Coquelicot Chapitre 1

140Report
Coquelicot Chapitre 1

Il lui laissa assez de temps, puis entra dans la pièce. Elle se tenait docilement au milieu de la pièce, attendant. Son ouverture de la porte la fit sursauter et elle sursauta. Elle essaya de se calmer, espérant qu'il ne l'avait pas remarqué. Elle était nue, glorieusement nue, debout avec un genou légèrement plié, l'autre droit alors qu'elle utilisait la dernière de sa pudeur pour essayer de Lui cacher son sexe. Son bras droit était plié avec sa main sur son épaule opposée, essayant de couvrir ses seins. Elle croisa son regard et lut sa désapprobation. Elle se força lentement à baisser les bras. Elle s'exhibait fièrement mais elle savait garder la tête légèrement penchée, les yeux baissés.

Il a commencé Son inspection, alors qu'il marchait lentement autour d'elle, en commençant par ses pieds. Il pouvait voir sur le côté de ses pieds que les semelles étaient d'un rose clair et d'apparence douce, les ongles non peints. Il a fait un commentaire sur Son approbation de ce fait. Les orteils étaient bien entretenus et bien proportionnés. Les chevilles ont été formées et effilées en un mollet bien défini. Ses jambes avaient une brillance lisse et avaient été soigneusement rasées, sans entailles. Il se sourit à lui-même en se mettant à genoux, il devait admettre qu'il appréciait toujours une jolie paire de genoux. Il s'amuserait à la chatouiller là. Les cuisses étaient petites pour sa taille, cinq pieds et demi Il devina. Alors qu'il marchait derrière elle, il n'a vu aucun signe de cellulite au niveau des cuisses ou des fesses. Il s'arrêta derrière elle alors qu'il arrivait à ses fesses. Elle sentit Son regard sur son derrière, ses yeux allant et venant nerveusement. Elle n'ose pas tourner la tête mais elle ressent le besoin d'expliquer ses fesses. Elle n'aimait pas ça. Elle sentait que c'était plutôt masculin et pas séduisant comme les fesses de certaines femmes auxquelles elle s'était comparée.

Il admirait la vue alors qu'il la surprenait en train d'augmenter sa respiration. Il savait qu'elle était très troublée par son inspection là-bas et il s'est assuré de s'en souvenir pour plus tard. Elle n'était pas contente de ses fesses. Il n'y voyait rien de mal. Des joues bien définies, sans tache de tatouages ​​ni de cellulite. En fait, il s'est mis à genoux pour se rapprocher, guettant sa réaction. Elle se tendit, s'éloignant presque de Lui, mais elle se tint immobile. Il était impressionné. Il a continué son inspection de son dos à partir de cette position plus proche. Aucun poil pubien n'était visible dans la fente de ses joues et il a approuvé. Sa fissure était fermée, ne révélant aucune dépression de son trou intérieur. Il a été déçu, mais il a quand même souri à lui-même. Il l'y inspecterait de plus près plus tard. Se levant, il remarqua une petite touffe de poils fins et duveteux juste dans le creux de son dos. Minces et minuscules, ils étaient presque invisibles sauf lorsqu'elle se tenait juste en plein soleil dans la pièce.

Sa taille était également petite. Son dos, moyennement couvert de taches de rousseur, attira son attention. Elle avait un teint clair pour commencer, et les légères lignes de bronzage d'être au soleil en bikini étaient à peine visibles. Pourtant, il ne lui permettrait plus de bronzer nue qu'à partir de maintenant. Ses épaules avaient des courbes bien formées de la taille d'une balle de baseball. Il tendit une main à chacun et les prit en coupe. Elle sursauta à son contact, puis se châtia, baissant davantage la tête de honte. Elle essaya de se calmer mais savait qu'elle lui déplaisait. Lui, franchement, pouvait à peine s'empêcher de rire aux éclats. Il maintint son emprise sur ses épaules, la tirant légèrement en arrière et riant profondément.

« Détendez-vous » lui murmura-t-il.

Il ne pouvait pas lui reprocher qu'elle n'ait pas agi comme on l'attendait jusqu'à ce qu'elle sache ce qu'on attendait d'elle. Il lui apprendrait volontiers.

Ensuite, Il s'est retourné pour lui faire face. Il a commencé juste en dessous de sa région pubienne, se taquinant pendant que ses yeux parcouraient lentement ses cuisses. Elle se tenait toujours avec ses jambes étroitement jointes, se cachant. Il lui a permis cette once de pudeur. Il suffisait que les rideaux de la grande baie vitrée du salon soient ouverts pour que quiconque puisse y regarder.

