Quelle surprise

306Report
Quelle surprise

J'étais le meilleur ami de Marcus depuis le lycée et il avait été comme un frère pour moi, il avait même fait de moi le témoin à son mariage où il avait épousé une belle femme du nom d'Elise, je n'avais jamais compris pourquoi Marcus avait a épousé Elise parce que, aussi douce et belle qu'elle soit, elle pourrait être décrite comme conservatrice et prude. Être prude n'est pas la pire chose au monde, mais je n'aurais jamais pu imaginer pourquoi Marcus, connu pour coucher avec une femme, s'installerait avec une femme qui penserait que se faire baiser en levrette est pervers, je l'ai quand même soutenu. et je suis également devenu ami avec Elise.

Lorsque Marcus a été heurté et tué par un conducteur ivre, cela a brisé Elise et moi-même. Nous avons trouvé du réconfort dans différentes choses, je me suis lancé dans mon travail tandis qu'Elise a commencé à boire beaucoup. Je pouvais comprendre pourquoi elle faisait cela, mais je détestais la voir boire. sa vie parce que je savais que Marcus n'aurait pas voulu ça. J'ai parlé de sa consommation excessive d'alcool quelques mois après la mort de Marcus, mais quand je l'ai fait, elle a fondu en larmes et m'a dit que la seule personne avec qui elle se sentait à l'aise pour parler de tout était moi, mais que je me lançais dans mon travail, je ne l'étais pas. autour. Après avoir discuté ce soir-là, nous avons tous les deux promis que nous essaierions de changer, que je passerais moins de temps au travail et que je serais là pour elle pendant qu'Elise réduirait sa consommation d'alcool et même si c'était difficile, nous avons tous les deux tenu nos promesses.

"Tu sais, je sais que tu penses que je ne me détends pas mais je ne suis pas celui qui travaille tout le temps et ne se détend jamais." Elise a un peu de difficulté à parler alors qu'elle se verse un autre verre de gin et de limonade.

"Oh, je ne me détends pas de la même manière que toi." Dis-je de manière suggestive avec un sourire lubrique et un clin d'œil qui sont tous censés être une blague et qui font en fait rire Elise alors qu'elle me tape la main de manière ludique.

"Alors tu n'es pas en train de te détendre?" Elise me taquine pendant que j'ouvre une bière et que j'en prends une longue gorgée.

"Je ne suis pas sûr que tu pourrais me gérer si je l'étais." Je lui dis avec un clin d'œil plaisant mais Elise pose son verre sur le comptoir de la cuisine avant de s'appuyer sur le comptoir et de me lancer un regard sérieux.

"Je pense que tu me sous-estimes, Elton." Dit-elle, sa voix baissant alors qu'elle se penche en avant sur le comptoir et se rapproche de moi.

Quand Elise se penche en avant, de nombreuses pensées me traversent l'esprit, allant de « elle est si jolie avec ses longs cheveux bruns ondulés et ses yeux verts » à « j'aimerais que son t-shirt soit coupé plus bas » à « je ne peux rien faire parce qu'elle est la veuve de mon meilleur ami. Je la regarde presque hypnotisée alors qu'elle se lèche lentement les lèvres sans rompre le contact visuel avec moi alors que ses yeux deviennent cagoulés et séduisants me faisant penser que si elle n'était pas la veuve de ma meilleure amie, je la pencherais sur ce comptoir et la baiserais jusqu'à ce qu'elle crie, mais le problème c'est que je ne pouvais pas trahir la mémoire de Marcus comme ça.

"Ne me taquine pas Elise." Je lui dis d'une voix ferme alors que les pensées de ce que je lui ferais traversent mon esprit.

"Qui a dit que je taquinais." Dit-elle en se levant et en poussant légèrement sa poitrine vers moi, je sens ma bite se contracter dans mon pantalon alors que son T-shirt se resserre légèrement montrant son buste qui n'est pas grand mais en même temps n'est pas petit et juste à la bonne taille pour en prendre une poignée.

"Tu ne veux pas de ça, tu es la personne la plus vanille que je connaisse et je ne fais pas de vanille." Je lui dis ma voix basse et remplie d'excitation.

« Ne réfléchis pas à ma place. Peut-être que je veux que quelqu'un me baise comme un animal et me fasse me sentir sale. Petit. Salope." Elise fait une pause entre ses trois derniers mots pour les ponctuer, ses mots donnent envie à une partie de moi de me précipiter autour du comptoir et de la baiser jusqu'à ce qu'aucun de nous ne puisse bouger ou penser mais je me retiens en pensant que c'est peut-être juste les boissons qui parlent.

