Diamond Gentleman's Club exclusif

601Report
Diamond Gentleman's Club exclusif

La basse profonde et séduisante de la musique a traversé mon corps dès que je suis entré dans le seul Diamond Gentleman's Club de l'hôtel W, rempli de monde, respirant l'air chargé de fumée et de sueur et la chaleur de la douce nuit d'été - enivrante. Les lumières clignotantes m'ont fait lutter pour l'équilibre alors que je me déplaçais à travers la foule de danseurs qui se tordaient et se tordaient. Je suis monté au bureau pour pouvoir observer la foule à partir de là. Liz Davis est une chanteuse country en herbe de 25 ans qui essaie de se faire une place dans l'industrie de la musique. C'est une jolie blonde avec un corps aux courbes séduisantes, des seins de taille moyenne et un beau cul.
Je regardais la foule quand mon invitée, une grande jeune femme aux courbes élancées, a attiré mon attention alors qu'elle entrait. Je suis descendu au rassemblement pour me présenter à elle. Liz a souri en rencontrant mes yeux, j'ai légèrement hoché la tête alors que je me rapprochais, passant la main autour de sa taille, tirant ses hanches vers moi. Nous bougeâmes ensemble, notre sueur traversant les couches de vêtements et se mêlant entre ses seins. Mes mains se posèrent contre le creux de son dos, ses fesses, son cou. Elle a senti mon parfum -
moisi et masculin.
Nos mouvements devenaient de plus en plus charnels, mes mains remontant le dos de sa chemise pour se poser sur sa peau et mon visage près du sien. Elle pouvait sentir mon souffle chaud contre son cou et mes dents contre mon oreille alors que je murmurais : « Je te veux, étranger. Nos lèvres se rencontrèrent avec voracité. Ma langue se frottait contre la sienne alors qu'elle enroulait ses doigts dans mes cheveux et frottait ses hanches contre ma cuisse. J'ai emprisonné sa lèvre entre mes dents alors que sa main trouvait ma bite, dure comme de la pierre sous mon jean. Son souffle pris dans sa gorge. Assez de ces
préliminaires.
Je l'ai tirée à travers la foule vers la porte. Nous avons pris l'ascenseur jusqu'au penthouse. j'en ai mis
musique pendant que cette belle jeune femme s'allongeait sur le canapé. Je me penchai vers son oreille et lui proposai un autre verre. Elle m'a regardé par-dessus son verre, remarquant ma peau bronzée et mes cheveux poivre et sel. J'avais l'air sophistiqué et elle pensait que j'étais vraiment sexy d'une manière modeste. Elle s'est levée en disant qu'elle avait vraiment besoin de partir. J'avais l'air assez énervé mais je n'en ai pas fait grand cas, je me suis juste retourné et je me suis éloigné d'elle. Elle poussa un soupir de soulagement et partit, tirant l'élastique attachant ses longs cheveux blonds et les laissant tomber autour de ses épaules. Elle passa ses doigts dans ses cheveux en les secouant tout en marchant, puis noua l'élastique avec celui de rechange qu'elle avait avec elle, les mettant tous les deux dans la poche de son jean.
Les rues étaient calmes et désertes et elle regarda les étoiles en marchant, fredonnant pour elle-même et heureuse d'être sortie par une si belle nuit. Marchant le long de la longue route à côté de la zone industrielle, elle s'arrêta, pensant avoir entendu un bruit. Elle regarda autour d'elle mais il n'y avait rien là-bas, aucun son et aucun mouvement. Elle rit d'elle-même en secouant la tête et décida de prendre à gauche et de couper à travers le parc pour se rendre à l'hôtel ; il serait beau baigné par le clair de lune et sent toujours les fleurs en été. Elle sortit sur le chemin bordé d'arbres qui s'étendait d'un bout à l'autre du parc et commença à marcher le long de celui-ci, prenant une profonde inspiration de l'air parfumé.
Elle se figea lorsqu'elle entendit un grattement derrière elle, son cœur battant la chamade et les poils de sa nuque se dressant. Un chat passa devant elle hors de l'obscurité et elle poussa un soupir de soulagement, regardant l'animal disparaître une fois de plus dans l'obscurité et sentant son corps se détendre. Soudain, ses bras furent tirés derrière son dos et maintenus fermement en place tandis qu'une main forte l'attrapa par la gorge. Elle lutta pour se frayer un chemin, ses épaules hurlant de protestation et elle prit une profonde inspiration pour crier quand la main sur sa gorge se serra, coupant son alimentation en air.
