Le chevalier et l'acolyte, tome 5, chapitre 7 : La domination des orcs

740Report
Le chevalier et l'acolyte, tome 5, chapitre 7 : La domination des orcs

Le chevalier et l'acolyte
Tome 5 : Le trésor du coffre-fort
Chapitre sept : La domination des orcs
Par mypenname3000
Droits d'auteur 2016

Remarque : Merci à B0b pour la bêta de lire ceci.

Compagnon Mage Faoril – La ville libre de Raratha

— On dirait que Sophia s'amuse, ai-je souri.

Chaun tressaillit. "Elle aime la douleur plus que moi."

J'ai reniflé. Je jetai un coup d'œil à la porte, Sophia et Relaria poussaient des hoquets et des gémissements émanant du bois vert foncé de l'appartement de la lamia au palais Saltspray. La claque de chair, le ruisseau d'un lit. C'était du sexe chaud et passionné. La lamia a bien baisé Sophia.

Mon estomac s'est tordu. Ma main glissa vers le livre dans la poche de mon peignoir. Si Sophia ne parvenait pas à convaincre Relaria avec son corps nubile, alors le barde lamia se tournerait vers Chaun au Doge. Un barde en disgrâce avec une prime sur la tête ne devrait pas se présenter à l'un des hommes les plus puissants du monde.

« Tellement bien », a crié Sophia.

« Salope », a hurlé Relaria en hurlant comme un chat. « Oh, Dieux, oui. Ce gode. Le sperme de Las, je n'ai jamais ressenti la même chose.

On aurait dit que Sophia exerçait sa magie. Je soupirai, ma main s'éloignant du livre. J'ai sucé la bite de Chaun pour rien. Je me suis léché les lèvres. Non, sucer une bite n'a jamais été une perte de temps. J'ai savouré la saveur salée qui persistait dans ma bouche.

"Je pensais l'avoir convaincue aussi", a déclaré Chaun, le visage maussade. Cela ne faisait que rehausser le beau visage humain qu'il portait. «Je l'ai fait jouir fort. Je l'ai baisée jusqu'à ce qu'elle crie. Elle jouait avec moi.

Je jetai un coup d'œil à la porte. Sophia savait plaire à une femme. "Elle le fera."

"J'espere."

Je l'espérais aussi. Je n'ai pas voulu-

Sophia hurla à l'intérieur de la pièce. « Je t'ai fait plaisir, salope. Je t'ai fait jouir.

— La bite de Pater, gémis-je. Et puis mon visage s'est durci. Je n'avais pas de choix. Nous devions entrer dans la Grande Voûte. J'atteindrais les robes noires. Mes mains se serrèrent alors que je saisissais ma magie. J'ai compris la théorie de Fireeyes.

— Tellement fort, siffla Relaria. "Tellement de fois." Elle ouvrit la porte d'un coup sec.

"Je ne voulais pas faire ça", ai-je grogné et j'ai déclenché ma magie.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Acolyte Sophie

Mon dos et mes fesses palpitaient sous les griffes de Relaria. Je la laisse me baiser fort. Elle m'a fait mal. Une si merveilleuse douleur. Et maintenant qu'elle avait du sperme, qu'elle s'était amusée, elle allait causer des ennuis à Chaun ? La queue de Relaria siffla alors qu'elle ouvrait la porte d'un coup sec et se retrouva face à face avec Faoril.

Ma peau me picotait lorsque Faoril déchaînait sa magie. J'ouvris la bouche pour protester. Nous ne pouvions pas la tuer. Relaria était une garce complice, mais elle ne méritait pas de mourir par la magie de Faoril. Relaria recula. Sa queue remuait d'avant en arrière et ses oreilles de chat se contractaient. Elle n'est pas tombée par terre, n'a pas crié de douleur ou n'a rien fait d'autre que s'étirer le dos, son petit cul se balançant.

« Va te coucher », ordonna Faoril. "Ne quittez pas cette pièce sans ma permission."

"D'accord," dit Relaria, ses mots étaient monotones, ternes, toute sa passion disparue. Elle se retourna en se léchant les lèvres. Puis, alors qu'elle passait devant moi, elle lécha ses griffes acérées et ronronna.

Ma mâchoire a chuté. Puis j'ai contourné Faoril. « Qu'est-ce que tu lui as fait ? »

« L'a dominée », a répondu Faoril. "Elle est ma..." Elle fronça les sourcils, cherchant le mot.

"Trimer?" La douleur me brûlait le dos alors que je marchais vers elle. « Quel genre de magie est-ce ? "

« La vie », a-t-elle répondu, la voix légère. « Je retiens son esprit. Je peux la contrôler.

Mes yeux se posèrent sur ses nombreuses poches de sa robe. Mon estomac s'est enfoncé. « Vous ne l'avez pas appris dans ce livre ignoble ? "

"J'ai fait." Faoril arqua un sourcil et son piercing au nez brillait. « Les méthodes de Fireeyes sont répréhensibles, mais les connaissances ne doivent jamais être gaspillées. »

"Gaspillé?" Je désignai Relaria alors qu'elle se mettait en boule sur son lit, ses oreilles se tordant. « Vous l'avez transformée en votre marionnette. C'est horrible."

"Regarde ton dos et ton cul, elle t'a griffé." La chaleur brûlait dans la voix de Faoril. «Elle a joué avec Chaun. Elle va tout gâcher. Aurais-je dû la tuer ?

J'ouvris la bouche, puis la refermai. "Non. Mais, ce livre est mauvais. Il était méchant. Et bien... vous la contrôlez. Vous pourriez lui faire faire n'importe quoi.

"Je ne ferai pas ça." Faoril s'avança et me serra dans ses bras. « Je n'aime pas ça non plus. Je peux la sentir dans mon esprit. Sa volonté... Elle est si fragile. Une délicate figurine en verre filé. Si je serre trop fort, il se brisera et elle... » Faoril frissonna. « C'est le mal. Séduisant. Je pourrais la faire... » Elle ferma les yeux et secoua la tête.

"Désolé," dis-je puis la serrai dans mes bras, le cœur brisé.

Faoril se raidit, ses mains effleurant mes égratignures. « Tu saignes, Sophia.

"C'était incroyable," dis-je, savourant la douleur. "Même si c'était une garce."

"Oui, elle l'est", a déclaré Chaun en s'approchant, tenant ma robe blanche.

Mes joues ont rougi. « Je suis nu, Chaun, retourne-toi. Ne me regarde pas.

Faoril grogna de rire. « Tu es une si stupide salope. Va boire ta potion de guérison. Angela ne sera pas contente de te faire gratter le cul.

"Non, elle voudrait le faire elle-même."

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Friponne

"Qu'est ce que tu vas faire?" demandai-je en déglutit tandis que je regardais la tour abandonnée que Spray et le reste de ma bande utilisait pour leur repaire. C'était près des quais de pêche, la partie la plus pauvre de Raratha. J'avais évité la question sur la cohue de l'auberge. Après que nous ayons attrapé Owl, mon collègue voleur halfelin, nous espionnant pendant que nous parlions du vol, Thrak est passé à l'action.

"Expliquez à Spray la situation," grogna Thrak. L'orc barbare se dressait au-dessus de moi, un monolithe d'homme. J'étais habitué à être éclipsé par tout le monde, mais Thrak a rendu les humains minuscules. Même grand et gracieux Xera était un saule mince comparé à l'orc.

