La sœur du meilleur ami IX

252Report
La sœur du meilleur ami IX

Joe s'est réveillé le lendemain matin, Maryse toujours drapée sur lui, profondément endormie. Il se glissa lentement hors du lit, ramassa ses vêtements et s'y enfila avant de partir. En revenant de la salle de bain, il trouva Maryse regardant sous les couvertures et sortit davantage la tête en lui souriant.

"Pendant un moment, j'ai eu peur que ce soit ta mère ou ton père."

Il rit et se dirigea vers le lit où se trouvaient toujours ses vêtements, les ramassant, il lui tendit son t-shirt et son short, se penchant pour un baiser. Elle fronça le nez et se couvrit rapidement la bouche.

« Oh mon Dieu Joe ! Eeeuw, j'ai encore l'haleine du matin et tu viens de te brosser les dents.

"Eh bien, je dois dire matin, ce sont de mauvaises manières de ne pas saluer."

Elle le regarda de ses yeux bleus, un sourire se dessinant rapidement sur ses lèvres,

"Vous, monsieur, allez vous faire botter les fesses."

Elle enfila son short sous les couvertures, s'assit pour enfiler son t-shirt, puis se recoucha,

"Et qui va me botter les fesses, hmm ?"

Elle lui fit un sourire narquois,

"Moi bien sûr, j'ai ces bottes qui seront parfaites pour te donner un coup de pied."

Joe rit,

"Et je resterai immobile pendant ça?"

"Bien sûr."

Elle remuait les sourcils vers lui,

"J'ai mes moyens pour que vous fassiez ce que je veux, monsieur."

Il rit,

"Oh, ça, je le sais déjà."

La porte s'ouvrit et la mère de Joe jeta un coup d'œil à l'intérieur :

« Ah, vous êtes réveillés tous les deux, vous feriez mieux de vous préparer ; le petit déjeuner est dans une demi-heure. Maryse, à quelle heure dois-tu partir, tu auras le temps de prendre le petit déjeuner ?

Maryse se redressa, appuyée contre la tête de lit,

"Nous partons à dix heures, ou du moins c'était l'heure à laquelle mon père nous avait dit qu'elle nous laisserait suffisamment de temps pour y arriver."

La mère de Joe a hoché la tête et a poussé la porte, partant après avoir fait ça, Maryse a remué le nez vers Joe et il a ri :

"Je vais faire couler la douche."

Il se leva, ouvrant son placard pour prendre des vêtements propres,

"Oh et apporte les couvertures."

Il sortit par la porte, un coussin heurtant la porte derrière lui. Heureusement que la salle de bain était juste à côté de la salle d'eau, il essaya de trouver ce qu'il pourrait dire à sa mère pour justifier le lavage de sa literie alors qu'il ouvrait l'eau de la douche. Alors que la douche se réchauffait suffisamment, Maryse se glissa dans la salle de bain, fermant et verrouillant la porte derrière elle. Elle jeta son maillot de football sur la coiffeuse et lui sourit :

"Vous pouvez en acheter un autre, je prends celui-ci."

Il haussa un sourcil vers elle,

"Oh vraiment?"

Elle acquiesça,

"Bien sûr, l'entraîneur veillera à redonner un maillot à son quart partant."

Joe cligna des yeux,

"Quoi?"

Elle ôta son maillot et commença à retirer son jean, elle s'arrêta, levant les yeux vers lui,

« Tu ne sais pas ? Avec le départ de Kevin, vous êtes le prochain sur la liste. Vous pensez que vos performances n'ont pas été remarquées Joe ? Même Andy rejoint la première équipe.

Elle enleva son jean et se redressa.

"Vraiment, je n'ai aucune idée de comment je sais tout ça et vous deux n'en avez aucune idée."

Joe était encore légèrement choqué en la regardant, c'était une nouvelle pour lui, il pensait qu'il serait utilisé dans l'équipe B ou même dans la Réserve, il n'avait jamais pensé à devenir quart-arrière partant, il ne se croyait pas comme ça. bien du tout et maintenant Maryse lui dit le contraire. Son sourire était chaleureux lorsqu'elle s'approcha, ses bras glissèrent autour de lui et il baissa les yeux dans ses yeux bleus,

"Allez Joe, vous avez travaillé dur pour ça, maintenant embrassez-moi et prenez cette douche, je ne vais pas manquer le petit-déjeuner."

