La chienne intérieure émerge

578Report
La chienne intérieure émerge

Elle l'a rencontré au bar environ 10 minutes après l'heure dite. Elle aimait les faire attendre, aimait le sentiment de puissance que cela lui procurait de voir le regard soulagé quand elle arrivait. Elle portait une tenue simple, et elle pouvait voir le soulagement mélangé à une certaine déception sur son visage lorsqu'il remarqua qu'elle ne portait pas de bottes. Souriant intérieurement, elle garda son sourire distant et s'approcha de la table. Elle se tenait là, jetant un coup d'œil pointu à la chaise pendant qu'elle attendait. D'abord perplexe, il réalisa finalement qu'il aurait dû se lever quand elle s'approcha. Se levant rapidement, il fit le tour de la table pour tenir sa chaise. Elle s'installa avec la dignité d'une reine, alors qu'il tâtonnait avec sa propre chaise et s'asseyait.

« J'avais peur que tu aies changé d'avis ! s'exclama-t-il avec un large sourire. Elle haussa simplement un sourcil en prenant une gorgée de son verre qui l'attendait. "La confiance est importante, Jason," répondit-elle. "Si je te dis que je vais faire quelque chose, je le fais toujours. Mais mon temps est précieux et donc parfois tu dois être patient et attendre." "Oui, Madame" était sa réponse châtiée.

« Vous avez la chambre, comme demandé ? elle a demandé. "Oui ! C'est au deuxième étage, près de la cage d'escalier. Chambre 213." "Donne-moi la clé." L'air confus, il lui tendit la carte. Elle a pris une autre gorgée de son verre et s'est levée en disant: "Retrouvez-moi là-bas dans 30 minutes." et est repartie sans finir son cocktail. Il resta là, bouche bée, se demandant s'il lui faisait vraiment confiance. Il jeta un coup d'œil autour du bar, embarrassé de voir que plus d'un client l'avait remarquée le laissant là seul, entendant une table d'hommes glousser et dire les mots "... écrasé et brûlé..." Essayant de cacher son chagrin, il bu sa bière et étudié l'écran télévisant un match de football. Au moins, elle avait organisé la réunion où il pourrait suivre le bal de l'université.

Elle rit doucement alors qu'elle montait dans sa voiture et se dirigeait vers l'hôtel. Garder son sous-marin déséquilibré était une bonne tactique, et elle trouvait ça assez amusant. Elle savait aussi que les trente minutes d'attente lui donneraient le temps d'anticiper et de s'inquiéter de ce qui allait arriver. Elle avait été tellement plus amicale lors de leur première rencontre, discutant de sujets quotidiens et riant comme une vieille amie. Elle savait que la confusion et l'appréhension qui s'accumulaient ne feraient qu'intensifier la séance à venir. Elle arriva à l'hôtel, attrapa ses bagages et se dirigea vers la chambre, ravie de constater qu'il avait baissé la climatisation comme elle l'avait demandé. Elle aimait voir la façon dont les mamelons d'un soumis plisseraient au froid et savait que la gifle de sa cravache piquerait un peu plus à cause de son froid.

Elle ouvrit son sac, enleva la tenue qu'elle avait apportée et commença à s'habiller. Elle a attaché les nombreux crochets du corset noir, a enfilé une culotte string noire, suivie d'une jupe courte noire. Merde, elle oubliait toujours de mettre les bottes en premier. Ils étaient si difficiles à enfiler de toute façon, alors en soupirant, elle enleva le corset et enfila les longues cuissardes. Elle finit de s'habiller et vérifia ses longs cheveux blonds, ébouriffant et s'agitant pour obtenir un look sauvage et indompté. Elle rafraîchit ses lèvres avec du rouge à lèvres écarlate, tamponna un peu de parfum musqué ici et là, et enfila ses longs gants noirs. Elle se demanda si le look n'était pas trop exagéré, mais décida que le look était parfait, étant donné le penchant de ce soumis pour les vêtements fétichistes.

Elle a ensuite posé ses jouets, les alignant soigneusement sur la commode. Quelques quirts, un plumeau, un fouet en caoutchouc et une brosse à cheveux en bois alignés côte à côte. Ensuite, elle a sorti les vibromasseurs, les godes, le plug anal et enfin son gode-ceinture. Elle était ravie d'utiliser ce jouet particulier. Elle avait deux godes différents à utiliser. L'une était neuve, jamais utilisée, rose et pointue, prête à plonger dans les profondeurs du cul de sa soumise. L'autre était assez réaliste, avec une texture ressemblant beaucoup à un vrai pénis en érection. Elle avait décidé que ce n'était pas assez rigide pour enculer son soumis mais avait prévu de le lui faire sucer, peut-être pendant qu'elle le baisait par derrière. Terminant en préparant plusieurs types de lubrifiants et une paire de gants en latex, elle passa aux fournitures de bondage.

