Invisible Girl (Une romance érotique), Pt. 1 1

339Report
Invisible Girl (Une romance érotique), Pt. 1 1

PROLOGUE : Printemps 1965

Elle avait commencé à se considérer comme la Fille Invisible.

Elle avait eu des amis : des enfants avec qui elle avait grandi, qui passaient leurs années scolaires ensemble à Ridgeton, dans la banlieue de Boston, reliés par les fils infinis et complexes d’expériences partagées dans leur petit monde. Et beaucoup d’entre eux avaient poursuivi leurs études pendant deux ans au collège communautaire local, tout comme elle. Mais d'une manière ou d'une autre, entre l'école primaire et sa première année d'université, c'était comme si un sortilège, agissant si lentement qu'il était imperceptible, les avait tous éloignés les uns des autres, ou du moins d'elle, les fils devenaient aussi fragiles. comme une toile d'araignée.

Elle les voyait toujours à l'école, était assise dans les mêmes classes, avait de petites conversations avec eux dans le couloir ou au déjeuner, mais ils semblaient être des étrangers – des étrangers qui, d'une manière ou d'une autre, avaient les mêmes souvenirs qu'elle. Elle ne savait plus ce qu'ils ressentaient rien qu'en les regardant, n'avait plus la connaissance de leurs goûts et de leurs aversions à portée de main, et elle pouvait dire qu'elle était devenue impénétrable pour eux. Ils l'ont reconnue. Ils lui ont parlé. Mais ils ne l'ont pas vue.

Et elle était certainement invisible pour tout le monde. C’était une élève moyenne, calme, qui faisait ses devoirs et répondait lorsqu’on lui demandait, mais ne faisait rien qui puisse attirer particulièrement l’attention d’un professeur.

Son apparence aussi, sentait-elle, la rendait aussi invisible qu'elle pouvait l'être tout en ayant toujours un visage. Elle portait ses cheveux bruns en longues franges qui descendaient de chaque côté de son visage, et elle pensait que quiconque regarderait au-delà ne verrait que ses lunettes. Ou, si par hasard elle souriait, son appareil dentaire, embarrassant à son âge. Elle n'avait aucun sens vestimentaire, ayant tendance à porter des robes informes sans couleur particulière. Elle était encore de petite taille et mince. Elle n’appartenait à aucun club ou organisation bénévole. Elle est allée à l'école, elle est rentrée chez elle.

Là aussi, elle commençait à se sentir invisible. Ses parents l'aimaient, supposait-elle, mais étaient préoccupés. Son père, autrefois membre prospère d'un grand cabinet d'avocats de Boston, avait été licencié lorsque ses problèmes d'alcool l'avaient rattrapé et gagnait désormais sa vie localement en faisant du droit immobilier, des testaments ou tout ce qui lui tombait sous la main. Une fois chez lui, il était introspectif, comme s’il cherchait à retenir quelque chose en lui. Il était maintenant chez les Alcooliques Anonymes, sobre pendant une bonne partie de sa deuxième année, mais il avait auparavant causé beaucoup de dégâts émotionnels à sa femme et à sa fille. Un jour, il avait pris en aversion la frange de sa fille et l'avait forcée à s'asseoir sur une chaise pendant qu'il la coupait avec des ciseaux, sa main hésitante laissant une frange déchiquetée et laide sur son front. Il a fallu la forcer à aller à l'école le lendemain ; et depuis lors, elle avait marché le visage baissé, les épaules affaissées.

Sa mère était restée aux côtés de son mari, à peine. Elle fréquentait maintenant ses AA. des réunions avec lui, et ils sont également allés chez un conseiller matrimonial deux fois par mois, contre une fois par semaine au début de sa sobriété. Mais dans les moments difficiles, elle avait ressenti le besoin de gagner sa vie et avait accepté un emploi de secrétaire, ce qui s'est avéré être une bonne chose lorsque les revenus de son mari ont soudainement chuté à un petit pourcentage de ce qu'ils étaient auparavant. Ils arrivaient à joindre les deux bouts, mais il leur restait peu d'argent pour le luxe. Elle était également socialement active, aidant à son groupe religieux et aux fonctions locales du Parti démocrate. Elle s'occupait de sa fille du mieux qu'elle pouvait, mais elle semblait toujours ressentir un malaise persistant lorsqu'elle était à la maison, un vestige des mauvais moments qui la rendaient agitée et lui donnaient envie d'être ailleurs. Avant que quelque chose n’arrive.

Pour sa fille, les attentions de sa mère semblaient bien intentionnées mais en quelque sorte superficielles, comme si sa fille n’était qu’un élément sur une liste de contrôle. Elle lui posait des questions sur sa journée à l'école et semblait prêter attention à sa réponse, et pourtant non, comme si dans une partie de son esprit elle révisait l'agenda de la journée, sans vraiment voir la fille en face d'elle.

La fille invisible.

Mais être invisible n’était pas sans avantages, avait-elle découvert. Les petites choses qu'elle voulait et pour lesquelles il n'y avait pas d'argent pouvaient disparaître des étagères d'un magasin et réapparaître à l'extérieur.

Et elle a trouvé des moyens de se procurer de l’argent pour des choses qu’elle voulait et qui étaient trop grandes ou trop bien protégées pour être volées. Elle a commencé à assister aux activités scolaires qu'elle avait jusqu'alors évitées, les danses et les événements sportifs. Ses parents, dans la mesure où ils l'avaient remarqué, étaient probablement soulagés que leur fille commence à s'intéresser à une vie sociale, sans se rendre compte que la Fille Invisible ne s'intéressait qu'aux sacs à main et aux poches de manteau laissés sans surveillance.

Les autorités scolaires ont finalement commencé à parler d’une « vague de criminalité » et à rappeler aux élèves de veiller à leurs affaires lors d’événements publics. Mais à ce moment-là, elle avait perfectionné son invisibilité jusqu'à ce que même les plus méfiants et prudents ne soient plus à la hauteur de ses pouvoirs. L'argent a simplement disparu de leurs poches et est réapparu dans la sienne. En fait, après un certain temps, elle a arrêté d'acheter beaucoup de choses et a simplement stocké l'argent dans la couture déchirée d'un vieux jouet en peluche dans son placard. Mais la Fille Invisible a continué ses prédations.

Les semaines passèrent. Un samedi soir, à la fin du printemps, elle assistait à un bal de l'école et se frayait un chemin dans le vestiaire. Il était censé y avoir un professeur de service, mais la Fille Invisible savait lesquels prenaient des pauses cigarettes lorsque les choses allaient lentement et se contentait de traîner, invisiblement, jusqu'à ce qu'elle aperçoive le professeur se dirigeant vers la sortie, puis tendit la main par-dessus le rebord de la porte hollandaise et se laissa entrer. Et même si la prof revenait un peu plus tôt que prévu, eh bien, elle avait juste oublié où elle avait accroché son manteau. Cela arrive à n'importe qui.

Les choix étaient un peu plus minces qu'auparavant, mais beaucoup de filles ne prenaient tout simplement pas la peine de garder leur sac à main avec elles pendant qu'elles dansaient. Elle parcourut les murs, vérifiant les sacs à main et tâtant les manteaux à la recherche de bosses potentiellement intéressantes. Il y avait le manteau de Mira Barnstable, un vêtement rouge vif et satiné, comme il sied à la fille la plus riche de l’école. Il n’y avait qu’un seul manteau comme celui-là en ville. Avait-elle oublié son sac à main ? Pas si mal. Mais ces poches méritaient d’être étudiées. Elle y glissa la main, la trouvant étonnamment profonde… mais vide.

Elle venait juste de fouiller dans l'autre, la poche atteignant presque la moitié de son bras, quand quelque chose dans le coin de son œil la fit se retourner vers la porte. Il y avait un garçon là-bas ; elle le connaissait, savait qu'il était étudiant en deuxième année même si elle ne se souvenait pas de son nom. Il s'accoudait au rebord de la porte et regardait à l'intérieur.