Il lui rendit son sourire et se pencha, ses lèvres douces et souples sous les siennes alors qu'ils partageaient un long mais doux baiser. Elle recula et ôta son t-shirt, il commença également à se déshabiller et rejoignit Maryse sous la douche, fermant la porte coulissante derrière eux. Maryse a utilisé l'eau pour mouiller ses cheveux et a regardé Joe par-dessus son épaule.

« Et bien Joe ? Vas-tu juste rester là à regarder mes fesses ou me laver le dos ?

Joe lui fit un sourire,

"Hmm, je ne sais pas lequel de ces deux prospects sonne le mieux."

Elle rit et Joe la dépassa pour retirer son luffa du crochet, ramassa le gel douche et en pressa une quantité généreuse sur le luffa. Il constata qu'elle le regardait, sans dire un mot, mais il vit que ses yeux suivaient chacun de ses mouvements. Elle lui sourit, éloignant ses cheveux mouillés de son dos et il commença à lui laver le dos, en commençant par ses épaules et en descendant plus bas. Il l'avait vue nue à de nombreuses reprises, il l'avait vue beaucoup plus à moitié habillée, mais elle semblait quand même être la femme la plus parfaite qu'il puisse imaginer et pour l'instant elle partageait une douche avec lui.

Sa main douce sur la sienne l'a fait sortir de ses pensées, elle a glissé le luffa de sa main et a continué à se laver, il a tendu la main pour prendre le shampoing et s'est lavé les cheveux pendant que Maryse finissait. Elle se tourna et commença à laver le haut de son corps, levant les yeux vers lui, son sourire doux alors qu'elle traçait les muscles de sa poitrine après avoir passé le luffa dessus, laissant de la mousse de savon derrière elle. Ils se regardèrent pendant un court moment alors qu'une main se lavait et que l'autre semblait tracer les courbes de son corps presque comme un lecteur de braille essayant de mémoriser un livre.

Joe pouvait sentir sa queue se soulever alors que les mains de Maryse se rapprochaient de son aine, elle faisait passer le luffa autour de sa queue, faisant mousser ses couilles puis enfin sa queue. Elle le regarda avec ce petit sourire coquin qu'il connaissait si bien, soudain elle se retourna à nouveau, accrochant le luffa à son crochet. Elle rejeta ses cheveux mouillés en arrière et sembla attendre, Joe comprit en moins de temps qu'il ne l'aurait cru possible puisque sa queue palpitait encore à cause du contact taquin qu'elle lui avait donné.

Il prit le shampoing et le pressa sur ses cheveux, en commençant d'abord par son cuir chevelu puis en descendant plus bas, comme elle le lui avait montré. Elle se rinça les cheveux quand il eut fini, se retourna pour lui faire face et l'attira vers lui pour un baiser, l'eau tombant en cascade entre eux tandis que leurs langues luttaient l'une contre l'autre. Elle rompit le baiser, lui donnant à nouveau ce sourire coquin alors qu'elle se mettait à genoux, une main prenant ses couilles en coupe tandis que l'autre reposait sur le bas de son dos. Il pouvait sentir sa langue courir lentement sur toute la longueur de son manche, passant par-dessus le bout puis recommençant à la base.

Après ce qui semblait être une éternité pendant laquelle la langue de Maryse traçait sa bite avec des coups de langue minutieux, il sentit sa bouche chaude engloutir le bout de sa bite, elle glissa sa tige dans sa bouche et seulement avec une légère hésitation dans sa gorge, il put Sentez sa gorge se contracter autour de son corps, sa langue et ses joues travailler autour de lui, puis elle recule lentement. Son souffle était chaud sur l'humidité de sa tige alors qu'elle prenait un rythme régulier, suçant sa bite alors qu'elle déplaçait sa bouche dessus, sa langue pressant la tige palpitante contre le palais de sa bouche. Ses doigts pressèrent lentement et doucement son scrotum, tirant légèrement et pressant à nouveau, il posa ses mains sur ses cheveux mouillés, la regardant alors qu'elle le regardait entre chaque action de gorge profonde.

Il pouvait sentir son orgasme s'accumuler alors qu'elle suçait sa bite de manière experte, le glissant de temps en temps dans sa gorge, utilisant les muscles de sa gorge pour masser sa tige, avant de reculer et de le sucer à nouveau, en utilisant sa langue pour le frotter et le taquiner. Il savait qu'elle pouvait sentir le gonflement de sa queue, les petites secousses de ses hanches alors que le léger picotement à la base de sa queue augmentait. Il essaya de le repousser, de le retenir encore un peu, mais Maryse tenait à le faire jouir, le rythme de ses mouvements sur sa bite et la puissance de sa succion augmentaient à mesure qu'elle le regardait, son adorable, des lèvres roses s'étendant autour de la tige de sa queue.

