Tragédie des chagrins

479Report
Tragédie des chagrins

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : SG-1, ses personnages appartiennent à B.W, J.G. et MGM. Aucune violation du droit d'auteur n'est prévue, aucun argent ne sera gagné.
NOTE DE L'AUTEUR : Quelques dialogues tirés de l'émission. Invite que m'a donnée Londonon : ("Janet, s'il te plaît, ne fais pas ça. N'abandonne pas, s'il te plaît !", a supplié Sam avec son amant.) Je ne l'ai pas utilisé comme première ligne, mais cela m'a inspiré. cette histoire. Écrit pour le calendrier FSAC DD10. Un merci spécial à oxfordshoes2 pour la version bêta !
SPOILERS : AU. Ceci est défini pendant et après S05E06 Rite Of Passage.
AVERTISSEMENT : mort du personnage et beaucoup d'angoisse.
ARCHIVAGE : Uniquement avec l'autorisation de l'auteur.

La tragédie du deuil
Par Dhamphir



Le chagrin refoulé étouffe,

ça fait rage dans la poitrine,

et est obligé de multiplier ses forces.
– Ovide, poète romain


La tragédie change les gens, même les bons.

– Rommie, avatar androïde de l’Ascendant d’Andromède



Janet entra dans la chambre de Cassie à l'infirmerie. Elle a été surprise de voir une pièce d’échec léviter et tourner dans les airs devant sa fille.


« Cassandra ? Que fais-tu ?


"Ça aide... de faire ça."


"Comment?"


"C'est comme si la chaleur quittait mon corps et pénétrait dans la pièce d'échecs." Elle s'arrêta un instant. "Vous n'avez pas de remède, n'est-ce pas ?"


"Non. Nous essayons toujours-"


"C'est d'accord."


"Non, ce n'est pas le cas. Nous pouvons encore apprendre quelque chose des échantillons biologiques rapportés par SG-1. Il pourrait y avoir quelque chose qui aidera votre corps à produire des anticorps."


"Je veux que ça arrive, Janet."


"Ne dis pas ça", a-t-elle plaidé en larmes.


"Ça va arriver de toute façon."


"Vous êtes malade."


"Tu sais que c'est plus que ça maintenant. Je peux sentir le pouvoir en moi. Ce n'est que le début."


"Et en même temps, votre corps est soumis à une énorme tension physique."


"Tu penses que ça va me tuer ?"


"Je suis... inquiet de cette possibilité, oui."


"Je m'en fiche!" cria la fille.


"Bien tu devrais!" Janet ne pouvait empêcher sa voix de trembler alors que la peur de perdre sa fille pesait sur elle de manière oppressante. "Je connais les limites du corps humain–"


"Peut-être que je ne suis plus humain."


"Bien sûr, vous êtes."


"Peut-être que mourir fait partie de la transformation." Cassie semblait presque impatiente de mourir.


"Je m'en fiche que ce soit le cas ou non !"




-------------------------------------------------- -------------------------------


L’alarme a été la première indication que quelque chose n’allait vraiment pas. Sam et Janet ont couru vers l'infirmerie pour trouver un aviateur en train d'examiner le corps d'un autre garde qui avait été tué.


« Cassandre ! Janet courut dans la chambre de sa fille, avec Sam sur ses talons.


Cassie était assise dans son lit. "C'était un Goa'uld", dit-elle. "Je dormais. Je pensais que c'était une infirmière qui venait me prendre du sang... mais j'ai senti sa présence."


"Je n'ai rien senti", souligna Sam.


"C'était après ton départ. Au début, il n'y avait personne, mais ensuite, quand je me suis rapproché, j'ai vu quelqu'un."


Sam décrocha le téléphone et accéda au système de sonorisation. « Ceci est une alerte Code 3 ! Nous avons besoin de zats et de TER dans la salle d'isolement 4, maintenant !


"Est-ce que tu vas bien?" Janet a demandé à Cassie.


"Il s'est enfui quand j'ai crié."


Le Général Hammond arriva avec les hommes de SG-1. Sam leur expliqua ce qui s'était passé et il ordonna la fouille systématique des locaux.


Jack décide de rester avec Cassie et Janet pour les surveiller. Il regarda Cassie. "Je pensais que tu l'avais combattue la première fois, donc je suis plus en sécurité ici avec toi."


"Elle était là tout le temps que tu étais de retour," répondit-elle.


"Nous la retrouverons", la rassura-t-il.


"Elle a raison. Pourquoi a-t-elle attendu jusqu'à maintenant pour s'en prendre à Cassandra ?" demanda Janet.


"Elle voulait savoir si son expérience avait fonctionné", a déclaré Cassie.


"Tu ne sais pas ce qu'elle veut."


"Non. Si... si la transformation devait me tuer, elle l'aurait laissé se produire. Tu ne vois pas ?"


"Chérie, pas maintenant."


"Non ! Mais ça a marché !"


« Cassandre !


Soudain, la jeune fille a pointé du doigt la salle d'observation et a crié : "Attention !!"


La fenêtre d'observation s'est brisée et Janet a couvert sa fille de manière protectrice pendant qu'un SF éclairait l'intrus invisible avec un TER. Jack lui a tiré dessus avec son zat. Il retira le tissu recouvrant le visage de l'intrus, confirmant qu'il s'agissait bien de Nirrti.


Jack appuya sur sa radio. "Sécurité dans la salle ISO 4. Toutes les équipes de recherche se retirent."


Cassie commença soudain à avoir des convulsions.


"Cassie ? Cassie ! Ne fais pas ça !" s'exclama Janet. "S'il vous plaît, sortez-la d'ici", dit-elle à Jack, faisant référence à Nirrti inconscient. "Allez ! Bougons ! Roulez-la... facilement." Une infirmière a aidé à faire rouler Cassie sur le côté alors que sa crise se poursuivait.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Daniel suivit Janet alors qu'elle marchait dans le couloir. "Elle dit qu'elle peut aider Cassandra."


"Si nous lui faisons confiance."


"Si nous la laissons partir."


"Tu crois qu'elle peut réellement aider ?"


"Je pense que ça vaut le coup."


« Et le général Hammond ? Que va-t-il faire ?


"Il n'a pas encore décidé."


"J'ai vraiment besoin de retourner auprès de Cassandra."


Daniel lui attrapa la main, l'arrêtant. "Je… Nous savons tous à quel point cela a été difficile pour toi, alors si tu as besoin de quelque chose..."


Janet retira rapidement sa main de la sienne. "Merci," répondit-elle en continuant son chemin et en entrant dans la chambre de Cassie. Elle regarda le dossier de Cassie, essayant de réfléchir. "Très bien, donne-moi 70 milligrammes de dantroline."


"Médecin?" » a demandé l'infirmière, s'assurant qu'elle avait bien entendu.


"Maintenant."


"Maman?" » demanda faiblement Cassie alors qu'elle reprenait conscience.


"Je suis là. Nous vous donnons juste quelque chose d'autre pour essayer de faire baisser votre fièvre.


"Ça arrive."


"D'accord, je veux que tu fasses ce dont nous avons parlé, d'accord ? Je veux que tu combattes ça."


"Je ne veux pas me battre."


"Tu dois le faire ! Chérie, ton corps ne pourra pas survivre à ce que ce rétrovirus essaie de faire."


« Où est Sam ?


"Je suis allé voir si elle peut t'aider."


"Non ! Laisse faire ! Laisse faire !" Cassie a de nouveau eu une crise.


"Gouttez 10 doses de Valium", ordonna Janet à l'infirmière alors qu'elle mettait un masque à oxygène sur sa fille.


"Le Valium est là." L'infirmière a regardé le moniteur. "Sa température est de 106 !"


"Dantroline ne fonctionne pas ?!" La Dantroline avait été un dernier effort pour contrôler la forte fièvre de Cassie. Janet n'avait plus d'options médicales... et était désespérée. Elle a attrapé un injecteur à ressort de sulfate de morphine et est partie faire la seule chose à laquelle elle pouvait penser. Elle obligerait Nirrti à aider Cassie.




-------------------------------------------------- -------------------------------


"Général Hammond à la salle de détention", retentit sur le système de sonorisation.


Hammond et SG-1 arrivèrent et trouvèrent Janet tenant un pistolet sur le Goa'uld menotté où elle était assise sur une chaise dans sa cellule.


"Dr Frasier, démissionnez", ordonna le général.


Même si sa voix tremblait, sa main restait inchangée. "Je ne peux pas faire ça, monsieur. Je n'ai pas le choix."


Sam s'est déplacé à côté de Janet pour que le médecin puisse la voir. "Janet ? Ne fais pas ça."


