La Sorcière_(0)

409Report
La Sorcière_(0)

La sorcière
Par
Gail Holmes

Renée n'avait jamais fait confiance à la vieille femme, ne sachant jamais ce qu'elle faisait, une sorcière plus méchante que vous n'auriez pas pu demander, elle était dans toutes les formes de magie noire. Elle avait entendu parler de ses pouvoirs par d'autres personnes, lui disant de ne jamais croiser la vieille femme. Le problème était qu'il semblait qu'elle l'avait fait, et il n'y avait aucun moyen de se racheter. Renée et son mari formaient un couple charmant, amical avec tous, c'est juste que la vieille femme avait pris ombrage à quelque chose qui avait été dit.

Stan son mari était absent pour la journée, c'est alors que la vieille femme fixa un rendez-vous pour voir Renée. Elle n'avait pas du tout hâte d'y être, sachant que la vieille femme ne lui parlerait jamais de son méfait, il n'y avait donc aucun moyen qu'elle puisse même s'excuser ; ne sachant pas ce qu'elle avait fait pour la contrarier.


« Je suppose que vous êtes seul ? » Les vieilles femmes ont dit alors qu'elle se tenait à la porte.

"Veuillez entrer Mme Wilberforce !" Renee dit avec un sourire espérant créer de l'agrément entre eux deux.

La vieille femme s'est frayée un passage en marmonnant pour elle-même.

"Vous savez pourquoi je suis ici, je le prends?" Insinua-t-elle en s'asseyant dans l'un des fauteuils du salon.

"Pas sûr, je suppose que je t'ai contrarié d'une manière ou d'une autre ?"

"Vous avez certainement une jeune femme, et je vise à obtenir ma vengeance!"

"Mais qu'est-ce que j'ai fait qui ait pu t'énerver, je suis sûr que je n'ai pas parlé à contretemps ?"

« Vous le découvrirez le jour où je subirai ma colère. C'est une petite fille que tu vas avoir alors ?

Renée plaça ses mains sur son ventre puis sourit à la vieille femme. "Tu peux dire?"

"Bien sûr, je peux!" La vieille femme répondit brusquement.

Elle semblait même avoir l'intention de sourire, la pensée qu'elle faisait quelque chose à son bébé mécontentait Renée, car le pauvre bébé n'était que depuis sept mois dans son estomac.

Mme Wilberforce, s'il vous plaît, pourrions-nous faire amende honorable, je peux vous l'assurer, quoi que vous pensiez que j'ai fait ; Je peux vous promettre que ce n'était en aucun cas destiné à vous contrarier !

« Il est trop tard pour les excuses, je vais me racheter à ma manière ; et à mon rythme ! La vieille femme ne la regarda même pas pendant qu'elle parlait. « Je vais te dire ça quand même ! Quand votre fille atteindra l'âge du consentement, elle vous quittera. Cela arrivera le jour même à la minute même de sa naissance ! »

"Pourquoi devez-vous être si cruel, mon bébé ne vous a en aucun cas offensé, pourquoi s'en prendre à elle?"

"Oh, ne vous méprenez pas, votre fille s'amusera après un certain temps une fois qu'elle se sera habituée à ses nouveaux paramètres. Je serai là pour la guider !

Renée ne pouvait pas croire les paroles de la vieille femme, elle savait maintenant qu'elle aurait dix-huit ans d'inquiétude constante, ne sachant pas la proposition de la vieille femme. Pourquoi serait-ce alors que sa fille avait dix-huit ans ?

« Pourquoi vous vengez-vous de ma fille ? »

« Oh, ne vous méprenez pas ; elle ne souffrira pas, mais vous le ferez ! Ne sachant pas où elle est ou ce qu'elle fait, alors bien sûr il y a les années qui l'attendent avant qu'elle ne devienne majeure ?

La vieille femme se leva puis regarda dans les yeux de Renée, "Profitez de votre temps avec elle, elle va grandir vite!" Sur ce, la vieille femme se dirigea vers la porte, trouvant sa propre sortie.

Lorsque Stan, son mari, revint à la maison, Renée était toujours assise sur la chaise, la tête entre les mains.

"Bonjour, qu'est-ce qui t'attriste alors !" demanda-t-il en posant sa main sur son épaule.

"C'est cette femme Wilberforce, elle est venue ici aujourd'hui, elle m'a vraiment bouleversé, disons qu'elle se venge de notre bébé et m'a dit que c'était une fille!" Renée répondit sans lever la tête.

"Est-ce qu'elle est maintenant, je vais voir à ce sujet!" Stan a sous-entendu.

"Ce n'est pas bon de s'en prendre à elle qui ne fera qu'empirer les choses. Elle a déjà ensorcelé l'enfant !

« De quelle manière prier ? »

"Eh bien, quoi que ce soit, cela n'arrivera pas avant qu'elle ait dix-huit ans, et ce sera le moment de sa naissance!"

"C'est une liquidation, je ne ferais pas attention à son bébé. Ce vieux fagot stupide sera mort depuis longtemps ! Stan gloussa. "Oublie!"

« Elle pense qu'elle sera toujours là et qu'elle gardera un œil sur elle ?

« Mon Dieu, elle doit avoir soixante-dix ans elle-même, et elle pense qu'elle en aura encore dans dix-huit ans ; Je ne pense pas, bon sang, elle a l'air à moitié morte maintenant !"













Chapitre deux

Quelques heures moins de dix-huit ans plus tard

"Mon Dieu, j'aurais pensé que tu aurais oublié toutes ces conneries il y a des années!" Stan sous-entendait que Renée était stressée.





Emily leur fille n'avait pas été informée de la malédiction, même elle ne pouvait pas voir pourquoi sa mère était si bouleversée, et elle avait été comme ça toute la semaine.

"Dis-moi pourquoi maman est si affligée ?" Elle a demandé à son père.

"Oh, c'est quelque chose à voir avec cette vieille Mme Wilberforce, quelque chose qui s'est passé il y a des années!"

"Papa, c'est une chérie, elle est très attachée à moi depuis toujours!"

Sur ce, Renée fondit en larmes puis se précipita à l'étage.

"Qu'est-ce qui ne va pas papa, est-ce que c'est quelque chose que j'ai dit?" a demandé Émilie.

"Ce n'est rien ma chérie, c'est juste ta mère, elle est stressée pour rien ces jours-ci. Je vais aller voir si je peux la calmer. Vous n'avez pas à vous inquiéter !"

Renée était allongée sur le lit quand Stan entra dans la chambre. "Allez maintenant Ren, tu bouleverses Emily. Elle vous dit même elle-même qu'elle a un truc avec la vieille femme, elle a plus que probablement oublié son grief avec vous maintenant. Dieu, c'était il y a des années !

"Oui c'est juste ça, Emily aura dix-huit ans demain, c'est ce qui m'inquiète. Je veux juste 4 heures demain matin pour aller et venir. Vous ne vous rendez pas compte du chagrin que cette femme m'a causé au fil des ans ! »

"Tout ce que vous aimez, rien ne se passera, comment pourrait-elle être à la maison avec nous, personne ne peut l'atteindre. J'aimerais savoir pourquoi ça doit être le jour de son dix-huitième anniversaire de toute façon ? »

"Elle a quelque chose en tête, et je déteste penser quoi !" dit Renée avec un soupir.





Ce n'est qu'à 8h30 du matin que les ennuis ont commencé. Renée était entrée dans la chambre de sa fille. Quand elle a vu que sa fille n'était pas là, elle a poussé un grand cri. Stan arriva en courant dans la chambre.

« Qu'est-ce qui se passe ? » dit-il en passant la tête par la porte.

"Elle n'est pas là Stan !"

"Peut-être qu'elle est sortie faire une promenade tôt le matin?" Stan a sous-entendu.

"Ses vêtements, il ne manque rien, elle ne serait pas sortie nue !"

"Êtes-vous sûr, je veux dire regardez dans sa garde-robe !"

Renée ouvrit les portes de l'armoire puis se dirigea vers sa table de chevet. « Il ne manque rien ! Cette maudite vieille sorcière, elle a fait ce qu'elle avait dit qu'elle ferait. Stan, tu dois descendre la voir !