Elle a été poussée la tête la première contre un arbre, grattant la peau de sa joue et la chair de ses seins exposés par le haut décolleté qu'elle portait. Un genou était coincé entre ses cuisses, écartant ses pieds et la forçant plus fort contre l'arbre. Tout s'est passé en quelques secondes mais cela a semblé plus long alors que sa tête tournait et qu'elle avait du mal à respirer. La prise sur sa gorge se desserra et elle s'étouffa, haletant dans l'air doux et frais. Son agresseur était pressé contre elle, la clouant à l'arbre avec ses bras verrouillés dans une poigne serrée derrière son dos.
Le bras qui les tenait en place bougea et elle sentit une main plonger dans la poche de son jean où se trouvaient les élastiques. Elle a soudainement réalisé qu'elle avait dû être suivie depuis le club et dans son moment de colère, elle s'est débattue et a secoué la tête en arrière, se connectant fortement à mon visage. Je jurai et poussai fort en elle, tirant les élastiques de sa poche. Tout l'air a été expulsé d'elle et des points noirs ont explosé dans son champ de vision alors qu'elle suppliait silencieusement de pouvoir respirer. J'ai pressé mes lèvres contre son oreille et dans un murmure rauque je lui ai dit " écoute bien petite renarde, je ne le dirai qu'une seule fois. Si vous voulez un contrat avec un label de musique, vous ne m'énerverez plus. Je vais te laisser respirer maintenant Compris ? Elle hocha la tête et je relâchai ma prise.
Elle a bu l'air frais en prenant de grandes inspirations, restreinte bien qu'elle soit écrasée entre mon poids et celui de l'arbre. Son estomac et sa poitrine se soulevèrent alors qu'elle avalait l'air et elle commença lentement à reprendre ses sens, sa peur la calmant rapidement. J'ai enroulé les élastiques autour de ses poignets et les ai serrés jusqu'à ce qu'ils mordent sa peau douce, puis j'ai mis une main sur sa bouche et j'ai attrapé la ceinture de son jean. Elle a pris une profonde inspiration alors qu'elle réalisait que je n'étais pas après son téléphone portable ou son argent et avec l'inhalation est venue une vague de reconnaissance.
Elle était sur le point d'être violée par l'homme qu'elle avait abandonné au club, elle a reconnu mon odeur et le son de mon murmure s'est mis en place. Je dégageai sa ceinture et la glissai dans ma poche arrière, puis défait le bouton et baissa la fermeture éclair. Son jean a commencé à glisser le long de ses hanches de son propre gré et j'ai levé la main pour saisir ses seins. Ses mamelons durcirent et je les pinçai brutalement entre mes doigts, son corps la trahissant à mon toucher. Elle laissa échapper un petit gémissement "ooooohhhhhh" puis rougit de colère et d'humiliation alors que je riais d'elle, pinçant et taquinant toujours ses mamelons. Elle a essayé de lutter une fois de plus mais j'étais aussi fort que j'en avais l'air et elle ne pouvait pas me faire bouger.
Je me pressai à nouveau contre son oreille et sa peau se mit à avoir la chair de poule à la sensation de mon souffle chaud sur son cou. "Tes seins sont incroyables, bébé," lui dis-je en en serrant un dans ma main forte. "Je t'ai voulu dès que j'ai posé les yeux sur toi. Si tu ne me donnes pas ce que je veux, je te le prendrai. Au mot prise, j'ai poussé mes hanches contre elle et elle pouvait sentir le renflement de mon jean presser contre son cul. Quand je me suis éloignée d'elle, son jean s'est suffisamment décalé pour lui permettre de tomber de ses hanches et de se replier sur ses genoux. Je me pressai à nouveau contre son cul, me frottant contre elle, couvrant toujours sa bouche et serrant ses seins.
"Ce petit short a fière allure sur ce cul. Maintenant, comment ça se passe sous eux ? » Elle a essayé de se débattre et de s'éloigner de ma main chercheuse, me suppliant de la laisser partir même si mon autre main était toujours pressée sur sa bouche. Je me glissai sous la ceinture de son short enveloppant sa chatte et elle sentit mes doigts caresser la chair là-bas, l'étroite bande de poils pubiens pressée dans la paume de ma main. Sa position avec mon genou toujours entre ses cuisses signifiait qu'elle était ouverte à mon toucher pénétrant et mon majeur reposait sur les plis sensibles qui étaient exposés.