"Je ne peux pas aider Cassandra... elle le peut."


"Dr Frasier, SG-1 m'a déjà convaincu de conclure un accord pour la vie de Cassandra. Ce n'est pas nécessaire", expliqua Hammond.


"Alors tu acceptes mes conditions?"


"Juste une chose : une fois que vous aurez guéri Cassandra de sa maladie, vous serez libre de partir", a déclaré le général, visiblement mécontent.


"Et comment puis-je savoir que tu honoreras ça ?"


"Vous avez ma parole."


"Pas assez bon."


"Alors je te rappelle que la femme qui tient le pistolet sur toi est la mère de Cassandra."




-------------------------------------------------- -------------------------------


Avec un appareil de guérison Goa'uld dans une main et un autre appareil Goa'uld dans l'autre, Nirrti a tenté d'aider Cassie.


Après seulement quelques secondes, elle s'arrêta. "Tu as attendu trop longtemps."


"Tu réessayes," grogna Janet.


Nirrti essaya à nouveau – semblant y consacrer plus d'efforts. Cassie a commencé à tousser alors qu'elle reprenait conscience et ses signes vitaux ont commencé à s'améliorer.


"C'est fait."


Après avoir respecté sa part du marché, Sam et Jack escortèrent Nirrti jusqu'à la porte d'entrée.


C'est moins d'une heure plus tard que la fièvre de Cassie monta à nouveau. Elle a eu une crise fébrile qui ne s'est arrêtée que lorsque son cœur s'est arrêté.


Cassie était partie.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Le temps est devenu une chose amorphe, son passage marqué par les arrangements funéraires, les condoléances, les visiteurs avec des casseroles et des heures interminables de chagrin trop grand pour être exprimé.


Sam avait le cœur brisé, mais même au milieu de son propre chagrin, elle essayait de réconforter Janet. Mais Janet ne laissait personne, pas même son amant, la réconforter – elle ne voulait pas être réconfortée. Elle était triste au-delà des mots… et en colère. En colère contre les Goa'uld parce qu'ils sont des monstres ; en colère contre Nirrti parce qu'elle était si méchante et cruelle qu'elle expérimentait sur des enfants, sur son enfant ; en colère contre le général Hammond pour avoir mis si longtemps à décider que sa fille valait la peine d'être sauvée, pour avoir dû être convaincue en premier lieu ; en colère contre Daniel pour avoir suggéré qu'ils devraient faire confiance à Nirrti ; en colère contre Sam et Jack pour avoir laissé partir Nirrti avant de s'être assuré que la garce avait effectivement guéri sa fille ; en colère contre tout le monde qui avait pitié d'elle ; mais surtout, en colère contre elle-même de ne pas être un assez bon médecin pour sauver sa fille.




-------------------------------------------------- -------------------------------


"Hé, Sam. Comment vas-tu ?" » demanda doucement Daniel en entrant dans la salle des machines.


C'était son premier jour de retour au travail après les funérailles de Cassie. Elle lui fit un demi-sourire tremblant. "J'ai été mieux." Elle accepta son câlin.


"Nous l'aimions tous."


"Je sais."


"Comment Janet tient le coup ?"


"Je ne sais pas vraiment."


"Que veux-tu dire?"


Elle soupira. "Elle m'a complètement exclu, Daniel. Elle ne veut pas en parler avec moi. Je ne pense pas qu'elle ait même pleuré."


"Peut-être que tu ne devrais pas partir en mission aujourd'hui ? Peut-être que tu devrais rester et être là pour elle. Je suis sûr que Jack comprendrait."


« Je comprendrais quoi ? » demanda O'Neill en entrant.


"Nous sommes inquiets pour Janet. Janet ne parle pas de ce qui s'est passé."


"Parler, c'est surfait", dit le colonel avec certitude.


"Tu ne comprends pas, Jack, Sam dit qu'elle ne pense pas que Janet ait même pleuré à cause de ce qui s'est passé."


"Je comprends... mieux que n'importe lequel d'entre vous," dit-il sèchement. Après avoir pris une inspiration apaisante, il continua. "Laissez Doc tranquille. Chacun pleure à sa manière. Donnez-lui juste du temps et de l'espace pour faire ce dont elle a besoin." Jack attrapa son sac. "Allons-y, il est temps d'y aller", ordonna-t-il.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Janet était assise dans sa voiture. Elle ne voulait pas entrer dans la montagne et affronter tout le monde. Elle ne voulait plus voir la pitié dans leurs yeux, ni entendre d'autres condoléances.


Finalement, elle inspira profondément et sortit de sa voiture. Malheureusement, les regards ont commencé avec les gardes au poste de contrôle de sécurité... et se sont poursuivis avec chaque personne qu'elle a rencontrée sur le chemin vers l'infirmerie.


Lorsque certains membres de son personnel médical ont exprimé leurs condoléances, elle a craqué.


"Je n'ai pas besoin ni ne veux de ta pitié ! Cassandra est morte et je ne peux rien y faire. La vie continue. Alors, continuons avec ça." Elle a claqué la porte de son bureau, faisant taire les regards choqués de ses collègues.


Bien entendu, la nouvelle de son éclat parvint au général. Ayant vécu la perte de sa femme, il a connu un chagrin déchirant. Il n'était pas en colère contre son médecin généraliste lorsqu'il s'est rendu à l'infirmerie pour lui parler ; il voulait simplement lui faire savoir qu'il comprenait, au moins jusqu'à un certain point – il ne pouvait pas imaginer ce que c'était que de perdre un enfant.


Il frappa à la porte fermée du bureau.


"Quoi?" il entendit le docteur claquer maussade.


Janet leva les yeux lorsque sa porte s'ouvrit et que le général Hammond entra. Il était l'une des dernières personnes qu'elle voulait voir. Elle avait du mal à garder un langage courtois dans sa tête. "Monsieur."


Son objectif de venir a changé en remarquant les cernes sous les yeux du médecin, les muscles du visage qui fléchissaient lorsqu'elle serrait la mâchoire et le manque d'expression sur son visage. Il inspira lentement tout en mesurant ses mots.


"Je pense que vous êtes peut-être retourné au travail trop tôt, docteur. Je veux que vous preniez un peu de temps libre."


"Je n'ai pas besoin de congés, monsieur," dit-elle d'un ton mesuré. Elle ne voulait pas vraiment être là, mais elle voulait encore moins rester seule à la maison.


"Ce n'est pas une suggestion", a-t-il répondu. "Je sais que tu souffres et tu as parfaitement le droit de l'être. Mais être ici..." Les mots "là où Cassie est morte" ne franchirent pas ses lèvres, mais ils en sentirent tous les deux le poids. "Vous êtes en congé avec effet immédiat. Nous discuterons de votre retour au travail à une date ultérieure."


Sur le point de s'emporter totalement, et sans sa grâce fluidique habituelle, Janet se leva et rassembla ses affaires. "Bien."


Elle sortit de l'infirmerie.


Hammond la regarda partir avec tristesse, sans même se soucier de son manque d'étiquette militaire.




-------------------------------------------------- -------------------------------


À la maison, Janet était confrontée à des rappels constants de sa fille, des rappels qu'elle ne pouvait tout simplement pas supporter. Elle a rassemblé toutes les photos de Cassie dans le salon et les a placées dans une boîte qu'elle a placée dans le placard du couloir. Elle parcourut ensuite le reste de la maison, pièce par pièce, retirant systématiquement les photos, bibelots, tout ce qui lui rappelait Cassandra, et les jeta tous dans la boîte du placard.


Cela fait, et après avoir enfilé un jean et un t-shirt, Janet se tenait face à la porte fermée de la seule pièce dans laquelle elle n'était pas entrée depuis presque une semaine. Prenant une profonde inspiration, elle ouvrit la porte de la chambre de sa fille. C'était comme si quelque chose la frappait à la poitrine avec la force d'un coup de pied de mule, arrêtant son cœur et lui coupant le souffle. C'était une douleur physique aussi réelle qu'un membre sectionné et profonde dans l'âme. Finalement, elle fut capable de reprendre son souffle. Après plusieurs respirations lentes, elle entra... et se mit au travail.


Janet venait juste de finir de trier les affaires de Cassie, mettant de côté les choses à emballer et à emballer de ce qu'elle allait donner à Goodwill, quand la sonnette de la porte d'entrée retentit. Elle descendit les escaliers et ouvrit la porte. Elle fut surprise de voir le Dr Stephen MacKenzie sur son porche, même s'il n'était pas nécessaire d'être génial pour comprendre pourquoi il était là.