C'était si clair pour moi. Il tuerait Spray, et peut-être Owl et les autres. Mon estomac s'est tordu. Je voulais quitter Spray, pas la voir morte. La nixie avait été la conjointe de fait pour moi et les autres halfelins.

Xera, murmurai-je.

Elle m'a souri. Une expression rassurante sur son visage. Je pris une profonde inspiration. Adel, l'elfe roux, avait un plan : laisser Angela et son groupe reforger l'épée du Haut Roi puis la voler. Une arnaque qui me rendrait riche. Si Spray devait mourir, je pleurerais, mais elle aurait dû me faire confiance quand je lui ai menti.

— Elle est au dernier étage, dis-je. « Elle est rusée et rusée. Si nous ne nous occupons pas d'elle, elle nous trahira.

"Je sais comment m'occuper d'elle," grogna Thrak à travers des lèvres épaisses. L'orc basané et féroce enfonça la porte. Le bois pourri se fendit en trois morceaux et un nuage d'éclats. Le bois claqua sur le sol et il chargea, Xera sur ses talons.

J'ai avalé et suivi.

Thrak monta les escaliers en trombe. Ses pas lourds résonnaient et résonnaient. Il n'a fait aucune tentative de discrétion ou de subtilité. Et il a bougé si vite. Il monta les escaliers trois à quatre. Les escaliers en bois grinçaient et gémissaient, menaçant de s'effondrer sous sa masse. Xera dansait derrière lui, ses cheveux verts flottant sur son corps nu. Elle bougeait avec une grâce que j'enviais. J'aimerais pouvoir marcher aussi léger ou avec une telle dextérité.

C'était difficile pour moi de suivre. J'ai pris de plus en plus de retard. Je ne pouvais tout simplement pas monter les escaliers aussi vite que Thrak, mes jambes trop courtes. Mon cœur battait dans ma poitrine alors que mes pieds nus giflaient du bois pourri. Au sommet de la tour, il a fait irruption par une autre porte pourrie. Mes camarades halfelins crièrent d'alarme alors que Thrak laissait échapper un rugissement beuglant.

"Vaporisateur!"

Une telle rage. Il la déchirerait. Pourquoi as-tu dû être si curieux, Spray ? Si tu m'avais fait confiance et m'avais laissé filer sans que tu le réalises, tu ne serais pas mort. Vous pourriez toujours voler et vivre avec votre harem de voleurs halfelins.

J'ai atteint le dernier étage. Thrak se dirigea vers les embruns. Flit et Giggles se précipitèrent sur lui avec des couteaux clignotants. J'ai grimacé. Les rires étaient les meilleurs avec un couteau. Elle se déplaçait si vite, dansant autour des hommes tout en gloussant avec sa douce voix alors qu'elle les piquait.

Giggles se précipita à Thrak, dansant et—

Le bras basané de Thrak était flou lorsqu'il jaillit et attrapa le poignet de Giggles dans sa prise massive. Il l'a hissée dans les airs. Ses rires moururent. Il serra. Elle laissa tomber son couteau avec un cri de douleur. Puis il la jeta sur le côté. Flit resta figé devant lui. Elle jeta un coup d'œil à son couteau, puis à lui. Puis retour à son couteau. Elle la laissa tomber et s'écarta de son chemin.

"Combattez-le," haleta Spray alors qu'elle reculait, son corps tremblant.

Thrak se retourna et me saisit. Sa main était assez large pour s'enrouler à mi-hauteur autour de ma taille. Il m'a soulevé dans les airs sans effort et m'a tenu devant Spray. Je ne pouvais pas regarder mon patron voleur dans les yeux.

— Elle est à moi, gronda l'orc. "Je l'ai revendiquée." Thrak m'a placé devant lui, a levé son kilt et sa bite massive a poussé sur mes lèvres. Sa main tenait ma tête, m'attirant vers sa bite. Un anneau d'os a percé la pointe. Precum s'est échappé. Il a frotté sa bite sur ma bouche.

Ne sachant pas quoi faire d'autre, j'ouvris la bouche et suçai le bout. Sa bite était plus épaisse que celle de Spray. Ma petite bouche de halfelin ne pouvait pas s'ouvrir assez pour l'avaler. Mais je pouvais sucer le bout et passer ma langue dessus, goûter son précum salé et effleurer son piercing. Son sperme enduit ma langue et coule dans ma bouche.

"Je l'ai revendiquée," beugla l'orc. "Comprenez vous?"

« Je... je... » balbutia Spray.

"Vous ne voulez pas croiser Thrak des Orcs aux yeux rouges," ronronna Xera, sa voix étouffante. L'elfe se tenait à côté de nous. Sa main se tendit, caressant mes cheveux roux métallisé.

Je frissonnai à son contact.

"Son corps, sa chatte, c'est le mien," grogna Thrak.

J'ai poussé un gémissement. Il était si puissant. Mes mains de bronze s'enroulèrent autour de son sexe brun-rouge. Je l'ai caressé des deux mains, luttant pour saisir sa circonférence. Ma chatte me démangeait entre mes cuisses, inondant ma culotte de cuir. J'ai sondé ma langue dans sa fente, rassemblant plus de son sperme.

Thrak grogna de plaisir.

"Regarde pendant que je prouve qu'elle est à moi, Spray," grogna Thrak. « Vous resterez assis là et ne détournerez pas le regard. Vous devez comprendre à quel point je la possède maintenant.

"D'accord," couina Spray. Je n'avais jamais entendu le son nixie si effrayé. Rien ne l'a mise en phase.

Sauf un orc barbare qui pouvait la déchirer au moindre effort.

"La bite de Gewin." La main de l'orc se serra sur ma tête. « J'aime ma bite, salope. Je te possède. Montrez à votre femme nixie à qui vous appartenez maintenant. Dont tu aimes la bite.

« Une bite si magnifique, n'est-ce pas, nixie ? Xera ronronna. "Bien plus grand que le vôtre."

— Réponds-lui, gémit Thrak.

"O-oui."

Les halètements grinçants de Spray m'ont seulement rendu plus excité. Mes hanches ont bougé alors que je me tenais devant Thrak. Comme Adel, sa bite était à la hauteur parfaite pour que je puisse le sucer. Je l'ai prodigué avec ma langue pendant que je le caressais de haut en bas. Ma chatte dégoulinait d'excitation. Il serait la plus grosse bite que j'aie jamais prise.

J'avais hâte de le sentir me ramasser la chatte.

Mes joues se creusaient alors que je suçais fort. Son sperme a coulé dans ma bouche, recouvrant mes lèvres et ma langue. Je gémis de pur plaisir. Son souffle s'accéléra. Je fixai son corps volumineux, ses muscles ondulant alors que son corps bougeait, le plaisir déformant son visage féroce.

J'ai plu à l'orc. J'en étais fier. Je préférais normalement les hermaphrodites, grâce à Spray, mais il y avait quelque chose de si primitif chez l'orc. Voyager avec le groupe d'Angela fournirait tant d'opportunistes intéressants.

« Suce plus fort, salope », ordonna Thrak. "Sortir mon sperme. Tu le veux. Je peux dire."

« Je le fais », haletait entre les succions. « Si mal. Une si belle bite.

« Mieux que celui de Spray ? » Xera ronronna. Ses hanches se déplaçaient du coin de l'œil. Elle se retourna, les cuisses collantes de son excitation. Mes yeux parcoururent son corps, aimant la teinte verdâtre de sa peau, ses gros seins, ses mamelons durs.