J'ai glissé le bout de mon doigt en elle et il n'y avait aucun moyen qu'elle puisse dissimuler à quel point elle était mouillée. Elle a lutté avec plus de ferveur en essayant de libérer ses mains, mortifiée à l'idée de mon doigt explorant son trou humide. J'ai retiré ma main de son short et elle a regardé alors que je levais ma main sur son épaule, amenant mon doigt sur mes lèvres et suçant son jus. J'ai enlevé mes mains d'elle mais je l'ai maintenue en place avec la force de mon corps, retirant sa ceinture de ma poche arrière.
« Laisse-moi partir. Putain, lâche-moi et laisse-moi partir », a-t-elle dit, gardant sa voix aussi calme et silencieuse que possible, ne voulant pas me mettre assez en colère pour vouloir japordiser sa possible carrière de chanteuse. Je l'ignorai alors que je passais la ceinture à travers les élastiques autour de ses poignets et. « Je jure que je ne le dirai à personne, je ne soufflerai mot. S'il vous plaît, laissez-moi partir. S'il vous plaît?" Soudain, je l'ai tirée en arrière et l'ai fait pivoter, son jean s'emmêlant autour de ses jambes lui faisant perdre l'équilibre. Elle retomba en se cognant violemment la tête contre le tronc de l'arbre et sa vision s'envola. Elle secoua la tête et me regarda alors que je l'attrapais et la tenais par les épaules.
J'ai eu l'air légèrement inquiet et elle a essayé de jouer là-dessus, laissant ses yeux se fermer et inclinant la tête vers l'avant jusqu'à ce que je desserre mon emprise sur elle. Elle a essayé de plonger mais ses mouvements étaient trop limités et j'étais rapide, la repoussant et la tenant en place avec un bras pendant que j'attrapais la ceinture avec l'autre.
Je tirai lentement la ceinture, la forçant à se pencher en avant pour ne pas blesser ses épaules déjà douloureuses. "Cela ne te blessera que si tu me fais te blesser, ne bouge pas d'une autre manière que je te bouge et tout ira bien", lui ai-je dit. J'ai enlevé ma propre ceinture et j'ai commencé à l'attacher à la sienne puis à les attacher toutes les deux autour de l'arbre, poussant ses épaules en arrière jusqu'à ce qu'elle soit debout contre le tronc. Elle me regarda marcher devant elle en admirant mon travail, sa poitrine se soulevant avec ses cheveux tombant sur son visage et son jean presque complètement sur ses jambes.
Je souris malicieusement et elle remarqua avec une pointe de satisfaction qu'elle m'avait fendu la lèvre en rejetant la tête en arrière. Je suis entré en elle, repoussant doucement ses cheveux de son visage puis l'embrassant fort, attrapant ses seins et les serrant. Elle détourna son visage de moi. Elle pouvait goûter mon sang sur ses lèvres. Je suis tombé à genoux et j'ai baissé sa culotte avec une secousse rapide, la retirant avec son jean. J'ai jeté le jean dans l'herbe et j'ai serré la culotte dans mon poing.
Elle ouvrit la bouche pour me supplier mais dès que ses lèvres se séparèrent, je forçai la culotte entre elles, la bâillonnant. « Cela devrait vous faire taire pendant un moment. Arrêtez de mendier; cela ne vous fera aucun bien. Debout une fois de plus, j'ai attrapé le décolleté de sa chemise fine et j'ai tiré jusqu'à ce qu'il déchire le devant, révélant des seins moyens vêtus de dentelle rose. Elle a regardé, les yeux écarquillés de honte alors que je relevais le soutien-gorge, ses seins tombant du bas, étonnamment gais. Le soutien-gorge a été remonté sur sa tête et relâché derrière ses épaules, tombant sur ses mains liées. Son haut pendait en lambeaux et je me penchai pour sucer ses seins nus.
Elle haleta alors que je mordais son mamelon et poussais un doigt dans sa chatte nue. Elle savait qu'elle était mouillée, peu importe ce qu'elle ressentait à propos de mon agression contre elle. Je me suis remis à genoux et j'ai saisi sa jambe, tirant sa cuisse vers le haut et déplaçant mon corps jusqu'à ce que sa cuisse repose sur mon épaule et elle s'est débattue à nouveau, protestant malgré la culotte fourrée dans sa bouche, " arrête... s'il te plaît arrête... ne fais pas ça." Je lui souris simplement et soulevai son autre jambe par le genou, tenant ses jambes largement écartées. Ses épaules ont été repoussées contre l'arbre et j'ai enfoui mon visage entre ses cuisses, aspirant son clitoris dans ma bouche et tenant son cul dans ma main libre.