"Que faites-vous ici?"


L'homme baissa les yeux un instant. Il savait qu'il n'était pas toujours une présence bienvenue dans la vie d'un soldat. Sa profession de psychiatre signifiait que le besoin de son aide symbolisait une faiblesse pour la plupart des soldats, une faiblesse que les soldats répugnaient à admettre. Et plus les soldats étaient coriaces (comme ceux affectés au SGC), plus ils étaient obstinément mécontents du besoin de son aide. MacKenzie n'était pas un homme stupide ou insensible, et même si beaucoup pensaient qu'il cherchait uniquement une excuse pour mettre fin à leur carrière, la vérité était qu'il se souciait des gens. Son objectif a toujours été d’aider ses patients, de les accompagner dans les moments difficiles, de les aider à donner le meilleur d’eux-mêmes et de les empêcher de se briser irrémédiablement.


Lorsque MacKenzie leva à nouveau les yeux vers le directeur marketing du SGC, il vit qu'elle avait besoin d'aide. "Le Général Hammond m'a demandé de passer voir si vous vouliez parler."


D'une manière ou d'une autre, Janet n'était pas surprise. « Ai-je l'ordre de vous parler ?


MacKenzie réussit à garder une expression neutre. "Non bien sûr que non." Ils savaient tous les deux qu'il voulait dire « Pas encore ».


"Alors tu peux y aller. Je suis en permission et c'est ma résidence privée, alors..." Elle ferma la porte.


MacKenzie soupira. Le Dr Fraiser avait réagi exactement comme il s'y attendait. Elle souffrait et il voulait l'aider, mais il ne pouvait pas la forcer à le laisser faire. Il fit demi-tour, descendit l'allée et remonta dans sa voiture.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Janet s'appuya contre la porte après l'avoir fermée. Que MacKenzie se présente à sa porte n'était que la cerise sur le gâteau de sa journée de merde. Avec un soupir, elle poussa la porte et entra dans la cuisine. Elle ouvrit le placard situé à côté du réfrigérateur et en sortit la bouteille à moitié pleine de whisky single malt Laphroaig 18 ans d'âge.


Même si le vin était normalement sa boisson de prédilection, elle dégustait de temps en temps un bon single malt – quelque chose qu'elle avait probablement hérité de son père, le colonel de l'armée. Elle versa deux doigts dans un verre et apprécia la douce brûlure fumée du liquide ambré. Fait inhabituel, elle versa un deuxième verre. Aimant encore plus le second que le premier, elle emporta le verre et la bouteille avec elle alors qu'elle remontait à l'étage.


Dans la chambre de Cassie, elle continua son travail en scotchant les deux cartons de choses qu'elle gardait. Fortifiée d'un troisième verre, elle tira sur la trappe située au plafond du couloir menant au grenier et déplia l'échelle. Un par un, elle transporta les cartons jusqu'au grenier – y compris celui qu'elle avait précédemment rangé dans le placard du couloir du rez-de-chaussée. Le grenier étant refermé, elle retourna dans la chambre et commença à plier tous les vêtements et à les placer dans de grands sacs poubelles.


Sa tâche accomplie, elle se versa un autre verre et regarda autour de lui. Les murs étaient nus, le lit dépouillé et les tiroirs du placard et de la commode vides. Elle avait déjà appelé Goodwill, et dès leur arrivée le lendemain, tout serait emporté – y compris les meubles.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Janet se réveilla avec un gémissement, sa tête cognant douloureusement au rythme des coups frappés à sa porte d'entrée. Elle s'était endormie sur le canapé après avoir fini le Laphroaig. Elle se remit en position verticale, le regrettant instantanément alors qu'une vague de nausée l'emportait presque sur sa capacité à la réprimer. Sa bouche avait un goût d’écume d’étang toxique. Elle grogna pratiquement lorsque les coups contre la porte d'entrée recommencèrent.


Elle se leva et se dirigea en titubant vers la porte d'entrée.


"Quoi?" » a-t-elle demandé au jeune homme qui ne devait pas avoir plus de 17 ou 18 ans.


"Dr Fraiser ?"


"Ouais."


Il passa son pouce par-dessus son épaule et se dirigea vers la rue. "Je m'appelle Todd. Nous sommes ici pour un ramassage pour Goodwill."


Elle regarda au-delà de lui et vit un deuxième jeune homme au bas des marches du porche et leur camion sur le trottoir. Elle acquiesça. "Bien." Elle s'écarta et les laissa entrer. Au pied des escaliers, elle montra le deuxième étage. "Il y a tout dans la première pièce à gauche."


"Par tout, tu veux dire..."


"Tout, y compris les meubles."


"Oui m'dame."


Les deux jeunes hommes montèrent les escaliers.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Après que Janet ait eu la chance de prendre une douche et – plus important encore – de se brosser les dents, elle s'est rendue à la quincaillerie... avec un arrêt au magasin d'alcool sur le chemin du retour.


Vêtue d'un vieux t-shirt surdimensionné, qu'elle a noué au niveau de son ventre, et d'un jean fait de trous plus rapiécés que le denim, elle a ouvert un pot de peinture. Il lui a fallu quelques heures – et quelques gros verres – pour finir de peindre la pièce. Elle n'avait pas vraiment déterminé ce qu'elle allait faire de la pièce, mais au moins elle ne contenait plus le moindre signe, trace ou allusion à l'occupation précédente de Cassie.


Ce soir-là, tout en continuant à siroter du whisky single malt, Janet feuilletait quelques magazines. En tombant sur une photo de la maison d'une célébrité, elle a finalement décidé. Cette pièce offrait la meilleure vue sur la cour et sur tous ses efforts de jardinage. Il y avait beaucoup de lumière sans être surchauffé par la lumière directe du soleil traversant les fenêtres. Elle ferait de la pièce son nouveau bureau.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Lorsque SG-1 revint de sa mission de quatre jours hors du monde, Sam fut surpris de ne pas voir Janet. Elle a interrogé le Dr Warner sur l'absence de son amant lors de son examen médical après la mission.


"Je ne sais pas où elle est. Tout ce que je sais, c'est que le général l'a mise en congé pour une durée indéterminée après qu'elle..." s'interrompit-il, hésitant soudain à en dire plus.


"Après quoi, docteur ?"


Le Dr David Warner, directeur adjoint du marketing, a accroché son stéthoscope autour de son cou et a soupiré doucement. Il considérait Janet comme une amie, pas seulement comme sa patronne. Il était inquiet pour elle – comme tout le monde. Il regarda le major blond et se rappela que Sam et Janet étaient les meilleurs amis.


"Quand elle est arrivée au travail l'autre jour, elle a perdu son sang-froid lorsque quelqu'un lui a dit qu'il était désolé pour sa perte. Elle a crié après tout le monde et a claqué la porte de son bureau." Il haussa les épaules. "La prochaine chose que j'ai su, c'est que le général était venu lui parler et l'avait renvoyée chez elle. Nous ne savons pas quand elle reviendra."


Sam ferma les yeux un instant et soupira. "Merci de me l'avoir dit," dit-elle doucement.


Warner hocha la tête avec compréhension.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Dès que leur débriefing fut terminé, Sam se précipita hors de la base. Elle voulait rentrer à la maison et voir Janet.


« Jeannette ? » » a-t-elle appelé dès qu'elle a franchi la porte d'entrée.


Il n'y avait pas de réponse.


Sam traversa le salon et la salle à manger et vérifia la cuisine. Il n'y avait aucun signe de son amant. Elle retourna dans le hall puis descendit le couloir pour regarder dans le bureau de Janet.


"Qu'est-ce que..." La petite pièce qui était le bureau de Janet avait été transformée. La seule chose dans la pièce était un petit canapé, plusieurs bibliothèques pleines de livres et une petite table de bout. Le bureau, l'ordinateur, les classeurs, etc. de Janet manquaient.


« Jeannette ? » » cria-t-elle à nouveau alors qu'elle montait les escaliers.


En haut des escaliers, Sam s'arrêta lorsqu'elle détecta une légère odeur de peinture. Elle le suivit jusqu'à la porte fermée de la chambre de Cassie. Sa mâchoire tomba littéralement lorsqu'elle ouvrit la porte. Elle a été entièrement refaite. Il avait été peint d'une couleur différente et le bureau, l'ordinateur et les classeurs de Janet avaient remplacé le lit, la commode, la table de nuit et la petite table de travail de Cassie. Ayant du mal à comprendre ce qu'elle voyait, Sam n'entendit pas Janet entrer dans la maison et monter les escaliers.