"Tu es ivre, tu le regretterais." Je suis extrêmement conscient que si elle ne s’arrête pas, je ne pourrai peut-être pas m’arrêter.

"Putain, je ne suis pas ivre." » Elle claque avec l'insulte dans sa voix de plus tôt, ce qui la rend sobre et ennuyée, « regarde ». » Ajoute-t-elle de manière agressive, me faisant regarder presque transpercé alors qu'elle me surprend en plongeant une de ses mains sur le devant de son pantalon.

Je la regarde presque en transe alors qu'elle passe évidemment ses doigts sur sa chatte avant de retirer ses doigts de son pantalon, je peux voir dans la lumière que ses doigts sont mouillés, ce qui me surprend en fait mais pas autant que quoi. elle le fait ensuite. Elise fait lentement le tour du comptoir de la cuisine sans rompre le contact visuel avec moi jusqu'à ce qu'elle se tienne directement devant moi, je romps le contact visuel avec elle alors qu'elle lève sa main vers mon visage et que son doigt mouillé de son jus entre en contact avec mon lèvres J'ouvre mes lèvres et accepte ses doigts dans ma bouche. Une fois que ses doigts sont dans ma bouche, je les lèche et les suce en essayant de dévorer jusqu'à la dernière goutte de son jus sucré sur ses doigts.

Après un long moment passé à sucer le jus d'Elise sur ses doigts, je les lève et les retire de ma bouche avec un pop, je laisse ensuite mes mains saisir ses épaules et quand je le fais, je la tire fort contre moi et presse instantanément mes lèvres pour la sienne. J'embrasse Elise fort, la faisant haleter dans ma bouche et, ce faisant, je laisse ma langue glisser dans sa bouche et commence à explorer sa bouche, Elise répond une seconde plus tard avec sa langue rencontrant la mienne. Quand elle répond, je laisse une de mes mains glisser lentement de son épaule jusqu'à sa gorge et je saisis légèrement sa gorge pendant que j'utilise mon autre main pour la tirer plus fort contre moi.

« Tu es sûr de vouloir ça ? Je ne vais pas être plus doux avec toi que je ne le serais avec n’importe qui d’autre. Je demande et préviens Elise lorsque nous rompons le baiser pour respirer, je laisse cependant ma main sur sa gorge et utilise mon pouce pour tracer lentement des cercles sur son cou.

"Oui, je veux ça." Elle siffle pratiquement avec sa voix, traduisant le degré d'excitation qu'elle ressent en ce moment, presque aussi bien que l'expression de son visage.

Je la tire fort contre moi pour que chaque centimètre de son corps soit écrasé contre moi et elle halète lorsqu'elle sent mon érection se presser contre son ventre, je la laisse inspirer après son halètement avant de presser mes lèvres contre les siennes et de resserrer ma prise autour d'elle. légèrement la gorge, pas assez pour l'étouffer mais suffisamment pour qu'elle ressente la pression. Après l'avoir embrassée avec une intensité dure pendant un long moment, j'ai laissé ma main glisser de son épaule jusqu'à ses fesses sur lesquelles j'ai passé ma main plusieurs fois avant de l'attraper fort, lui faisant éloigner ses lèvres des miennes avec un léger cri de surprendre. Le cul d'Elise est si parfait que je ne peux m'empêcher de le masser pendant que je l'embrasse à nouveau avec une forte intensité, il ne me faut pas longtemps avant de retirer ma main et de la ramener ensuite contre son cul pas fort mais assez fort pour qu'elle se retire du baiser avec un cri de choc.

"Je t'ai dit que je ne serai pas gentil." Je grogne en laissant ma main s'éloigner de sa gorge pour rejoindre mon autre main sur ses fesses.

"Bien." Elise me grogne pratiquement avant de pousser un cri de surprise et de légère douleur alors que je lui gifle le cul avec les deux mains en même temps.

"Ceux-ci doivent se détacher." Dis-je, ma voix étant toujours un grognement alors que je déchire presque le pantalon d'Elise dans ma hâte de l'enlever.