Je voulais m'enfoncer dans ses gros seins. Je ne pouvais pas attendre qu'elle entre en chaleur et fasse germer une bite.

"Ça y est, salope," grogna Thrak. « Adorez la bite de votre nouveau patron. Tu fais partie de mon équipage maintenant.

« Uh-huh », ai-je haleté, puis j'ai enfoncé ma petite langue dans sa fente. Il gémit et frissonna.

« La puissante bite de Gewin. »

Le sperme a éclaté, giclant autour de ma langue, bouchant sa fente et éclaboussant mes lèvres et mon menton. Il a tiré ma tête en arrière, sa deuxième giclée a éclaboussé mon visage, me marquant. Je me léchai les lèvres, le laissant recouvrir mon visage. Il s'est échappé de moi. Il coulait sur mon menton et mes joues. Du sperme merveilleux, chaud et salé.

Un tel régal incroyable.

Je me léchai les lèvres et frissonnai. J'ai enduit le sperme sur ma peau. Il m'a enduit. Je me retournai en regardant Spray, ses joues bleues assombries par la gêne, son sexe petit, flétri, émasculé. Un frisson brûlant me traversa alors que je me délectais du sperme de l'orc.

"Très bien, Thrak," haletai-je. "Je suis à vous."

"Chaque partie de toi," grogna Thrak. "S'agenouiller. Il est temps que tu me donnes ta chatte.

"Oui, Thrak," gémis-je, impressionné que l'orc puisse recommencer après avoir joui. Il était si viril, je ne devrais peut-être pas être surpris.

Xera se tortilla au-dessus de moi alors que je m'agenouillais sur les mains et les genoux. Puis elle s'est agenouillée à côté de moi et a baissé ma culotte de cuir. Ses doigts doux ont parcouru ma fente rasée. Je frissonnai, mes yeux roulant dans ma tête à son toucher doux. Elle porta son doigt à ses lèvres et lécha.

Ses oreilles tremblaient. "Lavande. Comme c'est délicieux.

« Uh-huh », ai-je haleté. "Et tu as le goût des fleurs." J'ai léché mes lèvres couvertes de sperme, me souvenant.

— Fais-lui plaisir aussi, grogna Thrak. « Vous avez mouillé mon elfe. »

"Tellement mouillée," gémit Xera alors qu'elle se déplaçait devant moi.

Thrak s'agenouilla derrière moi. J'étais si petit sous lui. Sa bite a à peine touché mon cul. Je tremblais, mes seins s'agitant dans la bande de tissu noué autour d'eux. Je frissonnai et bougeai mes hanches, ma chatte devenant de plus en plus humide. La chatte de Xera était devant moi. Je me penchai et pris un coup de langue, savourant son jus fleuri mélangé au sperme de Thrak maculant mes lèvres.

"Regarde, Spray," grogna Thrak et il saisit mes hanches. Il m'a tourné pour que mon profil de côté soit face à Spray, lui donnant une bonne vue de ma baise imminente. Cela a forcé Xera à se tortiller au sol pour revenir devant moi. "Regarde ma bite réclamer ta femelle. Je veux que tu l'entendes crier alors qu'elle éjacule encore et encore sur ma hampe.

— Tu n'es pas obligé de faire ça, gémit Spray. « Elle est à toi. Je comprends."

"Non, vous ne le faites pas," grogna Thrak et poussa.

« La grosse bite de Pater », ai-je crié alors que sa bite s'enfonçait dans ma petite chatte. — Les doigts furtifs de Cernere, oui !

J'avais déjà pris de grosses bites, y compris celles de Spray, mais Thrak a poussé ma chatte à sa limite. Ma tête a jailli de la chatte de Xera. Une douleur si douce a traversé mon arraché. Ma chair s'étira et s'étira. Mes yeux se sont agrandis. Je tremblais alors que de plus en plus de sa bite glissait dans ma chatte dégoulinante. Je gémis, un mélange de douleur et d'extase. L'agonie est devenue ravissement puis douleur puis félicité. Des allers-retours, encore et encore, passant d'un extrême à l'autre. Mon corps tremblait alors que sa bite frottait ma chair, enflammant mes nerfs. Des sensations ont inondé mon corps.

« Il est si grand. Je n'ai jamais... Dieux, quelle bite. Tu m'allonges, Thrak. La chatte poilue de Slata.

Les couilles de Thrak ont ​​frappé mon clitoris. Mon petit corps a pris chaque centimètre de sa bite. J'ai regardé sous moi, au-delà de mes seins pendants, jusqu'à mon ventre. Ma peau de bronze gonflait avec sa bite. Je frissonnai et serrai ma chatte contre lui.

"Baise-moi," suppliai-je, mes hanches bougeant, ayant besoin de plus de plaisir. L'extase rugit dans ma chatte. "Baise-moi fort, Thrak!"

Mes mots résonnaient dans la pièce. Tous les halfelins me fixaient, leurs mâchoires tombantes, leurs yeux écarquillés et leurs hanches bougeant. Flit, Owl, Giggles, Quick, Mouse et Kitty m'enviaient tous. Ils savaient que la bite de Spray n'était rien comparée à l'extase de celle de Thrak.

« Pattez-moi ! » J'ai supplié, déplaçant mes hanches, remuant sa bite massive à travers ma chatte. J'ai bu dans tout le doux plaisir.

Thrak recula, sa bite glissant dans ma chatte trop bourrée. Je tremblais, plus de plaisir se précipitant dans mon corps. Et puis il s'est avancé, enfonçant sa bite dans mes profondeurs. Ses couilles ont claqué fort dans mon clitoris, suscitant le plaisir à travers moi.

"Lèche-moi," gémit Xera, saisissant mes cheveux et me tirant vers les plis de sa chatte.

J'ai léché et blotti contre la chatte de l'elfe pendant que mes yeux se tournaient vers Spray. Elle se tortilla, courbée, les lèvres exsangues, les yeux écarquillés. Elle ne pouvait pas détourner le regard de mon petit corps tremblant alors que l'orc me ravissait.

J'ai gémi dans la chatte de Xera. Ma langue s'agita dans ses replis. Je ne pouvais pas penser à lui plaire. Je viens d'agir. La bite entrant et sortant de ma chatte était trop pour mon petit corps. Le plaisir qu'il produisait noyait mes sens. L'ivresse m'a saisi.

J'ai pressé mon visage contre la chatte de Xera, savourant la chaleur de sa chair sur mes lèvres alors que les poussées de Thrak me berçaient sur mes mains et mes genoux. Sa bite de poussée enfouie encore et encore dans ma chatte. Le plaisir gonflait et gonflait. La douleur s'enflammait toujours, se mêlant au ravissement, augmentant les hauteurs de mon bonheur. Je gémis et gémis, mes mots étouffés par l'arraché de l'elfe.

Mon premier orgasme a explosé en moi.

« C'est ça », gronda Thrak alors que ma chatte tremblait à cause de sa bite qui s'enfonçait. "Tu aimes ma bite."

J'ai crié de joie sans paroles. Le monde tournait autour de moi. Seuls Thrak et Xera m'ont ancré à la réalité. Le frottement a augmenté. Sa bite a claqué si fort en moi. Il était si fort et viril. Chaque poussée ne faisait qu'augmenter le plaisir qui jaillissait de ma chatte. J'ai serré les cuisses de Xera avec mes petits bras, mes hanches se tortillant, tourbillonnant, augmentant mon plaisir.