Chez elle. Elle pensait qu'elle se tenait debout de manière à ce qu'il ne puisse pas voir sa main dans la poche de Mira, mais elle n'en était pas sûre.

Ils se regardèrent un moment en silence. Puis, sans un mot, il se redressa, retira ses bras du rebord et s'éloigna.



Allait-il trouver un professeur ? Avait-il vu ? Ou était-elle toujours la Fille Invisible ? Elle attendit, tendue, de voir s'il reviendrait.

Après quelques minutes atroces, alors que rien ne se passait, elle est partie.

Mais elle ne se sentait plus aussi invisible qu’avant.

Chapitre un

Il l'avait vue; elle s'en rendit compte dès qu'elle le vit attendre devant son dernier cours de la journée, appuyé avec une apparente désinvolture contre le mur. Comment avait-il su où elle serait ? Il lui lança un simple coup d'œil alors qu'elle passait, certainement pas plus qu'un garçon de deuxième année n'aurait normalement donné à une petite fille de première année sourise avec des lunettes, un appareil dentaire et de mauvais vêtements, mais il y avait une connaissance dans ce regard qui le confirmait. .



Il savait.

Mais pourquoi n’avait-il rien dit au bal ? S’il le disait à quelqu’un, oh mon Dieu, elle serait au moins suspendue, ou peut-être arrêtée ! Ses genoux étaient comme de la gelée alors qu'elle continuait à parcourir le couloir, imaginant la honte : marcher dans les couloirs, s'asseoir en classe, sachant que tout le monde savait ce qu'elle était. Si jamais elle était autorisée à revenir, bien sûr.

En tournant au coin, elle se retourna. Et je l'ai vu. Maintenant, il la regardait directement – ​​il marchait vers elle !

Elle a paniqué, s'est précipitée dans le couloir et s'est dirigée vers la salle de bain pour reprendre son souffle. Heureusement, c'était vide, tout le monde s'était précipité après l'école en cet après-midi ensoleillé.

Elle se tenait devant l'un des lavabos et se regardait dans le miroir. Ses yeux étaient écarquillés derrière ses lunettes, sa respiration trop rapide. Elle essaya de se calmer. Peut-être qu’il ne le dirait pas ; il semblait être un garçon assez gentil, d'après ce qu'elle pouvait dire, étant donné qu'ils vivaient pratiquement dans des univers différents. Elle était certaine qu'il ne l'avait jamais remarquée auparavant… avant de la voir… Mais s'il ne voulait pas le dire, pourquoi l'avait-il attendue, pourquoi l'avait-il regardée comme ça ? Oh mon Dieu, elle avait tellement de problèmes.



Elle se pencha en avant, laissant son front reposer contre la fraîcheur du miroir. Elle ferma les yeux.

Elle n'avait aucune idée depuis combien de temps elle était restée là comme ça lorsqu'elle entendit la porte de la salle de bain s'ouvrir. Elle se redressa rapidement et ouvrit les yeux. Et sentit son cœur s'arrêter.

Dans le miroir, derrière elle : c'était lui. Elle se tourna, haletante.

Il ne sembla pas le remarquer alors qu'il s'arrêtait et restait simplement là à la regarder, les mains dans les poches, un beau garçon qu'elle avait parfois admiré de loin. Il semblait détendu, comme si sa simple présence ne commettait pas une grave violation des règles. Un garçon dans les toilettes des filles ! Mais il n’y avait personne autour, et il savait visiblement qu’elle n’était pas en position de le dénoncer.

Il la regarda longuement pour lui faire savoir qu'il comprenait la situation, puis dit : "Bonjour, Jane." Il connaissait son nom ! « Vous aimez certainement jouer à cache-cache, n'est-ce pas ? »

Il attendit qu'elle réponde. Puis, quand il est devenu évident qu'elle était sans voix, elle a continué. « Je veux dire, tu te caches toujours, n'est-ce pas ? Si ce n’est pas la salle de bain, vous vous cachez au fond de la classe. Ou à l'arrière du bus. Ou… » Il haussa légèrement les sourcils et sembla sourire. "... dans le vestiaire." Elle haleta. « Vous passez beaucoup de temps au vestiaire. N'est-ce pas, Jane ?

Elle ne parlait toujours pas. Elle n’était pas obligée. Son visage était devenu totalement blanc et elle s'appuya contre le lavabo, se stabilisant avec ses deux mains.

"Donc, maintenant nous savons qui est le voleur légendaire." Il commença à marcher lentement vers elle. "Et jusqu'à présent, les deux seules personnes qui le savent sont toi et moi, n'est-ce pas ?"



Elle parvint à hocher la tête alors qu'il s'arrêtait devant elle, la regardant avec une expression qui était en partie amusée et en partie… elle ne savait pas quoi, mais cela lui fit frissonner le dos.

"Enlève tes lunettes."

Quoi? Pourquoi? Elle le fit, les tenant maladroitement dans ses mains alors qu'il la regardait pendant ce qui ne devait être que quelques secondes mais qui semblait durer des heures. Il était difficile de croiser son regard.



Comme ses yeux étaient bleus.



Il sembla hocher légèrement la tête, puis continua. "Hmm. Je suppose que cela signifie que nous avons tous les deux des décisions à prendre.

Elle n'avait aucune idée de ce qu'il voulait dire et il le savait. Elle a commencé à remettre ses lunettes mais il a dit : « Non. Laissez-les de côté. Elle les fouilla pendant un moment, puis les glissa dans la poche de sa robe tandis qu'il continuait. « Ma décision est simple : est-ce que je vous dénonce… ou pas ? Et je suppose, dit-il en haussant les sourcils ironiquement, que tu préférerais que je ne le fasse pas. Je ne pense pas que tu t’entendras très bien avec les autres enfants en prison », a-t-il ajouté sèchement.

Elle était si terrifiée que ses dents claquaient presque, mais elle parvint à trouver suffisamment de voix pour balbutier un petit « …non… s'il te plaît… »

Il continuait à la regarder, et maintenant un regard intense et réfléchi commençait à apparaître dans ses yeux, à mesure qu'il avançait. "Eh bien, tu seras heureux de savoir que ma décision dépendra de ta décision."

Quelle décision ? Elle le regarda, engourdie.

"Eh bien," dit-il, comme si elle posait la question à voix haute, "puisque tu es un voleur, tu devrais être puni, n'est-ce pas ?"

Elle hésita, puis hocha la tête, respirant à peine, incapable de deviner où il la menait.



Il hocha légèrement la tête en retour. "Alors préféreriez-vous être puni par l'école, et par vos parents, et peut-être par la police…" Il laissa délibérément inachevé pendant un moment, sachant qu'elle était accro. Le regard pesant devint concentré, un rayon laser, alors qu'il terminait : "Ou... par moi ?"

Au début, elle ne pouvait pas le comprendre. Punie par lui ? Elle pensait que son cœur s’était arrêté, mais maintenant il allait comme celui d’un lapin. Elle ouvrit la bouche, mais au début rien ne sortit. Puis : « …H-comment…qu-quoi… »

Il eut un sourire serré. "C'est vrai, tu n'as aucune idée de ce que je ferais et je ne vais pas te le dire. D’un autre côté, quelle que soit la punition que je vous infligerai, elle sera juste entre nous, je le promets. Personne d’autre ne le saura jamais. Alors, qu'est-ce que ça va être, Jane ? Voulez-vous être puni par eux ? Il leva le pouce par-dessus son épaule pour désigner ses parents, l'école, la police et le reste du monde. "Ou par moi?"

Son regard semblait la transpercer. Et pourtant, aussi terrifiée soit-elle, elle vit quelque chose d'inattendu dans ses yeux : l'espace d'un instant, elle sentit que son agressivité n'était qu'un semblant ; que derrière cela, il avait presque aussi peur qu'elle. Puis tout a disparu – et elle était toujours piégée.



Elle avait presque autant peur de lui que de l'alternative. Mais quel choix avait-elle réellement ? Rien de ce qu’il pourrait faire ne serait aussi grave que de rendre publics ses crimes.