Son corps se raidit et elle cria "OMG...STOP...STOP!" alors que je suçais fort son bouton sensible, le fouettant avec ma langue. J'ai glissé ma main de son cul le long de sa cuisse, puis j'ai glissé deux doigts dans sa chatte écartée, les enfonçant brutalement et sondant la chair à l'intérieur. Son corps trembla et elle gémit "ooooohhhhhh... aaaaahhhh" quand j'ai trouvé son point G et que j'ai commencé à me frotter fort contre lui tout en lapant son clitoris. Elle était maintenant littéralement dégoulinante de mes doigts baisant sa chatte serrée et ma bouche travaillant habilement sur elle. Elle se sentait proche de l'orgasme mais l'a combattu aussi fort qu'elle le pouvait, humiliée par la trahison de son corps, essayant toujours de lutter pour s'éloigner de moi.
Elle sentit mes doigts glisser hors de sa chatte et mon pouce prit leur place en poussant contre le point sensible à l'intérieur d'elle. Elle essaya désespérément de garder son sang-froid malgré le plaisir intense qu'elle pouvait ressentir secouant son corps. Ses yeux s'ouvrirent alors que mon doigt recouvert de chatte se pressait doucement contre son cul. Je l'ai regardée d'entre ses jambes et elle m'a regardé en suppliant silencieusement et en secouant la tête. Elle n'avait jamais laissé personne s'approcher de là auparavant et elle était terrifiée à l'idée que cela fasse mal, encore plus terrifiée à l'idée qu'elle puisse aimer ça. J'ignorai ses supplications " s'il te plait pas là... arrête... c'est méchant... ça va faire mal" et poussai lentement mon doigt vers l'avant.
Elle a crié "OMG ! ÇA FAIT MAL... ARRÊTEZ... SORTEZ-LE... S'IL VOUS PLAÎT ARRÊTEZ" alors que je forçais mon doigt dans son trou du cul, l'enfonçant dans la deuxième jointure et effleurant son clitoris avec mes dents. J'appuyai fort mon pouce contre son point G et suçai fort son clitoris, plongeant mon pouce dans son cul fraîchement violé. Tout cela à la fois était trop difficile à combattre pour elle, la poussant à bout et la faisant jouir en criant "OMG! OOOOOHHHH...AAAAAAAHHHHH...MMMMMMMM" à tue-tête. Son corps tremblait et tremblait alors que je suçais et léchais son clitoris et plongeais mon pouce dans sa chatte palpitante.
Elle a finalement arrêté de jouir, reprenant le contrôle de son corps, sa poitrine se soulevant et baissant la tête de honte face à la réaction de son corps à mon toucher envahissant. J'ai permis à ses pieds de tomber sur l'herbe et j'ai attrapé ses seins alors que je me levais, suçant un mamelon dans ma bouche et tirant une de ses jambes sur ma hanche. J'ai relevé son menton et pressé mes lèvres sur son cou, puis je l'ai regardée debout, silencieuse et vaincue. J'ai ouvert les boutons de mon jean et les ai tirés vers le bas avec mon slip, ma longue bite épaisse dure comme un roc se libérant enfin. J'ai soulevé ses jambes une fois de plus, atteignant sous sa cuisse et plaçant la tête de ma bite lancinante contre sa fente dégoulinante.
Liz était très calme à ce stade, elle a rougi et a dit tranquillement "ma bite était si grosse et épaisse qu'elle ne rentrerait pas." J'ai doucement frotté ma bite dure de 10 pouces d'épaisseur contre son clitoris et sa chatte. J'ai lentement commencé à pousser la tête bulbeuse à l'intérieur d'elle, elle était très serrée. Les parois de sa chatte étaient petites et serrées que je ne pouvais littéralement pas pousser très loin en elle. Les lèvres de sa chatte étaient humides, mais sa chatte était petite et serrée, plus j'appliquais de pression, plus elle causait de douleur, elle criait "OMG! OMG! AAAAAHHH! STOP!"
Alors que j'en tirais quelques-uns, elle a essayé de s'éloigner de moi, j'ai essayé à nouveau, mais elle était tellement petite et serrée, je le lui ai dit, et Liz a rougi. Plus j'essayais de la pénétrer, plus ma bite devenait dure. J'ai décidé de lubrifier ma bite avec de la salive pour aider à ouvrir les parois étroites de sa chatte. J'ai lubrifié sa chatte et ma bite, puis j'ai poussé la tête bulbeuse contre sa chatte, la tige s'est enfoncée de quatre pouces en elle. " STOP !", tu me fais mal. Arrêtez!" Je me suis retiré d'elle, puis elle a senti la tête bulbeuse de ma bite dure pousser contre les lèvres tendres de sa chatte. J'ai poussé en elle, je pouvais sentir que sa chatte était maintenant bien lubrifiée. Je pouvais sentir une partie d'elle J'ai aimé ça. J'ai poussé fort en elle en lui enfonçant la tête de ma bite. "OMG STOP! STOP! OH S'IL VOUS PLAÎT STOP!" Liz a de nouveau crié. " Oh ! Bébé, tu es si serré. Mon Dieu, ssssoooo serré!' Je m'éloigne complètement d'elle.