La culotte d'Elise est même conservatrice et peu flatteuse mais ce n'est pas grave car une fraction de seconde après avoir retiré son pantalon, sa culotte suit, je l'avais sentie bouger pendant que j'enlevais son pantalon et sa culotte et alors que je pensais qu'elle était juste en se stabilisant, je découvre que j'avais tort. Je regarde Elise qui se tient là pour voir que ses mouvements lui ont fait enlever son T-shirt donc elle se tient là avec juste son soutien-gorge, elle rougit et a l'air gênée mais je l'ignore et à la place je me penche en avant pour l'embrasser fort pendant que je fais le tour de mon bras autour d'elle. Tout en embrassant Elise, j'utilise mes mains qui sont derrière elle pour dégrafer son soutien-gorge puis le faire glisser de ses épaules le laissant tomber au sol, la laissant nue.

"Wow, ton corps est génial." Je lui dis en fait un peu surpris parce que les vêtements qu'elle porte ne la flattent pas et on ne s'attendrait pas aux seins gaies, au ventre plat et aux fesses bombées que cachent les vêtements.

"Vraiment?" » Demande-t-elle, semblant gênée et vulnérable, je ne lui réponds pas et baisse la tête en suçant un de ses tétons déjà dressés dans ma bouche, la faisant haleter.

Le halètement d'Elise se transforme en gémissement alors que je taquine son mamelon avec ma langue et fais rouler son autre mamelon entre mon pouce et mon index tout en utilisant ma main libre pour la tenir contre moi. Je continue mes actions pendant un moment en savourant le son de ses gémissements et les légers tremblements qui traversent son corps avant de déplacer ma bouche vers son autre mamelon tout en déplaçant cette main derrière son dos pour la maintenir en place pendant que j'amène mon autre main vers le mamelon que ma bouche venait de quitter.

« Elton, baise-moi. Maintenant." Elise grogne sa voix remplie de besoin et de désespoir après que je lui ai taquiné les tétons pendant de longues minutes.

"Pas encore." Je lui dis en m'éloignant d'elle et en enlevant rapidement mon T-shirt, puis je la laisse tendre la main et faire passer ses mains sur ma poitrine jusqu'à mon pantalon où elle essaie de les défaire mais je saisis ses mains pour les forcer à se relever avant de grogner, "Je Je n'ai pas encore dit, je n'ai eu qu'un petit avant-goût de toi plus tôt, maintenant je veux tout.

La confusion obscurcit le visage d'Elise pendant un instant mais ensuite j'avance en l'attrapant par les fesses et en la soulevant, la faisant crier sous le choc mais elle n'est en l'air que pendant un instant car je la place assise sur le comptoir de la cuisine. J'utilise mes mains pour écarter grossièrement ses jambes, l'entendant grogner d'inconfort alors que je les force à s'ouvrir grand, je peux voir l'humidité de son excitation couler sur le comptoir et je perds tout contrôle en enfouissant mon visage entre ses jambes avec un long coup de langue. dans sa chatte. Je suis impitoyable avec mon traitement de la chatte d'Elise alors que je dévore son jus sans me soucier du plaisir qu'elle peut ressentir, ne me souciant que du doux nectar que je suis en train de boire, je suis certain qu'elle doit ressentir du plaisir cependant parce que elle se tord et gémit à cause de mes actions.

"Oh putain, Oh putain, je vais jouir." Elise gémit bruyamment après quelques minutes alors que je sens ses jambes se serrer autour de ma tête et ses hanches se dresser violemment contre mon visage.

Je peux me sentir gémir alors qu'Elise jouit d'orgasmes inondant ma bouche de son sperme alors qu'elle tient ma tête contre sa chatte avec ses jambes, parce qu'elle tient ma tête contre elle, je décide de continuer mais je passe de lécher sa chatte à la baiser complètement. avec ma langue. Je sens les jambes d'Elise devenir molles et j'entends ses gémissements s'adoucir me faisant savoir qu'elle descend de son orgasme mais moins d'une minute plus tard, ses gémissements augmentent à nouveau en volume alors que je lui baise brutalement la chatte avec ma langue. Je l'avais prévenue que je ne serais pas gentille et je pense l'avoir prouvé avec le fait que mes doigts s'enfoncent dans la chair de ses cuisses alors que je tiens ses jambes aussi écartées que possible.

Elise jouit un instant plus tard et au lieu de simplement gémir cette fois, elle crie alors que l'orgasme la envahit, elle lévite pratiquement du comptoir de la cuisine alors que je continue de la baiser avec ma langue pendant qu'elle jouit. J'éloigne ma bouche d'elle et regarde son orgasme ravager son corps, la faisant convulser et grogner, j'apprécie la vue de son orgasme extrême et décide là-bas que je veux la faire jouir comme ça encore et encore.