"Ren, qu'est-ce qu'elle aurait bien pu faire, nous sommes restés ici toute la nuit, personne n'aurait pu entrer dans la maison sans que nous le sachions, le chien, pour sa part, aurait donné un coup de pied"

"Je pense que nous ferions mieux de contacter la police !" Renee a déclaré avec des yeux larmoyants.

"Ren nous n'avons aucune preuve, ils penseront que nous sommes fous!"

« Elle n'a rien ; regarde, même sa chemise de nuit est toujours là ! Si cette vieille garce lui a fait quelque chose… je vais la tuer, putain !

« Ren, je vais venir la voir, si c'est ce que tu veux. Mais je parie qu'elle ne se souvient même pas de la soi-disant malédiction !



Après avoir essayé la porte d'entrée, Stan se dirigea vers l'arrière de la maison, regardant par chaque fenêtre au passage. Il n'y avait aucun signe de la vieille femme.

"Alors nous devrions contacter la police !" Renee a laissé entendre quand Stan lui avait parlé de ses actions. "Elle a dit à l'époque qu'elle la surveillerait, c'est là qu'elle est alors!"

"C'est du poppycock, qu'est-ce que tu penses que la police va penser si tu leur dis quelque chose comme ça ?"
























Chapitre trois

Le nouveau Monde

Emily se frotta les yeux en se réveillant, puis regarda autour d'elle, elle ne reconnut rien. En soulevant la couette, elle fut étonnée de constater qu'elle était nue.

Elle n'était pas à la maison c'est sûr, il y avait une chaise à côté du lit, et dessus il y avait une petite jupe avec une sorte de chemisier accroché dans le dos. Emily ne pouvait que supposer qu'elle rêvait, jusqu'à ce qu'il y ait un léger tapotement à la porte, tirant la couette sous son menton, elle appela à la porte.

"Entrez!" Elle n'était pas trop sûre de ne pas rêver.

La vieille femme est entrée dans la pièce avec un plateau avec le petit déjeuner dessus. "Bon anniversaire mon cher!" Elle sourit en tirant les jambes sous le plateau et en le plaçant sur Emily alors qu'elle s'asseyait.

"Où suis-je?"

« Tu es un nouveau monde, ma chère ; à partir de là, vous entrez dans la féminité !

"Féminité!"

"Eh bien, vous avez dix-huit ans maintenant, vous ne voulez pas être renvoyé sans avoir été ouvert, n'est-ce pas maintenant. Même moi, je peux en témoigner ! La vieille femme gloussa.

"Eh bien, où suis-je, c'est trop calme pour être près de chez moi, il n'y a pas de bruit de circulation?"

"Ce sera votre nouvel environnement pendant un moment ma chère, comme je l'ai dit, vous arriverez très bientôt une femme entièrement plaidée!"

Emily regarda autour d'elle la pièce puis les vêtements sur la chaise. "Je déteste dire ça mais je n'ai pas de vêtements, je ne sais même pas où est passée ma chemise de nuit?"

« Tu vas trouver ça un peu chaud pour des vêtements ordinaires ici ma chérie, je t'en mets sur la chaise là ! Vous trouverez alors tout à fait confortable, et facile démontable ”

"Il semble qu'il n'y ait qu'une jupe et un chemisier là-bas. Et les sous-vêtements ?

"Tu n'en auras pas besoin ma chérie, avec ça tu n'auras pas toujours besoin de te déshabiller, alors les sous-vêtements tu n'y trouverais qu'un obstacle !"

"Vous parlez par énigmes Mme Wilberforce, comment se fait-il que vous soyez ici de toute façon, où sont mon père et ma mère, ils seront plus que probablement inquiets!"

"Cela a été prévu pour toi depuis avant ta naissance ma chérie, c'est quelque chose auquel ta mère et moi avons pensé, elle saura bien où tu es!" La vieille femme sourit, ne sachant que trop bien l'état dans lequel sa mère serait. , prends d'abord une bonne douche ça va t'animer et je te descendrai pour te présenter les deux hommes d'en bas ! Ils sont père et fils, c'est pour vous donner le meilleur de l'homme plus âgé, alors que son fils n'a que quelques mois de plus que vous »

Sur ce, la vieille femme quitta Emily pour finir son petit-déjeuner. "Je reviens sous peu pour vous donner les détails" elle quitta alors la pièce et ferma la porte après elle.

Ce n'est que quelques instants plus tard qu'Emily réalisa que la vieille femme avait mentionné les deux hommes. Emily regarda les vêtements, si on peut appeler ça comme ça, la jupe avait l'air extrêmement maigre. Poussant le plateau sur le côté, Emily posa ses jambes sur le sol et se dirigea vers la chaise, soulevant les vêtements devant elle puis se dirigea vers la salle de bain attenante. Une fois douchée et rafraîchie, elle enfila la jupe et le chemisier.

En se regardant dans le miroir de la garde-robe, elle était étonnée de la position des tenues, elle avait vraiment l'air d'être une entreprise, bien qu'avec la jupe, c'était presque comme si elle portait une ceinture, elle couvrait juste ses parties intimes. Heureusement, ses seins étaient assez fermes pour se tenir, même alors le chemisier coupé juste en dessous d'eux, laissant le chemisier dépasser sous ses seins, elle se tourna devant le miroir pour s'admirer. Une minute plus tard, la vieille femme revint dans la pièce, elle n'avait même pas pris la peine de frapper cette fois.

"Mon Dieu, tu as l'air habillé pour tuer!" Elle sous-entendait avoir vu Emily debout devant le miroir. "Maintenant, quand je te descendrai, tu rencontreras père et fils. D'accord, le fils n'a que quelques mois de plus que vous, mais le père est plus âgé que votre propre père, cela vous donnera l'expérience de l'homme plus âgé. Le problème, c'est qu'il n'a pas eu de relations sexuelles depuis environ sept ans, du moins depuis que sa femme est décédée. ; Dieu la bénisse, c'était une femme merveilleuse. Maintenant, quoi qu'il arrive, prenez-le dans votre foulée, c'est avec l'approbation de vos deux parents. Ils veulent que vous fassiez l'expérience du sexe avec les hommes jeunes et matures. N'oubliez pas que je vous ai prévenu, le père n'a pas eu de relations sexuelles depuis de nombreuses années, comme je vous l'ai dit, tandis que le fils, qui n'a que quelques mois de plus que vous, n'a perdu sa virginité qu'il y a quelques mois. Alors le père aura sans doute plus d'expérience ; cela j'espère que vous apprécierez.

"Et mes parents sont d'accord ?"

«De tout cœur, ils veulent que vous preniez votre propre décision en ce qui concerne les jeunes et les moins jeunes. Une chose que je dois dire, c'est que quoi qu'ils fassent s'il vous plaît, sauf cela. Ta nouvelle tenue les séduira au moins tous les deux !

Cette intrigue Emily, elle savait que les vieilles femmes avaient son intérêt à l'esprit.

"Tous les deux?"

"Eh bien, il y en a trois en réalité, le père et les deux fils, mais en ce qui vous concerne, il n'y aura qu'un seul fils, car le jeune Edward est son beau-fils, n'ayant pas les opportunités de son fils Andy, en étant handicapé. !"

Emily a traversé la pièce pour regarder par la fenêtre, elle a été étonnée de ce qu'elle a vu, en réalité c'était ce qu'elle n'a pas vu, il y avait du ciel mais pas de sol… pas d'arbres, pas d'herbe pas même de maisons.

"Où suis-je?" demanda-t-elle en se retournant vers la vieille femme.

"Dans le jamais, jamais atterrir, vous rentrerez chez vous dans un an jour pour jour!" La vieille femme gloussa. « Maintenant, venez avec moi, nous ne devons pas faire attendre vos hommes ! »

Emily suivit la vieille femme dans les escaliers, une fois en bas elle se retourna en la regardant de haut en bas puis sourit, lui prenant la main la menant dans la grande salle du petit déjeuner, toutes trois étaient assises à table.

"Maintenant, rappelez-vous, peu importe ce qu'ils font, ne soyez pas gêné de toute façon, je vais vous les présenter. Vous êtes sur le point de vivre quelque chose que vous n'avez jamais fait auparavant !