Bien sûr, Maryse a gagné la petite bataille de volontés, l'éruption ressemblait à un bâton de dynamite, Joe ferma les yeux tandis que la vague de plaisir s'écrasait sur lui, ses doigts agrippant les cheveux de Maryse. Elle l'attira dans sa bouche, suçant sa bite saccadée, avalant goulûment son sperme, se tenant au bas de son dos pendant que sa main massait doucement son scrotum. Trop tôt, cela s'est terminé, Joe avait l'impression de flotter et il a relâché son emprise sur les cheveux de Maryse, sa queue tremblant toujours pendant que Maryse la suçait, sa langue parcourant le bout pour s'assurer qu'elle avait tout compris. Alors que sa queue commençait à devenir flasque, Maryse se leva. Elle lui fit un sourire et il vit qu'elle pouvait être à la fois coquine et angélique.

"Et c'est ainsi que les garçons sales deviennent purs."

Il rit de sa remarque et pendant qu'elle fermait l'eau, il ouvrit la porte et sortit, attrapant une serviette, il la lui tendit alors qu'elle sortait et prenait l'autre pour lui. Ils se séchèrent et s'habillèrent, Joe la regarda bouger et réalisa avec un pincement au cœur qu'aujourd'hui était la dernière fois qu'il la verrait depuis près de quatre mois. Ce n'était pas une pensée agréable et il comprenait maintenant pourquoi elle ne voulait pas y penser, il s'assit sur le couvercle des toilettes et la regarda se sécher les cheveux. Elle était parfaite, ses longues jambes lisses, ses fesses fermes serrées par son short, son dos souple, son ventre ferme, ses seins fermes, ses bras définis, elle le regarda dans le miroir et lui fit un sourire,

"Vous profitez de la vue, M. Anders?"

Joe hocha la tête,

"Beaucoup."

Elle a fini avec ses cheveux, a enfilé son t-shirt et son maillot, suivis de son jean, de ses chaussettes et de ses bottes, puis elle a enfilé le maillot de Joe, tirant ses cheveux pour qu'ils tombent sur son dos. Elle se regarda, se tournant d'abord vers la gauche, levant le pied comme pour fléchir son mollet, puis se tournant vers la droite,

"Je pense que j'ai l'air bien."

Joe rit,

"Tu es superbe et tu le sais… dis… n'est-ce pas mon deuxième maillot?"

Elle a souri,

"Oh, tu as enfin réalisé?"

Joe se souvient qu'elle portait un maillot de football le premier soir où elle l'avait coincé et l'avait essentiellement contraint à avoir des relations sexuelles avec elle. La voir dans son maillot lui fit soudain réaliser qu'elle portait un de ses vieux maillots, celui qui était rangé dans son sac de sport, il pensa qu'il était perdu et n'y repensa plus jamais.

"Ouais… mais comment?"

Elle s'est moquée,

"Quand tu as fini, tu laisses tes affaires traîner partout dans la maison, donc ce n'était pas difficile de les récupérer."

Elle le regarda avec nostalgie

«Je ne peux pas croire que même à l'époque, j'avais l'air de t'aimer plus que les autres amis d'Andy, maintenant que j'y pense, je me couchais souvent en portant ce maillot parce qu'il sentait ton odeur. J’ai toujours pensé que c’était parce que c’était si confortable.

Elle sourit et alla le chevaucher, elle se pencha pour un baiser qui dura un moment, quand elle se retira, elle passa ses doigts dans ses cheveux et l'embrassa à nouveau, murmurant doucement contre ses lèvres,

"Tu vas tellement me manquer."

Il l'embrassa une troisième fois,

"Je sais, tu vas tout autant me manquer."

Elle soupira et finit par se détacher de lui, attrapant sa brosse à dents, elle commença à se brosser les dents en le regardant dans le miroir, lui faisant un léger sourire avant de terminer. Ils quittèrent la salle de bain et se dirigèrent vers le rez-de-chaussée où une odeur d'œufs, de bacon et d'oignons frits remplissait l'air, Maryse menant apparemment plus par le nez qu'autre chose. Ils trouvèrent ses parents dans la cuisine, son père préparait des toasts et sa mère préparait toutes les saucisses, bacon et œufs avec son enthousiasme habituel. Après les salutations, Joe se dirigea vers le réfrigérateur, sortit un carton de jus d'orange et versa deux verres. Le café accompagnait le repas et il était très rare qu'il soit bu à l'avance, Maryse le savait et acceptait le jus avec plaisir. Alors qu'ils s'asseyaient, sa mère le regarda :

"J'ai entendu la machine à laver démarrer."