S'autorisant finalement à inspecter sa zone vaginale, il remarqua une étroite bande de cheveux châtain clair, soigneusement taillée.

"Ça devra partir, Poppy." commenta-t-il calmement. Elle acquiesça. Juste un lent mouvement de reconnaissance. Elle n'a rien à dire.

"Utilise de l'après-shampooing. Cela rendra les cheveux doux et les rasera proprement. Tu dois les garder rasés jusqu'à ce que je dise le contraire. Tu comprends ?"

Elle l'a fait, un autre hochement de tête. En fait, elle se sentait un peu mieux. Elle savait maintenant quelque chose qu'elle pouvait faire pour lui plaire. Il continua à la regarder, s'agenouillant devant elle et se rapprochant. Encore une fois, il était fier et impressionné. Elle ne broncha pas et maintint son regard vers l'avant, baissant sa garde et confiante qu'il ne lui ferait pas de mal.

Son sexe était étroit, comprimé principalement par ses jambes fermées, mais aussi les lèvres extérieures gonflées cachaient quelque chose de son trésor intérieur. Il attendrait avec impatience d'inciter sa fleur à s'ouvrir pour Lui alors qu'elle devenait de plus en plus excitée, puis, pour établir Son contrôle, Il s'arrêterait, de manière décevante, et la laisserait insatisfaite. Elle apprendrait.

Ses hanches étaient galbées, légèrement osseuses, mais il ne se plaindrait pas. Son nombril, d'un ovale parfaitement formé, était exempt de piercing. Il en était également ravi. Il n'était pas rebuté par les piercings au nombril, mais si elle devait en avoir un, il le choisirait.

Elle avait un ventre plat, signe d'entraînement. Il l'encourageait à continuer, quoique nue. Il appréciait les faibles contours de sa cage thoracique, mieux vaut être un peu maigre qu'un peu lourde.

Ses seins étaient parfaits. Il a rarement vu des seins parfaitement formés, proportionnés et colorés. Ils étaient environ des bonnets B et de taille égale. Les deux mamelons étaient de taille et d'apparence similaires et semblaient apprécier leur liberté, devenant plus dressés à mesure qu'elle sentait son regard sur eux. Il regarda sa poitrine alors qu'elle respirait profondément, relâchant une respiration refoulée qu'elle ne savait pas qu'elle retenait. Les deux bras, supérieur et inférieur, étaient longs et souples. Il avait vu ses coudes alors qu'elle essayait de se couvrir plus tôt et était ravi de voir le rose d'une peau douce sans aucune rugosité. Il appréciait les légères taches de rousseur sur les deux bras, y compris une tache de naissance apparente sur son poignet gauche. Ses mains auraient pu être les mains d'une statue, parfaitement sculptées dans le marbre. Chaque main était tenue partiellement ouverte sur ses côtés. Tous les doigts bien longs et effilés à un ongle manucuré à la française, non poli. Il lui a fait tendre ses paumes pour Lui. Chacun était rose, doux, sans tache. Parfait. Il a fait un commentaire à cet effet. Le résultat lui a plu. Elle laissa échapper un petit rire nerveux, puis rit à nouveau au son stupide de celui-ci. Son sourire était très agréable, mais Il prenait de l'avance sur lui-même. D'abord son cou.

Son cou était long mais pas trop long, la longueur parfaite. Il a également révélé une faible ligne de cheveux doux, duveteux et translucides qui s'étendait jusqu'à la ligne de ses cheveux le long de sa mâchoire. Il pensa à passer légèrement sa langue le long de sa mâchoire, dérangeant si doucement chaque poil qu'il dut combattre lui-même un frisson d'anticipation.

Le petit creux de sa gorge, où son cou rencontre sa poitrine, serait également une zone sensible à laquelle il faudrait prêter attention. Mais c'était pour plus tard. Maintenant serait son inspection, plus tard chaque partie d'elle serait physiquement explorée.

Maintenant, Il est venu à son visage. Elle était magnifique. Il se sentait privilégié qu'elle soit venue à Lui. Son menton était légèrement relevé, mais d'une manière mignonne. Elle essaya de ne pas établir de contact visuel avec Lui, mais elle échoua, détournant nerveusement ses yeux de Lui vers ailleurs. Il ne l'arrêta pas, la regarda seulement amusé.