"Je te veux en moi." Elise halète en me regardant avec besoin lorsqu'elle se redresse après s'être remise de son orgasme, j'avais déjà prévu d'être en elle bientôt mais je doute que ce soit comme elle le souhaite.

"Alors à genoux." Je grogne en regardant la confusion traverser son visage pendant un moment avant de réaliser qu'elle glisse lentement du comptoir de la cuisine et se met à genoux devant moi.

"Tu veux toujours être traitée comme une sale petite salope ?" Je grogne la question sachant que si elle a changé d’avis alors il faudra s’arrêter là car je ne pourrai pas me retenir si nous allons plus loin.

"Oui." Elle siffle, les yeux fixés sur le grand renflement qui s'efforce de se libérer de mon pantalon.

"Alors rappelez-vous que la seule façon pour moi de m'arrêter est si vous me tapez la jambe trois fois, je ne m'arrêterai pas si vous vous étouffez ou si vous avez des haut-le-cœur." Je la préviens puis lui fais répéter ce que je lui ai dit avant de continuer.

Je fais un bruit alors qu'Elise tend la main pour retirer mon pantalon, je saisis ses mains par son poignet fin et les tiens au-dessus de sa tête en utilisant une seule de mes mains, en utilisant ma main libre, j'ouvre lentement mon pantalon et le baisse en regardant les yeux d'Elise alors qu'ils suivez mes actions. J'entends Elise haleter alors que ma bite sort de mon pantalon, la giflant presque au visage, sa réaction combinée à l'air de choc et de désir sur son visage me pousse à presser ma bite contre ses lèvres qui s'ouvrent rapidement en acceptant mon chair dure dans sa bouche.

"Détendez simplement votre gorge et respirez par le nez." Je lui dis en poussant ma bite plus loin dans sa bouche.

Elise me regarde avec une expression de peur quand je n'arrête pas d'enfoncer ma bite plus loin dans sa bouche même si elle a des haut-le-cœur mais elle ne me tape pas la jambe pour me faire arrêter alors je continue. Je tiens la tête d'Elise en place alors que je commence à sortir ma bite de sa bouche en m'arrêtant avec la tête toujours en elle avant de la repousser à l'intérieur. La gorge d'Elise se ferme lorsque ma bite entre en contact avec elle et je lui grogne pour lui ouvrir la gorge alors que je continue de la pousser jusqu'à ce que je sente un bruit et que ma bite s'enfonce dans sa gorge mais je dois rapidement me retirer et alors que je le contenu de l'estomac d'Elise suit-il.

"Est-ce que tu es prêt à continuer ?" Je demande un peu inquiète alors que je vois des larmes couler sur ses joues alors qu'elle tousse et essuie le vomi de ses lèvres, elle me regarde et hoche lentement la tête, "comme une bonne salope, peut-être que maintenant tu peux prendre ma bite dans ta gorge." sans vomir cette fois.

Mes mots sont durs et un peu cruels mais je lui avais dit que je ne serais pas doux et que je ne serais pas doux avec elle, donc je ne le suis pas, mais en même temps, je ne veux pas faire quoi que ce soit qui puisse vraiment lui faire du mal ou forcez-la à faire n'importe quoi, après tout, je ne domine pas, je ne suis pas cruel. J'utilise mes mains pour maintenir sa tête en place pendant que je repousse lentement ma bite dans sa bouche puis dans sa gorge, cette fois je ne rencontre pas autant de résistance et pendant qu'elle s'étouffe, je n'ai pas besoin de sortir ma bite pour laissez-la vomir. Je commence à entrer et sortir lentement de sa bouche et de sa gorge, aimant la sensation de sa bouche chaude et humide et les vibrations qui traversent ma bite avec chaque bâillon, je commence lentement à augmenter la vitesse de mes poussées jusqu'à ce que je la baise. gorge à un rythme régulier mais toujours incapable de faire passer toute ma longueur dans sa gorge.

"Se lever." Je grogne après lui avoir baisé la gorge pendant quelques minutes, Elise se lève lentement et j'admire sa forme nue et l'éclat de sueur et de salive qui font briller sa poitrine et le haut de son corps, heureusement aucun de ses vomi ne lui est tombé dessus, seulement le plancher.