Avant même que Joe puisse essayer de trouver une excuse, Maryse intervint :

« J’ai renversé du jus sur sa literie la nuit dernière et je ne voulais vraiment pas partir à moins de savoir qu’elle était propre. Je ne veux pas laisser Joe dans une situation délicate alors qu’il devrait dormir.

Ses parents se regardèrent avec ce que Joe ne pouvait que décrire comme de l'étonnement et bien sûr de l'acceptation, cette explication plaçait Maryse fermement dans leurs bonnes grâces, sans parler du fait qu'elle avait dormi chez elle et qu'elle était habillée chaque fois qu'ils la voyaient. Joe savait que cela faisait encore meilleure impression sur ses parents, il pouvait voir qu'ils étaient assez… mal à l'aise à l'idée qu'il sorte avec elle, mais cela s'est transformé en une conviction ferme que les histoires sur Maryse n'étaient que des histoires. Bien sûr, s'ils savaient seulement… L'esprit de Joe grimaça à cette pensée, ils le tueraient très probablement et ce n'était que le moindre de ses soucis.

Le petit-déjeuner fut servi quelques instants plus tard et le silence s'ensuivit tandis que le repas commençait. La conversation portait principalement sur l'université et l'école et Joe pouvait voir que cela rappelait à Maryse le peu de temps qu'ils passaient ensemble. Le café a duré plus longtemps que la nourriture, Joe et Maryse se sont mis à réparer cela pendant que le reste de la vaisselle était placé dans le lave-vaisselle et que ses parents se dirigeaient vers le salon. Alors qu'elle lui tenait la main avec une tasse de café dans l'autre, Maryse le regarda quelques instants en silence puis sourit soudain :

"Quoi?"

Elle secoua légèrement la tête,

"Qui aurait pensé que j'aurais le meilleur petit-ami de tous les temps, juste parce que j'étais excitée ?"

Joe rit et prit une gorgée de son café.

"Personne probablement, je suis encore un peu choqué par le déni."

Il rit au regard d'avertissement qu'elle lui lança, elle réalisa qu'il plaisantait et elle lui sourit,

"Je dois rentrer à la maison, je sais qu'il me reste du temps, mais je dois encore emporter quelques affaires."

Joe hocha la tête,

"Je vais te raccompagner chez toi, nous avons besoin d'air frais."

Elle leva un doigt,

"La lessive"

Elle sauta rapidement de la chaise et se précipita à l'étage, Joe fut surpris qu'elle veuille réellement le faire, il réalisa qu'il ne pensait pas qu'elle voulait finir la lessive, il donna juste une excuse pour sauver sa peau. Il pensait encore à la suivre, lorsqu'il l'entendit redescendre les escaliers, elle vint s'asseoir à côté de lui et lui sourit.

"Eh bien, ça devrait être fait dans quelques minutes, maintenant tu peux me ramener à la maison, tu es un grand garçon, tu peux faire ton propre lit."

Il rit et vida sa tasse,

"C'est ce que je suis et ce que je peux faire."

Elle finit son café et ils se rendirent au salon, où elle refusa les offres de la ramener chez elle et lui fit ses adieux. Ils revinrent, les mains étroitement jointes alors qu'elle s'accrochait à lui. Elle était son ancienne personnalité joyeuse, soulignant les points de lumière, les reflets, les ombres et les oiseaux. Joe était content qu'elle soit comme ça, il était logique pour lui que leur dernière heure ensemble soit remplie de bons souvenirs et non de tristes.

En rentrant à la maison, Joe s'est retrouvé emmené vers la tanière, tandis que Maryse se faisait kidnapper par sa mère. Andy se laissa tomber sur un fauteuil et s'étira, il fit un sourire à Joe et désigna la table où se trouvaient une carafe avec de l'eau et une carafe de café.

"Maman a dit que cela devrait nous occuper assez longtemps pour rester à l'écart de Maryse pendant qu'elle finit de faire ses valises."

Joe rit et s'assit,

"Eh bien, il semble que tout fonctionne à merveille."

Andy a utilisé la télécommande pour allumer la télévision, le logo Halo attendait, il a regardé Joe et a remué les sourcils, faisant rire Joe,

"Très bien, O'Hanigan, faisons quelques tournages."

Au moment où Maryse descendit vers le salon, l'eau et le café étaient terminés, Joe était étendu sur le côté sur un fauteuil et Andy était assis à plat sur le sol, mâchant des chips qu'il avait libérées de la cuisine. Elle resta debout et regarda les deux pendant un moment, puis entra et s'assit sur le canapé.