Elle baissa les yeux et murmura à peine : « Toi. »

"Oh, non", s'est-il exclamé. « Il faudra faire mieux que ça. Regardez-moi."

Il tendit la main et plaça deux doigts sous son menton, ce qui provoqua un petit choc électrique. Puis il lui releva le menton pour qu'elle le regarde à nouveau directement dans les yeux. Bleu. Hypnotique.

"Maintenant, dites : 'Je mérite d'être puni.'"

Elle ne pouvait pas détourner les yeux. C’était comme si quelqu’un d’autre parlait lorsque les mots sortirent : « Je… je mérite d’être p-puni. »

Il la tenait du regard. "Je veux que tu me punisses."

"Je veux que tu… me punisses." C'était comme si elle disparaissait à ses yeux.

"Comme tu veux."

"Comme tu veux."

"Je ferai tout ce que tu me diras."

"Je ferai… tout ce que tu me diras."

"Je le jure."

"Je le jure."

Il lui relâcha le menton mais continua à la regarder profondément dans les yeux, et encore une fois, pendant un instant, ses yeux le trahirent ; elle crut y voir de la confusion, comme s'il ne s'attendait pas vraiment à son consentement et ne savait pas quoi faire ensuite. Puis le regard disparut, insaisissable comme un poisson dans les profondeurs bleues de ses yeux, et le regard contrôlant, semblable à celui d'un laser, revint.

Il continua de la tenir là pendant un moment comme s'il scellait leur contrat. Puis il se détourna d'elle et regarda la pièce pendant un moment, réfléchissant. Puis il s'est dirigé vers l'une des cabines de toilettes en disant : « Entrez ici » par-dessus son épaule.

Elle le suivit dans la cabine en métal gris et le regarda poser le couvercle des toilettes et s'asseoir dessus.

"Ferme la porte."

Elle ferma la porte derrière elle et la verrouilla, puis se tourna pour lui faire face. Cela la laissait presque à genoux avec lui, le visage au niveau de son nombril.



Pendant un long moment, il resta simplement assis là, les mains posées sur ses cuisses, la regardant, le visage illisible. Elle se remettait de son choc et commençait à se sentir très mal à l'aise.

Comment pouvait-il la punir ici ? Étrangement, elle aurait souhaité porter quelque chose de plus joli que son pull gris, son pull à col roulé côtelé blanc et ses mocassins avec des chaussettes blanches, même si elle ne savait pas pourquoi.



Le silence continua. Elle ne savait pas quoi faire de ses mains.



Plus de silence. Quand il parla enfin, elle sursauta presque.

"D'accord. Penchez-vous et saisissez votre jupe à deux mains.

Que diable ?

Cela n’a pas d’importance, se dit-elle, elle devait faire ce qu’il lui disait. Elle se pencha lentement en avant jusqu'à pouvoir saisir l'ourlet de sa jupe. Elle se retrouva à regarder ses genoux.



Et maintenant, se demanda-t-elle. Elle l’a vite découvert.

"Maintenant, redresse-toi."

Elle retint son souffle. Si elle se tenait droite, sa jupe l'accompagnerait. Pourtant, peut-être pas trop haut... Elle fit ce qu'on lui avait dit.

Elle pouvait le sentir, puis le voir la regarder alors qu'elle se tenait debout, les yeux rivés sur le rideau qui se levait de sa jupe. Lorsqu'elle fut complètement redressée, sa jupe était retroussée presque jusqu'au haut de ses cuisses. Oh mon Dieu, et si quelqu'un entrait ?

Ses mots suivants ont accru sa peur : « Continuez. »

Oh mon Dieu, il voulait qu'elle soulève sa robe ! Elle avait à peine embrassé un garçon auparavant, et il voulait… s'ils se faisaient prendre… Elle commença à secouer la tête et à baisser sa jupe.



Il se leva de son siège en un instant et se retrouva face à elle.

« Vous changez d'avis ? » demanda-t-il doucement. "Bien. À un de ces quatre…"

Il fit mine d'atteindre le loquet de la porte derrière elle. La menace était tacite mais évidente.

"Non!" haleta-t-elle, posant une main sur son poignet pour l'arrêter. «Je vais le faire… mais… mais…

"Mais quoi?"

"Mais que se passera-t-il si quelqu'un entre, s'il nous voit..." murmura-t-elle, sa voix à peine audible. "Ils penseront que je suis… une petite salope."

Il rapprocha encore plus son visage, jusqu'à ce que leurs nez se touchent presque. Quand il parlait, sa voix était étrangement douce, comme s'il regrettait qu'elle se trouve dans une situation aussi inconfortable.

"Personne ne peut nous voir ici." Son regard redevint intense. "Maintenant, décide-toi… vas-tu faire ce que je te dis ou non?"

Elle ne pouvait pas soutenir son regard. Elle baissa les yeux et parla doucement. "Fais ce que tu me dis."

"Regardez-moi."

Elle leva les yeux vers les siens.

"Même si ça veut dire être une petite salope ?"

Elle prit une inspiration rapide et haletante. "O-oui."

"Dis-le."

"Même si ça veut dire... être... une petite salope." Elle ravala les derniers mots.

«Je ne t'ai pas entendu. Es-tu une petite salope ?

Sa gorge était sèche. "Oui… je suis une petite… salope." Elle ne pouvait pas croire qu’elle regardait dans les yeux d’un garçon et qu’elle prononçait ces mots.

"Bien." Il la relâcha et se rassit. La regardant, il dit : « Maintenant. Vous ne me poserez plus de problèmes, n’est-ce pas ?

Elle était capable de respirer à nouveau, mais à peine. "Non, je ne le ferai pas."

"Bien. Très bien, nous allons recommencer. Il la regarda pensivement, puis dit : « Je vais te faciliter la tâche cette fois. Je veux que tu dises : « S’il te plaît, puis-je te montrer… ma culotte ? »

Culotte. Elle sentit son visage devenir rouge. Oh mon Dieu, que pouvait-elle faire ? Rien. Elle n'avait pas le choix. Elle baissa les yeux sur ses pieds et commença: "S'il te plaît…"

"Regardez-moi."

Elle leva les yeux vers les siens. "S'il te plaît, puis-je... te montrer... ma culotte ?"

"Oui vous pouvez. Poursuivre."

Son visage était toujours rouge alors qu'elle se penchait à nouveau lentement en avant et saisissait l'ourlet de sa jupe dans ses mains. Une fois de plus, elle se redressa lentement. Lorsqu'elle se releva, elle hésita un instant, comme si elle essayait de penser à une échappatoire de dernière minute à la situation. N'en trouvant aucun, elle continua à le regarder tout en relevant sa jupe de quelques centimètres supplémentaires.



Son regard descendit lentement de ses yeux jusqu'à l'endroit où ses mains retenaient sa jupe.

"Plus haut."

Elle baissa les yeux et regarda ses mains, apparemment involontaires, continuer à relever sa jupe jusqu'à ce que la fine bande de chair entre le bas de son col roulé et le haut de sa culotte devienne visible. Sa culotte était en coton blanc fin, à motifs de fleurs roses et bleues, très décolorées par les lavages répétés. Ils étaient garnis de petites bandes de dentelle. Oh mon Dieu, elle relevait sa robe et laissait un garçon regarder sa culotte. Elle avait tellement honte.

« Tenez-vous debout, les jambes écartées. »

Elle l'a fait et a immédiatement senti sa honte s'approfondir, car il pouvait maintenant voir le renflement entre ses jambes. Peut-être qu'il pourrait même distinguer ses contours… oh mon Dieu. Combien de temps allait-il la faire rester là comme ça ? Elle le regarda alors qu'il fixait sa culotte, semblant la savourer comme si c'était quelque chose de délicieux.



Enfin, il la regarda de nouveau. Peut-être qu'ils avaient fini, peut-être qu'elle pourrait rentrer chez elle et faire comme si tout cela n'était qu'un mauvais rêve...

"Faire demi-tour."

Elle le fit, en tenant toujours sa jupe relevée.

« Penchez-vous et touchez vos orteils. Pieds écartés.