L'arôme de sa chatte est devenu plus fort, me rendant encore plus chaude. J'ai attrapé son cul à deux mains, puis avec la tête touchant à peine ses lèvres à nouveau, j'ai poussé mes hanches vers l'avant en utilisant toutes mes forces. Pendant un bref instant, ses lèvres ont résisté, puis se sont fendues pour permettre à l'instrument dur d'entrer en elle, claquant à travers son canal vaginal étroit, la déchirant et s'enfonçant d'au moins 6 pouces lors de la deuxième poussée. donc je n'ai pas été surpris du tout quand tout son corps a sursauté en réponse à la douleur brûlante de l'instrument tranchant sa petite chatte jeune et serrée alors qu'elle émettait un cri "OMG! OMG! AAAAAHHH!". Elle a crié " AAAAHHH! SORTEZ-LE! AAAAAHHHH! " En reculant de plusieurs centimètres, j'ai vu beaucoup de sang recouvrir ma bite et couler sur l'herbe.
Puis j'ai de nouveau roulé en avant, claquant la tête contre son col de l'utérus. J'ai reculé et j'ai commencé à frapper la jeune femme serrée alors qu'elle hurlait pitoyablement "OMG! AAAAAHHHH! AAAAAYYYY! AAAAHHHH!". Quoi qu'il en soit, la sensation de sa chatte serrée et non préparée traire ma bite a envoyé des frissons d'excitation à travers mon corps alors que je la claquais avec ma bite. La douleur l'a prise par surprise, mais en un instant, elle a senti mes grosses boules reposer contre la chair de sa chatte et elle a su qu'elle m'avait entièrement pris. La sensation de plénitude était incroyable ! D'une certaine manière, elle était fière d'elle. Elle m'avait pris tous les 10 pouces. J'ai commencé à me retirer mais j'ai rapidement poussé profondément vers la maison. Je construisais un rythme progressivement en prenant des coups de plus en plus profonds jusqu'à ce que j'aie gainé et dégainé mon 10 pouces complet à chaque coup. Sa chatte résistant à chaque poussée, se resserrant dans une vaine tentative d'arrêter chaque empalement du pénis suivant. Des larmes coulaient de son visage alors que son canal étroit était étiré, mis au rebut et déchiré par les coups soutenus que je lui infligeais. Peu à peu, le martèlement continu de mon gland a donné à l'arrière de sa chatte l'a fait céder un peu. C'était super, d'avoir sa jeune chatte serrée saisissant tout l'arbre, y compris la base de ma bite, convulsant à cause du traumatisme, continuant à avoir des spasmes alors que tout son corps se soulevait à cause des sanglots et des cris qu'elle émettait " AAAAAHHHH ! AAAAHHHH ! OOOOOHHHH ! S'IL VOUS PLAÎT ARRÊTEZ ! Pleeesssse Sttttttoooopppp !".