"Tu es là," dit nonchalamment la brune. "Bien, tu peux m'aider à accrocher les nouveaux rideaux de mon bureau," dit Janet en passant devant la blonde.


Sam a enfin trouvé sa voix. "Qu'est-ce que tu as fait ?"


"Juste une petite redécoration", répondit le médecin en sortant les nouveaux rideaux de son sac de courses.


"Où sont toutes les affaires de Cassie ?"


"Ce que je n'ai pas emballé ni emballé, je l'ai donné à Goodwill."


Sam se dirigea vers l'endroit où Janet jouait avec ses rideaux, attrapa son épaule et la fit pivoter. "Comment as-tu pu ?! Qu'est-ce que tu essaies de faire ? Effacer sa mémoire comme si elle n'avait jamais existé ?!"


L'expression passive de Janet s'est transformée en une rage pure et pure. "Je fais ce que je dois pour avancer. Qui diable es-tu pour désapprouver ou porter un jugement sur la façon dont je fais ça ? Elle était MA fille – pas la tienne !"


Sam recula comme si elle avait été giflée.


"C'est ma maison et je la décorerai comme bon me semble. Si vous ne l'aimez pas, vous pouvez vous en aller. Personne ne vous garde ici." Elle baissa le rideau et sortit de la pièce.


Il fallut à Sam plusieurs minutes avant de pouvoir bouger. Attristée au-delà des mots, elle sortit du bureau de Cassie et de Janet et traversa le couloir jusqu'à la chambre principale. Elle récupéra sa valise sur l'étagère du haut du placard et emballa tous ses vêtements qu'elle avait à la maison. La dernière chose qu'elle a emportée était sa brosse à dents.


En bas, le médecin était dans la cuisine. Elle se versa quatre doigts de whisky bon marché – c'était trop cher de boire une bouteille de ce bon whisky tous les jours. Elle écouta les pas de la blonde en descendant les escaliers… puis l'ouverture et la fermeture de la porte d'entrée. C'était aussi bien ; de cette façon, elle n'avait pas à s'occuper de Sam – et de sa colère envers la blonde – en dehors du travail.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Lorsque Daniel a répondu à la porte de son appartement, il s'est retrouvé face à un coéquipier au visage rouge et en larmes. Elle ouvrit la bouche pour dire quelque chose, mais rien ne sortit. Il n'avait jamais vu Sam aussi frappé ou dévasté. Cela prit quelques instants, mais il sortit finalement de son choc et attira Sam dans ses bras, où elle éclata en sanglots.


Il l'entraîna dans son appartement, ferma la porte et la guida vers le canapé. L’archéologue ne savait pas quoi faire d’autre. Il n'avait jamais vu Sam faire plus que verser quelques larmes silencieuses, encore moins fondre en sanglots. Il fallut plusieurs minutes avant que la blonde ne semble se calmer un peu.


"Tu veux me dire ce qui ne va pas ?" » demanda-t-il doucement.


Sam s'écarta pour attraper quelques mouchoirs dans une boîte posée sur la table basse et se moucha. Les larmes coulant toujours sur ses joues, elle raconta ce qui s'était passé chez Janet.


Daniel secoua la tête. "Peut-être que Jack a raison… peut-être que nous devons juste donner un peu de temps à Janet. Je ne peux pas imaginer qu'elle pense ce qu'elle a dit, pas vraiment. Ce doit être son chagrin qui parle."


"D'abord, nous perdons Cassie... puis Janet l'efface complètement de nos vies." Elle fit une pause pendant qu'elle essayait d'avaler la grosse boule dans sa gorge. "Et maintenant, je perds Janet aussi."




-------------------------------------------------- -------------------------------


Trois jours après que Sam ait fait ses valises et quitté la maison de Janet, Daniel a décidé de rendre visite au médecin. Personne n'avait de nouvelles de Janet et elle ne répondait ni à son téléphone ni à son portable. Elle n'avait pas non plus répondu aux nombreux messages qu'elle avait reçus de Sam, Daniel ou de son infirmière en chef Amy.


Il dut attendre d'avoir fini son rapport sur les derniers artefacts archéologiques apportés par SG-6, donc il arriva un peu en retard au travail. Il était environ 19 heures lorsqu'il entra dans l'allée de Janet. Il sortit et se dirigea vers la porte d'entrée.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Elle poussa un soupir irrité lorsqu'on frappa à la porte. Elle frotta un œil larmoyant et essaya de se rappeler quand elle avait appelé pour se faire livrer une pizza. On frappe encore à la porte – ça devait être aujourd’hui. Janet se leva et se dirigea nonchalamment vers la porte d'entrée, attrapant son portefeuille sur la table du hall en passant. Elle s'arrêta net lorsqu'elle ouvrit la porte et vit de qui il s'agissait.


Daniel sourit. "Salut, Janet ! As-tu déjà dîné ?"


"Quoi?"


"Dîner, tu l'as déjà mangé ?"


Elle poussa un soupir. "En fait, je pensais que tu étais le livreur de pizza."


Daniel n'arrivait pas à croire à quel point l'odeur d'alcool était forte dans l'haleine de Janet. Il entra et la frôla. "Super ! J'adore la pizza."


Janet regarda bêtement l'archéologue entrer simplement chez elle comme s'il lui appartenait. Finalement, elle secoua la tête, ferma la porte et le suivit dans le salon.


Daniel était abasourdi par l'état du salon du médecin. Même avec une adolescente turbulente et un amant génial et distrait, la maison de Janet avait toujours été entretenue et propre. Ce n'était plus le cas. Il y avait un certain nombre de verres sales perchés dans la pièce ; le canapé ressemblait à un lit en désordre et défait ; il y avait quelques assiettes avec les restes de repas à moitié mangés posées sur la table basse... et quelques bouteilles d'alcool pour la plupart vides.


Janet passa devant l'endroit où Daniel s'était arrêté et regardait la pièce, ramassa un verre sale, y versa du whisky, se laissa tomber sur le canapé et posa ses pieds sur la table basse. Elle n'a même pas réagi lorsque son pied a renversé une bouteille d'alcool vide.


Il a enfin trouvé sa voix. "Jeanne..."


Elle le regarda de côté. " Quoi ? Sam t'envoie me parler de l'autre jour ? Eh bien, je m'en fiche – je ne peux pas m'occuper d'elle pour le moment. "


"Non. Non. Elle ne sait pas que je suis là." Il bougea et s'assit à côté d'elle sur le canapé. "Tout le monde s'inquiète pour toi."


Elle laissa échapper un grognement de dédain. "'Tout le monde peut aller en enfer."


"Je ne pense pas que tu devrais être seule en ce moment. Je comprends ce que tu traverses, Janet," dit-il en tendant la main et en lui prenant la main dans la sienne.


Janet retira violemment sa main de la sienne, le surprenant visiblement. "Tu ne sais pas ce que je vis", grogna-t-elle.


"Je sais ce que c'est que de perdre quelqu'un – j'ai perdu ma femme Sha're", a-t-il souligné calmement. "Je suis là pour toi."


"Et pourtant, cela ne t'a jamais empêché de me draguer", ricana-t-elle.


"Quoi?"


"Tu essaies toujours de te rapprocher de moi, de me regarder, d'essayer toujours de me tenir la main. Je suis gay, Daniel, pas stupide. Tu veux entrer dans mon pantalon depuis des années. Juste ce qui te fait penser que même si je n'étais pas gay, j'aurais un jour voulu être avec des gens comme vous ? Alors, faites-le passer dans votre crâne épais – je ne suis pas intéressé. Maintenant, sortez de chez moi et ne le faites pas. Je ne reviendrai pas. Laissez-moi tranquille!"


Sans voix, l’archéologue stupéfait se leva tristement et partit. Dehors, il monta dans sa voiture et resta assis là. Il n'avait jamais vu Janet aussi en colère et aussi pleine de vitriol. Il n'avait pas été capable de penser à une réponse à ce qu'elle avait dit parce qu'elle n'avait… pas tort. Il s'était intéressé à elle presque dès le début. Il y avait juste quelque chose en elle, la façon dont elle respirait le calme et l'inquiétude pour ceux qui l'entouraient, la façon dont elle prenait soin de lui chaque fois qu'il était blessé ou malade. Il ferma les yeux et soupira. Il savait qu'il pourrait si facilement tomber amoureux de Janet... s'il ne l'avait pas déjà fait.