"Salut Reese"

Elle se pencha en avant pour regarder Joe qui semblait cloué à l'écran.

"Et comment as-tu su que c'était moi?"

Il sourit et lui jeta un coup d'œil,

"Facile, j'ai vu ton reflet, seulement deux personnes dans cette maison aux cheveux blonds et je suis déjà assis."

Elle sourit et se rassit, le regardant jouer, elle devait admettre qu'elle avait des doutes à l'idée de partir, non pas qu'elle ne lui faisait pas confiance, elle lui faisait entièrement confiance, le problème était… qu'elle ne faisait pas confiance aux autres filles de l'école. . Bien sûr, elle n'a rien dit, Joe pouvait-il vraiment faire confiance aux étudiants ? Elle sourit légèrement et se pencha en arrière dans le canapé, le jeu l'ennuyait généralement, mais pour une raison quelconque, elle se retrouva légèrement intriguée et cela l'amena à poser des questions, Andy détestait l'interruption, mais laissait la réponse à Joe comme Joe semblait cela ne me dérange pas du tout de répondre à Maryse. Joe n'a réalisé l'heure qu'en jetant un coup d'œil à l'horloge murale, il ne restait presque plus de temps avant que Maryse ne parte. Il fit une pause et quand Andy se tourna pour le regarder, il sourit et lui lança le contrôleur,

"Hé, quand un homme doit dire au revoir à sa petite amie, il ferait mieux de commencer tôt."

Andy soupira et posa les contrôleurs,

"Je vais nous chercher des collations et des boissons fraîches, je te laisse tout le temps dont tu as besoin."

Maryse regarda Andy alors qu'il partait et fit un sourire à Joe,

"Eh bien, on dirait que la rupture lui a fait du bien."

Joe rit et pivota sur le siège, pour trouver Maryse perchée sur ses genoux au moment où ses jambes se retournèrent. Elle se lissa fièrement,

"Oh, regarde-moi maman, je m'ai acheté un joli nouveau perchoir."

Il rit et lui tapota les flancs de manière ludique, la faisant se tortiller et rire. Il a placé ses bras autour d'elle et l'a regardée et elle lui a souri,

"Maintenant, tu ferais mieux de te comporter, monsieur et tu ferais mieux de ne pas te blesser."

Il haussa les sourcils, faisant de son mieux pour avoir l'air surpris,

"Se comporter? Je suis l’accent de l’innocence.

Elle se moqua de manière ludique et l'embrassa, il lui rendit le doux baiser, la tenant près de lui. Ses mains reposaient sur ses joues, remontant lentement sur les côtés de sa tête et dans ses cheveux tandis que ses mains se déplaçaient lentement sur son dos. Le baiser dura ce qui semblait être une éternité, quand elle s'éloigna finalement, Joe pouvait voir une légère lueur dans ses yeux et il savait qu'il lui manquait déjà. Il la serra contre lui, la tenant fermement alors qu'elle posait sa tête sur son épaule, se blottissant contre son cou. Son souffle chaud dans son cou, ses bras enroulés autour de lui, ils restèrent assis ainsi pendant un moment alors qu'il sentait son odeur, sentant son corps se coller contre le sien. Elle bougea légèrement et leurs lèvres se rencontrèrent à nouveau, ce baiser doux et doux dura jusqu'à ce qu'Andy descende les escaliers, rompant ainsi le baiser.

"Maman dit qu'il est temps que tu prennes la route."

Avec un léger soupir, Maryse glissa des genoux de Joe et se leva, Joe jeta un coup d'œil à sa montre et il fut pris au dépourvu par le temps qui s'était écoulé. Je n’en ai jamais eu l’impression. Il se leva et Maryse s'accrocha à lui et lui prit la main, la tenant fermement alors qu'ils montaient les escaliers, elle posa sa tête contre son épaule, un léger tremblement parcourut son corps alors qu'ils sortaient et remarquèrent la Lincoln de son père. debout prêt. Joe lui serra légèrement la main et elle leva les yeux vers lui, lui faisant un léger sourire. Andy s'est approché et a sorti un stylo, il avait des plumes à une extrémité et un visage souriant sur un ressort.

"Voici un petit cadeau pour toi, sœur."

Maryse rit et prit le stylo, pointant le smiley, le faisant bouger,

"Aaaw merci petit frère, viens ici."

Elle a enveloppé Andy dans ses bras et lui a donné un énorme baiser bâclé sur la joue, Andy s'est débattu et elle l'a finalement laissé partir, il a immédiatement commencé à s'essuyer la joue,

«Eeuw Reese!»