Ses lèvres, fines et peintes d'une teinte moyenne de rose, étaient pressées fermement, plus que d'habitude, pensait-il. Ses dents, grandes et blanches, étaient manifestement l'œuvre d'un dentiste. Un nez droit, légèrement plus épais que la normale mais en aucun cas disgracieux, avait une pincée de taches de rousseur qui s'étendaient sous chaque œil. Les cils sombres trahissaient l'utilisation du maquillage, mais il sentait qu'elle avait besoin de si peu pour être belle qu'il pouvait l'ignorer. Ses grands yeux sombres, s'élançant de lui vers le mur derrière lui, trahissaient sa peur de lui déplaire, et brillaient toujours de l'espoir qu'il l'accepterait, essayant de plaire et d'impressionner. Ses paupières avaient un affaissement séduisant, leur donnant une sensualité naturelle.

Ses cheveux étaient longs, blonds et raides. Il a vérifié et la couleur était évidemment naturelle, aucune racine de couleur différente n'a été montrée. Cela encadrait parfaitement son visage, mais il ne pouvait pas voir ses oreilles. Ce n'était pas grave, il lui brosserait les cheveux plus tard.

"Je suis content. J'aime ce que je vois."

Elle faillit s'effondrer sur le sol de soulagement. Puis, se souvenant de sa place, elle reprit simplement sa posture tête en bas. Il pouvait encore voir les faibles traces d'un sourire sur ses lèvres.

Il était prêt à lui montrer sa chambre quand la sonnette retentit.

Il s'arrêta imperturbable, mais elle se figea comme un cerf dans les phares. Ses yeux s'écarquillèrent et elle s'arrêta à mi-chemin. Ici, elle était nue, debout au milieu du salon avec quelqu'un de l'autre côté de la porte qui sonnait à la porte, maintenant pour la deuxième fois. Ses yeux en disaient long, le suppliant de lui accorder la permission de courir et de se cacher.

Au lieu de cela, il l'a choquée.

"Répondez-y." dit-il doucement.

Elle Le fixa. Voulait-il vraiment qu'elle y réponde ? Était-ce un test ? Elle ne pouvait pas ! Comment pouvait-il lui demander de se mettre dans l'embarras ? Comment pourrait-elle refuser ? N'était-elle pas digne de Lui ?

Des larmes confuses montèrent à ses yeux.

"Poppy," dit-il aussi doucement qu'avant. "Répondre à la porte."

Elle détestait lui désobéir, non par peur du châtiment, mais parce qu'elle détestait lui déplaire. Elle n'arrivait tout simplement pas à se diriger vers la porte. La personne de l'autre côté frappa maintenant fort. Le premier kilo la fit sursauter. Elle a essayé de ne pas pleurer.

Elle le regarda, implorant, mais elle ne pouvait pas lire ses émotions.

"Va." Il lui dit calmement, pointant vers la chambre. Pouvait-elle déceler la déception dans sa voix ? C'était si difficile à lire. Elle se sentit comme un raté alors qu'elle entrait machinalement dans la chambre. Une fois à l'intérieur, elle s'arrêta simplement. On lui a seulement dit de n'entrer à l'intérieur de rien d'autre, et elle ne voulait pas faire autre chose de mal. Elle l'entendit répondre à la porte, un paquet pour lui, puis envoyer le livreur sur son chemin. Une fois la porte refermée, elle se demanda ce qu'elle devait faire ? La punirait-il, et comment ? Elle a décidé d'essayer de réparer les dégâts qu'elle a causés.

Elle l'entendit déposer le paquet dans le salon et entendit ses pas se diriger vers la chambre à coucher. Elle L'entendit s'arrêter au milieu d'un pas juste à l'intérieur de la porte. Elle s'était préparée à la seule punition à laquelle elle pouvait penser.

Quand il est entré dans la chambre, il l'a trouvée sur le lit, à genoux, la tête appuyée sur le lit. Ses fesses nues étaient relevées et ses jambes écartées pour Lui. Elle s'offrait à lui pour demander pardon. Il se trouva attiré par le lit, mais pas pour la baiser. Il le ferait au bon moment. Il jeta un coup d'œil à ses fesses écartées, essayant de jeter un coup d'œil à son entrée arrière. Il la ferait supplier d'y être pénétrée, mais en temps voulu. Il s'assit sur le bord et soupira.

"Ah, Poppy." dit-il avec une exaspération feinte. « Que dois-je faire de toi ? Elle n'arrivait pas à croire qu'il ne s'était pas jeté sur le lit comme une bête en chaleur et ne l'avait pas brutalement montée, lui apprenant à obéir. Il lui a dit de se lever et de s'asseoir avec lui. Elle se leva, plus confuse et blessée qu'avant. Ne la voulait-il pas ? Elle L'avait vraiment contrarié maintenant, elle le savait. Mais Il semblait ne pas être en colère. Elle était sûre d'une chose. Elle était à nouveau testée. Elle savait ne pas s'asseoir sur le lit à côté de Lui, comme une égale.