Même après avoir découvert que Sam couchait avec Janet, une partie de Daniel avait encore un espoir de se frayer un chemin dans son cœur – après tout, elle avait déjà été mariée, alors peut-être… Même ainsi, il ne l'a pas fait. Je pensais qu'il avait été si évident à ce sujet. Il pensait qu'il avait caché son désir. Il soupira encore une fois. De toute évidence, il n’était pas la bonne personne pour la contacter. Il démarra sa voiture et se dirigea vers la maison de Jack.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Jack hésitait beaucoup à consulter le médecin. Il savait ce que ça faisait quand quelqu'un essayait de le faire parler de quelque chose dont il ne voulait vraiment pas parler. Cela l’énervait énormément, l’énervait. Et de tous les gens du SGC, il était le seul à avoir vécu quelque chose de similaire, le seul à savoir ce que c'était que de perdre un enfant. En fait, il savait ce qu'elle traversait. Aucun parent ne devrait jamais survivre à son enfant.


Ce n'est qu'après une semaine sans que personne ne puisse contacter Janet, une semaine pendant laquelle elle ne répondait ni à son téléphone ni à sa porte, qu'il commença même à envisager de céder aux supplications de Sam et Daniel. Mais c'est lorsque le général Hammond lui raconta ce qui s'était passé lors de sa rencontre avec le médecin ce matin-là que Jack décida qu'il était temps de lui parler.


Daniel avait dit que le médecin avait bu – beaucoup. Alors Jack, sachant que Doc ne répondrait pas à son téléphone ni ne viendrait à la porte, décida d'adopter une autre tactique. Habitué des magasins d'alcool et des bars de la région, il a discrètement fait passer le message : si quelqu'un voyait le médecin, il devait l'appeler immédiatement.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Le général Hammond avait appelé le Dr Fraiser. Cela faisait deux semaines qu'il ne l'avait pas renvoyée chez elle, espérant que le temps supplémentaire pour faire son deuil permettrait au médecin de faire face au retour au travail, mais il avait entendu certaines choses à propos du médecin qui l'inquiétaient. Le médecin n'a pas répondu à son téléphone, mais il lui a laissé un message lui disant de se présenter à son cabinet dès le matin.


"Entrez", aboya-t-il lorsque quelqu'un frappa à la porte de son bureau. Il leva les yeux pour voir le Dr Fraiser entrer. Il fut surpris qu'elle ne soit pas en uniforme, mais il n'en dit rien. "Asseyez-vous, docteur."


"Non merci. Je ne serai pas là aussi longtemps."


"Oh?"


Elle jeta légèrement une enveloppe sur son bureau. "Je démissionne de ma commission."


En silence, il ouvrit l'enveloppe, sortit la lettre qu'il contenait et la lut. Il fronça les sourcils. "J'ai bien peur de ne pas pouvoir approuver cela."


"J'ai une commission régulière et j'ai purgé ma peine, Général. Je n'ai plus aucune obligation envers l'Armée de l'Air."


"C'est peut-être le cas, mais vous savez que le Secrétaire de l'Armée de l'Air peut refuser votre demande s'il estime que votre service continu est essentiel à votre mission. Vous êtes trop précieux pour le SGC pour vous permettre de démissionner à ce moment-là."


« Mission critique ? Il me sera impossible de rester au SGC sans une autorisation top-secrète.


"De quoi parles-tu?"


Avec colère, elle lui lança une deuxième enveloppe qui le frappa et rebondit sur sa poitrine. "C'est ma déclaration notariée vous informant que je suis lesbienne. J'en ai une copie pour le secrétaire et pour toute autre personne qui le souhaite ou en a besoin. Si nécessaire, je peux produire des témoins pour corroborer ma déclaration."


"Quoi?!"


Elle posa ses mains sur le bord de son bureau, se penchant dessus. " Lisez sur mes lèvres, Général : j'aime baiser les femmes. Alors faites tout ce que vous avez à faire : acceptez ma démission ou passez en cour martiale. De toute façon, je m'en fous, car je ne reviendrai jamais au SGC. ".


Hammond était perdu. La réunion ne s'était certainement pas déroulée comme il l'avait prévu. Personnellement, il s'en fichait qu'elle soit lesbienne, mais elle le mettait effectivement dans un coin avec ses paroles et ses actions. Il chercha désespérément une issue.


"Tu sais, je peux détruire ça et personne ne le saura."


"Ensuite, j'en enverrai une directement au secrétaire. Vous et moi savons tous les deux que mon autorisation sera retirée plus rapidement que vous ne pouvez dire "Ne demandez pas, ne dites rien". Pas d'autorisation – pas de publication au SGC. Pas de publication au SGC. SGC – plus de raison « essentielle à la mission » pour ne pas approuver ma démission. »


"Il doit y avoir un moyen de résoudre ce problème, docteur. Je m'en fiche si vous êtes gay – je veux toujours que vous soyez mon directeur marketing."


"Tu ne comprends pas ?! Je ne peux pas être ici ! Je ne supporte pas la vue de cet endroit ! Je ne supporte pas la vue des gens ici ! Je ne supporte pas ta vue ! Alors à moins que vous ne me fassiez arrêter, je pars et je ne reviendrai jamais. » Elle se tourna pour partir.


"Je pourrais demander au Dr MacKenzie d'intercéder. Demandez-lui de vous placer en détention psychologique", répondit-il, en colère qu'elle soit si déraisonnable.


La petite femme se retourna, son visage étant un masque de fureur brute. "Essayez, putain ! L'homosexualité n'est pas une maladie mentale." Elle claqua la porte en sortant de son bureau.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Cela a pris trois jours, mais Jack a finalement reçu l'appel. Janet Fraiser était au poste de traite de Bob. C'était une vraie plongée dans une petite ville appelée Larkspur (population d'environ 200), à mi-chemin entre Colorado Springs et Denver. Il n'avait été là que quelques fois là-bas, mais c'était un bon endroit où aller quand vous ne vouliez voir personne du travail.


Il entra dans le bar, regarda autour de lui et se dirigea vers le barman. Il a fait un achat puis s'est promené sur le stand de coin sombre où le doc était assis.


Janet n'était pas ravie de voir le colonel là-bas. La raison pour laquelle elle avait choisi ce bar particulier était d'éviter toute personne qu'elle connaissait. Elle n'a pas reconnu sa présence ... jusqu'à ce qu'il ait mis une bouteille de single de malt qu'il venait d'acheter au barman sur la table directement devant elle.


"Ce truc que vous buvez n'est que Rotgut. Allons au moins quelques-unes des bonnes choses." Il s'est assis, a ouvert la bouteille et a versé une quantité importante dans chacun des deux verres propres qu'il avait également obtenus du barket. Il en a glissé un vers elle et a pris une silhouette saine de son propre verre.


Ne se souciant pas qui a acheté le whisky - tant qu'il ne s'attendait pas à ce qu'elle parle - elle a abattu la sienne en trois grandes hirondelles. Jack a rempli son verre. Elle le regarda. "Pas de bavardage."


Il acquiesça. "Pas de conversation. Je buvons."


Jack a été impressionnée par la capacité du petit médecin à boire et à tenir sa liqueur. Il voyait déjà Double et elle buvait le whisky deux fois plus vite qu'il l'était. Pendant qu'elle était dans la salle de bain, Jack est monté au bar et a demandé au barkeed d'appeler un taxi. Il n'y avait aucun moyen que l'un d'eux puisse prendre le volant d'une voiture.


Lorsque Janet est revenue de la salle de bain, elle a attrapé la bouteille et a versé le dernier de son contenu dans son verre. Elle a renversé le liquide ambre, ne remarquant plus la brûlure en descendant. Elle a regardé de l'autre côté de la pièce au barreau.


"Hé, Barkeep! Apportez-nous une autre bouteille."


Il secoua la tête. "Je pense que vous en avez plus qu'assez."


"Très bien. Je vais juste aller ailleurs." Elle se leva et vacilla pendant quelques instants.


" Doc. "


Elle se tourna pour regarder le colonel. "Je n'ai pas dit de parler."


"Je sais. Je voulais juste dire que je devais venir. Nous pouvons l'utiliser pour aller ailleurs."


"'ok."


Le taxi est arrivé seulement quelques minutes plus tard. Une fois à l'arrière du taxi, Jack a nommé un bar non loin de sa maison. Comme il l'espérait, Janet a fini par s'endormir sur le retour en ville, alors il a plutôt changé la destination pour sa maison.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Lorsque Janet s'est réveillée, elle jeta immédiatement un bras sur ses yeux pour bloquer la lumière. Cependant, sa vessie excessive lui a demandé de se lever du canapé de toute façon. Avec des yeux principalement fermés, elle se dirigea de manière ingrat vers la salle de bain. Quand elle est retournée dans le salon, elle a remarqué que la personne s'évanouit dans son fauteuil inclinable. Elle secoua la tête ... et le regretta immédiatement. Dans la cuisine, elle s'est versée une boisson raide et a essayé de se rappeler ce qui s'était passé la nuit précédente. Au moment où elle a terminé sa boisson, elle se souvenait surtout. O'Neill s'était présenté au bar et avait acheté une bouteille avec la promesse de ne parler pas.