La chaleur se précipita dans mon corps. Encore et encore. L'orgasme après l'orgasme s'est écrasé dans mon petit corps. Je tremblais sur mes mains et mes genoux. Ses couilles claquaient encore et encore dans mon clitoris. Chaque coup éclatait de joie dans mon corps.

L'extase est devenue mon univers.

Tout mon corps éclata de ravissement. La félicité me traversa l'esprit. J'ai continué à lécher et à lécher Xera alors que mon monde se réduisait à la bite de Thrak. Pousser, tirer et pousser à nouveau. Ma chatte spasme à ce sujet. Mon jus giclait autour de sa taille et inondait mes cuisses.

Et le plaisir que lui procurait sa bite... Primal. Brut. Écrasant.

Il a grogné au-dessus de moi. Il grogna. Les mots n'avaient aucun sens. Xera se cabra et gémit, sa propre voix douce s'ajoutant à la symphonie qui traversa mes sens. Plus rien n'avait de sens pour moi que la bite martelant ma petite chatte.

Des jus chauds m'envahissent la bouche. Je les ai bu, remarquant à peine la saveur fleurie.
Des jets épais et chauds ont baigné ma chatte. L'orc rugit. J'ai nagé dans les ténèbres du ravissement. Ma chatte traitait sa bite. Mon corps tremblait et tremblait. J'ai tremblé. Tout mon corps est devenu engourdi de bonheur. L'obscurité m'a englouti et m'a emmailloté d'extase.

Une si merveilleuse et douce extase.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Xérathalasie

J'ai pris Minx dans mes bras. Le halfelin avait un énorme sourire sur ses lèvres tachées de chatte et de sperme. Elle tremblait, son corps léger tremblait alors que ses orgasmes continuaient à la traverser. Le sperme de Thrak s'est déversé de sa chatte étirée et ouverte. Ses yeux papillonnèrent.

« Tu es venu fort », dis-je dans un murmure.

Thrak se leva, son kilt tombant jusqu'aux genoux. Il a marché sur Spray. « Tu comprends ta place maintenant, nixie ? »

— O-oui, couina Spray, en boule, ses cheveux vert d'eau plaqués sur son visage tremblant.

« Et si je découvre que tu as trahi ce que ton con a entendu… » Thrak la saisit par le cou et souleva la nixie sans effort. "Je te trouverai. Je vais vous casser. Comprendre?"

« O-oui. P-s'il vous plaît. Je ne le dirai pas. Elle est à toi. Ne me blesse pas. P-s'il vous plaît. Des larmes coulèrent sur ses joues. Je voulais dire quelque chose, la réconforter, lui faire savoir qu'elle ne courait aucun danger réel. Thrak a simplement agi.

Mais j'ai tenu ma langue. Tout ce pour quoi il travaillait aurait été ruiné.

"Bon." Il la lâcha et se retourna, traversant la pièce, laissant la nixie sangloter.

J'ai suivi après. Minx bougea dans mes bras. Ses petites lèvres effleurèrent mon mamelon, puis la femelle halfelin s'accrocha, le suçant, un geste réconfortant alors que son corps oscillait encore entre l'extase et l'inconscience.

Thrak avait utilisé son corps durement. Cela avait presque été brutal, mais Minx avait crié sa joie tout le temps. Il avait poussé le petit halfelin jusqu'à ses limites et au-delà. Le sourire qui se dessinait sur ses lèvres prouvait à quel point elle l'aimait.

J'ai descendu les marches après Thrak. Il ne les a pas pris trois à la fois. Il ne se dépêchait plus. Nous sommes descendus de la tour et nous sommes entrés dans le crépuscule de Raratha. Mes yeux ont cherché le Saltspray Palace. Demain soir, Minx et moi ferions irruption dans le Grand Caveau, volerions le morceau de l'épée du Haut Roi et nous glisserions vers le bateau du pirate. Dans un jour ou deux, Angela et les autres nous rejoindraient. Le Doge ignorerait alors qu'Angela et les autres personnes du palais étaient complices du vol.

« Comment as-tu su qu'il fallait l'intimider comme ça ? » demandai-je en me déplaçant pour marcher à côté de Thrak.

"C'est comme ça qu'on domine un rival", a ri Thrak. "Tu baises sa femme avant lui et tu la fais jouir comme ta pute. C'est une hermaphrodite. J'ai pensé que le principal serait le même. Emasculer, vache et terroriser. Le temps qu'elle arrête de se pisser dessus, nous aurons le pommeau et nous serons sortis de Raratha.

— Vous avez fait bonne impression, ai-je hoché la tête. « Je pense que Minx craignait que vous ne la tuiez. »

« Mais vous ne l'avez pas fait ? »

"Tu n'es pas un tueur, Thrak."

Il baissa les yeux sur ses mains. "Nous savons tous les deux que c'est un mensonge." L'orc serra les poings.

"Non. Vous êtes un guerrier. Vous vous battez quand il le faut. Vous ne gâchez pas la vie inutilement. Le fait que vous détestiez la violence me prouve seulement que j'ai raison.

Thrak grogna.

Minx bougea. Ses lèvres suçaient plus fort. Je l'ai regardée. Il était facile de la considérer comme une enfant grâce à sa stature, mais un enfant n'avait pas des seins aussi ronds que les siens. Ma main a déplacé ma prise sur son corps, effleurant les pentes inférieures de ses seins. Elle avait un visage tellement innocent.

Ses yeux saphir s'ouvrirent. Ils étaient d'un bleu vibrant, presque métallique comme sa peau et ses cheveux. "Je ne peux pas croire à quel point il m'a baisé", gémit Minx. « Quand tu auras une bite, est-ce que tu me baiseras aussi fort ? »

Mon clitoris palpitait. "Non. Je ne pense pas que quelqu'un puisse te baiser aussi fort que Thrak.

"Bien," gémit Minx. « C'était incroyable, mais je me sens si endolorie et épuisée. Je ne pense pas que je pourrais prendre cette bite régulièrement.

"Seulement quand ta fleur s'est épanouie."

Minx cligna des yeux. "Hein?"

"Seulement quand tu es prêt," ai-je ri. "Les fleurs s'épanouissent quand elles sont prêtes."

"Oui," sourit Minx. Elle se blottit contre mon mamelon. « Tu as des seins si merveilleux, Xera. Tellement grand et beau.

"Merci."

Elle ferma les yeux et sa respiration ralentit. Son visage se détendit dans le sommeil et devint encore plus innocent, le strabisme sournois de ses yeux s'évanouissant. Elle est devenue ouverte. Cela la rendait plus belle. Je me suis penché et j'ai embrassé son front.

« Vous aurez besoin de repos. Nous faisons l'impossible demain.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Thrak

Le Nimborgoth devint sombre comme du vin alors que le soleil se couchait, l'attente de pénétrer dans le palais terminée. Je n'avais rien fait d'autre que m'inquiéter depuis ma confrontation avec Spray la nuit dernière. Les vagues s'écrasaient contre la falaise. Je me tenais dans la crique, des marins musclés du navire de Thyrna attendaient à côté de la chaloupe qui nous transporterait jusqu'au navire du pirate.

Je pouvais voir son poste d'attente à l'horizon. Je pouvais sentir les yeux affamés de Thyrna sur moi de cette distance, me regardant avec les lunettes intelligentes que les capitaines de navires favorisaient, même les pirates. Jusqu'à présent, elle avait tenu sa part du marché.