"Se pencher." J'ordonne sans avoir besoin de lui dire quoi faire alors que je la fais tourner brutalement et la pousse contre le comptoir de la cuisine avec la moitié supérieure de son corps appuyée à plat contre le comptoir.

Je peux dire qu'Elise sait ce qui va se passer maintenant alors qu'elle écarte largement les jambes en guise d'invitation, mais j'attends un moment en admirant la quantité d'humidité qui coule de sa chatte et je me demande si c'est à ce point qu'elle est habituellement mouillée. Après un long moment passé à étudier sa chatte rouge, enflammée et dégoulinante, je m'avance et d'un seul coup j'enfouis toute ma longueur au fond d'elle, elle crie dans un mélange de choc, de douleur et de plaisir me faisant laisser échapper un grognement guttural de pure convoitise animale.

"Je veux être baisée comme un animal et traitée comme une sale petite salope, je te le donne." Je lui dis brutalement avant de lui retirer ma bite presque complètement et de lui donner deux grosses claques dans le cul.

"Argh, putain." Elise crie alors que la douleur des gifles s'enregistre et je m'enfonce fort en elle, faisant glisser son corps sur le comptoir alors que ses hanches claquent contre le comptoir.

"Je vais te baiser jusqu'à ce que je casse ta jolie petite chatte." Je grogne alors que je commence à la baiser fort et vite avec suffisamment de force pour que ses hanches claquent contre le comptoir et que mon corps se gifle contre le sien à chaque poussée sauvage.

Les sons de ses cris et de ses cris de douleur et de plaisir se mélangent aux sons de mon corps frappant le sien et de ses hanches frappant le comptoir, les sons de notre baise brutale remplissent la pièce alors que je la martèle comme si je la détestais. Ses cris et ses cris augmentent en volume et en intensité alors que je continue à la baiser sauvagement, ses sons continuent de monter jusqu'à ce qu'elle laisse soudainement échapper un long cri alors que je sens sa chatte se contracter autour de ma bite et qu'elle jouisse. Je ne lui laisse pas le temps de récupérer alors que j'enroule une de mes mains dans ses cheveux et la tire, la forçant à se cambrer alors que je continue de la frapper avec une férocité animale qui la fait rapidement crier à nouveau de douleur et de plaisir. pour mon plus grand plaisir.

L'entendre crier à nouveau me stimule et je tire plus fort sur ses cheveux alors que j'essaie de pousser plus fort, mais après quelques minutes, je m'arrête et me retire d'elle, faisant sortir un gémissement de ses lèvres au retrait soudain de ma bite.

"Quoi…" Elise commence à poser une question mais s'interrompt avec un cri de choc et de douleur alors que je passe ma main libre sous elle, puis je l'utilise et ma main toujours attachée dans ses cheveux pour la remettre debout. position.

"Allez." Je grogne en utilisant ses cheveux pour la traîner hors de la cuisine et dans le salon où je la jette sur le canapé.

Elise me regarde avec une expression effrayée sur le visage mais je m'en fiche et je l'entends gémir alors que je force ses jambes à s'ouvrir aussi largement que possible, puis je pousse ses genoux vers sa tête. La vue d'Elise avec ses jambes écartées et ses genoux touchant pratiquement ses épaules est extrêmement érotique et je ne peux pas m'empêcher de lui donner deux fortes gifles dans la chatte, la faisant crier de douleur. Elise a à peine arrêté de crier que je me penche en avant, lui saisissant fort la gorge et enfonçant toute ma longueur en elle, elle essaie de sortir ses jambes de leur position inconfortable et douloureuse mais je place mon bras libre sur ses jambes pour les maintenir près de sa tête. .

"Putain, ne bouge pas, prends-le comme la sale salope que tu es." Je grogne alors que je commence à lui marteler la chatte, lui ouvrant la bouche dans un cri silencieux.

Je frappe Elise aussi fort et aussi vite que possible tout en maintenant ses jambes en place et en l'étouffant plus fort qu'auparavant. Il ne faut pas longtemps avant que je sente sa chatte commencer à palpiter autour de ma bite et que tout son corps commence à trembler alors qu'elle jouit à nouveau, me faisant presque jouir en même temps. Je me retire rapidement d'Elise et libère ses jambes et sa gorge avant de saisir son corps et de la déplacer brutalement pour que sa tête tombe en arrière du canapé.