Des menottes en velcro, des menottes aux chevilles, une laisse de chaîne et une corde étaient toutes disposées pour son usage, ainsi qu'un bandeau pour les yeux. Tellement agréable de pouvoir tenir son soumis en haleine en le privant de la vue. Elle savait par expérience que son sens de l'ouïe et du toucher s'intensifierait tout au long de la séance. Finalement, elle sortit le lecteur de CD, insérant un disque de musique de donjon, c'était un rythme bas et sensuel, la nuance suggestive du chant l'aidant à terminer sa transition de femme normale à garce en charge. Elle alluma des bougies, éteignit les lumières et attendit. Elle prit une inspiration apaisante en entendant la lumière frapper à la porte.

Elle a pris son temps pour répondre à la porte, augmentant le suspense de son nouveau soumis, le laissant debout devant la porte à s'inquiéter pendant un moment ou deux. Elle ouvrit la porte et lui fit signe d'entrer. Ses yeux s'écarquillèrent à son apparition et un sourire remplit son visage alors que sa bite commençait à remplir son pantalon. Elle ne lui rendit pas son sourire, ferma plutôt la porte et lui ordonna de se déshabiller. Se conformant rapidement, son érection semblant se libérer de son short alors qu'il le jetait. Il commença à parler et elle leva une main, le faisant taire. "À part les gémissements de plaisir ou les gémissements de douleur, vous ne devez pas parler à moins qu'on ne vous parle, c'est clair ?"

"Oui m'dame."

"Oui, Maîtresse, est la bonne réponse !"

"Oui Maîtresse."

"Très bien. Maintenant. Si vous constatez que vous ne pouvez pas continuer, le mot de sécurité est ROUGE."

"Oui Maîtresse."

"Maintenant, reste immobile pendant que j'inspecte la marchandise." Elle commença lentement à marcher autour de lui, le regardant de haut en bas. Elle frappa sa cravache sur l'intérieur de ses cuisses et il sursauta sous les coups cinglants. « Écarte tes jambes, esclave ! Il se dépêcha d'obéir et sentit la cravache glisser sensuellement de haut en bas sur ses cuisses, ses fesses, le long de sa clavicule. Sa main gantée prit ses testicules comme si elle les pesait, les pressant avant de les relâcher. Il gémit et sentit le précum commencer à couler de son pénis. Il se pencha pour caresser sa bite dure et sentit à nouveau la piqûre de sa cravache, cette fois sur son poignet. "Est-ce que j'ai dit que tu pouvais caresser ta bite ?!" demanda-t-elle.

"Non madame." Et à son sourcil levé, il se corrigea rapidement, "Je veux dire Non, Maîtresse!"

"Je vois que tu es indiscipliné et que tu n'as pas de manières. Tu dois apprendre à te comporter en présence d'une femme. Va te pencher sur le lit... MAINTENANT !" ce dernier fut dit alors qu'il hésitait. Il se précipita vers le lit et s'allongea dessus, face contre terre. Il l'entendit bouger et tourna la tête pour voir ce qu'elle faisait. « Que regardes-tu, esclave insolent ? Détourne-toi tout de suite ! Il faillit se casser le cou en détournant la tête, inquiet de son ton. Il l'entendait mais n'osait plus regarder. C'était plus que ce qu'il avait négocié car il pensait. Elle avait dit qu'elle était une dominatrice sensuelle, mais cette femme semblait plus salope qu'autre chose. Soudain, il sentit une forte claque sur ses fesses, suivie d'au moins une douzaine de coups supplémentaires en succession rapide. La première ne fit que le piquer un peu, le surprit plus que le blesser, mais elle ne lui laissa pas le temps de se remettre entre les coups et rapidement son cul commença à brûler et à picoter.