De nouveau, elle se pencha en avant, jusqu'à ce que son visage soit au niveau de ses genoux, et se pencha pour toucher le bout de ses chaussures. Pour ce faire, elle avait dû lâcher sa jupe, donc au moins elle était à nouveau couverte, même si ses fesses étaient pratiquement devant son visage.

Son soulagement fut cependant de courte durée lorsqu'elle sentit sa jupe se soulever par derrière et remonter sur ses hanches. Elle sentit l'air moite de la salle de bain sur le dos de ses jambes. Il soulevait sa robe ! Elle faillit lâcher prise et se redressa, mais se rattrapa. Elle ne pouvait rien faire.

Oh mon Dieu, maintenant son derrière était vraiment presque devant son visage, sans parler d'elle… Oh mon Dieu, maintenant il pouvait le voir avec certitude !

Elle fut distraite de ses pensées par un contact délicat, semblable à celui d'un papillon de nuit, sur l'arrière de son genou droit, se déplaçant en cercles lents. Cela a été rejoint par un autre… puis deux autres. Quatre petits papillons, se déplaçant d'abord doucement le long de son mollet, puis remontant lentement jusqu'à son genou. Descendez lentement... puis remontez, un peu plus haut cette fois. Descendez un peu... puis lentement... un peu plus haut.

En fait, ils se sentaient très bien, ces petits papillons, même si la position dans laquelle elle se trouvait n’était pas très confortable. Mais ils se rapprochaient très près du bord de sa culotte ! Oh mon Dieu, ils étaient là ! Ils ont d'abord tracé le bord de la dentelle autour de sa hanche vers l'avant de sa cuisse, puis ont lentement commencé à reculer. Oh mon Dieu, ils glissaient sous l'élastique, ils étaient sous sa culotte !

Elle avait désespérément envie de bouger, ou au moins de crier pour s'arrêter, mais elle n'osait pas, alors qu'ils parcouraient le bas de ses fesses, se rapprochant de plus en plus d'elle… Il allait la toucher là ! Son souffle était pratiquement haletant alors qu'il… s'arrêtait.



Ses doigts ont glissé sous sa culotte, Dieu merci ! Ils hésitèrent un instant, puis continuèrent lentement leur chemin, jusqu'à ses fesses. Puis elle sentit là toute sa main, chaude, caressant paresseusement d'abord un monticule, puis l'autre, comme pour lisser les rides de sa culotte. Elle ressentit un petit choc électrique alors qu'un doigt dérivait dans la vallée entre ses joues et y appuya momentanément.



La main a ensuite continué vers le haut, glissant d'abord vers le haut et sous son col roulé - encore une fois cette chaleur, maintenant sur le bas de son dos, puis redescendant, cette fois se réduisant à nouveau à un petit contact de papillon, traçant tantôt le haut de sa culotte, tantôt glissant. -oh mon Dieu-sous l'élastique. Oh non, il ne pouvait pas, il ne baisserait pas sa culotte, n'est-ce pas ? Elle mourrait de honte.



Mais non : le doigt semblait ramasser l'étoffe comme s'il allait remonter sa culotte. Il les tirait plus fort – elle pouvait les sentir tirer entre ses joues – et plus fort ! Ils commençaient à… oh mon dieu, elle pouvait sentir la pression sur elle… oh mon dieu, oh mon dieu, oh….

La pression s'est progressivement atténuée à mesure qu'il retirait sa main. Elle sentit sa culotte se desserrer légèrement. Dieu merci. Maintenant, ils avaient fini, elle en était sûre.

"Très bien… levez-vous et faites-moi face."

Elle le fit, soulagée de sentir sa robe se remettre en place. Elle a dit : « S'il vous plaît, avons-nous fini ? Puis-je rentrer à la maison maintenant ?

Il secoua la tête et répondit : « Mm-mm », avec autant de désinvolture que si elle venait de lui demander s'il connaissait l'heure.



Il se pencha soudainement en avant et la prit par les poignets, la regardant dans les yeux. « Vous ne comprenez pas encore, n’est-ce pas ? A partir de maintenant tu es mon esclave.

Jane sentit un choc de glace dans son estomac et sa bouche s'ouvrit de consternation.

Il la relâcha et se rassit. «Je pense que vous avez besoin d'un petit examen. Que dois-tu faire?"

Elle déglutit et se força à prononcer ces mots. "Quoi que tu me dises."

Il acquiesca. « Mm-hm. Alors qu'est-ce que tu es ?

Oh mon Dieu, il a raison, pensa-t-elle.

"Je suis ton esclave?" Elle l’a formulé comme une question, même si elle savait que ce n’était pas le cas.

Il hocha de nouveau la tête, comme pour l'encourager. «C'est vrai… esclave. Et qu’est-ce que tu es d’autre ?

Son esprit est devenu vide. Puis elle s'est souvenue. "Je suis... une petite... salope."

Oh mon Dieu.

"Très bien. Donc ça veut dire qu'à partir de maintenant tu es ma petite salope, non ?

Il sembla à Jane qu'il retenait son souffle en attendant sa réponse, mais elle ne savait pas pourquoi. Il savait qu’elle n’avait pas le choix, n’est-ce pas ?

Encore une fois, elle se força à parler. "O-oui." Elle commença à baisser les yeux avec embarras mais se rattrapa à temps. "Je suis ta petite salope."

C'était encore là : ses yeux s'écarquillèrent, juste l'espace d'un instant. Comme s’il ne pouvait pas croire ce qui se passait, pas plus qu’elle. Puis c'est parti.

Il hocha la tête une troisième fois. "Bien. N’oubliez pas.

Il la tint à nouveau dans son regard. "Maintenant, esclave, je veux que tu dises : 'S'il te plaît, puis-je..." il observa son visage alors qu'il concluait, "enlever ma robe pour toi ?"

Jane, choquée malgré tout ce qui s'était déjà passé, ouvrit la bouche pour argumenter, pour plaider

.

Ses yeux brillèrent et il commença à se lever. Immédiatement, elle se tut.



Au bout d'un moment, il reprit lentement sa place. « Tu étais sur le point de dire quelque chose, esclave ?

Eh bien, pensa-t-elle, il a déjà vu ma culotte, quelle différence cela peut-il faire maintenant ?



Elle inspira lentement et expira. "S'il te plaît… puis-je enlever ma robe pour toi?"

"Vous pouvez." Il s'appuya contre le mur et la regarda comme s'il attendait le début d'un film.

Elle passa les deux mains derrière son cou pour détacher et commencer à décompresser son pull, puis tendit la main derrière elle pour terminer le travail, le regardant tout le temps. Puis elle abaissa lentement d'abord une épaule de la robe, puis l'autre. Elle sortit ses bras des trous des manches. Le devant de sa robe pendait désormais sous sa taille. Elle s'arrêta un instant, comme pour réfléchir, puis tira sur la taille de sa robe, qui glissa lentement sur ses hanches et s'effondra à ses pieds. Elle se tenait les bras le long du corps.

Même si elle n’était pas vraiment plus exposée qu’avant, elle avait certainement l’impression de l’être. D'autant plus que les contours de ses petits seins étaient désormais bien visibles sous son col roulé, comme il l'avait bien remarqué.

Il se pencha en avant, les coudes sur les genoux. "Très bien. Voyons maintenant si vous avez appris quelque chose. Selon vous, quelle devrait être votre prochaine question ? »

Elle n’eut pas besoin d’y penser longtemps, et elle savait désormais qu’il n’y avait aucun moyen de l’éviter. "S'il te plaît, puis-je enlever mon pull pour toi ?"

Il lui fit un mince sourire d'approbation. « Très bien, esclave. Vous pouvez."

Elle n’a pas perdu de temps pour retarder l’inévitable. Elle croisa les bras devant elle et passa le col roulé par-dessus sa tête d'un seul mouvement fluide, le laissant tomber sur le sol à côté d'elle. Son soutien-gorge était assorti à sa culotte, et elle en était vaguement heureuse. Pas pire qu'un maillot de bain, se dit-elle désespérément, laissant tomber ses mains sur ses côtés.