Elle a versé un deuxième verre et est retournée dans le salon, plaçant la bouteille sur la table de bout à côté du canapé. Elle sirotait sa boisson avec Jack se réveillait avec un gémissement.


"Ugh ... Je deviens trop vieux pour cette merde," murmura-t-il doucement pour ne pas augmenter le coup dans sa tête. Quand il a finalement ouvert les yeux, il a repéré le médecin sur le canapé. "N'est-ce pas un peu tôt pour ça ?" Demanda-t-il, se référant à sa boisson.


"Allez en enfer," répondit-elle d'un ton plat et sans émotion.


Jack a reconnu ce ton. Il s'était utilisé assez après la mort de son fils. Avant de pénétrer dans les choses avec le doc, il avait besoin d'utiliser la salle de bain. Il a amené le fauteuil inclinable debout et s'est levé. Son estomac avait l'impression d'avoir bu une cuve d'acide, mais au moins il n'était pas nauséeux. Après être allé aux toilettes, il est revenu. Il s'assit dans le fauteuil inclinable et regarda simplement la femme qui avait sauvé non seulement son cul, mais à peu près chaque personne du SGC.


"Écoutez, Doc -"


"Je pensais que je ne t'ai pas dit de parler."


Il fronça les sourcils. "Maintenant, regardez, j'ai respecté vos règles toute la nuit dernière. J'ai même fourni le whisky. Je pense que tu me dois au moins de m'entendre."


"Je ne dois à personne au SGC quoi que ce soit, surtout vous." Elle a ramassé la bouteille et s'est versée un autre verre.


"La façon dont vous y allez, cela commence à me faire me demander si vous devriez peut-être envisager un programme en 12 étapes ou quelque chose."


Elle lui coupe les yeux sur le côté pendant un moment avant de détourner les yeux. "Je n'ai pas besoin d'un putain de programme. Je ne bois pas parce que je ne peux pas m'arrêter - je bois parce que je veux. Je suis médecin et je connais la différence."


Compte tenu du fait qu'il ne l'avait jamais vue se saouler dans aucune des parties, des barbecues ou des réunions auxquelles ils étaient tous les deux allés, il n'allait pas débattre de ce point. Peut-être qu'elle disait la vérité. Il poussa un soupir. "Tu sais, je comprends ce que tu traverses."


"Et c'est la seule raison pour laquelle je ne vous ai pas encore castré."


Il sourit involontairement ... jusqu'à ce qu'il réalise qu'elle ne plaisantait pas. Il s'éclaircit la gorge. "Hum, c'est parce que je comprends que je n'ai pas essayé de vous déranger."


"Toi et Teal'c êtes les deux seuls à ne pas l'avoir été."


Il haussa les épaules. "Teal'c a dit que c'était rare, mais pas inconnu, pour un Jaffa de se retirer et de vivre complètement comme un ermite après un ..." il cherche le bon mot, "... la perte. Il pense que c'est votre choix."


"Homme intelligent." Elle laissa échapper un bruit de dégoût. "Maintenant, si seulement Sam apprenait une ou deux choses de TeaL'c. Elle appelle à la fois mon téléphone personnel et ma cellule au moins trois fois par jour."


"Ouais." Il s'arrêta pendant un long moment. "Et compte tenu de ce que vous avez dit au général l'autre jour ... Je peux faire une assez bonne supposition pour savoir pourquoi elle a été si persistante."


Janet tourna la tête et épingla la sienne avec un regard provocant. "Cela doit vraiment vous chapeau."


"Quoi?"


Elle a fini sa boisson. "Sachant que je dois baiser Sam et que tu ne le feras jamais."


Ses yeux devenaient aussi grands et ronds que des soucoupes. Il ne s'attendait certainement pas à une explosion comme ça.


"Sortez de ma maison, Jack."


"Doc -"


Elle se dirigea vers ses pieds, son sang bouillonnant. "J'ai dit sortir de ma maison !!" Elle hurla et jeta son verre vide contre le mur, le brisant.


Sachant par sa propre expérience qu'il était vain d'essayer d'atteindre quelqu'un quand ils étaient enragés, il se leva, lui a donné un signe de tête et de sortir par la porte d'entrée. Il a utilisé sa cellule pour appeler un taxi de son porche avant.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Deux jours après que Jack a passé la nuit chez elle, le téléphone et la cellule de Janet ont tous deux été coupés. Lorsque l'équipe est passée chez elle pour la vérifier, elle a trouvé une entreprise de déménagement qui fait tout ce qu'il contient ... et aucun signe de Janet.


Techniquement, elle était AWOL car il a fallu du temps pour traiter une démission. Ce n'est que pour cette raison que le général a permis à Sam d'utiliser des sources militaires pour essayer de retrouver le médecin. Cependant, il n'y avait eu aucune activité sur aucune des cartes de crédit de Janet - seul le retrait de l'argent dans le compte d'épargne Janet a créé le fonds universitaire de Cassie. Avec autant d'argent, Janet pourrait aller longtemps et rester complètement hors de la grille si elle ne faisait pas de folie. Il était évident que le médecin ne voulait pas être trouvé.


Hammond aurait pu déposer des accusations contre Janet pour être Awol, mais compte tenu de tout ce que le médecin avait fait pour la Terre et pour d'autres mondes, il n'a rien fait.




-------------------------------------------------- -------------------------------


C'était presque trois semaines plus tard que le téléphone de Sam a sonné au milieu de la nuit.


"Bonjour?" marmonna-t-elle d'un ton endormi.


"Est-ce que cette majeure Samantha Carter?"


Reconnaissant une voix «officielle» lorsqu'elle en a entendu une, même à moitié endormie, Sam a allumé la lumière de sa table de nuit et s'est assis. "Oui, c'est le major Carter."


"Salut. Je m'appelle la Dre Joanne Garnett. J'appelle de l'hôpital général de Vancouver, à Vancouver, en Colombie-Britannique. Connaissez-vous un Janet Fraiser?"


"Oui! Où est-elle? Comment est-elle ?!"


"Elle a été blessée et amenée aux urgences. Dans son portefeuille, nous avons trouvé une carte qui vous a énuméré comme contact d'urgence."


"Que s'est-il passé? Comment est-elle?"


"J'ai peur que Mme Fraiser était dans un accident de voiture et ne va pas très bien. Savez-vous si elle a un testament de vie?"


Sam pensait qu'elle allait être malade. Après trois semaines de ne pas savoir où était la femme qu'elle aimait, pour obtenir ce genre d'appel téléphonique ... elle a dû prendre quelques respirations profondes pour ne pas tomber malade et a essayé de se concentrer. "Y-oui elle le fait. Je sais qu'elle a énuméré des critères très spécifiques car elle est médecin, mais je ne me souviens pas tout cela."


"Serait-il possible pour vous d'obtenir une copie de nous?"


"Oui. Je vais l'apporter avec moi. Je serai là dès que possible."




-------------------------------------------------- -------------------------------


Après avoir passé un appel téléphonique au colonel O'Neill pour lui dire ce qui se passait, Sam a découvert que le premier vol qu'elle pouvait se rendre à Vancouver était un vol à 8 h 30 de Denver. Elle a regardé l'horloge - 3h40. Cinq heures de trop! Il n'y avait aucun moyen qu'elle se rendormir alors elle s'est levée.


Sam s'est habillé, a emballé un petit transport et a ouvert le petit coffre-fort dans son placard. Il y avait certains documents essentiels - y compris les testaments de Janet et les siens. Sam a retiré la volonté de Janet, la plaçant dans sa poche afin de ne pas risquer de la perdre. Elle a réussi à réparer et à manger un petit petit déjeuner, bien qu'il n'ait pas faim. Un bon soldat a toujours pris le sommeil et la nourriture lorsque cela est possible, car les événements peuvent ne pas leur laisser du temps plus tard.


La blonde voulait éviter les heures de pointe, alors elle a décidé de quitter la maison à 6h30 même si Denver ne faisait que 30 miles. Elle a été surprise lorsqu'elle est sortie sa porte d'entrée et a trouvé ses trois coéquipiers qui l'attendaient. Une énorme bosse s'est formée dans sa gorge et elle a dû essuyer les larmes qui ont moulé dans ses yeux. Avec un sourire tremblant, elle leur a donné un signe de gratitude alors que Daniel prit son sac, Teal'c a ouvert la porte du passager avant du camion d'O'Neill pour elle, et le colonel a pris le volant et l'a commencé.