Elle lui sourit puis se tourna vers Joe, Joe pour sa défense lui tendit une clé USB,

«J'apporte la magie des films sur une plateforme mobile.»

Elle sourit et lui prit la clé USB, enroulant ses bras autour de lui alors qu'il la serrait contre lui, elle leva la tête pour un baiser et bien sûr il l'obligea avec plaisir. Le doux baiser dura un moment, jusqu'à ce que son père s'éclaircisse la gorge,

"Prenez une chambre vous deux."

Maryse s'écarta et lança un regard noir à son père, mais celui-ci se contenta de leur sourire innocemment. Elle se retourna vers Joe et renifla, puis lui donna un rapide baiser, ouvrit la bouche pour dire quelque chose, rien n'en sortit et lui fit ensuite un autre câlin serré, avant de s'enfuir vers la voiture. Andy a dit au revoir à ses parents, tout comme Joe et ils sont partis, Maryse lui faisant un signe désespéré et Joe pouvait voir des larmes sur ses joues. C'était comme si son cœur était parti avec elle… mais il était presque sûr que c'était comme ça que c'était censé se sentir, n'est-ce pas ? Il déglutit en regardant la voiture prendre un virage, puis il sursauta quand Andy lui tapota le côté.

"Viens, j'ai exactement ce qu'il te faut pour te changer les idées."

Joe cligna des yeux et suivit Andy, pour une raison quelconque, il n'était pas très sûr de ce qu'il ressentait, mais il n'appréciait pas du tout ça. Au moins, Andy semblait comprendre cela alors qu'il faisait de son mieux pour distraire Joe, ses blagues et finalement sa douce réprimande pendant qu'ils jouaient au jeu et Joe manquait pas mal de points. Joe rit à cela et décida d'aider Andy à jouer et malgré lui, il découvrit qu'il appréciait ça de plus en plus, le chocolat chaud, les biscuits et les chips allègent encore plus l'ambiance et même si cela ne lui sortait pas de l'esprit, Joe se sentait mieux. après un certain temps.

Ils ont fait une pause après quelques heures et Andy leur a préparé encore du chocolat chaud, Joe l'a suivi jusqu'à la cuisine et ils ont discuté de football et de la saison passée. Andy tendit à Joe la tasse avec du liquide fumant puis sortit un autre paquet de biscuits au gingembre, Joe leva la main,

"Whoa whoa, j'en avais déjà assez."

Andy lui sourit,

"C'est pour moi."

Joe rit et secoua simplement la tête, Andy attrapa sa tasse et claqua des doigts avant de prendre sa tasse,

"Avez-vous entendu qui est derrière?"

Joe secoua la tête,

«Grâce Levi…»

Joe fronça les sourcils,

"Qui c'est?"

Andy a failli laisser tomber son paquet de cookies,

« Tu ne te souviens vraiment pas d'elle ? Cette rousse qui est devenue tellement gaga de toi en septième année.

Joe se souvint soudain d'elle, à l'époque c'était très ennuyeux, il remarquait à peine les filles et celle-ci l'aimait beaucoup. D'après ce dont il se souvenait, elle était plutôt jolie, même pour une élève de septième, cheveux roux, yeux bleu bleuet, grande et elle commençait à se remplir aux bons endroits. Sa famille a déménagé en juillet et il n’a plus eu de nouvelles d’aucun d’entre eux, enfin jusqu’à maintenant.

« Et c'est important, pourquoi ? »

Andy haussa les épaules.

"Je ne sais pas, je viens juste de m'en souvenir maintenant."

Joe rit et secoua la tête alors qu'ils retournaient tous les deux vers la tanière, la friandise presque oubliée. Cela ne lui revint que plus tard, alors qu'il était au lit, regardant les ombres sur son plafond, se demandant ce que Maryse faisait et ce qui ramenait Grace Levi en ville. Les derniers jours étaient passés entre l'entraînement et les sorties avec Andy, de temps en temps Maryse lui envoyait des SMS, mais les conversations ne duraient jamais longtemps. Le premier jour d'école était la maison de fous habituelle, de nouveaux professeurs, de nouvelles salles de classe et de nouveaux livres. Heureusement, Joe et Andy ont suivi les mêmes cours, donc ils se sont retrouvés ensemble dans la plupart des cours. Pendant la pause, Joe était assis à la cafétéria, attendant qu'Andy le rejoigne, la table était vide pour le moment, mais il était sûr qu'une fois que les gars du football seraient arrivés, la table se remplirait rapidement. Une silhouette s'est assise à côté de lui et il s'est retourné pour plaisanter avec Andy en disant que cela avait pris beaucoup plus vite qu'il ne le pensait, au lieu de cela, il s'est retrouvé à regarder dans une paire d'yeux bleu bleuet, bordés de mascara épais.