Elle sourit en lui donnant une fessée avec sa brosse à cheveux. Elle savait qu'il était venu ici en pensant qu'elle serait sensuelle et sexy, douce et caressante. Elle savoura sa surprise face à sa punition. Lui donnant une dernière tape sur le cul, elle lui dit : "Voilà. C'est une assez petite punition pour tes mauvaises manières. Maintenant, lève-toi, tourne-toi et mets-toi à genoux, puis embrasse la pagaie." Il s'exécuta maladroitement puis la regarda. « Maintenant, tu peux embrasser ma botte et me remercier de me soucier suffisamment de toi pour améliorer ton attitude. »

"Merci, Maîtresse." marmonna-t-il en s'accroupissant et en embrassant le haut de sa botte droite. Il sentit sa bite durcir à nouveau à la vue et au toucher de ces bottes. Il pouvait à peine croire que son fantasme était sur le point de se réaliser !

Elle pouvait sentir l'humidité couler de sa chatte alors qu'elle regardait l'homme châtié, agenouillé si doucement à ses pieds. Elle saisit légèrement sa tête, le soulevant suffisamment pour enfouir son nez à la jonction de ses cuisses.

« Est-ce que tu sens ça ? Ta Maîtresse est contente de toi. Il essaya de se frayer un chemin sous sa jupe et elle le repoussa légèrement. "Pas encore, esclave. Tu n'as pas encore gagné le droit de plaire à ta Maîtresse de cette manière. Je peux voir du liquide couler de ta bite. Tu aimerais baiser cette chatte juteuse, n'est-ce pas."

"OH Oui, Maîtresse !"

"Peut-être un jour. Ou peut-être que tu seras simplement obligé de t'agenouiller et de regarder pendant qu'une autre grosse bite bien dure me baise. Je pense que tu en as assez vu." Sur ce, elle prit le bandeau et le plaça sur ses yeux. "Lève-toi, esclave." Il se leva et resta là, attendant. "Écarte tes jambes!" Il s'exécuta rapidement, même s'il sentait toujours la piqûre de sa cravache sur l'intérieur tendre de ses cuisses. Il pouvait la sentir marcher mais n'était pas sûr de ce qui allait suivre. Il sursauta en sentant les plumes douces caresser son cou. Il sursauta de nouveau en sentant la légère piqûre du fouet en caoutchouc sur ses testicules. Ça ne faisait pas exactement mal mais la sensation inattendue l'avait surpris. Elle marchait autour de lui, lui frappant parfois le cul avec un quirt d'équitation, fouettant parfois légèrement sa bite ou ses couilles. Il ne savait jamais ce qui allait suivre, la brûlure claquante de la couette, la piqûre du fouet, le chatouillement des plumes. Il tressaillit en la sentant pincer son mamelon, distendu à cause de la chambre froide. Elle sourit en le tordant à nouveau, appréciant son inconfort, sachant qu'elle ne lui causait aucune douleur réelle.

Cela a duré pendant ce qui a semblé être une éternité, les claquements de la cravache, la couette, la brosse à cheveux et parfois sa main gantée. La caresse des plumes ou des cordes du fouet ou parfois même ses cheveux qu'elle utilisait pour chatouiller sa bite lancinante. Il sentit la légère morsure de ses dents sur ses mamelons, une pincée de ses fesses, le bref effleurement de sa langue sur sa bite, son souffle dans son oreille. Il s'est perdu dans les sensations, son pénis en érection dégoulinant, ses couilles rêvant de se libérer.

Elle joua avec lui pendant un moment, appréciant ses tressaillements de surprise, sa réponse à ses caresses, sa respiration rapide et parfois ses gémissements de plaisir. Il est temps de passer à l'étape suivante. Elle le laissa debout là, se demandant quelle serait la prochaine sensation. Elle pouvait le voir s'efforcer d'entendre, essayant de sentir sa présence, le froncement de sourcils sur son visage quand rien ne se passait. Elle enleva ses longs gants noirs et ramassa un petit vibromasseur. Dégoulinant de lubrifiant dessus, elle recherchait la sensation humide d'un plastique froid, pas encore prêt pour une véritable pénétration. Silencieusement, elle revint vers lui et poussa brusquement le vibromasseur contre son anus, l'allumant. Il sursauta de surprise puis gémit et repoussa, adorant le picotement que cela ajoutait à son état déjà excité. Elle a joué un peu avec son cul, taquinant son bouton de rose avec le bout du vibromasseur mais jamais tout à fait pénétrant, malgré ses gémissements et ses tentatives de s'empaler. Elle s'éloigna brusquement et dit "Ça suffit ! Maintenant il est temps pour toi de faire plaisir à ta Maîtresse." Elle plaça un oreiller dans le fauteuil capitonné et l'y conduisit. "Tourner autour."