Il a fallu plusieurs minutes avant de penser qu'elle pouvait parler sans se décomposer et pleurer. Étonnamment, les hommes lui avaient donné ce temps dans un silence respectueux. "Th-merci, vous les gars." Quelques larmes ont roulé ses joues au défi de sa volonté.


"Teal'c ne peut pas vraiment y aller, et Daniel a une mission avec le SG-11 cet après-midi, mais je volerai là-haut avec vous," l'informa doucement Jack. Daniel aurait pu être excusé de la mission, mais l'archéologue avait maladroitement informé Jack que sa présence ne serait probablement pas accueillie par Janet ... et la raison. Cependant, Jack n'a vu aucune raison de dire quoi que ce soit à Carter à propos de cette partie.


"Vous n'avez pas à faire ça, monsieur."


"Carter ... Sam, nous sommes une équipe, une famille. Et la partie de la famille de Doc ... sera toujours."


Sam regarda silencieusement par la fenêtre côté passager tandis que des larmes coulaient sur son visage sans relâche.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Teal'c et Daniel attendaient avec Jack et Sam jusqu'à ce qu'il soit temps pour eux de partir. Après avoir donné les clés à son camion à Daniel, Jack a promis de rester en contact pour leur faire savoir comment les choses se passaient et leur faire savoir quand ils reviendraient.


Lorsque Jack et Sam ont atterri à l'aéroport international de Vancouver, ils se sont dirigés directement vers les taxis, le moyen le plus rapide pour arriver là où ils devaient aller. À l'hôpital, ils ont vérifié avec le bureau des visiteurs où ils ont été dirigés vers l'USI. Ils se sont approchés du bureau principal en USI.


"Excusez-moi."


Une jeune femme leva les yeux vers la grande blonde. "Puis-je vous aider?"


"J'ai reçu un appel tôt ce matin d'un Dr Joanne Garnett. Elle m'a appelé à propos d'une patiente que vous avez nommée Janet Fraiser."


"Juste un moment." La jeune femme a tiré des informations sur son terminal informatique. "S'il vous plaît, avez un siège. Dr Garnett avec vous avec vous sous peu."


"Y a-t-il un moyen de voir Janet pendant que nous attendons?"


"Je suis désolé, vous devez d'abord parler avec le médecin."


Les deux officiers de l'Air Force se sont assis dans quelques chaises voisines.


"J'ai eu un mauvais sentiment à ce sujet", murmura Sam.


"Ne vous élaborez pas, Carter. Vous savez à quel point notre doc est difficile. Attendons de voir ce que le médecin a à dire."


Ce n'était que environ une minute avant qu'une grande rousse dans une blouse de laboratoire omniprésente et que les gommages ne les approchent. "Major Carter?"


Sam se leva. "Appelle-moi Sam."


"Je suis le Dr Garnett; je vous ai parlé au téléphone tôt ce matin."


"Oui. Comment va Janet, docteur?" Elle a demandé alors même qu'elle a sorti le testament vivant de Janet.


« Êtes-vous de la famille ?


"Oui," interva immédiatement Jack.


Sam a remis la volonté vivante. "Nous sommes ..." Elle ne savait pas quoi dire ce qu'ils étaient. Même si elle avait déménagé de la maison de Janet, elle ne les considérait pas. Elle donnait juste à Janet du temps et de l'espace pour tout traverser. Ses yeux étaient remplis de larmes. "Nous sommes partenaires", a-t-elle finalement dit trempé.


Garnett hocha la tête de compréhension. "J'ai peur que Janet ne se porte pas très bien. Elle a subi une blessure à la tête qui a provoqué un hématome sous-dural. Elle nous a d'abord présenté aux urgence Percez un trou dans son crâne pour vider le sang et soulager la pression. Nous la surveillons, mais elle n'a montré aucun signe de sortie du coma. "


"Pouvons-nous la voir maintenant ?"


"Bien sûr. Mais seulement un à la fois."


Jack tapota l'épaule de Sam. "Tu pars. Je serai là si tu as besoin de moi."


Avec un signe de remerciement, elle a suivi la rousse jusqu'à la chambre de Janet.


Sam était consterné à la vue de Janet. Elle était si pâle, connectée à de nombreux moniteurs et machines, et avait l'air tellement plus petite que d'habitude. Il n'y avait aucun moyen que Sam ne retienne ses larmes. Alors qu'elle se déplaçait pour se tenir à côté du lit de son amant et a placé sa main sur Janet toujours, le médecin a passé en revue son graphique.


Le Dr Garnett a ensuite examiné la volonté de son patient. C'était assez spécifique et explicite, quelque chose de non inhabituel pour un médecin. Si Janet ne répondait pas au traitement dans un certain temps, elle devrait déconnecter tout le soutien à vie. Elle leva les yeux vers la blonde frappée. "Savez-vous ce que dit sa vie?"


Sam hocha la tête. "Je l'ai examiné sur le chemin ici. Elle ne veut pas être maintenue indéfiniment sur le soutien à la vie."


"D'accord. Elle était très spécifique. Si son GCS ne s'améliore pas à un certain niveau ..." Elle s'interrompit. "J'ai peur que nous soyons sur l'horloge." Elle prit une profonde inspiration et laissa échapper. "Je vais laisser des instructions avec les infirmières pour vous permettre une visite sans restriction."


"Merci," répondit Sam en larmes.


Le Dr Garnett a quitté la pièce.




-------------------------------------------------- -------------------------------


Jack recevait un café d'un distributeur automatique quand il a vu le médecin rousse. "Excusez-moi, docteur?"


Elle s'est retournée et a vu l'homme qui était arrivé avec le major Carter. "Oui?"


"Comment va Doc Fraiser?"


"Pas très bien. Depuis qu'elle est médecin, elle a laissé des instructions très explicites dans sa volonté vivante. Si nous ne voyons pas une amélioration de son GCS bientôt - c'est l'échelle de Glasgow Coma - je n'aurai pas d'autre choix que de déconnecter la vie Soutien. Il n'y a rien de plus que nous pouvons faire; c'est à elle maintenant. "


Il secoua la tête. "C'est une combattante. Tu viens de lui donner le temps de riposter." Il s'arrêta un moment. "Savez-vous ce qui s'est passé exactement, comment elle s'est blessée?"


"D'après ce qu'on m'a dit, le taxi dans lequel elle montait était dans un terrible accident. Elle aurait dû subir plus de blessures, mais sa teneur en alcool dans le sang était si élevée qu'elle avait déjà été évanouie et ne se prépare pas avant l'impact, L'épargner des os cassés. "


Jack hocha la tête de compréhension.


"Est-ce qu'elle ... Janet a-t-elle un problème de consommation d'alcool?" Demanda Garnett doucement.


Jack soupira. "Seulement depuis ..." Il devait s'arrêter et essayer de nettoyer le resserrement dans sa gorge. «Ce n'est que depuis la mort de sa fille de 15 ans il y a quelques semaines.


"Je vois," répondit-elle doucement. "Bien je dois partir..."


"Jack. Jack O'Neill. Appelez-moi juste Jack."


"Je dois y aller, Jack, mais je suggérerais de m'assurer que Sam prenne une pause de temps en temps de s'asseoir avec Janet. Elle ne fera pas de bien Janet en se laissant surmener et s'embrasser."


Il hocha la tête en signe de compréhension. "Je vais la surveiller."




-------------------------------------------------- -------------------------------


Dans la chambre de l'hôpital de Janet, Sam avait tiré une chaise jusqu'au bord de son lit afin qu'elle puisse s'asseoir et toujours tenir la main. Sam et son équipe avaient été blessées ou malades dans l'infirmerie assez souvent pour savoir que même lorsqu'une personne était inconsciente, ils entendaient parfois ce qui se passait autour d'eux.


Donc, tout comme elle avait fait plusieurs fois pour ses coéquipiers, et comme ils l'avaient fait pour elle, elle a parlé à Janet. Elle a raconté à Janet des missions qu'elle et SG-1 avaient été sur les semaines intermédiaires. Elle a raconté à Janet un résultat hilarant d'une visite diplomatique qui a mal tourné et comment le général a involontairement fini par la crosse d'une blague extraterrestre, mais a quand même réussi à sauver la journée et à garder un peu de sa dignité intacte.


Et elle a dit à Janet combien elle l'aimait et avait besoin d'elle.