Elle s'est assise par terre.

« Tu t'attendais à être puni, n'est-ce pas ? Tu t'attendais à ce que je te viole et que je te dise que c'est ce qui arrive aux vilaines filles qui n'obéissent pas. Il posa sa main chaude sur son épaule. Elle a essayé de ne pas le faire, mais elle a levé les yeux pour voir Son visage bienveillant la regarder avec une inquiétude presque paternelle et attentionnée pour elle.

"Ce n'est pas comme ça que ça se passe." dit-il fermement, mais doucement.

"Quand tu seras puni, tu le sauras. Quand on te fera l'amour, tu le sauras."

Cela la surprit. Auparavant, elle s'était habituée à utiliser le sexe comme pansement lorsqu'elle se trompait avec les hommes de sa vie. Peu importe ce qu'elle avait gâché, aucun homme ne la refuserait alors qu'elle se déshabillait pour lui et le laissait faire ce qu'il voulait. Tant qu'elle se disait qu'elle améliorait les choses, elle était d'accord. Ce n'était plus le cas. Elle apprendrait ce que c'était que d'être vraiment acceptée, les verrues et tout.

Elle se sentait mieux, avait presque envie de sourire. Elle ne s'est jamais sentie plus acceptée. Elle était en sécurité ici, aimée, en fait. Il n'allait pas la maltraiter, il lui apprendrait à obéir mais pas en lui faisant du mal. Il la défierait, c'était sûr, mais d'une manière aimante. Elle ne s'est jamais sentie plus proche d'un autre et a décidé qu'elle ne voulait jamais rien d'autre. Les larmes menaçaient de monter à nouveau.

Elle resta assise par terre mais se pencha vers lui. Sa main reposait toujours sur son épaule alors qu'elle posait sa tête sur ses genoux, s'abandonnant à lui.

Articles similaires

L'esprit de Cassy

Jason a rencontré Cassy au cours de leur première année à l'université. Il allait changer le monde des affaires et le mettre sur son oreille avec sa brillante perspicacité et sa fermeté et elle se dirigeait vers le monde de l'éducation de notre jeunesse en devenant professeur d'anglais au secondaire. Tous deux étaient ambitieux mais naïfs et leurs deux désirs se sont avérés faux. Cela faisait partie de la bouillie que l'on apprend dans nos collèges aujourd'hui et ils ne s'en sont pas rendu compte avant d'être entrés dans le monde réel. Mais cette première rencontre entre eux deux a été...

232 Des vues

Likes 0

Grace est une fille Scat

Chaque soir après l'université, Grace recherchait des astuces de flirt en ligne et depuis qu'elle avait découvert le porno il y a quelques années, elle en était obsédée. Maintenant qu'elle vit seule, elle reste assise sur sa chaise pendant des heures à regarder le contenu le plus méchant qu'elle puisse trouver. Elle avait toujours eu un côté malade mais cela s'est vraiment enflammé il y a quelques années lorsque ses amis d'école lui ont montré la vidéo '2 Girls 1 Cup', elle a dû agir avec dégoût devant eux tout en cachant secrètement la zone humide entre ses jambes . Tous...

334 Des vues

Likes 0

Les pieds de Nicole enfin - Faire la vente Chapitre 1

Il est 18h00 du soir et je mets des notes dans l'ordinateur sur notre base de données de concession. La journée a été assez lente et je m'ennuie. Je me lève pour m'étirer et je sors pour m'éclairer. Alors que je mets mon briquet dans ma poche, je remarque qu'un vieil ami avec qui je travaillais avait l'habitude de travailler. Elle se gare et se dirige vers moi en souriant. Salut, comment vas tu? demande Nicole en s'avançant vers moi. Bonjour, jolie demoiselle. Ça fait longtemps. Qu'est-ce qui vous amène à me voir ? J'ai demandé. Nicole s'avança près de moi...

140 Des vues

Likes 0

S'amuser ensemble tout en étant séparés

Juste une série de textes que j'ai envoyés mis en place. Pas vraiment le meilleur pour les mecs, plus destiné aux nanas Je te vois allongé sur mon lit. À moitié recouverte d'une couverture, je caresse ta jambe nue de ton pied sur le côté, déplaçant mon corps sur le tien, prenant ton visage dans mes mains et t'embrassant doucement sur tes lèvres. Embrasser de plus en plus de passion. Langues qui dansent. Je déplace ma main droite vers le bas de ton côté gauche Traçant ma main vers le bas de ton dos en t'attirant en moi, je pousse mon...