Liz sentit le sentiment d'excitation grandir en elle, sentit son corps répondre de plus en plus à mes attentions. " OHHH ! OHHH ! UUHHH ! OHHH ! UH-UH-UH-UUUHHHHHOOOOOOOOO !!!! Liz gémit alors que son corps était secoué par de multiples orgasmes. Tout son corps tremblait, me poussant également au bord du gouffre. " Oh mon Dieu!!" Je gémis alors que je commençais à tirer ma charge sur Liz. Liz était toujours en proie à son propre orgasme alors qu'elle sentait la chaleur de mon sperme remplir ses entrailles. Le battement de ma bite en elle la fit gémir alors que son orgasme commençait à diminuer. "Mmmmmmm."
Elle a serré les muscles de sa chatte autour de ma tige dure alors que je me tenais en elle et elle s'est penchée en avant pour embrasser et sucer le côté de mon cou et là où mon cou rencontrait mon épaule. Elle accrocha les élastiques liant ses poignets au tronc de l'arbre, celui qui avait maintenu ses cheveux suffisamment faibles pour se casser instantanément. Je m'éloignai à nouveau d'elle alors qu'elle retirait ses bras de derrière son dos.
Elle a jeté ses bras sur mes épaules et a ratissé ses ongles dans mon dos en laissant de longues égratignures rouges, brisant presque la peau lorsque ma bite l'a enfoncée une fois de plus. Elle gémit doucement « mmmmmmmm » et entrelaça ses doigts derrière mon cou tandis que je la tenais sous ses cuisses. J'ai recommencé à la claquer à nouveau avec de longs coups de conduite, enfonçant dans sa chatte convulsive alors qu'elle tremblait et criait "OMG! BAISE-MOI! YYYYEEESSSS!".
Elle m'a mordu l'épaule pour étouffer ses cris et je savais que j'allais jouir avec elle. Sa chatte s'est contractée si fort autour de ma bite douloureuse et j'ai enfoui mon visage dans son cou, criant "Liz...Liz...Liz" son nom contre sa peau et me permettant finalement d'exploser à nouveau en elle. Mes jambes étaient faibles et je m'effondrai en avant, la plaquant à nouveau contre l'arbre, toujours en elle. Je tenais son corps tremblant dans mes bras et l'embrassais passionnément, leurs poitrines se soulevant, toutes deux à bout de souffle.
Ils restèrent ainsi jusqu'à ce qu'elle réalise enfin que le soleil allait se lever, elle me remua et je la posai doucement sur ses pieds en m'éloignant d'elle. Ils s'habillèrent rapidement, elle essayant du mieux qu'elle pouvait le haut déchiré pour cacher sa pudeur, le soutien-gorge ne dissimulant pas grand-chose à lui seul. Je lui ai pris la main et ils sont sortis du parc et se sont dirigés vers l'hôtel.
Je passai mon bras autour de sa taille et la regardai, le sang sur ma lèvre scintillant dans la lumière du soleil nouvellement levé. "C'était absolument parfait," lui ai-je dit. Elle me regarda en souriant, son visage et ses seins rougis par les égratignures. « Je vous ai promis un contrat d'enregistrement. Montez dans ma suite pour nettoyer, je ferai monter des vêtements. Une limousine vous attendra.