La vieille femme a d'abord emmené Emily chez le père aîné, Emily était assez inquiète de la brièveté de sa jupe, tout semblait la regarder. "Maintenant, rappelez-vous quoi qu'ils fassent, ne reculez pas, n'est-ce pas !" Emily a été soulagée vers l'avant.

"C'est M. Frazier !" Déclara la vieille femme.

Le vieil homme regarda dans les yeux d'Emily avec un sourire.

« Alors tu es notre nouvelle stagiaire, ravie de te rencontrer Emily ! »

Il lui tendit la main et prit la sienne. C'est alors qu'Emily sentit sa main libre remonter sous sa jupe, cela la prit un peu par surprise. La vieille femme a vu l'anxiété sur son visage.

« Ne bouge pas », lui murmura-t-elle à l'oreille.

Emily se tenait raide; soudain, un doigt a été senti glisser à l'intérieur de sa chatte, les muscles de sa chatte se sont immédiatement tendus. L'homme tenait toujours sa main, puis serra plus fort, levant sa main jusqu'à son chemisier.

"Puis-je jeter un coup d'œil là-dessous ?" Il leva les yeux vers Emily avec une étincelle dans les yeux.

La vieille femme s'avança en soulevant le devant du chemisier exposant ses seins.

"Mon tu es une petite beauté n'est-ce pas, je suis sûr que nous allons nous amuser tous les deux!"

Son doigt à ce moment-là était enfoncé profondément dans sa chatte. Emily ne savait pas si elle appréciait la sensation. Ou devrait-elle s'en sortir. Il travaillait à l'intérieur et à l'extérieur d'elle maintenant.

« Nous sommes serrés, n'est-ce pas ? » Il réfléchit.

"Ne monopolise pas tout papa !" L'aîné des deux garçons opposés a déclaré.

« Va-t'en ma chérie, les jeunes sont si gourmands de nos jours !

Après avoir retiré son doigt d'elle, il le passa immédiatement sous son nez. Emily fut prise de court par son action et se tourna vers la vieille femme.

"Je ne peux pas croire qu'il ait fait ça !" dit-elle dans sa barbe.

"Tu vas t'y habituer ma chérie, les hommes sont comme ça, ils adorent l'odeur de la chatte, surtout une toute neuve !" La vieille femme gloussa en conduisant Emily autour de la table. Et voici le jeune Andy !

Emily s'avança, "Ravi de vous rencontrer!" Elle a souri.
Comme avec son père, sa main est allée directement sous sa jupe, seulement il était un peu plus brutal, utilisant sa main libre pour soulever sa jupe en regardant sa chatte.

"J'ai hâte, à demain !" Il lui sourit.

Emily recula, permettant à son doigt de glisser hors d'elle, puis se dirigea vers le jeune garçon.

"C'est le jeune Edward !" La vieille femme réfléchit.

Edward leva sa main en prenant la sienne. "Ravi de vous rencontrer mademoiselle !" Il a souri, bien qu'il ne l'ait jamais touchée, ses yeux ont fouillé son corps

La vieille femme remarqua qu'Emily était quelque peu décontenancée qu'il n'avait jamais essayé la même chose que les deux autres.

"C'est bon ma chérie, il aimerait plus que probablement mais son père le refuserait !" Son tour viendra, vous pouvez en être sûr !

Emily s'éloigna d'Edward puis se tourna vers la vieille femme.

"Qu'est-ce qu'Andy voulait dire, par il ne peut pas attendre, et il me verra demain?" Elle s'est interrogée.

«Eh bien, ce sera M. Frazier en premier; puis le deuxième jour, ce sera Andy, mais vous pouvez être sûr qu'ils vous réuniront à un moment ou à un autre !"

"Je ne suis pas sûr que je devrais faire ça, es-tu sûr que mes parents sont d'accord, je veux dire ne devrais-je pas avoir mon mot à dire à ce sujet?"

"Êtes-vous en train de me dire qu'il n'y avait aucune trace de plaisir dans ce qu'ils ont fait tous les deux !" La vieille femme a demandé son visage avait une quantité de sérieux dans son expression.

"Différent, je vais vous donner ça, je n'ai jamais rien ressenti en moi !" Émilie a répondu.

"Eh bien plus tard dans la journée, vous aurez la vraie chose, et je suis sûr que vous apprécierez. M. Frazier est très expérimenté dans ce domaine ; comme je l'ai dit, sa femme est morte il y a environ sept ans. Par le regard sur son visage alors qu'il te doigtait, il serait plus que disposé à prendre ta virginité. Alors demain ce sera au tour d'Andy; Je ne peux pas me porter garant pour lui, sachant qu'il a perdu sa propre virginité mais il y a quelques mois. Cependant, cela vous donnera l'expérience des jeunes et des moins jeunes!” dit la vieille femme avec un sourire.

« Pas si jeune ; il est plus âgé que mon père ? Emily l'a assurée.

"Vous pouvez toujours avoir le jeune en premier si vous le souhaitez, mais dans mon esprit, je pense qu'il est susceptible d'être un peu bruyant!"

"Je pense que tu pourrais avoir raison avec la façon dont il a enfoncé son doigt sur moi, rien de plus doux que son père!" Émilie a conseillé.

"Comment vous sentez-vous à ce sujet maintenant?" La vieille femme a demandé en prenant Emily par le bras la menant vers la porte: "Pensez-vous que vous apprécierez le sexe, maintenant que vous avez eu votre culotte envahie?"

« Quelles culottes ! » Émilie gloussa. "Eh bien, je ne sais pas vraiment, je suppose que c'est quelque chose à espérer, je veux dire que la plupart des filles sont effrayées par la contemplation de tout cela, je veux dire que vous entendez tellement d'histoires!" Répondit Émilie. « Où m'emmenez-vous maintenant ? »

"Pour la chambre principale, vous n'aurez pas votre propre chambre tant que vous serez ici, vous alternerez entre la chambre de M. Frazier et celle d'Andy."

Quelle sera la durée de mon séjour ?

"Comme je l'ai dit plus tôt, jusqu'à ton prochain anniversaire, remonte les escaliers !"

"Mme Wilberforce, n'avez-vous pas pensé que je pourrais bien tomber enceinte dans ce délai?"

"Rassurez-vous ma chère, vous le ferez vraiment, à votre anniversaire, vous aurez un bon quatre mois avec un enfant ! C'est comme je l'ai voulu !

« Tu m'as voulu cela, pourquoi ? »

"C'était l'idée de ta mère !" La vieille femme a répondu. « Quelque chose qu'elle a dit avant ta naissance. Elle sera ravie pour vous à votre retour. Maintenant, entrez ici, c'est la chambre de M. Frazier, il va bientôt se lever !"

« Que veux-tu que je fasse quand elle arrivera ? interrogea Émilie.

« Laisse-lui ça ma chérie, fais ce qu'il veut. Je suis sûr qu'il sera gentil avec vous !

Emily regarda la vieille femme quitter la pièce, s'asseoir sur le bord du lit king size. Elle était sur le point de se diriger vers la fenêtre lorsque la porte se rouvrit.

Frazier a regardé à travers la pièce vers elle; ses yeux se régalaient de ses longues jambes, la lumière de la fenêtre dessinait ses seins à travers la fine étoffe de son chemisier.

"C'est bon ma chérie, si tu veux jeter un coup d'œil, ça me va, viens juste au lit quand tu es prêt!" Il sourit, assis sur son bord.

Emily se sentait un peu nerveuse, ses yeux étaient rivés sur elle, elle sentait surtout qu'il la déshabillait, pas qu'il avait beaucoup à enlever.

"Venez, venez vous asseoir !" Frazier tapota le lit à côté de lui pour qu'elle vienne vers lui.

Lentement, elle se déplaça vers le côté opposé du lit, s'asseyant avec ses mains serrées entre ses genoux.

Frazier se déplace vers le centre puis lui prend la main : « Viens, et allonge-toi ici au milieu.