Il s'exécuta et la sentit placer des menottes en velcro sur ses poignets, les attachant ensemble derrière son dos. "S'agenouiller!" Maladroitement, il tomba à genoux. Elle se tenait devant lui, avec son entrejambe près de son visage et remonta lentement sa jupe au-dessus de sa taille. Elle se pencha et il sentit sa culotte effleurer son nez. "Enlève ma culotte."

"Mais Maîtresse... mes mains..." commença-t-il.

"Utilise tes dents ! Et ne me gratte PAS avec." Il fouilla avec ses lèvres et trouva le bord de son string, le saisissant soigneusement entre ses dents. C'était maladroit et difficile mais finalement il a pu baisser la culotte. Ils ont attrapé ses bottes et il lui a fallu un certain temps pour travailler les ouvertures des jambes sur les grands dessus de bottes. Elle se tenait là patiemment, appréciant sa lutte. Elle savait qu'il pouvait sentir l'humidité de la culotte, sentir son musc. Il commençait à s'impatienter d'enfouir son visage dans sa douceur mais elle resta là, n'aidant pas, attendant juste pendant qu'il se débattait avec la culotte. Finalement, il les amena à ses chevilles et elle se pencha, posant sa main sur son épaule alors qu'elle soulevait chaque pied, un par un, les dégageant de la culotte tandis qu'il les tenait fermement entre ses dents. Il était excessivement satisfait de son accomplissement quand il a finalement laissé tomber la culotte de sa bouche. Elle s'assit sur la chaise, regroupant l'oreiller derrière son dos et se précipita jusqu'au bord du siège. Saisissant sa tête, elle a tiré son visage dans sa chatte fumante. Ils gémissaient tous les deux alors qu'il enfouissait son visage dans sa chatte humide, léchant et goûtant son excitation.

"Juste ta langue. Pas de succion, et surtout pas de morsure !" Elle ordonna et il s'exécuta, léchant et lapant ses lèvres. Il pouvait goûter ses jus qui coulaient librement de son vagin, et faisait de son mieux pour les prendre tous. Elle l'instruit avec des gémissements, des mouvements de ses hanches et en utilisant ses mains pour diriger sa tête vers l'endroit où elle le voulait ensuite. Il souhaitait pouvoir enfoncer toute sa tête dans sa chatte, se noyer dans son humidité, baiser sa chatte et son cul avec la langue. Il a fait ce qu'il a pu, compte tenu de sa position dans le fauteuil et de ses mains liées. "Maintenant, lèche mon clitoris, soumis. Lèche-le régulièrement et en rythme. Ne change pas, ne bouge pas, juste lécher !" demanda-t-elle. Il a léché. Il entendit sa respiration devenir plus lourde, ses cuisses se tendaient, ses hanches poussaient contre sa langue. Finalement, elle cria, se débattant contre son visage, attirant sa tête si étroitement contre son entrejambe qu'il crut qu'il allait étouffer mais il continua à lécher et lécher alors qu'elle venait encore et encore. Puis il faillit tomber lorsqu'elle le repoussa, et elle s'affaissa sur la chaise, haletant et essayant de se contrôler.

Elle le remarqua assis là, souriant, apparemment très content de lui. Il est temps de reprendre le contrôle ! "Sur le lit, esclave," ordonna-t-elle. Il effaça son sourire et grimpa sur le lit, tâtonnant maladroitement grâce à son bandeau et ses mains liées. Elle a enlevé les menottes. "Maintenant, mets-toi à genoux et repose ta tête et tes épaules sur tes bras croisés." Il s'exécuta, sachant ce qui allait suivre. Il avait voulu ça, voulait qu'on lui prenne le cul comme une chienne. Il tremblait presque comme une jument en chaleur, anticipant sa conquête de lui.