Il la regarda un long moment sans parler.

Elle avait été trop bouleversée auparavant pour le remarquer, mais maintenant elle se rendit compte que sa respiration était également instable. Et là, encore : quelque chose dans ses yeux… qu'est-ce que c'était ?

Puis tout disparut pendant qu'il parlait. « Tenez-vous debout, les pieds écartés et mettez vos mains derrière la tête. »

Elle l'a fait et a immédiatement pris conscience de la façon dont cette position rendait ses seins plus proéminents, et encore plus consciente qu'il le savait. Il les regardait maintenant – son regard ressemblait presque à un contact alors qu'il descendait lentement de son visage à ses seins, le long de sa taille pour s'attarder sur sa culotte pendant un moment, puis remontait tout aussi lentement.

Il se pencha à nouveau en arrière, comme pour contempler la situation dans son ensemble.

"Ferme tes yeux."

Elle l'a fait. Rien ne s'est produit pendant un instant. Dans l’obscurité derrière ses yeux, elle prit conscience de sons et d’odeurs : le faible bourdonnement du système de ventilation, les gargouillis des tuyaux, l’odeur désinfectante de la salle de bain, la sensation de chaleur croissante près de son ventre…

Lorsqu'elle sentit sa main là, elle sursauta et commença par inadvertance à ouvrir les yeux, puis à les refermer, espérant qu'il ne l'avait pas remarqué.



Maintenant, tout le reste, les sons et les odeurs, disparurent, ne laissant que la sensation de sa main, chaude – chaude ! – sur son ventre.



Pendant un instant, il resta simplement là, couvrant son nombril. Puis il commença à bouger, ne faisant d'abord que le plus petit des cercles, qui devinrent progressivement de plus en plus larges jusqu'à ce que sa main fasse le tour de tout son abdomen, mais lentement… si lentement.

C’était vraiment merveilleux, admet-elle, même si elle ne devrait vraiment pas le permettre. Tellement apaisant, après avoir été si effrayée et bouleversée.

Elle se sentit se détendre un peu, sa tête tombant légèrement en arrière. Elle dut se retenir de soupirer bruyamment. Et cela semblait presque naturel lorsque le lent cercle de chaleur continuait de s'élever jusqu'à recouvrir son sein gauche, le caressant et le moulant à travers le mince tissu de son soutien-gorge.

Oh mon Dieu, elle était vraiment une petite salope, non seulement laissant ce garçon qu'elle connaissait à peine la toucher comme ça, mais en appréciant cela. Oh, mais elle ne devrait pas apprécier ça, elle ne devrait pas le lui faire savoir. Pouvait-il entendre son souffle rauque entrant et sortant de sa bouche ? Il ne fallait pas lui laisser penser qu’elle le laissait faire pour une autre raison que parce qu’elle y était obligée. Ca c'était quoi? Il y avait une sensation de picotement, presque d'éclatement, au bout de sa poitrine.

Oh mon Dieu, mon téton devient dur ! Peut-être qu’il ne le verra pas à travers mon soutien-gorge ! Ne le laisse pas le voir, ne le laisse pas le voir…

Mais lorsqu’elle sentit son mamelon doucement mais fermement saisi entre deux doigts, elle ne put s’en empêcher : elle haleta. Et puis elle sentit son autre main sur son sein droit, faisant la même chose : le presser, le modeler, encercler le mamelon jusqu'à ce qu'il ressorte à son tour, puis le saisir, le pincer et le tirer doucement au rythme de l'autre.

Ses seins étaient pleins de chaleur, comme de petits volcans, et elle avait l'impression que ses mamelons devaient être brûlants. Et maintenant, elle sentait une autre chaleur, une chaleur différente, fondante et liquide, quelque part en dessous.

Entre ses jambes. Il semblait grandir, s'étendre dans son ventre, ses hanches… Oh mon Dieu, elle pouvait à peine se tenir debout, ses jambes cédaient. Un gémissement s'échappa de ses lèvres…

Immédiatement, tout s'est arrêté. Ses seins furent soudainement froids alors que ses mains lui furent retirées. Ses yeux s'ouvrirent brusquement et elle se leva, essayant désespérément de respirer normalement, alors qu'il se penchait en arrière et la regardait, croisant les bras ce faisant.

« Tu es vraiment une mauvaise petite fille, n'est-ce pas ? Tu voles des choses, tu te déshabilles devant un garçon… »

Comme si c'était son idée !

"Et maintenant… ça." Il déplia lentement ses bras puis pointa entre ses jambes.

Elle baissa les yeux, les mains toujours derrière la tête. Il y avait une tache sombre et humide entre ses jambes, s'étendant sur plusieurs centimètres vers le haut en demi-cercle. Elle avait mouillé sa culotte, et juste devant lui !

Elle haleta, "Oh!"

Elle ne pouvait pas se contrôler ; elle a serré ses genoux et s'est penchée en avant, couvrant son visage avec ses mains, essayant de ne pas pleurer. Mais alors même qu’elle s’effondrait de honte, une infime partie de son esprit se demandait qu’elle ne s’était pas remarquée en train de faire pipi… et qu’il n’y avait pas d’odeur de pipi ! Mais qu'est-ce que cela pourrait être d'autre ?

Il attendit une minute ou deux jusqu'à ce qu'il la sente commencer à se ressaisir, puis dit : « Très bien, ça suffit. Retournez à votre position.

Oh, n'avait-il pas encore fini ?

"Oh, s'il te plaît, ma culotte..."

« Sont mouillés. Et nous sommes sur le point de nous en occuper. Retourne à ta position, esclave.

Reniflant un peu, elle obéit lentement et se releva de nouveau, les mains derrière la tête et les pieds écartés. Elle pouvait encore sentir la zone humide et rafraîchissante entre ses jambes et sentait son visage brûler de honte, qui ne faisait que s'approfondir lorsqu'elle le voyait continuer à regarder là-bas.

“Oh yes,” he said, nodding as if to himself, “only very bad little girls wet their panties like that.” He looked up at her. "Droite?"

“Yes,” she whispered.

“So that makes you a very bad little girl, doesn’t it?”

She felt tears starting in her eyes, and shut them tightly as she quavered, “Y-yes.”

“Open your eyes. Look at me.”

She did, still feeling the tears at the corners of her eyes.

He continued, “Yes...what?”

She felt a tear running down one cheek, then a second one on the other. “Yes—I...” She gulped. “I’m...I’m a very bad little girl.” She felt a tear drip from the side of her face and land on her shoulder.

“For wetting my panties,” he prompted her.

“For...w-wetting my, my p-p-panties.” Her lips were quivering so badly that she could hardly speak, and the tears now ran freely down her face.

“Say it again.”

“I’m a...a very...b-bad...little...little...girl.... For...w-w-wetting...” She began to sob, gasping for breath. “Wetting my...wetting my pa-an-an-ties!”, she whimpered.



She could never have imagined such complete humiliation in her worst nightmares. Here she was, standing in a bathroom stall, crying like a baby, standing in front of a boy while wearing nothing but her undies, a big wet stain on her panties plainly visible between her spread legs. She wished the floor would open and swallow her up.

But she stayed in her position.

He watched her in silence for a moment. Then he said, quietly, “Do you know what happens to bad little girls?”

She was speechless, her mind numb with shame. She managed to shake her head slightly as she continued to sob.

“Give me your hands.”

She slowly removed her hands from behind her head and held them out to him. He took one wrist in each of his hands and drew her slowly toward him. He continued to pull her, now past his knees, as if he wanted her to sit next to him, even though there was no way she could do so.

Then he gave her arms a sudden pull and she fell, sprawling face down across his lap, her head almost hitting the wall as her legs slid under the partition in the other direction. He pinned her there with his left arm.

Then he leaned down and whispered into her ear, “This is what happens to bad little girls.”

She hadn’t even recovered from the shock of falling across his lap when the first blow landed on her behind—a heavy, open-handed slap.

Oh god, how it stung! Her tears were forgotten instantly and she opened her mouth to scream, but before she could he covered her mouth with his left hand.