Emily s'est déplacée au milieu du lit et s'est allongée le long de celui-ci. La main de Frazier s'est déplacée sur sa poitrine, il n'a rien dit, juste assis, manipulant sa poitrine dans sa grande main. La sensation fascina Emily, Frazier remarqua l'étincelle dans ses yeux.

"Est-ce que ça a été fait avant que je le prenne?" Il a souri.

"Jamais" répondit Emily.

Frazier a soulevé son chemisier exposant ses deux seins, son œil ne les quittant jamais pendant qu'il parlait. « Vous avez de beaux seins, beaux et fermes.

Emily s'allongea et ne dit rien, son esprit était fixé sur les sensations intérieures qui parcouraient son corps.

Soudain, une lumière frappa à la porte de la chambre.

Frazier se retourna. "Entrez!" il a appelé

Edward passa la tête par la porte.

"Eh bien entre alors mon garçon, assieds-toi là-bas !" Frazier désigna une chaise à côté du lit. "Ça ne te dérange pas mon cher, faut-il qu'il apprenne comment, ne veux-tu pas qu'il gâche le plaisir d'une fille, n'est-ce pas ?"

"Non, non, ça ne me dérange pas" Emily ne pouvait pas croire qu'il laissait son fils s'asseoir et regarder; elle savait qu'elle n'avait pas le choix de toute façon.

Frazier se penche sur son corps en prenant son sein gauche dans sa bouche; la sensation était à couper le souffle. Emily se pencha en arrière, la tête enfoncée dans l'oreiller, les yeux fermés, c'était un moment qu'elle voulait garder à jamais dans son esprit, tandis que Frazier mordillait sa poitrine, sa main descendant entre ses jambes, écartant les doigts, les écartant doucement. Emily ouvrit les yeux une fois de plus en regardant vers Edward qu'elle savait du point de vue du garçon qu'il pouvait voir directement sous sa jupe, soudain il baissa son short et sortit sa bite, la caressant dans sa main. Même cela semblait la stimuler, pensant que la vision d'elle allongée devant son père, avec son doigt sondant ses parties les plus intimes avait excité Edward. Frazier a déclaré se déplacer vers le bas du lit, ouvrant largement ses jambes. Il y eut un gémissement soudain d'Edward, Frazier regarda vers lui.

« Si vous allez faire cela, pour l'amour de Dieu, procurez-vous un verre ; rien ne se perd dans cette maison ! Il balbutia. "Si vous pensez à Emily, elle devrait l'avoir!"

Emily ne pouvait pas comprendre ce qu'il voulait dire, son esprit était instantanément retiré de son explosion, sa tête était maintenant entre ses jambes, et elle l'avait trouvé dégoûtant quand il avait levé son doigt vers son nez après l'avoir entré dans sa chatte, maintenant il essayait de la manger, du moins c'était ce que ça faisait. En aucun cas, elle n'avait jamais ressenti de vibrations dans son corps comme elle l'était à ce moment-là ; sa chatte était pleine de sensations dont elle n'aurait jamais rêvé. Elle ne pouvait que regarder la tête hochant la tête de Frazier avec émerveillement; jamais elle n'aurait pensé qu'un homme voudrait faire comme il était.

À ce moment-là, Edward revint dans la pièce avec un verre à la main, il rapprocha sa chaise avant de s'asseoir une fois de plus, puis posant le verre sur la table de chevet, il continua à caresser sa bite agrandie, enfin au moins Emily la considérait comme grande, et elle n'était pas un véritable arbitre en la matière.

Elle laissa échapper un cri soudain alors que Frazier mordillait son clitoris, le visage d'Edward était vissé alors qu'il pressait sa main plus fort sur sa queue. Emily sentit un doigt être doucement poussé dans sa chatte avec la giration de sa langue et la douce poussée avec son doigt la rendit sauvage, l'envoyant directement dans l'orgasme. Elle ne remarqua pas sa main descendre le lit pour enlever son pantalon; l'orgasme était trop féroce et son esprit s'est vidé; son corps mou. Lentement, Frazier grignota son chemin vers le haut de son corps une fois de plus en s'attardant sur ses seins tout en prenant sa bite dans sa main.

Emily a senti l'énormité de son casque pousser les lèvres humides de sa chatte. Elle ouvrit grand les yeux en le regardant alors qu'il se déplaçait vers elle en l'embrassant durement sur les lèvres. Edward avait rapproché sa chaise du lit, maintenant il était assis juste à côté d'eux tous les deux avec ses yeux rivés sur la bite de son père. Emily n'a jamais regardé dans sa direction; son esprit était de nouveau sur sa chatte. Frazier enroulait sa bite en cercles pour recueillir le jus de sa chatte; il s'arrêta de façon inattendue, puis tranquillement il s'appuya sur sa queue, l'embrassant une fois de plus en même temps. Emily laissa échapper un cri alors que le poids de sa bite butait contre son hymen fragile.

« Non… non, vous devez arrêter ; ça je n'aime pas !" Emily agrippa ses poignets en essayant de se relever sur le lit, espérant que la pression diminuerait.

Frazier s'arrêta quelques instants, puis pencha la tête en regardant son sexe immobile entre eux, puis se tourna vers Edward.

« Regarde ce garçon ! C'est comme ça que ça se passe !" Il a sous-entendu sans se retourner.

Brusquement, il poussa sa bite vers l'avant, tranchant son hymen, Emily jeta sa tête en arrière dans les oreillers, balbutiant quelques mots obscènes, puis la douleur disparut. Edward était à côté d'eux alors qu'elle rassemblait ses sens, ses yeux regardant toujours la bite de Frazier alors qu'elle prenait de l'élan en longs coups lents et délibérés. Emily se sentait presque comme si elle avait été coupée en deux, petit à petit elle succombait à ses mouvements. Ses mains retournèrent à ses poignets seulement cette fois ils se tenaient juste, pas de poussée ou de traction agressive.

« Je jouis… Je jouis ! » cria Edward.

"Prends le verre ensanglanté alors espèce de garçon stupide!"

Edward attrapa rapidement le verre de l'armoire, le tenant au bout de sa queue. Emily a été étonnée par les fortes rafales de sperme alors qu'elles sortaient de l'extrémité de sa queue.

"Donnez-le ici garçon!" demanda Frazier.

Edward essuya sa bite autour du bord du verre puis la tendit à son père, Frazier la leva vers la lumière de la fenêtre, puis baissa les yeux sur Emily, sa bite s'enfonçant toujours lentement en elle.

« Pas mal, et ce n'était que l'idée de te baiser ; ça ne va toujours pas se perdre. Ouvrez la bouche!" Frazier poussa le verre vers la bouche d'Emily.

"C'est sale !" déclara Emily en tournant la tête d'un côté.

"C'est normal, c'est toi qui l'as fait, s'il ne t'avait pas vu te faire enculer et perdre ta cerise, ça ne l'aurait pas été tant que ça !"

Frazier tendit la main en lui prenant le visage par le menton ; puis poussant le verre jusqu'à sa bouche. « Boire, c'est la nourriture de la vie !

Emily savait qu'elle ne pouvait qu'obéir, se souvenant des paroles de la vieille femme. Le goût était salé, mais elle réussit à l'avaler en deux grosses bouchées.

« Là, ce n'était pas si mal, n'est-ce pas ? La prochaine charge sera au plus profond de votre chatte vierge.

Edward lui prit le verre des mains et le remit sur la table de chevet puis se rassit sur la chaise une fois de plus.

"Est-ce qu'il doit être ici?" Demanda Emily en regardant vers Edward.

"Son jeune, ne t'inquiète pas, il sera debout et jouira à nouveau dans quelques minutes, il est l'endurance pour ça!"

Frazier a recommencé à la baiser, ses mouvements plus agressifs cette fois, mais l'agression a été appréciée. Emily a commencé à travailler avec lui, se souvenant de ses paroles selon lesquelles son fils avait de l'endurance, ne voulant pas qu'il faiblit dans ses mouvements. Sa chatte était pleine de l'étendue de sa bite, tout à coup, elle est entrée à nouveau dans l'orgasme, cette fois c'était plus rigoureux en la prenant sur un high, Frazier l'a baisée plus fort en l'amenant à la limite, son corps a été ratissé avec le plaisir de ce. Edward ne pouvait pas se contenir, une fois de plus il prit sa bite, cette fois ses mouvements étaient plus enthousiastes, et même s'il ne la baisait pas lui-même, au moins elle prendrait volontiers sa semence maintenant.