Elle est descendue du lit et a bouclé sa sangle sur le harnais autour de ses hanches et de ses cuisses, insérant le gode le plus réaliste dans l'anneau. En remontant sur le lit, elle attrapa ses cheveux et tira sa tête en arrière. "Suce ma bite, salope !" ordonna-t-elle en lui enfonçant la bite en caoutchouc au visage. Il ouvrit la bouche et commença timidement à sucer. « Suce-le ! Prends-le dedans ! grogna-t-elle, alors qu'elle attrapait sa tête et commençait à baiser son visage. Elle savait par expérience que le réflexe nauséeux n'était pas toujours contrôlable et donc s'est fait doucement. Elle ne voulait pas que la séance se termine tôt car il avait perdu son déjeuner sur le lit. Elle sourit en l'écoutant sucer et aspirer. « Mmmmm… c'est vrai bébé, tu es une bonne petite suceuse de bite, n'est-ce pas ? » Elle a entendu son "mmm hmm" étouffé alors qu'il continuait à sucer le gode. Elle a continué à pousser et à lui murmurer des mots d'encouragement, puis a dit "Ça suffit!" et retira brusquement le sexe de sa bouche. Elle le laissa là, respirant fort, se demandant quelle serait sa prochaine action.

Elle se dirigea vers la commode, sélectionna des vibromasseurs de différentes tailles et les posa sur le lit près de lui. Elle prit un gant en latex et l'enfila sur sa main droite. Elle enleva le gode, le remplaçant par celui qui était ferme et pointu, prit une bouteille de lubrifiant épais et se plaça derrière lui. Prenant du lubrifiant, elle sonda son cul avec son doigt. Il gémit et se rapprocha. Elle lui frappa le cul avec sa main libre. Elle fit entrer et sortir le doigt de lui, l'entendant haleter alors qu'elle le remuait. Après l'avoir baisé avec le doigt pendant un court moment, elle a retiré sa main et a atteint l'un des vibromasseurs. Il semblait n'avoir aucun problème à prendre son doigt dans le cul alors elle a pris le plus gros, un plug anal en argent, et a généreusement appliqué du lubrifiant sur le bout. Elle a ensuite massé plus de lubrifiant sur son cul alors qu'il gémissait de plaisir. Plaçant le vibromasseur contre son cul, elle poussa doucement. Il essaya de se détendre pour que le phallus entre dans son trou avide. Il était tellement excité, sa bite palpitait, ses couilles lui faisaient mal.

Soudain, le gros vibromasseur s'est mis en marche et elle l'a allumé. Il gémit quand elle commença à le baiser avec le jouet bourdonnant. Cela allait beaucoup plus facilement qu'elle ne l'avait prévu et impatiente de le baiser, elle sortit le vibromasseur et le jeta de côté. Elle a versé du lubrifiant sur la sangle du gode, le branlant avec sa main droite pour le recouvrir de la base à la base avec la substance glissante. Soudain, elle attrapa ses hanches et poussa en avant, tenant la fausse bite dans sa main. Il a manqué et a glissé plusieurs fois et a finalement trouvé le bon endroit, et elle l'a enfoui dans son cul. Son cri de surprise a été perdu car elle ne lui a pas donné le temps de récupérer, elle a commencé à pousser fort dans son cul. Le visuel était exactement comme elle l'avait imaginé… les sons de ses cris et gémissements résonnaient à ses oreilles. C'était de la puissance enrobée de plaisir ! Elle a maintenant réalisé ce que son propre maître, son mari, doit ressentir lorsqu'il a enfoui sa bite dans son cul. Et elle savait aussi le plaisir que ressentait son soumis, son sombre passage étant pillé encore et encore.

« Prends cette bite, salope ! Tu sais que tu la veux. Aimes-tu ça ? Aimes-tu que ta Maîtresse te baise comme une petite chienne ?

"Oh OUI, Maîtresse ! Baise-moi ! Baise-moi fort !" gémit-il. "S'il vous plaît, puis-je caresser ma bite?"

"Non ! Je ne veux pas encore que tu jouisses. Je te dirai quand tu pourras le caresser." dit-elle.

"Oui, Maîtresse. Oooh, aaaahhhh, aaaahhhh!" haleta-t-il alors qu'elle continuait à baiser son cul. Elle pouvait sentir son orgasme monter à la sensation de la fausse bite frottant son clitoris. Elle a tenu la base et l'a agitée tout en le baisant, augmentant sa propre excitation. Elle a martelé et remué jusqu'à ce qu'elle sente le resserrement familier, puis a explosé dans l'orgasme alors qu'elle enfonçait sa bite profondément dans son cul. S'effondrant sur son dos, elle se reposa, à bout de souffle, heureuse de la tournure des événements. Elle ne s'était pas attendue à jouir. Le visuel érotique, associé à la friction sur son clitoris, l'avait poussée à bout.
Il était allongé là avec sa bite enfouie dans son cul, désireux d'être libéré mais effrayé de parler et de rompre le charme.