“Shhh”, he said. She heard him unrolling toilet paper with his other hand, and before she knew what was happening he had uncovered her mouth and stuffed in a huge wad of it. Then he pinned her hands behind her back with his left hand.



There was silence. Five seconds. Ten seconds...

The second blow fell even harder than the first. Her behind felt as if it had been stung simultaneously by a hundred bees. She writhed in his lap and tried again to scream, but all that came out was a muffled, “Nnnnnn!’

A third blow. An agonizing pause. Another blow. Each time, her back would arch, and she would kick her feet and try to scream, but to no avail.

“NNNnnnn!”

Waiting for the next blow was worse than receiving it—never knowing when it would arrive until it exploded on her backside.

Her behind was on fire, it was burning! And with each blow the fire seemed to burn its way a little deeper inside her. In fact the blows really weren’t as bad as the waiting; the heat inside felt almost...pleasant. Almost like the warmth she had felt earlier, that melting, liquid....

SMACK!

“NNNnnnnNN!”

By the time the tenth blow had landed, her tears were gone, as she needed every bit of concentration just to breathe. Then she felt her hands being released, and he helped her to her feet.

“Stand over there and take that stuff out of your mouth.”

She stood in front of him again and removed the paper from her mouth, wiping her face and nose before dropping it on the floor beside her. Without being told she raised her hands behind her head.

Her behind felt as if it received a ferocious sunburn. She looked at him and saw that he was now sweating profusely as well as breathing heavily as he looked up at her and spoke.

“Now. Are you sorry you were such a bad little girl?”

"Oui. I-I’m sorry I was such a bad little girl.”

"Bien. Of course, you still have a lot to make up for—that was just for wetting your panties.”

She didn’t dare look down, but somehow it seemed as though her panties were even wetter than they were before—almost dripping...

Non! Don’t think about it!

He continued, “There’s something I want you to do.” He looked at her carefully, as if trying to judge her response. “If you do as you’re told…then you’ll be done.”

Done! Jane started to take a deep breath, imagining the nightmare almost over, but then he added, “For today.”

Her face fell, but only slightly. She would be free for the rest of the day, and the weekend! Visions of a hot bath rose up in her mind. Then to bed with a book…and lots of pillows, to sit on as well as put behind her. Heaven!

She nodded and whispered, “All right. Que voulez-vous que je fasse?"

“For starters, get down on your knees.”

By now, any thought of disobeying him was impossible. She sank to the floor amid her cast-off clothing, her knees immediately cold on the tiles. She sat back on her heels, but he said, “You’ll need to be upright for this, slave.”

She rose again to her knees. As she was doing so, he stood up—and she found herself with her nose almost touching his belt-buckle. She looked up at him, questioningly.

He met her gaze, and said, “Now I want you to say, “Please, may I undo your belt?”

Was he going to show her his underwear? Pourquoi? Peu importe.

“Please, may I undo your belt?”

“Yes, you may.”

She reached up and held on to his braided leather belt with her left hand as she pulled the end through the loop and freed it from the buckle so that they both hung loosely. She let her hands drop again to her sides and looked up at him.

“Now say, “Please, may I unbutton your pants?”

“Please, may I unbutton your pants?”

“Yes, you may.”

Again she reached up, using both hands to unbutton the top of his brown corduroys. Again she dropped her hands back to her sides and looked up.

He seemed to be smiling a little as he continued. “Now you’re going to have to work a little harder. I want you to say, “Please, may I unzip your pants?”

Well, that didn’t seem any harder. “Please, may I unzip your pants?”

“Yes, you may unzip my pants...with your teeth.”

With her teeth? Impossible! Plus, she’d have to put her face right up against the front of his pants, with him watching!

“I’m waiting...”

No choice. She had to try it. Leaving her hands at her sides she leaned forward, nuzzling her way past the hanging belt-buckle and attempting to nudge her way past the fabric that covered his fly. But she kept wobbling as she did so, almost losing her balance more than once.

“Use your hands to steady yourself.”

She placed her hands on his hips. There, that was better! Now she was able to get under the fabric with her nose, and finally, after several attempts, seize the tiny silver toggle firmly between her front teeth. She began to pull downward, breathing through her nose and praying that her braces wouldn’t get caught.



At first it was difficult, as the bulge in his pants was pressing so tightly against the zipper that it was hard to get the toggle to move. But once she had gotten it over the little hill at the top it seemed to move more smoothly. The flaps of his pants moved aside somewhat as she pulled the toggle lower, which meant that sometimes her nose brushed against his underwear, and she could smell...what? She didn’t know: sweat and something else, a warm, almost mushroomy smell. But she didn’t find it unpleasant.

As she continued to tug, and more of what was underneath became visible, she couldn’t help but be aware of the mysterious bulge, now more clearly defined as it strained against the white fabric of his underwear. It tapered slightly as it neared the top then expanded into a kind of flattened knob.

At long last she had pulled the little toggle as far down as it would go. Her neck and her jaw both ached slightly. Still holding on to his hips, she raised her head to look at him.

He was looking down at her. He said, “Good. Pull my pants the rest of the way down. With your hands.”

She did so, and now the outline of the bulge was fully revealed, standing out between his blue shirttails. She saw two smaller bulges at the bottom, one on each side. The size of the whole thing frightened her, and yet...

As if reading her thoughts, he said, “You’d like to know what’s under there, wouldn’t you?”

There was no point in denying it. She nodded, barely moving her head.

“Give me your hand.”

She did so and watched, hypnotized, as he drew it to him and pressed the palm against the middle part of the bulge, gently curling her fingers around it. It was so warm! After a moment, he began slowly moving her hand, first upward to the top of the shaft, then just as slowly down, until her hand was cupping the two smaller bulges. He squeezed her hand gently there so that her hand in turn lightly squeezed the two bulges, which seemed to move under her fingers. They felt like tiny eggs. Again he drew her hand slowly up the shaft, then down again. Et encore. Now they were both breathing through their mouths, quickly.

Oh god, she was kneeling there in her underwear with her hand right on his...

“Tell me what it is,” he said, stopping his movement but continuing to hold her hand against him.

Her mind was reeling. “It’s...is it...is it your...” What was the word? Oh mon Dieu. “P-penis?”

He smiled, briefly. “That’s right, slave. You’re touching...” He squeezed her hand around it again. “Or, almost touching, my penis. But there’s another word for it that I want you to use. The word is cock. Say it.”

She had overheard boys saying that word and knew it was filthy. Oh god, he was making her say that nasty, dirty word! While she was touching it! It was so shameful. She felt herself reddening again.

Unbidden, the tears sprang into her eyes again. Non! She wasn’t going to cry again after what happened last time. She took a breath to calm herself, then spoke, looking up into his eyes.

“C-c-cock.”

"Bien. Now say, ‘I’m touching your cock.’”

Oh mon Dieu. She would not cry again. “I’m touching...t-touching your…cock.”

“That’s right, you are. And you know what that makes you?”

Son esprit est devenu vide. “N-no.”

He leaned down to her, and, enunciating clearly, said, “A...little...slut.”

She desperately wanted not to cry, but her breath began coming in sobs again.



He continued to press her hand against him and continued, “Say it. Say, ‘I’m a little slut and I’m touching your cock.’”

Oh god, it must be true! “I’m...I’m...a little s-slut, and I’m touching…touching your cock.”

She couldn’t help it—the tears began to flow again.

"Bien. Actually, of course, you’re not really touching my

cock yet. But you’d like to, wouldn’t you?”

Non non. Pas plus.

She began to shake her head. Immediately, he let go of her hand and, placing both of his on either side of her head, tilted it back so that she was forced to look up at him.

“I said, wouldn’t you, slave?”

All right, all right...!

“Y-yes!”

He released her and she slumped back onto her heels, covering her face with her hands.

He waited for a moment, then said “Enough. Straighten up.”



She did so, her face still wet.

“Now, slave. Would you like to take out my cock?”

“Yessss....” Her voice was barely a whisper, her throat raw.

“Then you know what to ask.”