"Le docteur a dit que c'était à vous, Janet. Je vous connais - je sais que vous pouvez vous battre vers nous si vous le voulez. Je suis encore les uns les autres. Je suis ici, bébé, et je ne vais nulle part. "




-------------------------------------------------- -------------------------------


Jack se tenait à la porte de la chambre de Janet. Il était venu pour vérifier Sam. Il la trouva endormie sur une chaise tirée à côté du lit de Doc. Elle tenait la main du doc ​​et sa tête reposait sur le bord du lit. Son visage était rouge et s'est séparé.


O'Neill n'était pas aussi dense qu'il a souvent conduit les gens à le penser. Il savait que lorsqu'il a rencontré le jeune capitaine blonde pour la première fois qu'elle était quelque chose de spécial. Il avait même été flatté quand il a réalisé qu'elle le regardait, mais il a toujours su que rien ne se développerait jamais entre eux. D'une part, c'était contre le règlement, et parce que, franchement, il savait qu'il n'était pas dans sa ligue et elle méritait plus que ce qu'il aurait pu lui donner. Il n'aurait jamais pu lui donner, ni aucune femme, tout son cœur. Même si lui et Sara étaient divorcés, elle tiendrait toujours la plus grande partie de son cœur.


Compte tenu du nombre d'hommes qui étaient entrés et quittés l'orbite de la jeune femme, il avait été pris par surprise lorsqu'il l'a découvert et le doc. Cependant, quand il s'est arrêté pour réfléchir, ils se complimentaient parfaitement. Même s'il était militaire de carrière, il n'a pas donné le cul d'un r

Articles similaires

Moka au caramel dans la jungle de Java

Cela faisait deux semaines depuis notre dernière rencontre. Quelque chose auquel je m'étais habitué. Il vient un lundi sur deux dans la jungle de Java pour livrer une seule boîte de biscuits aux pépites de chocolat de Josef's Vienna Bakery and Café. Les cookies n'avaient rien de spécial. Le propriétaire ne les vend que dans notre magasin car son frère est propriétaire de la boulangerie. Mais l'homme qui les a livrés ressemblait vraiment à quelque chose dont je pourrais prendre une bouchée… Il avait une vingtaine d'années et s'appelait Miguel. Brun foncé, cheveux ondulés et yeux noisette avec une teinte verte...

974 Des vues

Likes 0

Jordan la déesse du sexe_ (1)

Je m'appelle Jacques. J'écris ceci parce que je ne peux tout simplement pas y croire moi-même. J'espère que quand j'aurai fini, ça sera un peu mieux compris. De toute façon. Ce que je vais vous raconter est un moment très spécial de ma vie. Quand j'ai baisé Jordan. Jordan a toujours été la fille la plus sexy de mon école et tout le monde convoite ses seins parfaitement formés. Elle sait que tous les mecs ne peuvent pas lui résister et se donne pour objectif personnel de porter des cols en V les plus bas possibles, histoire de nous tourmenter. Le...

622 Des vues

Likes 0

Sur la route Camionnage chapitre 5

Jill et moi sommes arrivés à Boise ID. vers 5 heures du matin. J'ai fait le plein du camion et je l'ai garé. Nous sommes entrés et avons pris un bon petit déjeuner. Elle a dit elle voulait m'avoir pour le dessert mais dans le camion. Et c'était le jour de l'anal. Elle m'a dit qu'elle voulait que KD lui défonce les fesses et que je lui défonce la chatte. J'ai ri et j'ai dit tu vas te mettre KD dans le cul? (KD étant Kong Dong) Cette chose mesure 18 pouces de long et environ 3 pouces d'épaisseur, un peu...

562 Des vues

Likes 0

Papa enlève la pression

J'étais allongé sur le lit avec ma bite dans le poing sur le point de l'arracher par les racines quand Andrea est entrée. Elle m'a regardé, a souri et s'est approchée du lit en laissant une traînée de vêtements pendant qu'elle marchait. Je suis désolée de t'avoir ignoré ces derniers temps ronronna-t-elle en remplaçant ma main par la sienne sur ma bite. Laisse-moi m'occuper de ça. Elle caressait ma bite comme elle seule pouvait tout le temps m'embrasser et me sucer la langue. Elle n'arrêtait pas de caresser ma virilité et me murmurait à l'oreille. Bébé a besoin d'une baise hard...

516 Des vues

Likes 0

Les migraines de mon fils (Ch 4)

Cette histoire est une œuvre fantastique. Rien de tout cela n’est vrai. Ne l’utilisez pas pour vous inspirer. Ne blessez pas les gens que vous aimez. [Lire les chapitres 1, 2 et 3 avant de continuer] Chapitre 1 : sexstories.com/story/104332/ (4100 mots) Chapitre 2 : sexstories.com/story/104363/ (1650 mots) Chapitre 3 : sexstories.com/story/104365/ (2300 mots) Le chapitre 4 fait 3500 mots J'ai dormi le lendemain matin, la norme du dimanche. Je me sentais renouvelé d'une manière ou d'une autre, rajeuni et frais. Visions de la nuit avant de commencer à revenir dans mon esprit. Je me mordis les lèvres inférieures et souris. La sensation...

475 Des vues

Likes 0

Ce n'est pas ce à quoi je m'attendais._(0)

Pas ce à quoi je m'attendais... =====Permettez-moi de commencer par dire que cela ne m'est jamais arrivé auparavant. C'est simplement une histoire que j'ai écrite pour un ami. Cette histoire est complètement fictive et j’espère que cela ne représente pas une véritable histoire de vie pour quelqu’un. Si c'est le cas, eh bien, sucez-le. Vous avez couché. Toutes nos félicitations; ce n’est vraiment pas si grave. Passons maintenant à l'histoire.===== Le trajet était insupportable. Sept heures sur une autoroute déserte pour ensuite s'arrêter dans deux stations-service différentes pour faire des pauses pipi et se dégourdir les jambes. Merci papa, tu as...

481 Des vues

Likes 0

Le voyage Ch 1 La baby-sitter

Le voyage Ch 1 La baby-sitter Par Jax_Teller Miranda, ma femme est souvent en voyage d'affaires et cette dernière fois, elle était partie depuis plus d'un mois. J'avais besoin d'une pause dans mon rôle de parent célibataire auprès de nos 3 jeunes enfants et j'avais besoin de passer du temps seule. C'était presque impossible jusqu'à ce qu'un beau matin de fin de printemps, je réussisse à trouver une baby-sitter pour mes enfants. Mary était la fille d'une connaissance, Denise, et venait d'avoir 18 ans et était en dernière année de lycée. Mary était rousse et avait un physique de coureur. Elle...

405 Des vues

Likes 0

Emily va à Vegas

Histoire sur le thème des vacances d'été écrite pour le 2ème concours d'écrivains sur le forum. C'était un confortable vendredi soir de juillet après que tout le monde soit rentré du travail. Nous avions emballé les affaires importantes la nuit précédente, donc tout ce que nous avions vraiment à faire était de jeter des affaires de dernière minute dans un sac et de sauter dans le SUV de John. Les gars à l'avant, les filles à l'arrière, nos guerriers nous entraînant dans un voyage à travers le désert du sud de la Californie. Ashley est mon amante/fiancée ? Elle avait 23 ans...

1.3K Des vues

Likes 0

À bord du Lundrim Seksi Partie 5

Elle s'est réveillée toute seule le lendemain. Sa tête lui faisait mal à cause de sa gueule de bois, sa peau brûlait d'avoir été battue la nuit précédente. Les activités de la veille lui passaient par la tête alors qu'elle essayait de tout reconstituer. Tant de choses lui sont arrivées hier. Elle s'est fait manger la chatte comme si c'était le dernier repas qu'il mangerait. C'était plutôt agréable cependant, elle se trouva choquée de voir à quel point elle l'appréciait. Des sentiments traversaient son corps qu'elle n'avait jamais ressentis auparavant. Puis elle s'est fait attacher et s'est fait retirer sa virginité...

944 Des vues

Likes 0

La proposition : respect des obligations

La proposition: Les obligations sont respectées Jenny et moi avons dormi tard le dimanche matin. Il était plus de 10h00 quand nous avons finalement rampé hors du lit. Après notre douche, que voulez-vous pour le petit-déjeuner ? demanda Jenny alors qu'elle commençait à sortir du lit. Elle a alors eu un regard peiné sur son visage. Oh! Uumm, Jim, j'honorerai notre marché. Tu peux m'avoir quand tu veux, mais si tu es d'accord, est-ce qu'on peut faire autre chose la prochaine fois ? J'ai tellement mal, je ne suis même pas sûr de pouvoir marcher. Sa douleur était tout à fait compréhensible...

717 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.