« Il est temps », a déclaré Minx, « le festin devrait commencer. »

Xera hocha la tête. Ses cheveux verts étaient attachés derrière elle pour rester à l'écart pendant qu'elle grimpait. Les cheveux courts de Minx n'avaient pas besoin d'une telle attention. La brise soufflait sur les vagues. J'ai regardé le palais au-dessus. Les roches sombres de la falaise ont été glissées par les embruns de l'océan.

— Les mains agiles de Cernere te guident, ai-je grogné en invoquant le nom de la déesse du crime. Je ne l'avais jamais priée auparavant. Les orcs n'adoraient pas le vol.

"Bien sûr qu'elle le fera", a gloussé Minx. "Elle m'aime."

J'ai reniflé. Je parie qu'elle l'a fait.

Minx et Xera ont saisi le visage escarpé du bluff. Ils grimpèrent tous les deux rapidement. J'ai regardé leur progression alors qu'ils montaient, se déplaçant d'avant en arrière alors qu'ils suivaient les meilleures prises en haut de la falaise. Ni l'un ni l'autre n'a pris tout à fait le même chemin. La différence de hauteur donnait à la fois des avantages et des difficultés différents. Alors que la nuit tombait, mon cou se tendit de plus en plus haut pour observer leur progression vers le palais au-dessus.

J'ai veillé et j'ai attendu avec les pirates.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Chevalier errant Angela

Je détestais absolument porter la robe. Il était différent de celui que je portais hier. Celui-ci était d'un bleu clair, mes cheveux roux contrastaient avec la couleur. Un cadeau du Doge pour avoir passé la nuit avec lui. J'avais cédé, permettant à Sophia de faire plaisir à Relaria pendant que le Doge était à l'écart.

Le Doge n'était pas un amant terrible, j'ai eu quelques orgasmes, mais il n'était pas ce que j'aimais chez un homme. Il était trop mou, grassouillet à cause de la paresse. Sa toge le cachait bien, mais une fois nu, il n'avait pas de muscles fermes pour s'agripper, pas de force pour me prendre durement.

« Vous êtes magnifique, Maîtresse », soupira Sophia alors que je lissais les couches à volants de la jupe sur le cadre des cerceaux. Cela a fait gonfler ma robe autour de moi, me transformant en cloche. Et c'était lourd et contraignant.

Comment les gens ont-ils dansé là-dedans ?

Au lieu de bottes, je portais des pantoufles. Je jetai un coup d'œil à mon armure et mon épée sur mon lit, mon bouclier appuyé contre le mur à côté de mes sacoches emballées. Je me sentais nu. J'ai tremblé. En ce moment, Xera et Minx grimpaient le long de la falaise. J'avais besoin d'être à la fête, de m'amuser, sans soucis, sans m'inquiéter.

Comment pourrais-je faire ça ? Et s'ils étaient pris ? Et s'ils ne réussissaient pas à s'introduire dans le coffre-fort ? Nous avions besoin de l'épée.

Sophia s'est déplacée vers moi. Elle portait ses robes enneigées, ses cheveux brun foncé tombant sur son joli visage. Elle a pris mon visage en coupe, caressant mon menton. Je portais des cosmétiques, du rouge sur les joues, de la teinture sur mes lèvres, des ombres poudrées sur mes paupières supérieures. Ils couvraient mon visage et chaque mouvement me rappelait leur présence. C'était tellement contre nature.

Je voulais le nettoyer.

"Tu es si belle", a déclaré Sophia. Elle se pencha et m'embrassa sur la bouche.

Je fermai les yeux, savourant son amour. Mon cœur s'est accéléré, pas à cause de ma nervosité. L'espace d'un instant, mes peurs s'évanouirent. Et puis elle a rompu le baiser et ils se sont précipités sur moi. Sophie m'a souri. "Je serai avec vous. Nous y serons ensemble, avec Faoril et Chaun, à passer une bonne soirée. Personne ne saura que nous y sommes pour quelque chose.

— Je sais, dis-je.

« Alors, affiche un grand sourire », lui ai-je dit. « Parce que j'ai entendu dire qu'il y avait de mauvais divertissements à avoir. Le Doge s'est procuré des créatures exotiques pour faire plaisir à son invité. Il y a peut-être quelque chose à savourer, un nouveau délice que nous n'avons jamais goûté.

"Et être baisé nous donnera l'impression que nous nous amusons", ai-je dit.

— Exactement, ai-je hoché la tête.

Faoril et Chaun nous ont rejoints alors que nous sortions de notre chambre et dans le couloir. Chaun portait un pourpoint à volants et une braguette brodée qui attirait les regards sur son aine. Il sourit et s'inclina, ses yeux affamés sur moi.

« Vous êtes ravissante, Lady Knight. »

Mes joues se sont réchauffées. « Merci, Maître Bard. » J'inclinai poliment la tête, comme une vraie dame.

J'ai pris le bras offert par Sophia, l'escortant comme n'importe quel bon chevalier escorterait sa bien-aimée, même si je portais une robe au lieu de quelque chose de plus pratique. Le tissu a sifflé alors que je marchais vers la musique grandissante. Nous avons été rejoints par d'autres, des femmes portant des robes similaires tandis que leurs hommes portaient des toges beaucoup plus simples. Une émeute de robes de couleurs différentes nous a accueillis alors que nous entrions dans le hall. Relaria, sous les ordres de Faoril, jouait sa musique avec toute sa passion habituelle.

Je n'ai pas aimé ce que le mage a fait au lamia, mais j'ai vu la nécessité. Dominer son esprit était toujours une chose vile à faire. C'était affreux de dépouiller une créature de sa volonté.

Des bouquets de nobles entouraient les délices exotiques apportés par le Doge. Mon cœur palpitait d'excitation alors qu'un warg grondant des montagnes de Lesh-Ke, ses yeux rouge sang brûlant, baisait une jeune servante en train de devenir une femme, les coups de la bête puissants, les gémissements de la servante forts et vigoureux.

Une démangeaison brûlante me tortilla les hanches alors que mes yeux faisaient le tour de la pièce. Un fier centaure se pavanait dans les couloirs, un troupeau de jeunes femmes nobles le suivant, jaillissant de la taille de sa bite qui pendait sous son corps. Il était grand, son torse humain puissamment bâti, s'élevant d'un corps à la fourrure noire. Il était presque aussi gros que mon chargeur Midnight.

"Oh, la la, ce coq, Sophia," gémis-je.

"Regarde là-bas", a haleté Sophia. « Le Doge a acquis un sphinx. Regardez ses seins. Ils sont magnifiques.

« Uh-huh », dis-je, ma tête suivant le centaure et sa puissante bite. C'était si épais, plus gros que mon bras. À quoi cela ressemblerait-il ? »

"Oh, va baiser le centaure", soupira Sophia. Elle m'a donné un baiser rapide. "Je veux savoir si la langue d'un Sphinx est aussi incroyable que je l'ai entendu."

"Sûr." Je me léchai les lèvres et suivis les autres jeunes femmes suivant le centaure. Comment le Doge en avait-il amené un ici ? On disait qu'ils habitaient les terres éloignées à l'est de la Grande Steppe, une mer d'herbe sans fin où ils erraient librement en troupeaux. Enfant, j'avais dévoré des contes des terres exotiques de l'Est et de ses pays étrangers : le continent qui s'étendait sur l'Empire Oppain et le mystérieux Shogunat. Des lieux de races étranges et de délices introuvables ici.

Ce coq doit être l'un d'entre eux.