She knew. “Please, m-may I take out your cock?”

“Yes, you may. Pull the elastic out before you pull it down.”

She reached up with both hands and, terrified, grasped the elastic and pulled it out and then down, as he’d instructed, running her thumbs back to ease the elastic over his behind, her eyes closed, not daring to look. She pulled his underwear down to his ankles and remained there, her head down.

“Look at it.”

Slowly, she raised her head and opened her eyes.

The first thing she saw was a dark sack, lightly covered with brown curly hairs, that contained the two egg-like things she had touched earlier. Then above it, rising out of a nest of dark snarly hair, was the shaft, which somehow seemed even bigger now. It was pink and rose, rough and smooth, traced with bluish veins that led upward to where the skin gathered into a kind of mushroom cap.

It seemed so strange just hanging there like that, like a clumsy afterthought to his body, so unlike the way she was down there. It looked so hard, yet the skin seemed slippery and shiny, almost like a snake. She almost wanted to...

“Touch it.”

Timidly, she reached out, barely grazing the shaft with the tips of two fingers, then pulling back.

She looked up at him, waiting. He merely looked back at her.



Again she reached out, this time laying her fingers against the shaft. After a moment, she began to move them upward, feeling the strange sensation of the skin sliding along the shaft. She touched near the top where the skin gathered, and ran her index finger along the rim of the mushroom cap, looking at the oddly shaped hole in the center.

Finally, she gave into her desire and allowed her hand to circle the shaft. She squeezed it gently, the head peeping out of her fist. What a strange thing boys have!

His voice was soft, as if with wonder. “You like my cock, don’t you?”

Strangely, she did. “Yes,” she whispered. “I like your...cock.”

"Bien. You’d like to...kiss it, wouldn’t you?’

Kiss it! Oh non. Kiss his, his thing? If she hadn’t been a slut before, that would certainly do it. Still, what choice did she have, and besides his…his cock really felt kind of warm and snug in her hand. Maybe just once... And she knew what he wanted her to say.

“Please, may I...kiss your cock?”

Là. She had surprised him a little, she could tell, by not waiting to be told what to say.



But he simply replied, “Yes, you may.”

So still holding it wrapped in her hand she leaned forward and placed a soft kiss on the place where the rim of the mushroom cap rose toward the top. Then she leaned back, feeling a slight taste of salt on her tongue.

“Again.”

Well, it wasn’t so bad. Again she leaned forward, this time placing her lips gently on the very tip, before leaning back. She thought it had seemed to jump a little as she’d kissed it that time.

“Give me your hand.”

She uncurled her fingers from around his cock and extended her hand to him.

He took it in both of his hands, gently curling down the last two fingers, leaving the first two and the thumb extended. She steadied herself with her left hand on his hip.

“Now, whatever I do with your hand, you will do with my cock. Comprendre?"

No. “Yes.”

He kissed the tips of her two fingers. She leaned forward and kissed him where she had the first time.

He began slowly kissing his way down her hand towards the base of her thumb. She kissed her way down his shaft, feeling it pulse under her lips.

He kissed the heel of her hand in two places, and she gently kissed the two eggs in their sack.



By this time her response to what he was doing to her hand was automatic. Whatever he did, she did. So when she suddenly felt the tip of his tongue sliding along the base of her hand she didn’t hesitate, running the tip of her own tongue back and forth along the bottom of his sack, lightly at first, then with more pressure, juggling the eggs gently with her tongue, tasting the salty sweat there, the mushroom smell filling up her nose.

Following his lead, she began now to lick her way up his shaft in fast little circles, spending a little time at the top before working her way down again.



The texture of his skin was unlike anything she’d ever felt before, especially with her tongue. So smooth and slick and full and warm. Maybe like a tomato, picked warm from the vine. The image almost made her want to bite into it. She knew she couldn’t, but turned her head to the side and allowed herself to nibble it ever so slightly while her tongue continued...

And felt it jump. It twitched away from her mouth for a moment, in a short jerky movement, as if it had a life of its own. At the same time, she heard him gasp, softly. At first she thought maybe she’d hurt him, but he said nothing. So she continued to nibble as she continued up his shaft.

As she was nearing the top, he took her two fingers into his mouth, sliding them in and out, moistening them with his tongue. It felt wonderful, but...put his cock in her mouth? The thing he pees with?

Oui.

She raised her head and again kissed it on the very top, then slowly began to open her lips, taking just the tip in and moistening it with her tongue, letting it slide out again, taking it a little farther, slowly, slowly letting it slide out across her lips, instinctively careful not to touch it with her teeth. Or her braces. She took a deep breath in through her nose. Then, opening her jaws as wide as she could, she slid the whole mushroom cap into her mouth...

And heard him groan, a soft exhalation of breath. And she knew it was from pleasure, not pain.

And it thrilled her. She had made him do that! She wanted to do it again. So she let the cap slide slowly, even more slowly, out through her moistened lips, this time massaging it with the tip of her tongue...

And this time he groaned out loud, a drawn-out, “Ohhhh!”

And Jane knew that she was no longer the slave.

The sudden knowledge of her power made her heart race. She felt her nipples harden and tingle once more, and a rush of sensation between her legs.

She was going to make him squirm.

She took just the tip back into her mouth, and began teasing it with her tongue, making slow circles around it and probing the slit in the top, then suddenly opening wide and taking as much of him into her mouth as she could, this time quickly letting him slip out again.

“Ohhhhh…god!”

It sounded almost reverent.

She took her mouth off him and raised her head to look at him. His eyes were closed and he was breathing through his mouth. She waited until he opened his eyes and looked at her. Then she gently pulled her hand away from his. She smiled at him and knew he could tell that the power had changed hands.

Then she plunged her mouth down on him again, taking him in and slowly letting him out again, her tongue traveling down his shaft and up. She did it again, a little faster.



By now he was groaning non-stop, and she found it so exciting that she began to groan too as she toyed with him, the sound muffled in her mouth, more like an “Uhhhhhhnnn!”



This excited her even more and she began to work faster, closing her eyes and wishing she could stop long enough to take off the rest of her clothes, as her nipples were burning inside her bra, and her panties… Oh god, her panties were soaked!



And between her legs something was throbbing, the way his cock was beginning to throb in her mouth! It was almost bucking like a horse, and it seemed even bigger, if that was possible.

His groans were getting faster “Ahh!...Ahh!...Ah!” And so were hers: “Uh!...Uh!...Uh!”

She used one hand to hold his cock steady, then completely gave herself up to the rhythm, her head bobbing up and down, her tongue flickering faster and faster, the throbbing between her legs growing more and more intense.

Then suddenly his groaning cut off in mid-breath, and she felt his whole body stiffen. Without knowing why, and without stopping what she was doing, she moved her other hand between his legs, cupping his sack...and squeezed.

His hands flew up to cover his mouth as he cried out. At the same time, she felt something hot and salty and slimy spurting into her mouth as the throbbing between her legs crescendoed and sent a warm explosion traveling in wave after wave through her body until she thought she would faint.

She began to remove her mouth from him, but he held her head there with his hands, saying, in a hoarse whisper, “Please… Oh god, please don’t stop!”

She let the slimy liquid trickle down her throat, the action of swallowing stimulating another couple of short spurts, which she also swallowed, continuing to gently lick him and hold him in her mouth for a while, until she felt him beginning to slide out from between her lips.

She didn’t want to open her eyes; she wanted to just kneel there and feel the waves still reverberating through her. She felt as though she’d been picked up by a tornado and dropped somewhere completely different. She didn’t know who she was anymore.

She opened her eyes and just caught a glimpse of his cock, now looking softer and kind of fragile, as he pulled up his underwear, then pulled up and fastened his pants and belt.

She wanted to talk to him about what had just happened, ask him how it had felt for him—ask him a thousand questions!

But before she could, he looked down at her, still kneeling on the floor, and said, neutrally, “You can go home now.”



He reached past her to unlatch the door, then carefully eased past her and walked out, his footsteps echoing on the tiles. She heard the bathroom door open and slowly sigh shut.