148 Des vues

Likes 0

La dette et son prix élevé

« Comment me suis-je embarqué là-dedans ? » Jerry pense alors qu'il est assis là à regarder l'enveloppe devant lui. Il ne l'a pas encore ouvert, mais il sait de qui il vient. Au bout d'un moment, il le ramasse et le regarde un peu plus, le tournant encore et encore dans ses mains. Il ressemble à tous les autres. Blanc uni, timbre ordinaire et aucune adresse de retour. Il l'ouvre après environ deux heures à le regarder, redoutant ce qu'il y a à l'intérieur. Ce qu'il en retire est pire qu'il ne l'aurait imaginé. Il tient une photo franche de sa fille de...

310 Des vues

Likes 0

Ma mission média.

J'ai reçu un appel pour me rendre dans le bureau de mon rédacteur en chef pour une réunion avec M. Giles. Je travaillais sur le journal local depuis 6 mois donc naturellement j'étais nerveux. Je me demandais ce que j'avais fait de mal, telle était ma négativité. « Rachael, s'il vous plaît, asseyez-vous », a-t-il dit alors que j'entrais. Je tremblais à l'intérieur en attendant ce que je pensais être une mauvaise nouvelle. Rachael, j'ai vu votre article sur les courses de lévriers et les appâts vivants il a dit c'était génial. Je pense qu'ils auraient entendu mon soupir de soulagement dans le...

309 Des vues

Likes 0

Modélisation de mangas

Ce n'est PAS mon histoire, j'ai adoré la lire et j'ai pensé la partager avec tout le monde ici. si vous ne savez pas ce qu'est yuri, ce sont essentiellement des lesbiennes. un peu de contexte : Tamura est une artiste manga yuri qui a tendance à voir ses deux amies faire du sexe lesbien dans sa tête Patty est une Américaine qui a été transférée au Japon pour se rapprocher de sa Mecque otaku. Elle travaille avec Konata dans un café cosplay et aime habiller ses amis avec diverses tenues. Yutaka est une fille maladive, frêle et minuscule. Comme elle...

216 Des vues

Likes 0

Rousse fougueuse

Je m'appelle Rachel. J'ai 35 ans, 5'7, 135 livres, des cheveux roux qui dépassent mes épaules, des yeux bleus, des taches de rousseur, une peau blanche pâle (désolé les roux ne bronzent pas.) Je porte un soutien-gorge de taille 36DD avec de beaux gros mamelons ( il est impossible de les cacher) et je garde mon buisson rouge bien taillé. Sean est mon meilleur ami, nous faisons à peu près tout ensemble. Nous sommes amis depuis des années et rien de sexuel ne s'est jamais passé entre nous. Alors, quand nous avons décidé de faire un voyage à Vegas pour célébrer...

354 Des vues

Likes 0

La partie partie 1_(0)

Le vendredi soir est finalement arrivé et Silk était vraiment nerveux. Elle enviait les deux autres pour leur expérience parce qu'ils étaient excités au lieu d'avoir peur. Elle était si nerveuse que lorsque Michael prononça son nom ; elle a presque sauté hors de sa peau et a poussé un oui Maître. « Soie, as-tu peur ? » Michael lui a demandé, la voix pleine d'inquiétude. — Un peu, dit-elle d'une petite voix. Michael l'a serrée dans ses bras et a murmuré des mots d'assurance à son oreille. Il lui a dit que tout ce qu'elle avait à faire ce soir était de regarder...

324 Des vues

Likes 0

Le chevalier et l'acolyte, tome 5, chapitre 7 : La domination des orcs

Le chevalier et l'acolyte Tome 5 : Le trésor du coffre-fort Chapitre sept : La domination des orcs Par mypenname3000 Droits d'auteur 2016 Remarque : Merci à B0b pour la bêta de lire ceci. Compagnon Mage Faoril – La ville libre de Raratha — On dirait que Sophia s'amuse, ai-je souri. Chaun tressaillit. Elle aime la douleur plus que moi. J'ai reniflé. Je jetai un coup d'œil à la porte, Sophia et Relaria poussaient des hoquets et des gémissements émanant du bois vert foncé de l'appartement de la lamia au palais Saltspray. La claque de chair, le ruisseau d'un lit. C'était du sexe...

349 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.