« Oh, ton manteau est si élégant », s'est exclamée une jeune femme, ses petits seins presque exposés par le décolleté plongeant de sa robe. "J'adorerais te chevaucher, noble centaure."

"Tu veux dire, tu adorerais être monté", a ri une autre jeune femme. "Je sais que je le ferais."

"Oui," ronronnai-je, marchant en avant alors que le centaure s'arrêtait devant un support recouvert de velours. Un bloc pour qu'une femme s'allonge et profite de la bite du centaure.

— C'est le chevalier, dit une jeune fille, son visage bleuâtre rougissant d'écarlate à mon passage.

"Chevalier?" gronda le centaure en me regardant. Un sourire passa sur ses lèvres. « Une femme guerrière en soie. Avez-vous perdu un pari, femme ? »

"Je n'appellerais pas ça une perte si je fais l'expérience de cette bite," gémis-je.

Le centaure éclata de rire, sa poitrine, d'un brun doré profond, trembla. Il avait les épaules aussi larges que Thrak, mais avec la hauteur de sa moitié équine, il me dominait. Sa voix résonnait autour de moi et des autres femmes de la cour intéressées à ressentir la satisfaction de sa bite.

"Comme toute votre race, vous devenez rosée et vous désirez sentir nos bites s'enfoncer en vous", a déclaré le centaure. « C'est pourquoi nous avons volé vos femelles et les avons revendiquées comme les nôtres, les avons séparées de notre troupeau. »

« Vous êtes tous des hommes ? » J'ai gémi. « Fils de Las ? »

"Comme vous l'appelez dans vos terres," il hocha la tête. "Mais ma mère m'a donné naissance, et elle était aussi humaine que toi."

Il s'agenouilla les pattes avant, abaissant son corps vers le mien. Il tendit la main et saisit ma main. Son pouce frotta ma main. « Callousé par les conflits. Pourquoi portez-vous cette farce de mummers.

"Ma robe?"

« Vous le portez avec mécontentement. Ça et la peinture taché sur ton visage. Ses mains se sont déplacées vers ma jupe. « Ceux-ci vous limitent. Vous empêcher de bouger. De se battre et de baiser. Ses bras puissants tombèrent. Le tissu coûteux s'est déchiré et le harnais en métal m'a arraché. Il tomba en un tas mutilé autour de mes pieds, me laissant nu de la taille aux pieds. Ses mains ont glissé, saisissant mon cul nu et m'attirant contre son torse musclé. La fourrure où sa peau lisse rencontrait la peau de cheval chatouillait mon clitoris. "Là. Maintenant tu es libre."

"Oui," gémis-je et l'embrassai durement, passionnément. J'enfonçai ma langue dans sa bouche tandis que mes seins se soulevaient dans les restes de ma robe.

Les femmes haletaient et roucoulaient, s'émerveillant de sa force. Leurs paroles étaient un bourdonnement, à peine entendu sur les feux qui brûlaient entre mes cuisses. Sophie avait raison. J'avais besoin de m'amuser et de m'amuser. Personne ne soupçonnera mon implication dans le vol. Xera et Minx n'échoueraient pas.

His strong fingers pried at my asscheeks. His fingers dipped in as he kissed me back with hunger. He groaned into my kiss. His fingers brushed my sphincter, teasing me. I shuddered and humped harder against his wiry fur, loving how it tickled my body. A thick finger, bigger than the Doge's cock, rammed into my asshole.

“Yes,” I gasped, my pussy clenching as he fingered my asshole, claiming it. My hands roamed the hard muscles of his human torso. So different from the Doge's pudgy body. My juices trickled out of me, matting his furs. “I want you to ram that cock into my cunt.”

“You smell wet enough,” he growled into my ear.

“More than wet enough,” I hissed as my asshole clenched on his finger.

He lifted me up with ease, rising to his full height. I clung to him, savoring the burning pleasure radiating from my bowels as he stilled fingered me. He carried me to the padded stand and placed me on my back, my legs spread wide. He rose to his height, his finger slipping out of my ass.

And my eyes locked on that wonderful, thick, pink cock. It throbbed beneath him, the tip leaking precum. The crown was blunt like a fist. My pussy clenched. He would tear me open and I would scream with bliss.

“Fuck me,” I hissed, fumbling at the laces of my bodice, eager to spill out my naked tits and enjoy the power of his hard thrusts. “Ram that cock deep into my cunt, Centaur. I want to spar with your weapon.”

He roared, almost like a horse's neigh, in pure delight. He moved over me, his hooves stamping. The buzz from the watching women grew expectant. I glanced at them, their bluish cheeks stained scarlet with excitement. More than a few shifted their hips in their dresses as their pussies grew molten.

“She's really going to fuck him.”

“What a brave knight.”

“I would faint. Look at the size of him.”

“But the pleasure. Sweet Rithi's tits, the pleasure.”

“Imagine it in you.”

“He would tear me in half.”

“But it would be glorious.”

I knew it would be. I reached behind me and grasped his thick dick. It burned in my hand with this passion. I guided it to my pussy. I glanced around the room. Faoril had discovered the warg, watching with the other women, no doubt keen to take a measurement of its cock, and Sophia had the sphinx's attention, licking her lips as the creature's mammoth tits heaved before her.

And then the cock thrust forward. My back arched as the cock entered me. My nipples brushed the rough fur of the centaur's belly. The wiry hairs caressed my nipple. The pleasure shot down to my pussy. I gasped as my flesh wanted to clench on his invading cock.

“Pater's cock,” I screamed out, my eyes closing. More and more of my pussy stretched around his cock. It didn't so much as dive into my pussy as bludgeon its way in. The centaur thrust over and over, working his cock deeper and deeper into my flesh. “Sweet Slata's hairy cunt, he's in me.”

“She took his cock to the root,” gasped a young woman watching.

The centaur's hairy balls smacked into my ass. I reached up, stroking his soft fur as I trembled on the table. My thighs wrapped around his flanks, holding him tight. And then the centaur rode me, thrusting hard, working his dick in and of my body as I buried my face into his fur and smelled the equine musk.

“Yes, yes, yes,” I gasped, bucking hard into the centaur's thrusts. “Ram that dick into my depths. Oh oui. Don't be gentle. Fuck me with your weapon.”

“What a filly you would make,” growled the centaur. “I should carry you off back to my herd. My prize. What a wonderful filly you would make in my harem.”

Mes yeux se sont agrandis. It was so tempting. His cock was amazing. “You would never succeed. I'm too strong for you. I would fight you off.”

“You would,” he groaned, his heavy balls smacking over and over into my ass. “What a filly.” He neighed as he plowed me. My back slid on the stand. His muscles writhed beneath my thighs as he thrust his wonderful cock into me.

I stroked his fur and rubbed my cheek into his belly. I breathed in his musk as my pussy burned around his cock. He slammed so deep into me. So thick. Sophia's fist wasn't as thick as his cock. My eyes rolled back into my head.

“Pater's cock,” I screamed as my orgasm burst through me. “Sophia, the centaur's fucking me so hard.”

The world spun around me. The watching women's faces blurred together while their gasps of excitement spurred the power of my orgasm. It swelled higher and higher in me, threatening to drown me in bliss. I embraced it, letting it flow through me. Such sweet abandon seized me. I never wanted to let it go.

And he kept fucking me. His neighed and snorted, savoring my spasming flesh massaging his cock. I bucked into his thrusts, meeting his balls. Meaty thwacks echoed. My nipples and clit rubbed against his fur, adding more bliss to my pleasure.