"Bonjour Joe"

Joe cligna des yeux et se pencha en arrière, des cheveux noirs encadraient son visage frêle, un nez fin se terminait au-dessus de lèvres charnues colorées de rouge à lèvres noir, des piercings en forme de morsure de serpent brisaient le noir avec des paillettes d'argent et autour de son cou se trouvaient plusieurs lanières qui disparaissaient sous son t-shirt noir. chemise. Elle le regarda attentivement, presque comme si elle osait ou essayait de le forcer à dire quelque chose, mais il était évident qui elle était.

« Salut Grâce »

Ses dents brillaient de blanc entre ses lèvres sombres,

"Je suis content que tu te souviennes de moi, ici."

Elle plaça un carré de papier photo à côté de son assiette et se leva, il réalisa finalement qu'elle portait un t-shirt Rob Zombie, ainsi qu'un jean noir et des bottes à talons épais. Les bottes avaient des crânes argentés sur les boucles et des embouts argentés, Grace secoua la tête et Joe remarqua pour la première fois que ses cheveux étaient beaucoup plus longs qu'il ne l'avait d'abord pensé. Puis elle s'est dirigée vers le groupe de Goths, il s'est occupé d'elle en fronçant les sourcils, puis il a ramassé le papier et l'a retourné.

C'était une photo très claire de lui… une photo de lui et Maryse dans sa chambre, en train de faire l'amour. Il cligna des yeux devant la photo et la retourna à nouveau, il n'y avait pas de mots, mais il était tout à fait certain qu'aucun mot n'était nécessaire, la personne qui tenait une photo comme celle-ci pouvait pratiquement faire tout ce qu'elle voulait. Il se tourna et regarda Grace, elle le regardait avec un niveau d'intensité qui aurait dû lui faire peur, un sourire s'étala sur son visage et elle lui fit un petit mouvement de doigts. Il se retourna pour faire face à la table et glissa la photo dans sa poche… il était tellement foutu.

Articles similaires

Une tribu pour Téthys, partie 2, chapitre 10

Une tribu pour Téthys : 2e partie Chapitre 10 : Megan, voici Hera ! Megan est silencieuse pendant la majeure partie du chemin du retour à mon appartement après que nous ayons quitté la maison de Carl, et bien que je sois curieux de savoir ce qu'elle pense, c'est aussi l'occasion pour moi d'examiner certaines de mes propres pensées. Beaucoup de choses ont changé, pour nous tous, en très peu de temps. Nous avons laissé Sonia avec Carl, il a promis de la ramener à la maison une fois qu'ils auront terminé le dernier de leur accord commercial. Carl conclut un contrat...

492 Des vues

Likes 0

Holli et une voile du soir

Holli m'a rencontré au bout du quai… et mon cœur a raté un battement lorsqu'elle s'est glissée dans ma vue. Elle était habillée pour une soirée à bord de mon bateau - de simples sandales de pont, un joli haut bleu pâle et une paire de shorts kaki très confortables se balançaient facilement sur ses courbes, faisant allusion à ce qu'elle avait à partager en dessous. Mesurant 5 pieds 9 pouces avec des cheveux blonds, de longues jambes et un corps athlétique en forme, Holli était entrée dans mon monde par un après-midi magique que nous avons partagé sur le front...

398 Des vues

Likes 0

Aussi bon que possible III

Objectif 5 : Faire un bon jus de sperme pour moi un verre plein. C'était plutôt facile. Mais tout a une partie difficile. Voici un verre plein. Rani avait un putain de boulot à l'école. Alors elle est partie le matin vêtue d'un sari rouge tueur. J'aurais juste aimé avoir l'école. Avant de partir, elle m'a donné un verre qui servait à servir le champagne, s'est approchée de moi et a doucement tâté mon sexe. Rani :( chuchotant à mon oreille d'une voix sexy) faites-le travailler. Moi : Puis-je utiliser votre salle de peinture ??? Vous savez. Utilisez votre téléviseur. ?? Rani...

