent ainsi pendant une minute, son nœud toujours en elle, alors qu'elle halète pour reprendre son souffle.

"Bon chien." dit-elle en reprenant son souffle. "Merci de... euh... ne pas aboyer." dit-elle, se sentant bizarre de le remercier, après ce qu'il lui a fait.
Tout d'un coup, elle sent ses pattes avant bouger alors qu'il essaie de se retourner. Réfléchissant rapidement, elle tend la main et le saisit par la nuque. "Non, non. Vous n'irez nulle part tant que votre pamplemousse ne rétrécira pas." dit-elle en le tenant fermement. Il gémit doucement et continue de lui lécher le visage. Puis… elle commence à penser à tout.

"Je... je suppose que ce n'est pas si grave." elle soupire. "Je veux dire... les humains sont aussi des animaux... juste d'une espèce légèrement différente. Le pauvre chien n'a probablement pas eu de compagnon depuis des lustres." elle pense. "Moi non plus... pas que, euh... je voulais... euh... ouais. Mon Dieu, je ne peux pas croire que j'ai eu tous ces orgasmes !"

"Mais quand même… il est venu me baiser de nulle part ! Tu ne peux pas juste… pouah." elle n'arrête pas de penser à ce qui vient de se passer et n'arrête pas de se demander combien de temps il a dû rester sans relations sexuelles pour en avoir si désespérément envie ? tandis que son nœud continue de se rétrécir, jusqu'à ce qu'elle estime que c'est suffisant. Elle relâche son cou et quelques secondes plus tard, il se retourne. "Ughhhh." elle gémit doucement tandis que Rex, sans grande cérémonie, lui arrache sa bite, laissant s'échapper une flaque de sperme. Il lui donne quelques coups de langue sur la chatte béante avant qu'elle ne s'effondre sur le sol puis s'allonge sur le dos, et avec son énorme bite de 8 pouces pendant entre ses jambes, il sort du garage.

Moins d'une minute plus tard, alors qu'elle était toujours allongée, laissant le sperme s'écouler hors d'elle, elle entend à nouveau les voix à l'extérieur de sa cour.

"Voilà, mon garçon ! Mon Dieu, je suis si heureuse de t'avoir trouvé !" » dit Owen, et Rex aboie joyeusement.

"Qu'est-ce que je t'ai dit. Tu vois sa queue ?"

"Oh..!" Owen rit. "On dirait que tu avais raison. Il devait y avoir une chienne en chaleur dans le quartier."

"Chien chanceux." dit l'autre homme, et ils rient tous les deux. Rachel grimace doucement alors qu'elle frotte ses lèvres maltraitées qui sont encore béantes et insère facilement trois, puis quatre doigts dans sa chatte. Elle laisse échapper un léger gémissement de désespoir et se rallonge, réalisant qu'après tout cela, elle devra peut-être avoir un chien, ou un homme avec une très grosse bite, si jamais elle veut avoir à nouveau un orgasme. ..

Cette seule pensée est trop difficile à gérer pour elle, alors pendant un instant, elle étend ses bras au-dessus de sa tête et commence à regarder le ciel clair, alors qu'elle s'assoupit et plonge dans son monde parfait, mais fantastique, où son petit ami n'a pas vécu. Je ne la trompe pas, rien de tout cela n'est arrivé, et ils... ils sont toujours ensemble. Eh... si seulement ses rêves étaient réels...


~ LA FIN

Articles similaires

Étudier pour le cours d'histoire

Je suppose que cela a commencé comme n'importe quel autre jour, je ne savais pas que cela me changerait pour le reste de ma vie. J'attendais de rencontrer Tanya après l'école pour que nous puissions rentrer ensemble à la maison comme nous le faisons toujours, elle étant ma voisine et tout. Je veux dire, je pouvais voir pourquoi tous les garçons de ma classe de terminale avaient le béguin pour elle. À 5'6 , avec des cheveux bruns raides juste au-dessus des épaules, environ 120 livres, et je suppose que des seins 32D, elle était l'une des filles les plus chaudes...

650 Des vues

Likes 0

Mes fils amoureux de moi 2

Je suis une mère honteuse, quel genre de monstre suis-je ? J'ai laissé mon fils de 16 ans m'emmener Prendre sa virginité. Je me suis senti malade et depuis ce jour je n'ai plus d'humain Droit de parler. Pour m'appeler mère! Je-je pourrais dire non, L’idée qu’il le perde face à une salope trash. Mais regarde qui parle, j'ai regardé l'évier, j'étais là 20 minutes. Je me sentais si triste, j'avais déjà fini de faire la vaisselle à quoi suis-je bon pour le moment. J'ai senti des bras s'enrouler autour de mon ventre et se courber doucement Les lèvres embrassent ma...

350 Des vues

Likes 1

Tia, ma voisine noire sexy

Tia est une fille à la peau brun moyen, d'une trentaine d'années, qui habite à côté de chez moi. Elle vit seule, a un excellent travail en entreprise et s'habille joliment tous les jours lorsqu'elle va travailler. Elle est très jolie, extrêmement sexy, a de beaux seins, de longs cheveux noirs flottants et de beaux yeux foncés. Elle m'excite totalement à chaque fois que je la vois. J'ai noué une amitié avec elle et bien sûr, je flirte beaucoup avec elle. J'adore son sourire et elle a une personnalité agréable. Je lui dis toujours bonjour et je la complimente généralement sur...