Frazier se retira puis la fit s'agenouiller ; Emily pensait que c'était la fin, c'était jusqu'à ce qu'elle sente sa queue être à nouveau forcée vers elle. C'en était trop pour Edward, il a poignardé sa main pour le verre, encore une fois sa semence pompée vicieusement, il a juste réussi à mettre le verre au bout de sa bite à temps.

Cette fois, Emily se sentait plus que pleine, il avait maintenant chaque centimètre carré de sa bite en elle, avec ses mains la saisissant par la taille, il la ramenait contre lui à chaque poussée vers l'intérieur. Edward tenait le verre devant son père.

"Attends idiot ! Tu ne vois pas que je suis occupé ? Elle va recevoir plus que ta petite goutte très bientôt maintenant !"

Frazier a commencé à la baiser férocement, la pensée de son fils soufflant deux fois, et il n'avait été nulle part près de sa chatte. Emily a poussé un cri aigu alors qu'elle recommençait à jouir une fois de plus, cela n'a fait qu'accroître le besoin de Frazier de souffler, son urgence maintenant très proche. Emily pouvait sentir ses bœufs alors qu'ils frappaient contre sa chatte alors qu'il la pénétrait. Se penchant en avant, il l'a attrapée par les épaules, arquant le dos, il a ensuite soufflé, et la sensation a pris Emily par surprise. Il la tenait fermement jusqu'à ce qu'il se soit assuré qu'il était complètement vidé.

Alors que Frazier s'éloignait d'elle, Emily s'affaissa sur le lit, elle réussit à se retourner et à lui faire face. Son sexe la déconcertait ; après celle de son fils, la sienne était énorme, elle était sûre que si elle l'avait vue avant elle ne l'aurait jamais laissé approcher d'elle. Edward s'avança en lui offrant le verre, Emily regarda vers Frazier.

"Prends-le!" Il a dit. "Avez-vous le pouvoir du bien !"

Cette fois, Emily lui prit le verre et le but régulièrement en goûtant son essence même.

"Merci!" Elle sourit à Edward, vidant le verre alors qu'elle se rallongeait sur le lit en les regardant tous les deux.

"Eh bien, avez-vous trouvé cela agréable?" Frazier lui sourit.

Emily l'a placée sur sa chatte, "Je me sens un acarien douloureux, surtout au début!"

Ce n'est que lorsqu'elle a retiré sa main qu'elle s'est rendu compte qu'elle perdait son sperme. "Je ferais mieux d'aller aux toilettes je pense !"

"Tiens, peux-tu prendre ça !" Edward lui tendit le verre vide mais trouble.

"Eh bien, vous n'aurez pas le même problème ce soir!" Frazier sous-entend.

"Ce soir?" déclara Emily en se retournant après sa remarque.

"Tu dormiras ici ce soir, puis demain dans la chambre d'Andy, nous t'emmènerons une nuit sur deux !"

« Et qu'en est-il d'Edward ?

Frazier se tourna vers son fils avec un sourire. « Lui, il dormira dans sa chambre, il ne vous dérangera pas. Comme vous l'avez vu, il peut donner sa semence sans s'approcher de vous.

Emily est allée dans la salle de bain pour se nettoyer, elle n'avait pas réalisé qu'il y avait tant de choses collantes, elle se tenait devant le miroir en se regardant, sa chatte était rouge et douloureuse, elle ne savait pas si elle était heureuse maintenant qu'elle était une femme, espérant seulement que la prochaine fois ce ne serait pas si douloureux.

Quand elle rentra dans la chambre qu'ils avaient quittée, la vieille tirait le lit ; elle leva les yeux alors qu'Emily entrait dans la pièce.

« C'était bien ? » Elle a souri.

"Je pense que je ferais mieux d'avoir des culottes, je suis sûr que tout n'est pas sorti!"

"Tu n'auras pas de culotte ici ma chérie, ne t'inquiète pas si ça tombe sur ta jupe, je t'en trouverai une nouvelle!"

"Pouvez-vous me dire où je suis maintenant?" Emily a demandé alors qu'elle s'asseyait sur la chaise à côté du lit en plaçant ses mains sur ses genoux.

Comme je vous l'ai dit, vous êtes dans le jamais, jamais la terre ; en vérité tu es dans un rêve, mais tu n'es pas chez toi !"

"Donc tout cela n'est pas vrai alors ?"

“Oh, it’s true alright, you’ve definitely lost your virginity and as far as sex is concerned you’ll be getting plenty of that, in two days time you’ll be having father and son together, that will be an eye opener for you!” the old woman smiled as she moved around tucking the covers of the bed in neatly.

"Ensemble?"

“Frightening isn’t it,” There was a twinkle in the old woman’s eye as she spoke, “Don’t worry you’ll soon learn to take it in your stride. It’s young Edward I feel sorry for, all he gets is a look in, still as long as you also take his load, I don’t suppose he’s to bothered! I think you’d end up very sore with all three of them anyway?”










Chapter Four

“ Wallace”

Whether it was the air or the good fucking she’d had in the morning she couldn’t tell, all she knew was that she was extremely tired. Emily went to bed early, leaving the rest of the group including the old woman downstairs in the lounge. She’d still not been told as to where she was; the house seemed to be standing in midair, there was just sky and an horizon, with no earth, grass or trees, the added bonus was that there was no traffic noise. Emily was soon in a deep sleep.

It was around eight in the morning when she awoke, she sat up briskly as she heard a noise coming from the adjoining bathroom, once more the room seemed strange to her, there was different furniture, a new skirt and blouse hung over the chair ready for her. Suddenly the bedroom door opened and Andy came in stark naked, his cock swinging from side to side.

“Your awake then, hope I didn’t make to much noise. Emily was baffled by his abruptness; it was as much as she could do to take her eyes off his cock, for it seemed twice the length of his father’s.

“This is a different bedroom?” Emily quizzed.

“We do have our own I’ll have you know!”

“Well how did I get here, I was in your fathers room?”

“We mustn’t waste time; when he’d finished with you last night I brought you in here, I take it you’re ready for me?”

Emily pulled the bedding up under her chin.” Ready for you?”

“Well it’s my turn today, or don’t you remember that?”

“Remember what?” Emily eased herself down the bed as she spoke. She sensed a sudden dampness as her bottom slid back under the covers.

“Well I’ve already had two sessions with you, are you telling me you remember” Andy chuckled as he sat himself down on the edge of the bed.

It was then that Emily realised as to why the bed was damp, if he’d had her twice; going by his father’s invasion this was why she was so wet now.

“No I don’t remember!” Emily gripped the bedding tightly up under her chin.

“Why be so bashful, I’ve seen all of your body, now unlike my father I’m ready for more! Not that I’m a practised lover, but I found you an excellent fuck!”

“I don’t think so, I’d like to rest if you wouldn’t mind!” Emily sensed her pussy tweaking, it almost as if she’d still a cock inside her, she couldn’t believe that he’d actually fucked her and she’d not woken up.

“After breakfast then we’ll make a morning of it!” Andy smiled, “Might as well let you have some enjoyment whilst you’re not asleep, although you were making enough noise earlier?” His cock had gone flaccid as he stood, but it still seemed quite large. “Catch you at breakfast then!”

Emily watched as he left the room then eased the bedding down to inspect her private parts, as he said he’d had her twice, and it showed, her pussy was really puffed up, and cum was still oozing from it. Emily reached down dipping her finger into her pussy collecting some of the sperm onto it then bringing it up under her nose, it had a strong acrid smell to it, how she’d swallowed Edwards yesterday she couldn’t imagine. Quickly she swung her legs over the edge of the bed heading for the bathroom.

“Ha, our quest is up then, did you sleep well?” Frazier asked lifting his teacup to his mouth.

“Fine, I think I must have done as I remember nothing of being moved from you’re bedroom?” Emily sat down as she spoke looking around at the faces that were trained on her.

“Well it was gone midnight by the time I’d finished with you so Andy took you into his bedroom. Your not to sore I hope?” Frazier said with a grin.