She was stunned. Was that all? Was she suddenly invisible again? She didn’t know what to think.

Now the waves of pleasure had faded away and she felt empty. And sad.

But no matter what she was feeling she couldn’t stay here. She clambered painfully to her feet, noticing, with a distant amusement, that she still had her socks and one of her penny loafers on. She gathered up her clothing and carried it out of the cubicle, draping her dress over the sink while she untangled her turtleneck. She suddenly remembered her glasses and was relieved to discover them unbroken in her dress pocket—she was afraid she had knelt on them. She placed them carefully on the edge of the sink.

She was just about to put her arms into her sweater prior to slipping it over her head, when she heard the bathroom door open. Oh god, she was going to get caught after all, standing in the bathroom in her bra and panties. Her sopping wet panties. Instinctively she turned away from the door, covering herself with her turtleneck as best she could.

Quick footsteps. A hand on her shoulder, turning her around to face...him.

Her eyes widened with shock.

He pulled the sweater out of her hands and tossed it onto the sink with her dress.



Then he put his arms around her, pulled her to him, and kissed her--deeply, tenderly.



Then he pulled away and looked into her eyes with an expression that she couldn’t read.

Then he released her and, without a word, was gone again.

Articles similaires

Sur la route Camionnage chapitre 5

Jill et moi sommes arrivés à Boise ID. vers 5 heures du matin. J'ai fait le plein du camion et je l'ai garé. Nous sommes entrés et avons pris un bon petit déjeuner. Elle a dit elle voulait m'avoir pour le dessert mais dans le camion. Et c'était le jour de l'anal. Elle m'a dit qu'elle voulait que KD lui défonce les fesses et que je lui défonce la chatte. J'ai ri et j'ai dit tu vas te mettre KD dans le cul? (KD étant Kong Dong) Cette chose mesure 18 pouces de long et environ 3 pouces d'épaisseur, un peu...

497 Des vues

Likes 0

Brandy enfreint le code vestimentaire du travail

Salut, je m'appelle Brandy. J'ai 28 ans Bi Sub, 54, 115 lbs, cheveux blonds, yeux marrons, seins 32C avec des tétons dressés en permanence (ça l'a été toute ma vie), et une chatte épilée… oui, j'en avais marre de me raser et de m'épiler. moi, putain, ça fait mal. J'ai été un Sub presque toute ma vie même si je ne le savais pas depuis un bon moment. Je préfère les hommes, mais je suis maintenant une soumise obéissante très bien entraînée et je ferai tout ce que me dit un Dom ou une Femdom. Si vous avez lu certains de...

398 Des vues

Likes 0

PAS DE RÉSERVATIONS

Brenda Olsen faisait la queue avec un peu d'impatience en attendant de s'inscrire et d'obtenir la clé de sa chambre. Enfin, marmonna-t-elle dans sa barbe, à mon tour ! Comment puis-je vous aider? » demanda vivement la petite blonde derrière le comptoir. Brenda était sur le point de donner un zinger à la femme mais réfléchit mieux et répondit : Olsen, Brenda Olsen, j'ai une réservation pour trois nuits. Euhhhhhh laisse-moi voir, dit la blonde en tapant son nom sur le terminal informatique des réservations. Hmmmmm, je ne le trouve pas ici, laissez-moi vérifier encore un endroit...... Brenda tapait nerveusement du...

349 Des vues

Likes 0

Lycée Jameson

Lycée Jameson Présentation : Bonjour, je m'appelle Adilene (appelez-moi simplement Adi), je suis une brune de 5'6 de corpulence athlétique avec des fesses fermes et de gros seins de 54 bonnets E. J'assiste à la Jenna Jameson Sex Academy ici en 2035. Depuis que vous avez lu ceci, le monde a beaucoup changé. À partir de 2021, la Chine a dépassé les États-Unis en tant qu'économie dominante, les crises énergétiques ont pris fin avec l'utilisation généralisée des techniques de fusion et de fission ; les différences raciales et sexuelles ont été presque entièrement résolues dans le monde entier, et les traditions...

1.4K Des vues

Likes 0

La vie de Jen - Chapitre six - Première partie

La vie de Jen – Chapitre 6 – Première partie Diverses choses me restent à l'esprit – et mes vacances annuelles étaient généralement mouvementées. Une année, mes parents ont décidé de louer une villa à Corfou pendant 2 semaines, et mon grand-père et mon oncle y ont été invités. Dans l'avion, je devais m'asseoir entre mon grand-père et mon oncle – et mes parents étaient assis de l'autre côté. Mon grand-père a mis mon manteau sur mes genoux - et a rapidement écarté ma jupe, tirant ma culotte sur le côté et a poussé un doigt directement en moi, j'ai haleté...

1.4K Des vues

Likes 0

Travailler avec Walker Pt. 6

Le trajet en voiture était le plus souvent silencieux. Une fois que nous avons tous convenu de rentrer à la maison, personne n'a rien dit d'autre. Rien d'autre n'avait besoin d'être dit, je suppose. Nous avions tous la même chose en tête. Je me suis assis à l'arrière avec Walker pendant que Tyler conduisait et que Mike était sur le siège passager. Mike vivait à distance de marche de ce théâtre, alors il est revenu avec nous jusqu'à la maison de Tyler et Walker. Walker s'est assis au milieu pour être près de moi. Nous nous frottions les cuisses, appréciant la...

737 Des vues

Likes 0

La chienne intérieure émerge

Elle l'a rencontré au bar environ 10 minutes après l'heure dite. Elle aimait les faire attendre, aimait le sentiment de puissance que cela lui procurait de voir le regard soulagé quand elle arrivait. Elle portait une tenue simple, et elle pouvait voir le soulagement mélangé à une certaine déception sur son visage lorsqu'il remarqua qu'elle ne portait pas de bottes. Souriant intérieurement, elle garda son sourire distant et s'approcha de la table. Elle se tenait là, jetant un coup d'œil pointu à la chaise pendant qu'elle attendait. D'abord perplexe, il réalisa finalement qu'il aurait dû se lever quand elle s'approcha. Se...

722 Des vues

Likes 0

Lugia_(1)

Son nom était Catarina, une fille de seize ans qui vivait sur l'île d'Earthia. Un festival était organisé pour la bête de la mer, cette année, elle a été choisie pour jouer la chanson pour lui et elle s'est entraînée tous les jours pour pouvoir la jouer parfaitement. Elle fredonnait en marchant dans un chemin avec un sac d'épicerie pour sa mère. Les longs cheveux bleu argenté de Catarina étaient tressés en arrière et balancés d'un côté à l'autre et elle se dirigea vers sa maison. Ses yeux bleu marine étaient remplis de joie alors qu'elle saluait les habitants de la...

685 Des vues

Likes 0

Faire chanter Jenny

Faire chanter Jenny Je suis un gars moyen avec une vie normale et une bonne famille. J'ai 2 enfants et une femme merveilleuse qui est nounou. Je suis paysagiste et l'argent est correct, donc ma famille va bien. Je ne travaille pas pour n'importe qui sauf pour moi. Normalement, je travaille uniquement les jours de semaine et je passe du temps avec ma famille fins de semaine. J'ai 45 ans et très sexuelle. J'aime le sexe et parfois c'est un peu commun mais parfois Je me demande ce qui se passerait si ou je me demandais ce que ce serait d'avoir...

511 Des vues

Likes 0

Alice est attelée

[b]Alice se fait prendre 7 par Will Buster Comme on peut l'imaginer, une maîtresse enceinte et usée peut être assez difficile à saisir. Difficile, c'est-à-dire, à moins qu'une grosse dot n'accompagne la vigoureuse petite renarde. Alice ne faisait pas exception à cette règle sociale si répandue à la fin de l'Angleterre géorgienne. Le ventre d'Alice était maintenant épais avec un enfant en bonne santé grâce aux attentions amoureuses presque constantes de Lord Elton. Le baron du manoir de Kingston avait pleinement apprécié les deux trous serrés et réactifs d'Alice depuis des mois maintenant, mais fidèle à sa promesse, il était temps...

527 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.