365 Des vues

Likes 0

T ou D partie 2

Je me demandais juste si cela vous embêterait si le prochain épisode avait une action entre hommes et filles. Je garderai certainement le gay mais le hétéro aidera à développer l'histoire pour plus de parties, donc si vous voulez que ça continue, laissez un commentaire Le lendemain matin, les quatre garçons se réveillèrent après un court repos. « Alors Ace et Mike, combien de temps restez-vous ? » » demanda Bryce. Eh bien, je viens de me rappeler que je devais aller quelque part avec mon père aujourd'hui, a déclaré Mike. Oh, d'accord, et toi Ace ? » demanda Bryce. Oui, je peux rester...

336 Des vues

Likes 0

Se faire dominer

Naomi Price était confrontée à une crise non pas de sa propre initiative, mais qu'elle seule pouvait trouver comment résoudre. Elle avait 38 ans et sa carrière allait bien. Mais sa fille de 14 ans fréquentait une école privée. Elle et son mari avaient divorcé peu après sa naissance. Sa pension alimentaire pour enfants n’aidait pas Naomi à joindre les deux bouts. De plus, la carrière de son ex était tombée en panne ; il ne travaillait qu'à temps partiel et arrivait à peine à se débrouiller seul. Un an plus tôt, Naomi avait placé sa mère dans une résidence-services. Même...

317 Des vues

Likes 0

Exploration du lycée chapitre 4. Enfin la fête _(0)

Merci d'avoir lu mon histoire. C'est une histoire vraie telle que je m'en souviens. Cette histoire n'est peut-être pas pour tout le monde. Le téléphone sonna vers midi, c'était Cindy. Pourquoi n'es-tu pas à l'école aujourd'hui ? Tu ferais mieux de ne pas penser à nous laisser tomber ce soir. Quoi? Non, je serai là. Je viens de… Elle m'a coupé la parole. Tu ferais mieux d'être ici pour les cours de l'après-midi ! Je ne sais pas… Elle m'a raccroché au nez. Oh super, maintenant elle est à nouveau en colère. J'ai essayé de la rappeler trois fois mais elle n'a...

278 Des vues

Likes 0

Mon dernier souffle Ch. 1

Amélie Ma respiration était lourde dans le silence de mort qui m'entourait. Les rues désertes sont plongées dans l'obscurité totale et laissent les ombres et le brouillard dense les rendre extrêmement effrayantes et sinistres. Je ne savais pas si je pourrais un jour arrêter de courir, mais je savais que je devais bientôt le faire, car mes poumons et mon cœur n'en pouvaient plus, car j'avais l'impression d'être poignardé avec un couteau à chaque respiration et étape que j'ai franchie. Mais je n'arrivais tout simplement pas à arrêter mes pieds, car chaque fois que je commençais à marcher et à essayer...

320 Des vues

Likes 0

Contes incestueux de la quarantaine 7 : délices de creampie des sœurs

Contes incestueux de la quarantaine Septième histoire : les délices du creampie des sœurs Par mon nom de plume3000 Droits d'auteur 2020 Remarque : Merci à WRC264 pour la lecture bêta de ceci ! «Renée!» mon grand frère gémit alors que son sperme s'infiltrait dans ma chatte. Oui! Ma chatte coquine se tordait autour de la bite de mon grand frère. J'ai frémi, gémissant et gémissant alors que sa merveilleuse graine était pompée dans ma chatte. Je tremblais, penché sur le capot de la Camaro 1969 sur laquelle il travaillait dans le garage familial. J'avais « aidé » Clancy toute la semaine. Depuis que...

141 Des vues

Likes 0

Avantages sociaux liés au travail, Pt. 2

La nuit dernière a été une nuit incroyable et le début de ce que j'espérais être une série de belles rencontres avec Susan, ses filles jumelles, et à ne pas manquer, ma meilleure fille au bureau et la meneuse lubrique, Debbie. Même la serveuse du bar, Tammie, a proposé des possibilités très intéressantes, car elle a fait preuve d'une audace et d'un état d'esprit sexuel qui, selon moi, devaient contenir des secrets sexuels quelque part au plus profond de moi. Et en ce qui concerne le personnel du bureau, toutes des femmes comme je l'ai mentionné précédemment, j'avais maintenant eu une...

1.5K Des vues

Likes 0

Salons de discussion - une méchante vengeance entre copines

Vous rentrez chez vous après une longue journée de travail ; vous enlevez votre manteau et vous dirigez vers la cuisine pour une bière. Lorsque vous ouvrez la porte du réfrigérateur, votre petite amie s'approche par derrière – en vous couvrant les yeux avec un bandeau sur les yeux. Elle le noue serré étant un peu rugueux « J'ai un os à choisir avec toi ! » vous lance-t-elle. « Qu'est-ce que… ? ! Vous questionnez, levant la main pour découvrir vos yeux. Elle donne une tape sur le dos de ta main et saisit ton poignet pour te tirer hors de la cuisine. Les yeux bandés...

1.5K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.