“Keep fucking me. Cum in me. I want to feel your cum gush out of my cunt.”

“Yes,” he neighed, his voice so deep. He snarled something in a foreign tongue, his words harsh and beautiful all at the same time.

His cock erupted. It wasn't a flood like other men I had been with. It was a deluge. The cum squirted hard against my cervix. Mes yeux se sont agrandis. It almost stung with the force of his jizz. And there was so much. It gushed around his cock and ran down to my asshole. From the first blast.

And he kept cumming. His large, heavy balls spilled the cum of a dozen men into me in the space of a few heartbeats. Blast after blast gushing into my pussy than pouring out of me like the mighty Tingul into the Nimborgoth.

My toes curled as I savored the bliss of his cock. I shuddered and spasmed beneath him. I stroked his fur and savored every wonderful moment of his orgasm and mine. I drank in the pleasure as his thick cock throbbed inside my depths.

And then the applause roared.

“Lady knight,” cheered the young women watching, their eyes moist with passion, their lips licking hungrily. They all envied my courage to take the centaur's massive cock.

I smiled at them as I burned with bliss. The centaur pulled his cock out of me. More cum gushed out of my pussy, forming a puddle on the floor. I stood up, my legs shaky but I was strong, blessed by Gewin, a warrior. I stood in the remnants of my dress and savored the women's excitement. We were all the same age, but they seemed like children to me.

Even Sophia had matured past these gossiping chicks.

“Do any of you have the courage to fuck him?” I asked, a smirk on my face.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Minx

Xera's ears twitched as we leaned against the seafoam-green stone of the Saltspray Palace. A window, covered by a gauzy curtain, pierced the wall right above us. The elf nodded her head and motioned it was safe. I popped up and slithered through the window into an empty room. A servant's quarters on the first floor of the palace, small, cramped with furniture. Based on the decorations, two women shared the room, their beds on opposite sides of the room.

Xera ghosted in after me. The elf made no noise as she slipped across the room to the door. I was glad to have her with me. I had keen senses, but the elf could hear a mouse fart on the other side of the palace. She listened for a moment, her eyes closed, then twisted the handle and opened the door.

We didn't speak to each other. We knew the plan. I took the lead, Xera padding at my side. I glanced at her. Her ears constantly twitched, her senses active, on the alert for any traffic. My heart thudded in my chest. We were robbing the Great Vault. No thief in the history of Raratha had the boldness of Cernere to attempt this. If we were caught, we would be hung.

Xera tapped my shoulder, then pointed at a door. I rushed to it, opened it, and we slipped inside a dark storeroom. A few heartbeats later, footsteps walked by, a pair of men talking. I hadn't heard them at all over the pounding of my heart.

Nine times we had to hide. Xera knew if a room was safe to enter, when people were approaching. So many people moved through the palace. Three times, I thought it was safe to leave our hiding spot, only for Xera to stop me before more people walked through the corridors.

Though the palace bustled with activity for the feast, the music and scents of delicious food drifting down the corridor, people still moved through the lower level of the palace. The closer we grew to the Vault, the tighter my skin became. My throat clenched. I could feel the noose about my throat.

But Xera steered us clear.

When we reached the corridor that led to the Vault, we heard the rustle of metal. There were guards tonight. I was shocked yesterday not to see any. Maybe it was for the party or maybe they were only at night.

I was prepared either way.

I pulled out a small ball made of fired clay from my pouch. It was filled with a mix of powdered chamomile and other ingredients, an alchemist secret, that I liked to employ. I took a deep breath, gripping it in my hand, then stepped out and threw the bomb at the guards.

“Hey,” the bronze-mailed guard shouted, pointed down the hallway at me. His fellow guard came alert, drawing a sword.

The clay jar landed between their feet. It shattered. The moment air touched the concoction, a flame flared. Purple smoke billowed around the guards. They cried out, then staggered and collapsed in a loud heap of metal.

“Don't breath the smoke,” I warned as the purple cloud drifted down the hallway, growing lighter and lighter as it dispersed through the air. “We need to wait for it to be safe.”

Xera nodded, her ears twitching.

“Did anyone hear their shouts?”

Elle secoua la tête. “No one is coming.”

“Good,” I sighed. I reached into my pouch and pulled out my thief tools. The various metal instruments were wrapped in felt cloth. No metal touched each other, so nothing rattled. I selected the tools I needed to pick the lock and rolled up the felt and returned it to my pouch.

“The scent is dissipating,” Xera said.

I licked my lips. "D'accord." I padded down the hallway, Xera following after. I stepped over the guards and stopped before the Great Vault's door. I inserted my tool into the dwarf-made lock. I stuck my tongue between my teeth as I worked the mechanism, my ear pressed against the metal. I closed my eyes as I felt inside the lock with my picks.

The picture of its mechanism appeared in my mind as I explored through it, brushing the pins and cylinders with my tool, manipulating them, learning how the lock worked. My heart slowed as the world faded from around me.

I had to trust Xera to watch my back.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Incessae

I soared in the dark skies above Raratha. The sun had vanished, but the day’s heat remained, boiling off the city. The air's turbulence buffeted me as I streaked down to the Doge's window. I had marked it as I watched the city. When I spotted Xera and a halfling climbing the cliff, I knew Angela used the cover of the feast to steal the High King's sword.

And I would stop her.

Every plan my sisters and I had come up with had failed to defeat her. Ultionae and Injuriae had both fallen to their lusts and pleasured Angela, losing their burning vengeance. Only I was left to deliver Mother's divine punishment upon the knight.

And I could not hope to defeat her alone.

But the Doge had soldiers. He had power. Once I proved to him the contents of the Great Vault were in trouble, he would swing into action. Excitement twisted my stomach. Lust mixed with my desire for vengeance, my father's taint almost ruining retribution.

I was born of Slata and Las. I was mother's anger made manifest after Las tricked her and fucked her. My sisters and I were born together, demigoddesses with a purpose. First we punished our father for his trickery. And now we punished all who offended Mother.

She had worked hard to destroy High King Peter's empire. Angela would not reforge it even as foolish as that sounded. What woman could hope to rule? Pater, Father of the Gods ruled. Rulers of mortals reflected the wisdom of male leadership. The High King had wanted his daughter Lily to succeed him, but Mother stopped that plan.

I landed on the Doge's balcony and strolled into the ruler of Raratha's quarters. The man, finished dressing in a golden toga, started. I appraised him: his bald head waxed and his beard, cut square and woven, oiled. Both gleamed. His eyes widened as he realized what I was.

“Sweet Mother Slata, no,” he groaned, his legs quivering as my flaming spear appeared in my hand and my black wings spread wide. “What did I do to offend your Mother? I will do anything, erinyes, to earn her forgiveness.”

“I am not here for you,” I said, marching on him.

“Pater's cock,” he sighed then blubbered, “Please, exact your vengeance and leave. My men will not interfere. Whoever has offended your mother deserves to be punished.”

“But I want your men to interfere.” I seized the Doge by the gold damask of his toga and hauled him up. “Your guest, Angela, and her compatriots are robbing your Vault as we speak.”

"Quoi?" he spluttered. His face grew hard. “No, she would not.” His eyes flicked to the bed. He had spent the night with Angela. I had watched them rut. I almost attacked her, but fear held me back.

Her sword was present and her allies were nearby. Chaun was nearby.

Fear chilled my spine. My wings flapped hard. I should not be afraid. I should be feared. My spear burned louder. “She is the High King's descendant. She is reclaiming his sword. She seeks to forge it anew.”