Emily felt somewhat embarrassed by his remark, knowing that each of them was waiting for her answer.

“Don’t make the poor girl more embarrassed than she is!” The old woman said with a smile. “Take no notice of them my dear, they’re only trying to boost their ego”

Emily considered that if she said yes perhaps they’d leave her for a couple of hours.

“No, really I don’t mind, yes I am considerably sore; I think I could do with a rest for a while.”

“Then that you shall have!” Replied the old woman. “I’ll expect Andy went into you like a bull in a china shop knowing him!” The old woman scowled toward Andy, “Still, I think you’ll have to have a little this afternoon readying yourself for tomorrow. Not to worry, I’ll be there to make sure they don’t get out of hand!”

Emily was quite concerned my her remark, she remembered the old woman telling her that she’d to take two of them at the same time, and she couldn’t see that that was possible, even Frazier felt huge to her.

“We’ll go for a walk when you’ve finished your breakfast, I think we need a little talk!” The old woman smiled toward her, knowing that her mind was in a complicated state.

Emily looked across the room to the window, still there was nothing but blue sky and that’s all, she was delighted that she’d be able to get out of the house, but she couldn’t see for the life of her as to where they’d go.

It came to light over breakfast that Frazier had had her once and of course Andy twice, both spoke highly of her, and as to how tight her pussy was; she could only assume that they were both belittling Edward, who’d not spoken a word. She did fell somewhat sorry for him; just because he was disabled it didn’t mean that he’d to be ridiculed, by them both boasting of their manhood.

Once outside Emily could only assume that there was a path or at least a lawn, beneath her feet the ground seemed solid, a light mist, which swirled around as she walked through it covered it. She looked toward the old woman who was now holding her arm.

“This is weird!” she said moving her feet around in circles. “How far can you go?”

“As far as you like, this is fresh air nothing like you have at home!”

Emily looked forward she thought she saw movement.

“I’m sure I saw some one ahead?”

“More than likely, they wanted to meet you yesterday, saw you at the bedroom window!” The old woman mused.

“They?”

“The little people; you’ll see them soon enough. There, over there!” The old woman pointed toward her right.

True to her word one of the little people was heading toward them both, stopping just feet away.

“Hell, he’s fascinating, so small but perfect!” The little man looked up as Emily spoke, and then walked toward her stopping just in front of her feet. He started to talk it was a language that Emily did not comprehend. All she knew was that he was jabbering away with a big beaming smile on his face.

“Whatever is he on about?” Emily questioned, her eyes glued to the little man.

“Believe it or not he is complementing you!” The old woman laughed.

“Complementing me, for what?” Emily asked of the old woman, seeing the grin on her face.

“Well from his viewpoint he thinks you have lovely red hair!”
Emily looked back down at him, he stood no more than two feet tall, and it was obvious as to where he was looking. She placed her hand down onto her skirt allowing it to dip in over her private parts.

“Are all the men around here sex mad?” She asked of the old woman.

“Don’t blame him he’s a local, and supposeively an experienced lover. Come sit down on the seat over here” The old woman took her arm once more leading her toward the seat. The little man followed closely behind them both with his nose into the air.

As they both sat the little man moved to the front of them placing his hands onto Emily’s knees, the looking up to her started to jabber away again.

“God, he’s full of it; what’s he saying now?” Emily could only but laugh.

“He wants you to open your legs my dear!”

“Mrs Wilberforce, you can’t mean it?”

“As I have told you my dear, he’s expert in lovemaking. Move forward and open your legs, I can assure you you’ll not forget it, he’s proved his worth many a time!”

As Emily edged toward the edge of the seat, immediately he eased her legs apart, muttered a few words then forced his head between them.

“Christ, I see what you mean!” Emily griped the seat as he started to muff her, his tongue felt more like a long worm as it entered her pussy, with his mouth he sucked at her clitoris, pulling her bud up firmly.

“He’ll stay there all day should you need it!” The old woman tittered. “But it’s his cock that he’s mighty proud of!”

“He’s cock, surely that can be no bigger than a babies little finger!” It was as much as Emily could do to get her words out, her experience of him was breathtaking

“That’s where you’re wrong dear, it’s as big as your mind wants it to be. Leave him be awhile, enjoy his tongue first!”

The old woman had to put her arm around Emily’s shoulders as to hold her still; so extraordinary were her orgasms she nearly fell from the seat.

“Christ, Mrs Wilberforce never would I have thought him so imaginative, he’s send my pussy wild.

“Let him fuck you now dear, lay yourself along the seat, I sit then you can place your head into my lap.

As Emily stood, the suction he’d on her pussy with his lips nearly lifted him off the ground. The old woman said something to him, and he dropped from her pussy moving down to one side of the bench waiting for Emily to get into a comfortable position.

Once Emily’s head was in the old woman’s lap the little man moved in between her legs lifting them onto each of his shoulders. She looked down as he dropped his trousers, his cock was as she’d thought, no bigger than a babies little finger, but it stood rock solid, the helmet was the size of a large marble.

He moved in toward her, placing his cock into her virginal passageway. She could but agree with the old woman it did seem a lot bigger than it looked. The little man reached up clasping her by the waist as he pulled himself into her.

“Good!” The old woman remarked stoking Emily’s hair.

“When you want it bigger all you have to do is ask him for more!” She said with hit of sarcasm in her voice. This will help you towards your double up tomorrow!”

“He’s doing fine as he is at the moment!”

“Just ask him for more, get your pussy full, you’ll love it!”

“He’ll not understand me?”

“There are no barriers in sex my dear, just say more to him, each time you say this, his cock will grow in length and width, enjoy him as he is you!” The old woman smiled running her finger gently down Emily’s cheek.

Emily was totally relaxed with the little mans movements; she closed her eyes and just mentioned the word more once. She took in a large gasp as she sensed the thickening of his cock.

The old woman smiled to herself, she knew of Emily’s gratification, she herself had been there many moons ago; although it would be too much for her now and she knew it, she could but watch. The little man started to fuck her really hard; sweat was beginning to cover his brow, Emily was letting out moans, then a sharp intake of breath as his cock deepened as his thrusting became more adamant.

“More!” Emily cried out.

Once again his cock thickened and extended deeper up inside her pussy. Emily couldn’t believe the sensations that he was bestowing upon her, he was small; well at least in body. The little man looked down between them, his own eyes lightened as he admired the proportions of his organ. She felt more like a virgin of his own kind; she was so tight.

Emily reached up clutching at the old woman’s hand as she went through yet another orgasm, her body arched up meeting his inward thrusts. Gripping her teeth as she began to cum in multiple waves of shock, the capillary of veins around her pussy had swollen beyond all means. She did wonder if she could take even more, his cock now felt not unlike the trunk of a tree, it’s bark dragging against her inner walls.

“More!” She cried out, from where she obtained the energy she couldn’t tell.

Again his cock thickened, it was as much as the little guy could do to enable himself to drive the massif cock up into her. Even now he was standing on tiptoe to achieve his goal.

Emily knew her energy was about to subside, but she willed herself to carry on, she’d have never realised that such a little guy could have so much impact on her pussy.

"Est-ce que tu vas bien?" the old woman whispered into her ear. “Would you like him to finish?”

Emily heard her words, she really didn’t know what she wanted, and her enjoyment of the little guy was enormous. She felt so full; if he pulled out she was sure she’d collapse. Again it came and went, orgasm after orgasm. The old woman gripped her teeth as Emily dug her fingernails into her wrists.

“Cum!” The old woman called down to him.

Abruptly he slowed his pace, taking long deep thrusts, even he could tell that this was going to be his supreme download, never had he had his cock swell to these dimensions, it was nearly three times the thickness of his own arms. He put one foot onto the rail in front of the seat lifting himself up, and then plunged his cock in deep letting out a piercing moan. Emily opened her eyes wide, she felt as if she was about to explode with the amount of cum he was pumping up her.

The old woman reached down placing her hand below Emily’s tummy, she could feel the boiling effect of his seed as it willed its way up deeply into her womb.