"Salope grande ouverte." Je grogne en la regardant répondre instantanément en ouvrant grand la bouche et en me regardant avec de la peur mais aussi de l'excitation dans les yeux.

Je pousse dans sa bouche, ressentant un pincement supplémentaire de plaisir lorsque je ne sens pas sa gorge bloquer ma bite comme elle le faisait auparavant, même si je ne peux toujours pas mettre toute ma longueur en elle. Je ne commence pas à lui baiser la gorge comme je pense qu'elle s'y attend et à la place, je tends la main et enroule ma main autour de sa gorge avant de masser ma bite à travers sa chair. Je sors la majeure partie de sa bouche pour lui permettre de prendre une grande bouffée d'air autour de ma bite avant de replonger en elle et quand je le fais, elle s'étouffe à nouveau alors que ma bite s'enfonce dans sa gorge en envoyant des vibrations à travers ma longueur et me faisant essayer de pousser plus profondément dans sa gorge. Les vibrations des haut-le-cœur d'Elise et la façon dont sa gorge se contracte autour de ma bite me poussent par-dessus bord et avec un grognement guttural fort, je jouis au fond de sa gorge, pulvérisant jet après jet de mon sperme directement dans sa gorge.

"Je pense que c'était le meilleur sexe que j'ai jamais eu." » dit Elise quelques minutes plus tard alors qu'elle est allongée nue sur le canapé, la tête posée sur mes genoux.

"C'était vraiment incroyable." Lui dis-je en repoussant doucement une mèche de cheveux égarée de son visage pendant que je la regarde me sourire.

« Pouvons-nous recommencer bientôt ? » » demande Elise, sa voix baissant et devenant rauque alors qu'elle ronronne pratiquement la question.

"Si nous le faisons, je ne serai pas aussi doux que cette fois-ci." Je la préviens, une partie de moi qui veut lui faire peur parce que je me sens coupable parce que je viens de baiser sauvagement la cervelle de la femme de mon meilleur ami décédé.

"C'était toi qui étais doux?" » Demande-t-elle, semblant un peu nerveuse mais laissant échapper un doux rire.

"" Ouais, je veux dire, je ne t'ai fait jouir comme quoi que quatre fois ? En plus, je n’ai pas baisé ton petit cul serré. Je lui dis de passer une main sur son corps et sur ses fesses.

"Alors tu ferais plus la prochaine fois?" » Demande-t-elle, l'air intriguée et excitée par mes paroles.

"Eh bien, je devrais certainement baiser ce cul." Je lui dis en lui serrant le cul, la faisant rire avant de continuer à parler, "Je devrais sortir les jouets et les cordes, je te ferais tellement jouir que tu me supplierais d'arrêter et je le ferais." travaille sur ta gorge, je veux que tu puisses prendre toute ma bite jusqu'à ce que ton nez soit pressé contre mes couilles.

Je sens Elise frissonner et ma bite se contracte alors que je l'imagine ligotée avec ma bite au fond de sa gorge et un vibromasseur pressé contre sa chatte lui faisant jouir pendant que je lui baise la gorge. Je me sens toujours coupable du fait qu'elle ait été mariée à mon meilleur ami décédé il y a quelques mois, mais je pense aussi que Marcus serait d'accord avec ça parce que même si je suis dominateur et dur quand je baise quelqu'un, je suis également attentionné et protecteur. Je sens quelques larmes s'échapper de mes yeux alors que toutes ces pensées me traversent l'esprit mais je les essuie rapidement en espérant qu'Elise ne les ait pas vues mais quand elle parle, je sais qu'elle avait vu les larmes.

"Qu'est-ce qui ne va pas?" » Demande-t-elle d'une voix douce et inquiète alors qu'elle me regarde avec de grands yeux.

"Je me demandais juste ce que Marcus penserait de tout ça." Je dis honnêtement, l'expression d'Elise s'assombrit momentanément mais ensuite elle sourit légèrement et parle.

"Je pense qu'il serait d'accord avec ça, oui, tu peux être dur et un peu effrayant mais tu es gentil, attentionné et protecteur, donc je pense qu'il préférerait ça plutôt que moi sortant pour essayer de trouver quelqu'un d'autre." Elle me dit sa voix crue d'émotion faisant couler des larmes dans nos deux yeux même si nous sourions tous les deux maintenant.