Enfin, elle a retiré le gode de son cul et est descendue du lit. Elle le remplaça par le gode réaliste et s'assit sur le bord du lit. "Viens ici, esclave, viens t'agenouiller devant ta Maîtresse." Il roula du lit et s'agenouilla entre ses cuisses avec l'aide de ses mains directrices. Ses genoux étaient faibles, sa bite était dure comme de la pierre, le liquide pré-éjaculatoire coulant librement de son extrémité. Il la sentit retirer son bandeau et se demanda si la séance était terminée. Il espérait que non, il voulait tellement jouir ! Il eut brièvement peur qu'elle lui refuse un orgasme et le renvoie chez lui dans la douleur et la frustration.

« Ta petite bite meurt d'envie de jouir, n'est-ce pas un esclave ?

"Oui Maîtresse."

"Tu aimerais décharger ce sperme chaud partout sur moi ou même au plus profond de moi, n'est-ce pas ?"

"Oh oui, Maîtresse ! S'il vous plaît Maîtresse !"

"Non." A son air découragé, elle sourit et dit, "mais tu peux te branler sur ma bite puis la lécher pour la nettoyer." Il vient tout juste de remarquer la bite de 7 pouces debout sur ses genoux.

"Vraiment?" Il a demandé.

"Vraiment," gloussa-t-elle, et sourit alors qu'il se tenait devant elle et commençait à se caresser. "Pensez à enfouir votre nez dans ma chatte, à me tirer la langue pendant que vous vous branlez." Il gémit. « Tu penses à ça ? demanda-t-elle.

"Oui Maîtresse!" haleta-t-il, caressant plus vite.

"Arrête ! Arrête de caresser ta bite !"

"Quoi?" il la regarda avec confusion, sa main toujours sur son érection.

"D'accord, recommencez." Elle sourit à sa reprise impatiente de caresser. "Arrête ! Enlève ta main de ta bite !" Il l'a fait, l'air malheureux. "Chaque fois que je te dis d'arrêter, tu dois retirer ta main de ta bite. Si tu désobéis, je ne te laisserai pas jouir jusqu'à la prochaine fois que nous nous rencontrerons, si alors !"

"Oui Maîtresse."

"D'accord, commencez." Il a caressé. "Arrêter!" Il laissa tomber sa main sur le côté. "Va." Il a caressé. "Arrêter!" Il s'arrêta de nouveau. Il espérait qu'elle le laisserait caresser quelques instants de plus, il savait qu'il pourrait jouir si elle le faisait, et il était désespéré de jouir.

Elle a continué la torture pendant ce qui semblait être des heures, mais en réalité ce n'était que peu de temps. Elle pouvait voir sa tension, son besoin frénétique de jouir. Enfin, quand elle sentit qu'il avait assez souffert,
elle resta silencieuse, le regardant caresser et secouer. Elle a vu son pénis éclater de sperme alors qu'il serrait et criait. Des cordes de sperme enrobaient sa poitrine, ses jambes et sa bite. Il n'avait pas fait attention et elle prévoyait de le punir pour cela à la prochaine séance. Pour l'instant, elle attendait, en silence, alors qu'il frissonnait à travers l'orgasme le plus intense de sa vie. Quand sa bite pendait enfin molle et qu'elle pouvait voir qu'il était sur le point de s'effondrer, elle a dit : « À genoux ! Lèche-moi ce gâchis ! Je ne peux pas croire que tu aies fait un tel gâchis ! Il s'est empressé d'obtempérer. Alors qu'il descendait de son apogée, il avait redouté de lécher le sperme salé de sa bite, mais le son de son mécontentement a effacé tout sauf le besoin d'obéir de son esprit. En hâte, il lécha ses cuisses, sa poitrine et ses seins. Quand avait-elle enlevé son corset ? se demanda-t-il. Il s'attarda sur ses seins, suçant les mamelons, les sentant durcir dans sa bouche.

"Arrête de me malmener et lèche le sperme de ma bite !" grogna-t-elle. Il se pencha et prit le gode dans sa bouche, suçant et léchant le sperme de sa tige. Quand il l'eut léché de tout son sperme, il la regarda avec impatience, attendant ses louanges et son approbation.