As the little guy pulled his elongated cock from her, he fell forward under the sheer weight of it, resting his elbow on one edge of the seat; then looked up toward the old woman and started to jabber once again. Emily looked down at his cock, she couldn’t believe that she been fucked by such an all-embracing organ, she turn her face up towards the old woman who’d seemed that she was in a conversation with the little guy.

“What’s he on about now pray?” Emily had noticed that he seemed to be getting hot under the collar.

“It’s alright my dear, he say’s he has to go home, but you’ll have to will his cock to go down!”

“How in heavens name do I do that?”

“Just hold onto it and say smaller!” The old woman stated with a smile.

Emily reached forward, there was no way she get her hand around it, it was miles to thick, but she gripped what she could with both hands.

“Smaller, smaller!” She murmured, and then repeated herself.

The little man nodded in appreciation, as his cock started to become slighter, as soon as it became it’s normal size all the stretched skin started to wrinkle; then smooth out, with the little marble at its head.

“Well, that really was something, most enjoyable!” Emily smiled up toward the old woman.

“He does wish to know if you should want more?” She informed Emily.

Emily chuckled to herself. “Not at this precise moment, I feel somewhat full as it is!”

“Not now, some other time?” The old woman quizzed with a smile.

“He can’t get me pregnant can he?” Emily asked reaching forward to straighten his hat.

“Oh, he’s very good in that department, he’s twelve children of his own!”

“Good grief, his poor wife!”

“Don’t blame him, she can’t get enough of it. He’ll more than likely go home now and have to perform for her!”

Emily looked down at the little man, he was struggling to pull his trousers up, she reached forward taking the waistband into her hands hoping to help him pull them up, trouble was she didn’t realise her own strength and lifted him completely off the ground. Needless to say, he started jabbering on again thinking she was having fun with him.

“He’s so cute!” Emily smiled down toward him as she spoke. “Does he have a name?”

“Wallace!” The old woman stated.

Emily thought that a very muscular name for such a small guy. “Twelve children, he doesn’t look that old?”

“His youngest is thirty five, and at the last count he was 105 years old!”

“Good grief, I certainly have been introduced to the older man!” Emily replied with a grin. “I’ll bet he’s had a few under his bent?”

“It’s been years since; but I used to enjoy his company, of course I was much younger then!”

“You’ve had the little guy also…sorry I meant Wallace! However old were you?”

“Like yourself my dear just around your own age, and he was good then, no doubt even better with age, Nevertheless, I wouldn’t have the energy for it now, it’s nice to see you enjoying him though”

“I’ve just thought Andy will be expecting me, wondering as to where I am?”

“I wouldn’t worry to much on his behalf my dear you’ll be no good to man nor beast in your present state, if he tried you now he’d fall in after the stretching that you’ve just had!”

“You’d think he’d notice?”

The old woman sniggered at her remark. “As big as he thinks he is; he’d not even touch the sides my dear! No, Wallace here has given you more than a good seeing to, you’ll not be needing sex for a good couple of hours yet. Don’t worry I’ll hold him at bay!”

The house was quite when they returned the old woman went straight into the kitchen. “I don’t suppose you’ll be saying no to a cup of tea?” She inquired as she filled the kettle.

“Suits me fine after the loss of my energy!” Emily replied as she sat at the table. “Where are they all?”

“They’ll not come out till we’re good and ready!” The old woman said turning to look toward Emily over her shoulder.

“How can you be so sure?”

The old woman didn’t reply until she headed back to the table with the tray with the teas on. “I told you, I’ll hold them at bay until you’re good and ready!”

“How can you do that; we’ve not even seen them yet?” Emily replied lifting her cup.

“I have my ways, you’ll have to be patient. No man likes following a sticky wicket!”

“Sticky wicket!” Emily laughed.

“How say you a sticky wicket, what does that mean. You have some funny sayings Mrs Wilberforce?”

“Not really my dear stands to reason with the load that Wallace blew up you you’ll bound to be wet!”

“You have a point there, but there is no leakage whatsoever, I don’t understand that?”

“Most of it went straight up into your womb, you shouldn’t have asked him to make it so big. His seed had nowhere else to go!”

“Can you at least explain as to where I am, everything here seems so unnatural?”

“For one you’re still at home; and our three guests are non-existent, they are only in your mind, it’s only myself and Wallace that are real”
“What of the outside, there is no ground, no grass and no trees, no sounds?”

“Oh there there, it’s just that I’ve wiped them from your mind”

“You say Wallace is real?”

“As real as you and me!”

“I’ve never seem anybody that small, his smaller than a midget, who is he.”

“Wallace, he’s a warlock!”

“Warlock, that’s a male witch isn’t it?”

“Got it in one, yes you’re right! Now you can believe in Witches and Warlocks!” Chuckled the old woman.

“I know of no witches?” Emily questioned.

“You’ve a friend who is one!”

“I have, and who might that be?”

“In all the time you’ve known me, are you telling me your mother or father have not mentioned that I’m a witch?”

“They have never spoken an ill word of you, and as to calling you a witch, that I have never heard!”

“Well that’s what I am my dear, giving you as to which every woman seeks, full bodied sex!” The old woman smiled.

“So when I get back to my own time, in a year from now who’s child shall I am carrying?”

“Wallace’s of course!”

“So should it be girl or boy, it will be a witch or warlock?”

“A witch my dear, you’ll be having a girl! That’s of course if you want a girl?”

“Will it grow up to be the same size as Wallace?”

“Nobody would ever know my dear, it’ll be no different than yourself!”

“If the family here is no-existent, why do I need them when it’s Wallace that will sow his seed?”

“Well you have me there dear, I didn’t think that Wallace would be so forth coming. You shouldn’t have met him for at least four days, I wanted you to have the other three first!”

“You said that I wouldn’t have been able to have Edward, his father disagreed with the idea?”

“I was going to get him on his own. He to is a virgin! I just wanted him to watch the others so that he’d know as to what to do!”

They’d been talking for hours it wasn’t until the old woman looked at the kitchen clock that she’d realised just to how long.

“We must get you back with Andy he’ll be wondering as to where you are by now. I should think you’re more than ready, I can assure you he is?”

The old woman took Emily up stairs and opened Andy’s bedroom door. “See you in a little while!” Elle a souri.


“So where have you been; I’ve been lying her naked for what has seemed hours?” Andy stated sitting up on one elbow, with his cock in his hand. Emily looked down at it, this would be her first time of feeling it and it; looked somewhat large, well at least long. “Well don’t just stand there, you needn’t bother to get undressed I’ll have you as you are!”

Emily sat down on the bed beside him, this was the first time she’d been able to view a cock so near at hand, and even Wallace’s was a few feet away. Andy eased her back onto the bed then sat up whilst opening her legs.

“Didn’t think I’d made you that sore! I must have given you more of a seeing to that I’d thought I had?”

Emily didn’t want to question his meaning she knew full well it must have been from Wallace that she’d looked sore to him. She drew in a deep breath as he went down on her, even though his method was nowhere near as good as his fathers or Wallace for that matter, it was enjoyable.

As the old woman had informed her Andy was a bit hasty, he’d given her no longer than a couple of minutes with his tongue and he was already climbing up her body. His hand shot down between them in no time he’d found her open pussy, pushing himself straight in. He bottomed her on his first thrust; needless to say Emily squealed out with the sudden pain. He did apologise, which seemed pointless, he knew as to what he was doing, he’d intended to hurt her.

He started to fuck her with the full length of his cock, it was enjoyable, at least she was not spoilt for choice, what one lacked the other made up for, but she considered that she’d liked the fat ones best. She placed her hands around his neck pulling him down to her kissing him gently on the cheek.

Andy didn’t falter in his stoke as the bedroom door opened, the old Woman, eased the wheelchair with Edward around the door before closing it behind her, she wheeled him up on the right hand side of the bed then aided his effort to get onto the bed. Andy ignored them both completely as he continued to fuck her. Edward arranged himself so that he could see down between them, then started fumbling with his flies, the old woman reached over his pulling the zipper down then placed her hand inside pulling his cock out gently. Edward immediately put his hand down wrapping his fingers around it, the old woman turned back to the chair lifting a glass from the basket and handed it to Emily, she knew instantly of it’s purpose.