"Je l'espère." Je dis doucement alors que je commence à passer ma main dans ses cheveux en savourant la sensation de sa tête sur mes genoux, ma bite se contracte à nouveau comme si elle n'était pas au courant de la tourmente émotionnelle dans ma tête et ne se souciait que de la tête d'une belle. une femme se pressait contre elle.

« Vous vous préparez pour le deuxième tour ? » Demande-t-elle d'une voix rauque et avec un sourire sur son visage qui parvient à être à la fois sale et mignon, elle tourne aussi un peu la tête et frotte doucement sa joue contre ma bite.

"Il ne s'en rend pas compte mais je suis épuisé." Je lui dis en faisant signe à ma bite qui est à nouveau partiellement dure, "tu peux rester la nuit cependant et puis le matin nous pourrons reprendre là où nous nous sommes arrêtés, il n'y a pas grand-chose de mieux le matin que le sexe."

"Et si tu te réveillais avec quelqu'un qui te suce la bite ?" » Demande-t-elle avec ce sourire sale mais mignon toujours sur son visage.

"Tu avais raison plus tôt, je t'ai sous-estimé." Je lui dis avec un petit rire qui semble la faire frissonner.

"Je te l'avais dit." Dit-elle d'un ton taquin avec un rire qui se transforme en halètement alors que je la repositionne doucement mais fermement pour qu'elle soit à cheval sur mes genoux avec son corps pressé contre le mien avant de l'embrasser, je ne l'embrasse pas avec la même intensité presque violente que plus tôt. mais à la place je l'embrasse doucement et doucement.

"Tu as le problème que je ne te sous-estimerai plus." Je la préviens avant de lui embrasser le cou.

"Si cela conduit à plus de relations sexuelles comme celle-là, je ne pense pas que ce soit un problème." Me dit-elle avec un grand sourire sur le visage, me faisant rire avant de l'embrasser à nouveau tandis que les pensées de toutes les choses que je vais lui faire à l'avenir me traversent l'esprit.

Articles similaires

Ma mission média.

J'ai reçu un appel pour me rendre dans le bureau de mon rédacteur en chef pour une réunion avec M. Giles. Je travaillais sur le journal local depuis 6 mois donc naturellement j'étais nerveux. Je me demandais ce que j'avais fait de mal, telle était ma négativité. « Rachael, s'il vous plaît, asseyez-vous », a-t-il dit alors que j'entrais. Je tremblais à l'intérieur en attendant ce que je pensais être une mauvaise nouvelle. Rachael, j'ai vu votre article sur les courses de lévriers et les appâts vivants il a dit c'était génial. Je pense qu'ils auraient entendu mon soupir de soulagement dans le...

1.5K Des vues

Likes 0

Double chance à l'aéroport de Hong Kong pt. 1

C'est ma première histoire donc nu avec moi. C'est une histoire vraie qui m'est arrivée en 2012. Je voyageais de NC à Manille pour des vacances et j'ai fait une escale de 16 heures à Hong Kong. Quand je suis arrivé à l'aéroport de HK, je savais qu'ils avaient de petites cabines de couchage à l'aéroport que vous pouviez louer à l'heure. Je marchais de mon terminal à la zone principale avec de la nourriture et d'autres attractions touristiques. Il m'est arrivé de voir un homme noir avec une carte d'identité d'aéroport et je lui ai dit bonjour et lui ai...

828 Des vues

Likes 0

La chienne intérieure émerge

Elle l'a rencontré au bar environ 10 minutes après l'heure dite. Elle aimait les faire attendre, aimait le sentiment de puissance que cela lui procurait de voir le regard soulagé quand elle arrivait. Elle portait une tenue simple, et elle pouvait voir le soulagement mélangé à une certaine déception sur son visage lorsqu'il remarqua qu'elle ne portait pas de bottes. Souriant intérieurement, elle garda son sourire distant et s'approcha de la table. Elle se tenait là, jetant un coup d'œil pointu à la chaise pendant qu'elle attendait. D'abord perplexe, il réalisa finalement qu'il aurait dû se lever quand elle s'approcha. Se...

791 Des vues

Likes 0

Drogue du viol

Fbailey numéro d'histoire 733 Drogue du viol Cela a commencé assez innocemment mais a certainement changé à la hâte. J'avais invité trois de mes amis pour l'après-midi afin de planifier notre projet scientifique. Le professeur nous a jumelés mais ça allait parce que je les connaissais tous les trois depuis que nous avons commencé l'école, il y a des années. Nous ne traînions pas ensemble parce que j'étais un nerd, Jim et Bob étaient des sportifs et Hank était juste un pervers. Ma mère et ma sœur étaient allées faire des courses et m'ont demandé de les aider à porter des...