Articles similaires

Une tribu pour Téthys, partie 2, chapitre 10

Une tribu pour Téthys : 2e partie Chapitre 10 : Megan, voici Hera ! Megan est silencieuse pendant la majeure partie du chemin du retour à mon appartement après que nous ayons quitté la maison de Carl, et bien que je sois curieux de savoir ce qu'elle pense, c'est aussi l'occasion pour moi d'examiner certaines de mes propres pensées. Beaucoup de choses ont changé, pour nous tous, en très peu de temps. Nous avons laissé Sonia avec Carl, il a promis de la ramener à la maison une fois qu'ils auront terminé le dernier de leur accord commercial. Carl conclut un contrat...

492 Des vues

Likes 0

Holli et une voile du soir

Holli m'a rencontré au bout du quai… et mon cœur a raté un battement lorsqu'elle s'est glissée dans ma vue. Elle était habillée pour une soirée à bord de mon bateau - de simples sandales de pont, un joli haut bleu pâle et une paire de shorts kaki très confortables se balançaient facilement sur ses courbes, faisant allusion à ce qu'elle avait à partager en dessous. Mesurant 5 pieds 9 pouces avec des cheveux blonds, de longues jambes et un corps athlétique en forme, Holli était entrée dans mon monde par un après-midi magique que nous avons partagé sur le front...

398 Des vues

Likes 0

La vie de Jen - Chapitre six - Première partie

La vie de Jen – Chapitre 6 – Première partie Diverses choses me restent à l'esprit – et mes vacances annuelles étaient généralement mouvementées. Une année, mes parents ont décidé de louer une villa à Corfou pendant 2 semaines, et mon grand-père et mon oncle y ont été invités. Dans l'avion, je devais m'asseoir entre mon grand-père et mon oncle – et mes parents étaient assis de l'autre côté. Mon grand-père a mis mon manteau sur mes genoux - et a rapidement écarté ma jupe, tirant ma culotte sur le côté et a poussé un doigt directement en moi, j'ai haleté...

1.3K Des vues

Likes 0

Aussi bon que possible III

Objectif 5 : Faire un bon jus de sperme pour moi un verre plein. C'était plutôt facile. Mais tout a une partie difficile. Voici un verre plein. Rani avait un putain de boulot à l'école. Alors elle est partie le matin vêtue d'un sari rouge tueur. J'aurais juste aimé avoir l'école. Avant de partir, elle m'a donné un verre qui servait à servir le champagne, s'est approchée de moi et a doucement tâté mon sexe. Rani :( chuchotant à mon oreille d'une voix sexy) faites-le travailler. Moi : Puis-je utiliser votre salle de peinture ??? Vous savez. Utilisez votre téléviseur. ?? Rani...