Emily turned up to face Andy he was now ploughing into her at a fantastic rate Emily knew she was about to cum, she lifted her hips to meet his thrusting, the tension was beyond her, her body tensed, she could feel nothing but his continuous thrusting, although he did bottom a few times, but she was getting used to this by now. Once she got through her orgasm she turned to Edward he was now pulling on his cock like there was no tomorrow. Emily reached across him taking his cock into her hand, it felt smooth, but hard she started to jerk it like she’d seen him doing, Edward threw his head back into the pillow, this was something new to him, much more enjoyable that his own hand.

Andy although didn’t agree as to what she as doing to his brother, considering that all her attention she be toward him, it was his day. It really showed in his face.

“Let him fuck himself!” He stammered as he pushed his cock in deeply, knowing it would hurt her.

Emily let go of Edwards cock putting her hand back up around Andy’s neck. “Sorry I didn’t think you’d mind being as he’s you’re brother!” s'exclama-t-elle.

Needless to say, Edwards’s hand came back to his cock rubbing it fiercely. Suddenly he reached across picking the glass up from the bed, and then held it over the end of his cock. Hot spunk started to spurt into it straight away, his head went back into the pillow once more as he let out a loud moan.

Emily turned her head just in time to see the creamy substance splatter into the

Articles similaires

La partie partie 1_(0)

Le vendredi soir est finalement arrivé et Silk était vraiment nerveux. Elle enviait les deux autres pour leur expérience parce qu'ils étaient excités au lieu d'avoir peur. Elle était si nerveuse que lorsque Michael prononça son nom ; elle a presque sauté hors de sa peau et a poussé un oui Maître. « Soie, as-tu peur ? » Michael lui a demandé, la voix pleine d'inquiétude. — Un peu, dit-elle d'une petite voix. Michael l'a serrée dans ses bras et a murmuré des mots d'assurance à son oreille. Il lui a dit que tout ce qu'elle avait à faire ce soir était de regarder...

560 Des vues

Likes 0

Substitut sexuel

Substitut sexuel Ch1 M'éclaboussant d'eau le visage et regardant dans un grand miroir de salle de bain, fatigué de la longue soirée que j'ai eue la nuit dernière où j'ai eu une conférence de plus d'une centaine d'invités au cours de laquelle je leur ai parlé de mon travail. Non, je n'étais pas une call-girl, je ne me suis jamais déshabillée, je n'ai jamais travaillé dans un bordel et je ne fais pas de publicité. Je suis essentiellement un psychologue qui aide les hommes, les femmes et aussi les couples handicapés à performer pendant les rapports sexuels. En tant que substitut...

607 Des vues

Likes 0

Le chevalier et l'acolyte, tome 5, chapitre 7 : La domination des orcs

Le chevalier et l'acolyte Tome 5 : Le trésor du coffre-fort Chapitre sept : La domination des orcs Par mypenname3000 Droits d'auteur 2016 Remarque : Merci à B0b pour la bêta de lire ceci. Compagnon Mage Faoril – La ville libre de Raratha — On dirait que Sophia s'amuse, ai-je souri. Chaun tressaillit. Elle aime la douleur plus que moi. J'ai reniflé. Je jetai un coup d'œil à la porte, Sophia et Relaria poussaient des hoquets et des gémissements émanant du bois vert foncé de l'appartement de la lamia au palais Saltspray. La claque de chair, le ruisseau d'un lit. C'était du sexe...

598 Des vues

Likes 0

Avril - Partie II

Merci à tous pour les bons commentaires et les évaluations généralement positives. Je m'excuse que la partie 2 ait pris si longtemps, mais je voulais m'assurer qu'elle était aussi bonne que possible avant de poster. J'espère que cette partie vous plaira et que vous chercherez une partie 3 dans les semaines à venir. Veuillez continuer à noter et à commenter, et si vous n'aimez pas les éléments de mon histoire, veuillez me faire savoir dans les commentaires comment vous pensez que je pourrais m'améliorer. Rob et April étaient allongés dans le lit d'April, perdus dans leurs propres pensées post-coïtales. Ils s'étaient...

585 Des vues

Likes 0

Grace est une fille Scat

Chaque soir après l'université, Grace recherchait des astuces de flirt en ligne et depuis qu'elle avait découvert le porno il y a quelques années, elle en était obsédée. Maintenant qu'elle vit seule, elle reste assise sur sa chaise pendant des heures à regarder le contenu le plus méchant qu'elle puisse trouver. Elle avait toujours eu un côté malade mais cela s'est vraiment enflammé il y a quelques années lorsque ses amis d'école lui ont montré la vidéo '2 Girls 1 Cup', elle a dû agir avec dégoût devant eux tout en cachant secrètement la zone humide entre ses jambes . Tous...

581 Des vues

Likes 0

Ma mission média.

J'ai reçu un appel pour me rendre dans le bureau de mon rédacteur en chef pour une réunion avec M. Giles. Je travaillais sur le journal local depuis 6 mois donc naturellement j'étais nerveux. Je me demandais ce que j'avais fait de mal, telle était ma négativité. « Rachael, s'il vous plaît, asseyez-vous », a-t-il dit alors que j'entrais. Je tremblais à l'intérieur en attendant ce que je pensais être une mauvaise nouvelle. Rachael, j'ai vu votre article sur les courses de lévriers et les appâts vivants il a dit c'était génial. Je pense qu'ils auraient entendu mon soupir de soulagement dans le...

544 Des vues

Likes 0

L'esprit de Cassy

Jason a rencontré Cassy au cours de leur première année à l'université. Il allait changer le monde des affaires et le mettre sur son oreille avec sa brillante perspicacité et sa fermeté et elle se dirigeait vers le monde de l'éducation de notre jeunesse en devenant professeur d'anglais au secondaire. Tous deux étaient ambitieux mais naïfs et leurs deux désirs se sont avérés faux. Cela faisait partie de la bouillie que l'on apprend dans nos collèges aujourd'hui et ils ne s'en sont pas rendu compte avant d'être entrés dans le monde réel. Mais cette première rencontre entre eux deux a été...

459 Des vues

Likes 0

Les pieds de Nicole enfin - Faire la vente Chapitre 1

Il est 18h00 du soir et je mets des notes dans l'ordinateur sur notre base de données de concession. La journée a été assez lente et je m'ennuie. Je me lève pour m'étirer et je sors pour m'éclairer. Alors que je mets mon briquet dans ma poche, je remarque qu'un vieil ami avec qui je travaillais avait l'habitude de travailler. Elle se gare et se dirige vers moi en souriant. Salut, comment vas tu? demande Nicole en s'avançant vers moi. Bonjour, jolie demoiselle. Ça fait longtemps. Qu'est-ce qui vous amène à me voir ? J'ai demandé. Nicole s'avança près de moi...

372 Des vues

Likes 0

La vengeance d'Ambre

# TCA * Entrée C'est une histoire de vengeance et de douleur. C'est une histoire d'amour et d'affection. C'est une histoire de satisfaction et les gens obtiennent leur comeuppance. Ma petite amie Amber et moi étions membres d'un sex club. Nous aimions tous les deux aller et participer à la plupart des activités du club, mais elle refusait d'avoir des relations sexuelles avec d'autres femmes. Elle aimait regarder d'autres femmes dans le club, se faire baiser et elle aimait même regarder d'autres femmes se baiser, mais elle n'était jamais capable de manger la chatte elle-même. J'étais perplexe et je lui ai...

639 Des vues

Likes 0

IHNC 8.5 - Vacances

Je n'avais pas le choix 8.5 - Vacances (Ce chapitre est du point de vue de Rachel Font, la femme d'Ed.) Les choses sont géniales ! J'étais inquiète à cause de tous les discours actuels sur la dépression post-partum, mais entre mon mari bien-aimé Ed et ma nouvelle meilleure petite amie Judy, j'étais au sommet du monde. Les choses avaient été un peu difficiles avant la naissance de mes belles jumelles, mais maintenant il n'y a plus de quoi s'inquiéter. Ed a travaillé si dur ces derniers temps, restant tard à l'école pour noter parfois des tests pour qu'il ne me...

574 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.