“But...but. It's mine.” Greed entered his eyes. “It has belonged to the Doge's of Raratha since the sword was broken. She cannot have it.”

“Then what are you going to do about it?” demandai-je. “Whine and blubber?”

"Non." He seized my hand holding his toga and wrenched my fingers away. He stood tall. "Non. Guards!”

I smiled. All of Angela's plans would be undone tonight.

To be continued...

Articles similaires

Lycée Jameson

Lycée Jameson Présentation : Bonjour, je m'appelle Adilene (appelez-moi simplement Adi), je suis une brune de 5'6 de corpulence athlétique avec des fesses fermes et de gros seins de 54 bonnets E. J'assiste à la Jenna Jameson Sex Academy ici en 2035. Depuis que vous avez lu ceci, le monde a beaucoup changé. À partir de 2021, la Chine a dépassé les États-Unis en tant qu'économie dominante, les crises énergétiques ont pris fin avec l'utilisation généralisée des techniques de fusion et de fission ; les différences raciales et sexuelles ont été presque entièrement résolues dans le monde entier, et les traditions...

577 Des vues

Likes 0

Une Nouvelle Maîtresse 7

Natasha a collé sa langue dans mon oreille et a chuchoté: «Nous allons nous amuser beaucoup, beaucoup, ma chérie…. La petite fille de maman s'est-elle salie le cul ? « Non Maîtresse… Maman ! J'ai chuchoté. J'ai crié quand quelqu'un a giflé ma bite dure. Il rebondissait comme un métronome cinglant. Oui! J'ai pleuré : Oui ! Mon cul est sale maman... Elle sourit et me couvrit les yeux avec un bandeau. J'ai senti quelqu'un s'asseoir sur ma poitrine et j'ai pensé que je sentais une chatte excitée. Natasha a roucoulé dans mon oreille: Tu connais cette odeur? J'ai réalisé qu'il...

621 Des vues

Likes 0

Avantages sociaux liés au travail, Pt. 2

La nuit dernière a été une nuit incroyable et le début de ce que j'espérais être une série de belles rencontres avec Susan, ses filles jumelles, et à ne pas manquer, ma meilleure fille au bureau et la meneuse lubrique, Debbie. Même la serveuse du bar, Tammie, a proposé des possibilités très intéressantes, car elle a fait preuve d'une audace et d'un état d'esprit sexuel qui, selon moi, devaient contenir des secrets sexuels quelque part au plus profond de moi. Et en ce qui concerne le personnel du bureau, toutes des femmes comme je l'ai mentionné précédemment, j'avais maintenant eu une...

783 Des vues

Likes 0

Cat girl Charity - Une invitation personnelle à danser

Bienvenue dans la troisième histoire de Charity, une fille-chat qui cherche à trouver sa place dans la vie, ainsi qu'un amour recherché depuis longtemps. Dans cette histoire, nous voyons la relation croissante entre elle et le chancelier de l'académie, connu sous le nom de Storm Dragon, et un puissant sorcier à part entière, ainsi que des défis alors qu'un vieil ennemi se présente pour provoquer le chaos dans leur vie. Alors venez nous rejoindre maintenant, car Charity est invitée à un bal officiel de l'Académie, alors qu'elle a d'autres idées de danse en tête. J'espère que tu apprécie cela. S'il vous...

723 Des vues

Likes 0

Trompé est devenu apprécié IV

Cela faisait plus de deux semaines depuis mon horrible expérience. Avec le temps, j'avais appris à accepter ce qui s'était passé. Même si je me sentais utilisé, je l'avais définitivement invité sur moi-même. Je ne savais rien du mec, et même après m'avoir insulté et m'avoir dit qu'il était en couple, je l'ai quand même supplié de me laisser lui sucer la bite. Je savais que je n'irais plus après lui. Ma vie revenait à la normale, je n'éprouvais plus les envies intenses de m'habiller que j'avais ces derniers temps. J'avais rangé mes vêtements et mon maquillage, et j'avais même commencé...

641 Des vues

Likes 0

La Sorcière_(0)

La sorcière Par Gail Holmes Renée n'avait jamais fait confiance à la vieille femme, ne sachant jamais ce qu'elle faisait, une sorcière plus méchante que vous n'auriez pas pu demander, elle était dans toutes les formes de magie noire. Elle avait entendu parler de ses pouvoirs par d'autres personnes, lui disant de ne jamais croiser la vieille femme. Le problème était qu'il semblait qu'elle l'avait fait, et il n'y avait aucun moyen de se racheter. Renée et son mari formaient un couple charmant, amical avec tous, c'est juste que la vieille femme avait pris ombrage à quelque chose qui avait été...

534 Des vues

Likes 0

Petit cochon 3 - Garçons ! Rien que des ennuis.

Petit cochon 3 - Garçons ! Rien que des ennuis. Little Piggy s'est réveillée quand elle a senti son père bruisser dans le lit et s'est souvenue de la nuit dernière. Elle glissa du lit et retourna tranquillement dans sa chambre. Il était très tôt le matin alors elle alla se coucher et retourna dormir. Elle a commencé à rêver de son aventure avec la bite de son père. Les sensations de son corps et la forte passion de son père. Son rêve dérivait d'être dans la position de sa mère dans la chambre au milieu de la journée. Se souvenant...

500 Des vues

Likes 0

Salons de discussion - une méchante vengeance entre copines

Vous rentrez chez vous après une longue journée de travail ; vous enlevez votre manteau et vous dirigez vers la cuisine pour une bière. Lorsque vous ouvrez la porte du réfrigérateur, votre petite amie s'approche par derrière – en vous couvrant les yeux avec un bandeau sur les yeux. Elle le noue serré étant un peu rugueux « J'ai un os à choisir avec toi ! » vous lance-t-elle. « Qu'est-ce que… ? ! Vous questionnez, levant la main pour découvrir vos yeux. Elle donne une tape sur le dos de ta main et saisit ton poignet pour te tirer hors de la cuisine. Les yeux bandés...

743 Des vues

Likes 0

Le garçon que j'aime(1)

Introduction : Salut à tous, c'est ma première histoire. Um s'il vous plaît ne me jugez pas trop dur à ce sujet. J'espère que vous aimez tous ça. S'il vous plaît laissez des commentaires en bas pour me dire comment améliorer mes histoires. Cette histoire parle d'un garçon de 14 ans nommé Logan qui commence sa première année avec son meilleur ami Luke. Logan s'interrogeait sur sa sexualité depuis près d'un an maintenant. Il ne savait pas s'il était gay ou hétéro. Vivre au Texas n'était pas vraiment gay friendly et il ne voulait tout simplement pas que les gens découvrent...

504 Des vues

Likes 0

Jouer à Dare avec Sis Partie 3_ (2)

Je ne pouvais toujours pas croire les événements des deux derniers jours. Nos parents étaient partis en week-end car ma grand-mère était tombée malade. Ils voulaient que ma garce de sœur Kayleigh et moi passions le week-end ensemble, au grand désarroi de Kayleigh. Vendredi, Vlad et moi avions contraint ma sœur garce mais incroyablement sexy Kayleigh à un jeu de défi vendredi soir. De peur de perdre 100 $ au cours du match et d'être très compétitive, Kayleigh avait accepté d'enlever son haut et son pantalon et de défiler en sous-vêtements. Elle n'avait aucune idée des ennuis que cela lui causerait...

513 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.