523 Des vues

Likes 0

Comment j'ai payé pour l'université

- C'est de la fiction gay. Si vous n'aimez pas lire sur les homosexuels, arrêtez de lire et ne votez pas. Si vous allez voter contre ou écrire des commentaires désagréables, critiquez ma grammaire et mon orthographe, pas le sujet - Ceci est une œuvre de fiction complète. Rien dans cette histoire ne s'est réellement produit et les gens ne sont pas réels. - Si vous tirez une charge pendant ou après avoir lu ceci, faites-moi une faveur et appuyez sur le bouton de vote positif car cela signifie que vous l'avez probablement apprécié. N'hésitez pas à m'envoyer un MP pour...

526 Des vues

Likes 0

Alice est attelée

[b]Alice se fait prendre 7 par Will Buster Comme on peut l'imaginer, une maîtresse enceinte et usée peut être assez difficile à saisir. Difficile, c'est-à-dire, à moins qu'une grosse dot n'accompagne la vigoureuse petite renarde. Alice ne faisait pas exception à cette règle sociale si répandue à la fin de l'Angleterre géorgienne. Le ventre d'Alice était maintenant épais avec un enfant en bonne santé grâce aux attentions amoureuses presque constantes de Lord Elton. Le baron du manoir de Kingston avait pleinement apprécié les deux trous serrés et réactifs d'Alice depuis des mois maintenant, mais fidèle à sa promesse, il était temps...

390 Des vues

Likes 0

Fétichisme des couches

Depuis que je suis jeune, j'ai toujours eu la fascination de porter des couches. En vieillissant, j'ai appris que je n'étais pas seul. Mais rien n'aurait pu me préparer pour la nuit où ma femme et son amie se sont jointes. J'avais avoué à ma femme mon fétichisme des couches et elle m'a dit qu'elle avait toujours voulu un plan à trois. Elle avait participé à d'innombrables efforts avec moi, alors un soir, nous avons décidé de remplir le sien et d'ajouter quelque chose pour me rendre heureux aussi. Enfin la nuit était venue, son amie Samantha arrivait en ville. Elle...

334 Des vues

Likes 0

Contrôlé par l'esprit Janice Pt. 11c

Brian était heureux d'utiliser le contrôle mental. Janice avait passé les trois derniers jours à vivre avec lui et elle devait passer encore quatre jours avec lui. L’esprit du mari et des fils de Janice avait été influencé pour qu’elle ne leur manque pas. Hier, il avait invité trois amis chez lui et tous les quatre avaient baisé plusieurs fois une Janice consentante. Sbe faisait ce qu'il voulait plus tôt dans la journée, elle avait nettoyé sa maison pour lui alors qu'elle était nue, s'arrêtant seulement pour laisser Brian la baiser dans la salle de bain. Au moment où il était...

275 Des vues

Likes 0

La vengeance d'Ambre

# TCA * Entrée C'est une histoire de vengeance et de douleur. C'est une histoire d'amour et d'affection. C'est une histoire de satisfaction et les gens obtiennent leur comeuppance. Ma petite amie Amber et moi étions membres d'un sex club. Nous aimions tous les deux aller et participer à la plupart des activités du club, mais elle refusait d'avoir des relations sexuelles avec d'autres femmes. Elle aimait regarder d'autres femmes dans le club, se faire baiser et elle aimait même regarder d'autres femmes se baiser, mais elle n'était jamais capable de manger la chatte elle-même. J'étais perplexe et je lui ai...

1.5K Des vues

Likes 0

Aller loin

Quand je glisse ma main entre tes jambes et que je dis Ceci est à moi, sommes-nous clairs. Le sexe n'est pas la réponse. Le sexe est la question. Oui est la réponse. Nicole m'a repéré dans la file d'attente à la réception de mariage de sa sœur. Là, je me démarque comme si je venais de sortir de GQ. Je me dirige lentement vers elle. Nicole retint son souffle. Elle devait me rencontrer. Nicole regarda autour d'elle. Elle m'a repéré de l'autre côté de la piscine. J'ai regardé vers la fin de la cinquantaine. Je suis plus grand que n'importe...

624 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.