674 Des vues

Likes 0

La maison de Yash

Hé, je suis nouveau dans l'écriture d'histoires érotiques et j'espère recevoir de bons commentaires sur mon travail, envoyez-moi également des commentaires. Si vous avez aimé mon histoire dites moi en kik à quel point j'étais bon mon kik est ben5128 si les gens aiment mes histoires j'écrirai alors une autre partie d'histoire pour ça. Et j'écrirai plus d'histoires plus tard dans la vie. Je m'appelle Marc et je suis bi. Tout commence à l'école en fin de période. Je suis en septième année et notre professeur nous a attribué des places pour notre cours de mathématiques avancées. J'ai été assigné à...

489 Des vues

Likes 0

Trompé est devenu apprécié IV

Cela faisait plus de deux semaines depuis mon horrible expérience. Avec le temps, j'avais appris à accepter ce qui s'était passé. Même si je me sentais utilisé, je l'avais définitivement invité sur moi-même. Je ne savais rien du mec, et même après m'avoir insulté et m'avoir dit qu'il était en couple, je l'ai quand même supplié de me laisser lui sucer la bite. Je savais que je n'irais plus après lui. Ma vie revenait à la normale, je n'éprouvais plus les envies intenses de m'habiller que j'avais ces derniers temps. J'avais rangé mes vêtements et mon maquillage, et j'avais même commencé...

1.5K Des vues

Likes 0

Les pieds de Nicole enfin - Faire la vente Chapitre 1

Il est 18h00 du soir et je mets des notes dans l'ordinateur sur notre base de données de concession. La journée a été assez lente et je m'ennuie. Je me lève pour m'étirer et je sors pour m'éclairer. Alors que je mets mon briquet dans ma poche, je remarque qu'un vieil ami avec qui je travaillais avait l'habitude de travailler. Elle se gare et se dirige vers moi en souriant. Salut, comment vas tu? demande Nicole en s'avançant vers moi. Bonjour, jolie demoiselle. Ça fait longtemps. Qu'est-ce qui vous amène à me voir ? J'ai demandé. Nicole s'avança près de moi...

1.3K Des vues

Likes 0

Adam Martin - L'élève CH02

Adam Martin - L'élève Par Christian G. Kay [email protected] Edité par Sherry S'il vous plaît envoyez-moi vos commentaires, j'aimerais savoir ce que vous pensez de l'histoire. AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Veuillez lire et respecter l'AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ affiché dans le premier chapitre. Adam Martin - The Pupil est une histoire érotique, avec certaines parties contenant des scènes sexuelles graphiques. Si l'érotisme est illégal dans votre région par la loi locale, de comté, provinciale ou nationale, veuillez arrêter de lire maintenant et aller ailleurs. Chapitre 02 - La place du voyage. Elle m'a dit qu'elle reviendrait tout de suite et m'a laissé debout...

1.3K Des vues

Likes 0

Jouer à Dare avec Sis Partie 3_ (2)

Je ne pouvais toujours pas croire les événements des deux derniers jours. Nos parents étaient partis en week-end car ma grand-mère était tombée malade. Ils voulaient que ma garce de sœur Kayleigh et moi passions le week-end ensemble, au grand désarroi de Kayleigh. Vendredi, Vlad et moi avions contraint ma sœur garce mais incroyablement sexy Kayleigh à un jeu de défi vendredi soir. De peur de perdre 100 $ au cours du match et d'être très compétitive, Kayleigh avait accepté d'enlever son haut et son pantalon et de défiler en sous-vêtements. Elle n'avait aucune idée des ennuis que cela lui causerait...

1.4K Des vues

Likes 0

L'esprit de Cassy

Jason a rencontré Cassy au cours de leur première année à l'université. Il allait changer le monde des affaires et le mettre sur son oreille avec sa brillante perspicacité et sa fermeté et elle se dirigeait vers le monde de l'éducation de notre jeunesse en devenant professeur d'anglais au secondaire. Tous deux étaient ambitieux mais naïfs et leurs deux désirs se sont avérés faux. Cela faisait partie de la bouillie que l'on apprend dans nos collèges aujourd'hui et ils ne s'en sont pas rendu compte avant d'être entrés dans le monde réel. Mais cette première rencontre entre eux deux a été...

1.4K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.