"Eh bien, c'était un bon début. Tu dois apprendre à contrôler où tu jouis. Je pensais que tu me noierais dedans !" Il sourit. « Et la prochaine fois tu seras puni pour ça ! Son sourire a disparu. Il aimait lui faire plaisir oralement, se faire enculer, même lui sucer la sangle. Il ne souffrait pas tant que ça, cependant, et ses fesses brûlaient encore de la fessée précédente. Mais il le tolérerait. Il ferait face à à peu près n'importe quoi pour avoir une autre occasion de servir sa Maîtresse. Elle lui dit qu'il était temps pour lui de partir et alors qu'il s'habillait, il souhaita qu'ils puissent s'asseoir et parler un peu. Mais il pouvait voir qu'elle était épuisée et il fit ce qu'on lui disait, murmurant un au revoir silencieux en se glissant vers la porte.

Elle s'allongea sur le lit, souriant et repensant à l'après-midi. Elle s'était inquiétée de ne pas être assez forte, assez sévère. Elle aimait ce soumis mais, contrairement à son premier, il n'était pas son ami donc elle a trouvé plus facile de laisser émerger sa salope intérieure. En pensant à son premier soumis, son Alan, elle l'a appelé. Il était à proximité, attendant dans le même bar où elle avait rencontré Jason. D'une manière ou d'une autre, elle avait su qu'elle aurait besoin de sa douceur, de son attention dévouée après cette première séance avec un nouveau soumis. Elle savait aussi qu'Alan désirait ardemment qu'elle l'utilise de la même manière qu'elle avait utilisé Jason aujourd'hui. Elle savait qu'il n'était pas la garce que Jason était, n'avait pas envie de sa bite dans le cul mais il voulait qu'elle prenne plus de contrôle sur leurs sessions. Être la puissante Maîtresse qu'elle avait été avec Jason.

Peut-être qu'un jour elle pourrait libérer cette salope sur lui, repousser un peu ses limites, lui donner ce dont il avait envie, mais pour l'instant, elle attendait avec impatience un bon massage, un autre orgasme époustouflant, puis une bonne baise de sa part. Elle a lavé et rangé ses jouets et ses outils, s'est douchée, puis s'est allongée sur le lit, attendant que son gentil géant vienne terminer son après-midi.

Articles similaires

Une tribu pour Téthys, partie 2, chapitre 10

Une tribu pour Téthys : 2e partie Chapitre 10 : Megan, voici Hera ! Megan est silencieuse pendant la majeure partie du chemin du retour à mon appartement après que nous ayons quitté la maison de Carl, et bien que je sois curieux de savoir ce qu'elle pense, c'est aussi l'occasion pour moi d'examiner certaines de mes propres pensées. Beaucoup de choses ont changé, pour nous tous, en très peu de temps. Nous avons laissé Sonia avec Carl, il a promis de la ramener à la maison une fois qu'ils auront terminé le dernier de leur accord commercial. Carl conclut un contrat...

492 Des vues

Likes 0

Holli et une voile du soir

Holli m'a rencontré au bout du quai… et mon cœur a raté un battement lorsqu'elle s'est glissée dans ma vue. Elle était habillée pour une soirée à bord de mon bateau - de simples sandales de pont, un joli haut bleu pâle et une paire de shorts kaki très confortables se balançaient facilement sur ses courbes, faisant allusion à ce qu'elle avait à partager en dessous. Mesurant 5 pieds 9 pouces avec des cheveux blonds, de longues jambes et un corps athlétique en forme, Holli était entrée dans mon monde par un après-midi magique que nous avons partagé sur le front...

398 Des vues

Likes 0

Aussi bon que possible III

Objectif 5 : Faire un bon jus de sperme pour moi un verre plein. C'était plutôt facile. Mais tout a une partie difficile. Voici un verre plein. Rani avait un putain de boulot à l'école. Alors elle est partie le matin vêtue d'un sari rouge tueur. J'aurais juste aimé avoir l'école. Avant de partir, elle m'a donné un verre qui servait à servir le champagne, s'est approchée de moi et a doucement tâté mon sexe. Rani :( chuchotant à mon oreille d'une voix sexy) faites-le travailler. Moi : Puis-je utiliser votre salle de peinture ??? Vous savez. Utilisez votre téléviseur. ?? Rani...

523 Des vues

Likes 0

Comment j'ai payé pour l'université

- C'est de la fiction gay. Si vous n'aimez pas lire sur les homosexuels, arrêtez de lire et ne votez pas. Si vous allez voter contre ou écrire des commentaires désagréables, critiquez ma grammaire et mon orthographe, pas le sujet - Ceci est une œuvre de fiction complète. Rien dans cette histoire ne s'est réellement produit et les gens ne sont pas réels. - Si vous tirez une charge pendant ou après avoir lu ceci, faites-moi une faveur et appuyez sur le bouton de vote positif car cela signifie que vous l'avez probablement apprécié. N'hésitez pas à m'envoyer un MP pour...