523 Des vues

Likes 0

Comment j'ai payé pour l'université

- C'est de la fiction gay. Si vous n'aimez pas lire sur les homosexuels, arrêtez de lire et ne votez pas. Si vous allez voter contre ou écrire des commentaires désagréables, critiquez ma grammaire et mon orthographe, pas le sujet - Ceci est une œuvre de fiction complète. Rien dans cette histoire ne s'est réellement produit et les gens ne sont pas réels. - Si vous tirez une charge pendant ou après avoir lu ceci, faites-moi une faveur et appuyez sur le bouton de vote positif car cela signifie que vous l'avez probablement apprécié. N'hésitez pas à m'envoyer un MP pour...

526 Des vues

Likes 0

Alice est attelée

[b]Alice se fait prendre 7 par Will Buster Comme on peut l'imaginer, une maîtresse enceinte et usée peut être assez difficile à saisir. Difficile, c'est-à-dire, à moins qu'une grosse dot n'accompagne la vigoureuse petite renarde. Alice ne faisait pas exception à cette règle sociale si répandue à la fin de l'Angleterre géorgienne. Le ventre d'Alice était maintenant épais avec un enfant en bonne santé grâce aux attentions amoureuses presque constantes de Lord Elton. Le baron du manoir de Kingston avait pleinement apprécié les deux trous serrés et réactifs d'Alice depuis des mois maintenant, mais fidèle à sa promesse, il était temps...

390 Des vues

Likes 0

Fétichisme des couches

Depuis que je suis jeune, j'ai toujours eu la fascination de porter des couches. En vieillissant, j'ai appris que je n'étais pas seul. Mais rien n'aurait pu me préparer pour la nuit où ma femme et son amie se sont jointes. J'avais avoué à ma femme mon fétichisme des couches et elle m'a dit qu'elle avait toujours voulu un plan à trois. Elle avait participé à d'innombrables efforts avec moi, alors un soir, nous avons décidé de remplir le sien et d'ajouter quelque chose pour me rendre heureux aussi. Enfin la nuit était venue, son amie Samantha arrivait en ville. Elle...

334 Des vues

Likes 0

Contrôlé par l'esprit Janice Pt. 11c

Brian était heureux d'utiliser le contrôle mental. Janice avait passé les trois derniers jours à vivre avec lui et elle devait passer encore quatre jours avec lui. L’esprit du mari et des fils de Janice avait été influencé pour qu’elle ne leur manque pas. Hier, il avait invité trois amis chez lui et tous les quatre avaient baisé plusieurs fois une Janice consentante. Sbe faisait ce qu'il voulait plus tôt dans la journée, elle avait nettoyé sa maison pour lui alors qu'elle était nue, s'arrêtant seulement pour laisser Brian la baiser dans la salle de bain. Au moment où il était...

275 Des vues

Likes 0

La vengeance d'Ambre

# TCA * Entrée C'est une histoire de vengeance et de douleur. C'est une histoire d'amour et d'affection. C'est une histoire de satisfaction et les gens obtiennent leur comeuppance. Ma petite amie Amber et moi étions membres d'un sex club. Nous aimions tous les deux aller et participer à la plupart des activités du club, mais elle refusait d'avoir des relations sexuelles avec d'autres femmes. Elle aimait regarder d'autres femmes dans le club, se faire baiser et elle aimait même regarder d'autres femmes se baiser, mais elle n'était jamais capable de manger la chatte elle-même. J'étais perplexe et je lui ai...

1.5K Des vues

Likes 0

La vie de Jen - Chapitre six - Première partie

La vie de Jen – Chapitre 6 – Première partie Diverses choses me restent à l'esprit – et mes vacances annuelles étaient généralement mouvementées. Une année, mes parents ont décidé de louer une villa à Corfou pendant 2 semaines, et mon grand-père et mon oncle y ont été invités. Dans l'avion, je devais m'asseoir entre mon grand-père et mon oncle – et mes parents étaient assis de l'autre côté. Mon grand-père a mis mon manteau sur mes genoux - et a rapidement écarté ma jupe, tirant ma culotte sur le côté et a poussé un doigt directement en moi, j'ai haleté...

1.3K Des vues

Likes 0

Aller loin

Quand je glisse ma main entre tes jambes et que je dis Ceci est à moi, sommes-nous clairs. Le sexe n'est pas la réponse. Le sexe est la question. Oui est la réponse. Nicole m'a repéré dans la file d'attente à la réception de mariage de sa sœur. Là, je me démarque comme si je venais de sortir de GQ. Je me dirige lentement vers elle. Nicole retint son souffle. Elle devait me rencontrer. Nicole regarda autour d'elle. Elle m'a repéré de l'autre côté de la piscine. J'ai regardé vers la fin de la cinquantaine. Je suis plus grand que n'importe...

624 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.