526 Des vues

Likes 0

Alice est attelée

[b]Alice se fait prendre 7 par Will Buster Comme on peut l'imaginer, une maîtresse enceinte et usée peut être assez difficile à saisir. Difficile, c'est-à-dire, à moins qu'une grosse dot n'accompagne la vigoureuse petite renarde. Alice ne faisait pas exception à cette règle sociale si répandue à la fin de l'Angleterre géorgienne. Le ventre d'Alice était maintenant épais avec un enfant en bonne santé grâce aux attentions amoureuses presque constantes de Lord Elton. Le baron du manoir de Kingston avait pleinement apprécié les deux trous serrés et réactifs d'Alice depuis des mois maintenant, mais fidèle à sa promesse, il était temps...

390 Des vues

Likes 0

Fétichisme des couches

Depuis que je suis jeune, j'ai toujours eu la fascination de porter des couches. En vieillissant, j'ai appris que je n'étais pas seul. Mais rien n'aurait pu me préparer pour la nuit où ma femme et son amie se sont jointes. J'avais avoué à ma femme mon fétichisme des couches et elle m'a dit qu'elle avait toujours voulu un plan à trois. Elle avait participé à d'innombrables efforts avec moi, alors un soir, nous avons décidé de remplir le sien et d'ajouter quelque chose pour me rendre heureux aussi. Enfin la nuit était venue, son amie Samantha arrivait en ville. Elle...

334 Des vues

Likes 0

Contrôlé par l'esprit Janice Pt. 11c

Brian était heureux d'utiliser le contrôle mental. Janice avait passé les trois derniers jours à vivre avec lui et elle devait passer encore quatre jours avec lui. L’esprit du mari et des fils de Janice avait été influencé pour qu’elle ne leur manque pas. Hier, il avait invité trois amis chez lui et tous les quatre avaient baisé plusieurs fois une Janice consentante. Sbe faisait ce qu'il voulait plus tôt dans la journée, elle avait nettoyé sa maison pour lui alors qu'elle était nue, s'arrêtant seulement pour laisser Brian la baiser dans la salle de bain. Au moment où il était...

275 Des vues

Likes 0

La vie de Jen - Chapitre six - Première partie

La vie de Jen – Chapitre 6 – Première partie Diverses choses me restent à l'esprit – et mes vacances annuelles étaient généralement mouvementées. Une année, mes parents ont décidé de louer une villa à Corfou pendant 2 semaines, et mon grand-père et mon oncle y ont été invités. Dans l'avion, je devais m'asseoir entre mon grand-père et mon oncle – et mes parents étaient assis de l'autre côté. Mon grand-père a mis mon manteau sur mes genoux - et a rapidement écarté ma jupe, tirant ma culotte sur le côté et a poussé un doigt directement en moi, j'ai haleté...

1.3K Des vues

Likes 0

Aller loin

Quand je glisse ma main entre tes jambes et que je dis Ceci est à moi, sommes-nous clairs. Le sexe n'est pas la réponse. Le sexe est la question. Oui est la réponse. Nicole m'a repéré dans la file d'attente à la réception de mariage de sa sœur. Là, je me démarque comme si je venais de sortir de GQ. Je me dirige lentement vers elle. Nicole retint son souffle. Elle devait me rencontrer. Nicole regarda autour d'elle. Elle m'a repéré de l'autre côté de la piscine. J'ai regardé vers la fin de la cinquantaine. Je suis plus grand que n'importe...

624 Des vues

Likes 0

La proposition : respect des obligations

La proposition: Les obligations sont respectées Jenny et moi avons dormi tard le dimanche matin. Il était plus de 10h00 quand nous avons finalement rampé hors du lit. Après notre douche, que voulez-vous pour le petit-déjeuner ? demanda Jenny alors qu'elle commençait à sortir du lit. Elle a alors eu un regard peiné sur son visage. Oh! Uumm, Jim, j'honorerai notre marché. Tu peux m'avoir quand tu veux, mais si tu es d'accord, est-ce qu'on peut faire autre chose la prochaine fois ? J'ai tellement mal, je ne suis même pas sûr de pouvoir marcher. Sa douleur était tout à fait compréhensible...

504 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.